Solidarites Flux

Le CCAS de Puteaux subventionne l'école des chiens guides de Paris

IMG_9809

J'ai assisté au conseil d'administration du Conseil communal d'action sociale (CCAS) de Puteaux, le jeudi 18 octobre 2018. J'ai notamment approuvé le déblocage de 7.000 euros pour soutenir l'action de l'Ecole des chiens guides de Paris.

Cette association éduque et remet gratuitement des chiens guides à des personnes aveugles ou malvoyantes, afin de les aider dans leur vie de tous les jours. Il faut savoir que le coût de formation d'un tel chien est de 25.000 euros.

Une habitante de Puteaux vient de recevoir un chien guide : "Monday", c'est son nom, est célèbre, puisqu'elle apparait dans une campagne de publicité de la SNCF.

Autres décisions prises lors de ce CA du CCAS : 

- Une révision à la hausse des tarifs de la complémentaire santé proposée aux agents et retraités de la mairie et du CCAS, causée par de l'augmentation des dépenses de santé prises en charge par les mutuelles. 

- La signature d'une convention entre le CCAS et le Centre Hospitalier Rives de Seine pour améliorer la prise en charge des résidents de la maison de retraite communale du boulevard Richard Wallace. 

Dossier du CA du CCAS de Puteaux du 18 octobre 2018

Monday-3


Des dizaines de familles toujours en attente d'un relogement, au milieu du chantier des Bergères à Puteaux

IMG_1280

2.200 logements sont en cours de construction sur le haut de Puteaux, autour du rond point des Bergères. Au milieu de ce vaste chantier, des dizaines de familles occupent encore de vieux immeubles qui ont été rachetés par la commune ou les promoteurs pour être démolis.
Le sort de ces Putéoliens est ignoré de la municipalité, qui refuse de les reloger alors qu'elle en a pourtant l'obligation. 
Lors du conseil municipal du 21 juin 2018, la conseillère Modem Bouchra Sirsalane est intervenue pour demander au maire de fournir un rapport sur la situation de ces familles. En vain. En séance, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a osé affirmer que ces familles préfèrent rester dans ces immeubles en ruine.

Extrait de l'intervention de Bouchra Sirsalane devant le conseil municipal : 

"Lors de la séance du conseil municipal du 8 mars 2017, nous avons présenté un voeu pour réclamer la création d'une mission de relogement des habitants de la ZAC des Bergères, considérant l’obligation de relogement encadrée et définie par les articles L314-1 et suivants du code de l’urbanisme.
Vous avez rejeté notre voeu en nous garantissant que ces familles étaient accompagnées. Or, ces familles occupent toujours actuellement des logements insalubres et impropres à l'habitation.
Nous vous avons exposé plusieurs situations pour attirer votre attention et vous inciter à mettre en oeuvre des mesures adaptées.
Nous sommes en contact avec des dizaines de familles occupant ces logements dégradés, impropres à l’habitation. Elles ne bénéficient d’aucun suivi de vos services, d’aucun accompagnement vers un relogement, d’aucune proposition de relogement. Comment expliquez-vous cela ?"

Cela fait de nombreuses années que nous dénonçons les méthodes de la municipalité de Puteaux vis-à-vis des habitants expulsables de la ZAC des Bergères. Tout est fait pour les amener à partir et à renoncer au relogement auquel ils ont pourtant droit.
Attitude détestable de la municipalité qui, encore une fois, ignore la loi et le principe de solidarité.
Christophe Grébert


Puteaux Futur : Dépistons la dénutrition des personnes âgées

7e695c16ae67acfe4c0497b53419df8e1470a122Comme chaque début année, les personnes âgées inscrites au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Puteaux ont reçu un cadeau. Cette fois, il s’agissait d’un pèse-personne. « Les médecins constatent que les personnes âgées, qui se nourrissent peu, perdent du poids, mais ne s’en rendent pas compte », explique la mairie. La dénutrition des personnes âgés est en effet une maladie grave. Mais surveiller son poids ne suffit pas à combattre cette pathologie. C’est pourquoi nous proposons le lancement d’une campagne communale de dépistage de la dénutrition des personnes âgées.

Avec l’âge (au-delà de 70 ans), les personnes âgées peuvent avoir tendance à se laisser aller et sauter un repas. Cette diminution des apports nutritionnels, due à une perte de goût ou à des handicaps physiques, entraîne des carences, une baisse des facultés cognitives, une augmentation des risques de chute et par conséquent un déclin important de la santé.

La dénutrition toucherait 1 personne âgée sur 10 à domicile, 1 sur 4 en maison de retraite et 1 sur 2 en milieu hospitalier.

La dénutrition des personnes âgées est un problème de santé publique qui doit alerter aussi bien les familles, le milieu médical que la collectivité. Il est important de savoir reconnaître cette maladie pour en prévenir les effets néfastes. Certains signes doivent nous inciter à réagir, comme la perte d'appétit, l'asthénie, la fatigue, l’apathie et l’amaigrissement.

Pour être correctement soignée, cette pathologie doit être détectée le plus tôt possible. En plus de la surveillance du poids, un dépistage par questionnaire d’évaluation est un acte simple mais efficace pour repérer la dénutrition.

BSPar conséquent, lors du prochain conseil municipal de Puteaux, nous demanderons, le lancement d’une campagne communale de dépistage de la dénutrition pour toutes les personnes âgées et pas seulement celles inscrites au Centre Communal d’Action sociale.

Bouchra Sirsalane
Conseillère municipale de Puteaux
www.puteauxfutur.com

EN LIRE PLUS : La nutrition des personnes âgées sur Mangerbouger.fr


VIDEO : à Puteaux, les seniors sont soumis à des "quotas"

6a00d8341c339153ef01b8d2c06cd7970c-800wiLors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017, l'élue d'opposition Nadine Jeanne a interrogé la maire sur les "quotas" fixés par la municipalité pour l'obtention de la carte "Puteaux Senior" qui permet d'accéder aux manifestations organisées par le CCAS (centre communal d'action sociale) et de recevoir les fameux cadeaux de la mairie (cette année, un pèse-personne).

En effet, cette carte - en principe accessible à toutes les personnes de 65 ans et plus et aux personnes handicapées disposant d'une carte d'invalidité de +80% - est limitée à 2.600 exemplaires "pour des raisons de sécurité et de gestion", a expliqué la maire.
Le club 102, qui propose des activités aux personnes âgées, serait aussi limité à 900 personnes.

En tant qu'administrateur du CCAS, je constate à nouveau que la gestion municipale en faveur des personnes âgées et aux handicapés est extrêmement floue et souvent injuste. Des personnes de 65 ans et plus sont exclues du système, quand d'autres moins âgées ont droit aux avantages de la municipalité.
Je ne crois pas que le principe "premier arrivé, premier servi" et que la liste d'attente décrite par la maire soient une réalité.
Ses explications en séance montrent plutôt, s'il en était besoin, que le système putéolien est d'abord clientéliste et que la solidarité communale est accordée de manière subjective.

Ce système de "quotas" ne s'explique que par la volonté de la municipalité de pouvoir choisir à qui elle "fait plaisir".
Notre ville est si riche que nous devrions permettre à toutes les personnes âgées, isolées, pauvres ou handicapées de bénéficier de services et d'activités selon leurs moyens.
Christophe Grébert

(photo mairie de Puteaux : repas de Noël du CCAS)