Territoire Flux

Grand Paris : Le 1er conseil de territoire Paris Ouest la Défense se réunit lundi 11 janvier à Nanterre

Territoire

Lundi 11 janvier, se tiendra à la mairie de Nanterre le premier conseil de territoire Paris Ouest la Défense. Au cours de cette séance inaugurale, les 90 conseillers représentant les 11 communes du territoire "T4" de la Métropole du Grand Paris éliront leur président et les 10 vice-présidents.

Sous-ensembles de la Métropole du Grand Paris, les territoires, au nombre de 12, remplacent les anciennes intercommunalités. Puteaux fait partie du territoire T4 Paris Ouest la Défense, avec 10 autres communes : Saint-Cloud, Vaucresson, Garches, Rueil-Malmaison, Suresnes, Nanterre, Courbevoie, Neuilly, La Garenne-Colombes, Levallois-Perret. Cet ensemble compte 568.139 habitants.

Selon Le Parisien des Hauts-de-Seine, les maires des 11 communes se sont déjà distribués les vice-présidences. Ainsi Joëlle Ceccaldi serait chargée de la commande publique et Patrick Balkany de l'assainissement. Cela ne s'invente pas !

La présidence devrait revenir pour 2 ans au maire de Courbevoie Jacques Kossowski.

Territoires du Grand Paris

La commune de Puteaux disposera d'un siège sur 209 au conseil de la Métropole. Alors que dans les autres communes, c'est le maire qui a généralement été désigné, à Puteaux c'est Vincent Franchi, le fils du maire, qui représentera notre ville. 

Regroupant 131 communes dont Paris, la Métropole s'occupera à terme de la politique de l'habitat, de l'aménagement, de la protection de l'environnement et du cadre de vie, ainsi que du développement économique, social et culturel. Ces compétences seront progressivement transférées des communes vers le Grand Paris d'ici 2018.

Au conseil de territoire Paris Ouest la Défense, Puteaux comptera 7 représentants sur 90 sièges, dont Joëlle Ceccaldi-Raynaud et Vincent Franchi. Malheureusement, la loi a été faite de telle sorte qu'aucun membre de l'opposition ne siègera au sein de cette intercommunalité nouvelle formule.

Chaque territoire interviendra en particulier sur son aménagement urbain, sur son habitat (et notamment les HLM) et sur son développement économique.

Le transfert vers la Métropole et les Territoires de la gestion du logement social inquiète les maires. L'attribution des HLM est en effet le principal moteur du clientélisme.