Solidarites Flux

40 euros de chèques cadeaux pour les parents sans emploi de Puteaux

ArrayC'est une démarche que je soutiens : le CCAS de Puteaux offre des chèques cadeaux d'un montant de 40 euros pour les parents sans emploi afin de les aider à offrir des jouets à leurs enfants pour Noël.

Ces chèques sont utilisables dans de nombreuses enseignes.

Conditions

  • Résider à Puteaux depuis plus de 3 ans,
  • Avoir des enfants de moins de 12 ans,
  • Être inscrit comme demandeur d’emploi auprès de pôle Emploi à la date du dépôt de dossier,
  • Être inscrit auprès de Puteaux Emploi.

Les dossiers de demandes sont à déposer chaque année du 1er au 24 décembre auprès du CCAS.

Justificatifs

  • Un justificatif de domicile de plus de 3 ans
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • Une copie du livret de famille
  • Une attestation de Pôle Emploi de moins de 3 mois
  • Une attestation de Puteaux Emploi de moins de 3 mois

Renseignements

Centre communal d'action sociale (CCAS)
Pôle Solidarités / Aides municipales
Hôtel de Ville
Tel : 01 46 92 93 11
E-mail : ccas@mairie-puteaux.fr

SI VOUS RÉPONDEZ AUX CRITÈRES POUR CETTE AIDE ET QUE VOUS RENCONTREZ DES DIFFICULTES POUR L'OBTENIR, MERCI DE M'ALERTER : GREBERT@GMAIL.COM


Une convocation du CCAS de Puteaux qui arrive... 3 jours après la réunion

IMG_0367En juin dernier, grâce à un vote à la proportionnelle en conseil municipal, j'ai été élu administrateur du CCAS de Puteaux présidé par Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Le centre communal d'action sociale est l'un des instruments du clientélisme de la maire. Evidement, cela lui déplait que je siège dans cette instance. Je suis le seul administrateur indépendant non ceccaldisé. Elle cherche donc à ce que je sois absent des réunions du conseil d'administration.

La première réunion a été programmée le lundi 13 juillet, entre un week-end et un jour férié, pour une convocation reçue la semaine précédente. Impossible de m'organiser, j'étais absent de Puteaux.

La 2e réunion du CA a eu lieu le 6 octobre. Cette fois, la méthode est plus radicale : j'ai reçu la convocation par lettre recommandée le 9 octobre, 3 jours après !

Le contrôle démocratique des décisions n'est donc pas assuré. La maire fait ce qu'elle veut, avec l'argent des contribuables putéoliens.

Vous trouverez sur mon DRIVE les dossiers du CCAS.


Comment fonctionne le CCAS de Puteaux ? Témoignage d'Olivier Kalousdian, administrateur représentant l'opposition

2_449x599Olivier Kalousdian, conseiller municipal Europe Ecologie les Verts de Puteaux élu en mars dernier sur la liste Puteaux pour vous, est le représentant de l'opposition au sein du conseil d'administration du CCAS, le centre d'aide sociale de la commune, outil du clientélisme ceccaldiste. Il témoigne :

Administrateur du CCAS (la présence d’un des élus de l’opposition au CCAS n’est que l’application de la loi; pas une volonté de partage des idées ou de la démocratie), j’ai pu, avant l’été constater à quel point le centre d’action sociale de la ville parlait et agissait, à l’instar du Conseil municipal d’une même voix. Celle de Mme le Maire, omniprésente et omnisciente dans tous les domaines qui représentent un enjeu sur les décisions électoralistes de sa ville. Ce qu’on appelle, en terme anglophone : le « control freak » !

Une vision si étriquée qu’il est nécessaire, même pour un élu administrateur du CCAS, d’émettre une demande écrite en bonne et due forme à Mme le Maire (qui n’est pas obligée d’accepter) pour imaginer rendre une visite au centre d’action sociale pour se présenter aux employés et pour constater des méthodes d’aides à nos concitoyens les plus précaires (ce qui semble la moindre des choses, en tant administrateur)...

Au CCAS, à la CAO, comme pour le reste de nos fonctions de Conseillers municipaux d’opposition, il nous faut enfoncer des portes fermées et aller à la pêche aux informations (on voudrait nous décourager, qu’on ne s’y prendrait pas autrement !).

A la première réunion du CCAS de la nouvelle mandature (dans une salle obscure et perdue du sous sol de la Mairie, pourtant immense ; si vous n’y êtes jamais allé, vous pouvez facilement vous perdre et rater le rdv), Mm le Maire nous apprend qu’elle a décidé l’achat de deux nouveaux bus pour le transport des personnes à mobilité réduite. Des bus diesel, bien entendu ! A ma question, pourquoi ne pas avoir, avec les moyens dont nous disposons fait une étude pour l’acquisition de véhicules moins polluants ? On m’a répondu que cela avait été fait et que des bus électriques, ça n’existait pas.

Pas de chance, le groupe Bolloré (situé sur le territoire de Puteaux, comme vous le savez) utilise, pour transporter ses employés, des Blue bus, totalement électriques !

(..)

 LA SUITE A LIRE SUR LE SITE D'EELV DE PUTEAUX


"Puteaux pour vous" : une ville sociale et solidaire, sans clientélisme

7415921296-88c6023c94-zAprès son programme sur la culture, les sports et la vie associative, celui sur la démocratie locale et les nouvelles technologies et ses propositions pour l'habitat, l'architecture et le patrimoine, l'équipe Puteaux pour vous a publié ce matin ses propositions sur la solidarité et l'action sociale. Un projet ambitieux, "à la hauteur des capacités de notre commune", annonce Puteaux pour vous, qui souhaite mettre fin au clientélisme.

"Nous lutterons contre la pauvreté et l’exclusion de manière collégiale en signant un Contrat Local de Solidarité. Ce contrat mobilisera les différentes ressources de la commune et s’appuiera sur l'économie sociale et le développement local".

"Nous développerons les missions du CCAS au sein d’un centre social de proximité. Chaque personne ou famille qui rencontre des difficultés sociales pourra s’y rendre pour être informée de ses droits et bénéficier d’une aide ou d’un accompagnement (..) Nous y mettrons en place des ateliers pour faciliter les démarches de la vie quotidienne (emploi, budget, logement et santé) et des activités pédagogiques, culturelles et ludiques. Nous organiserons des sorties et des séjours pour les familles en difficulté financière".

"Dans un souci d’efficacité :
- Nous reprendrons l’instruction des demandes de RSA, refusées par la ville jusqu’à présent.
- Nous confierons la gestion de l’épicerie sociale à une association.
- La distribution des colis alimentaires sera entièrement confiée à l’Équipe Saint Vincent ou à une autre association volontaire. Nous augmenterons la subvention déjà allouée si nécessaire".

"Pour aider les jeunes en difficulté :
- Nous soutiendrons les jeunes suivis par la mission locale dans leur parcours en leur allouant des aides du fonds de secours pour leur projet professionnel.
- Nous mettrons en place une aide pour le BAFA, en collaboration avec le Bureau Information Jeunesse. En contrepartie, la commune leur demandera d’effectuer gratuitement leur stage dans une structure communale".

Dans le domaine du logement : "- Nous mettrons en place des actions de prévention et d’accompagnement afin de garantir à chaque personne ou famille l’accès à un logement adapté et décent. Notre objectif est d’améliorer les conditions de vie des occupants et de renforcer la médiation avec les bailleurs.
- Les personnes éligibles au DALO (Droit Au Logement Opposable) seront prioritairement prises en compte pour les attributions de logements HLM".

Puteaux pour vous annonce la création d'un centre d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences :

"10 % des femmes déclarent avoir déjà subi des violences conjugales. Nous nous engageons à créer un lieu d’accueil et d’hébergement pour les femmes victimes de violences, en partenariat avec les associations et le Conseil général. Pour éviter le simple assistanat, sur simple demande, nous aiderons ces femmes à reconstruire un projet professionnel.Les résidentes verseront un pourcentage de leurs ressources. Des subventions existent  de la part de l’État, de la Région et du Département".

Pour les personnes âgées : "Nous nous engageons, sur 6 ans, à mettre en place un plan d’actions pour améliorer la qualité de vie des seniors : logement, transport, vie sociale, santé,  avec, comme maître mot, la prévention".

Ouverture d'un CLIC et d'une maison de retraite communale :

"Nous ouvrirons un Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC) en intercommunalité (..) Lieu d'information et d'échange, le CLIC travaille à la coordination des actions médico-sociales pour :

- faciliter l'accès aux droits et aux dispositifs appropriés,
- orienter vers les partenaires du secteur sanitaire, social et médico-social,
- élaborer un plan d'aide individualisé et coordonner sa mise en œuvre,
- promouvoir des actions de prévention et de soutien destinées aux aidants familiaux,
- favoriser l'articulation des interventions sanitaires, sociales et médico-sociales".

"Nous étudierons la possibilité de construire une maison de retraite communale médicalisée au cours de notre mandat. Les tarifs seront calculés en fonction du revenu. Une commission d’attribution sera mise en place".

Pour l'intégration des personnes handicapées : "nous rédigerons une nouvelle Charte Handicap avec les associations, les partenaires institutionnels et les professionnels".

Une "Plateforme Handicap intégrera les différentes unités impliquées dans la mission Handicap. Il s’agit d’un lieu d’accueil personnalisé d’information, d’accès aux droits et d’orientation qui accompagnera les personnes en situation de handicap en complémentarité des services existants : déplacements, accessibilité, vie à domicile, vie sociale et culturelle, scolarité, logement, emploi, loisirs, etc".

"Nous garantirons l’inclusion scolaire des enfants handicapés en adaptant les structures éducatives. Le personnel encadrant recevra une formation adéquate. Chaque enfant bénéficiera d’un projet individuel d’accompagnement afin de garantir, dès le première âge, son accueil dans toutes les structures éducatives, scolaires et périscolaires".

 

LIRE L'ENSEMBLE DU PROGRAMME SOLIDARITÉ ET ACTION SOCIALE SUR LE SITE DE PUTEAUX POUR VOUS


TÉLÉTHON À PUTEAUX : spectacle de la Compagnie Déclic et des Clac

Publié sur le site de Nadine Jeanne :

D%C3%A9clic1Mesdames et Messieurs,

Vous allez être convoqués vendredi 6 décembre à 20h30, à Puteaux, au Grand auditorium du Palais de la médiathèque à l'occasion du procès intenté pour une troisième fois par le Ministère de l'Abrutissement et de la Dépression à l'encontre des comédiens de la Compagnie Déclic et des Clac !

Les comédiens de la troupe relèveront plusieurs défis lancés lors d'un procès. Sous l'arbitrage d'un redoutable juge, Maître Geneviève de la Mauvaise-Foi, le public livrera son verdict et validera ou non les improvisations réalisées.

Les fonds récoltés au cours de cette opération seront intégralement reversés au Téléthon sous forme de dons. Venez nombreux !
 
> Voir le blog de la Cie Déclic et des Clac !
 
 POUR FAIRE UN DON AU TÉLÉTHON

L'Office Public de l'Habitat de Puteaux assure-t-il son rôle social ?

IMG_4516

"Attribution des logements sociaux. Il faut remettre le système à plat", titrait aujourd'hui Le Parisien. Le journal annonce qu'un rapport sur le sujet sera remis le 22 mai au ministre du logement Cécile Duflot et qu'un projet de loi sera discuté en juin. "Les propositions pourraient bousculer bien des habitudes parmi les maires", écrit Le Parisien.

La commune de Puteaux dispose d'un Office Public de l'Habitat important. Avec 5.209 logements, c'est l'un des plus importants Office HLM d'Ile-de-France. Il est pourtant loin de répondre à l'attente locale de logements sociaux : entre 3.000 et 7.000 demandes (dernier chiffre donné par la maire en décembre 2011) seraient en attente ! Sa gestion est assurée depuis 5 décennies par la famille Ceccaldi : le père Charles Ceccaldi, maire de 1969 à 2004, puis la fille Joëlle Ceccaldi, maire depuis 2004, et le petit-fils Vincent Franchi, conseiller général et administrateur de l'Office. Ils en ont fait la clef de voûte d'un clientélisme revendiqué et assumé : chaque personne logée, c'est un électeur de plus, pensent-ils.

Ce clientélisme est statistiquement révélé par une enquête de MonPuteaux sur l'occupation des élus UMP de Puteaux : 50% bénéficient d'un logement HLM de la ville !

Ce fonctionnement clientéliste est aussi dénoncé - en creux - dans un rapport de la Mission interministérielle d'inspection du logement social : en 2010, l'organisme de contrôle du ministère du logement affirme que l'Office public de l'habitat de Puteaux, présidé par le député-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud, "n'assure pas pleinement son rôle de bailleur social". L'Office de Puteaux, écrivent les inspecteurs de la Miilos, "ne loge pas une population aux caractéristiques sociales très prononcées", puisque seules 17,4% des personnes hébergées dans les HLM de Puteaux touchent une aide au logement contre une moyenne nationale de 49,4%. Autrement dit, 82,6% des locataires HLM de Puteaux n'entrent pas ou plus dans les critères des aides au logement !

"De nombreuses irrégularités ont été constatées dans le processus d'attribution des logements et dans les relations avec le représentant de l'Etat", constate encore le rapport. Le préfet des Hauts-de-Seine devrait disposer d'un contingent de près de 900 logements dans le cadre des politiques en faveur des mal-logés. Or, dans les faits, il n'en dispose que de 592 sur le parc de Puteaux. "L'Office a ôté 320 logements du contingent préfectoral", écrivent les inspecteurs du ministère du logement. 320 logements dont a pu disposer le maire de Puteaux pour effectuer ses propres attributions selon ses propres critères ?

En effet, les critères d'attribution restent flous. L'enquête sur les élus UMP de Puteaux logés en HLM nous permet de constater que des grands logements de 4 ou 5 pièces sont attribués à des personnes seules ou en couple, ou que des logements HLM bénéficient à des directeurs de grosses sociétés ou à des hauts fonctionnaires qui ont le grade de sous-préfet, donc avec des niveaux de salaires élévés.

D'un autre côté, on constate que des situations dramatiques & urgentes ne sont pas traitées par la municipalité qui a la main sur l'Office communal et qui dispose là d'un outil pour combattre le mal logement : une mère de famille de Puteaux est laissée depuis des années dans un logement insalubre dans un immeuble déclaré en péril, sans que le maire n'agisse et malgré une demande de logement social remontant à une quinzaine d'années !

Autre exemple d'actualité : une mère de famille de Puteaux se retrouve à la rue avec un enfant. Là encore, il s'agit d'une situation dramatique. Pourtant le maire de Puteaux, qui préside l'office HLM, ne fait rien.

Quelles sont donc les conditions pour obtenir un logement HLM à Puteaux, si ces cas extrêmes ne sont pas traités ???!!!

La maire de Puteaux et présidente de l'office HLM se protège derrière des contraintes administratives. Par exemple, ce n'est jamais elle la responsable du relogement d'urgence, mais le préfet. Ou bien encore : "il n'y a pas de logement de libre". Pourtant des centaines de logements se libèrent naturellement chaque année. Et lorsque le maire le veut, elle sait expulser des habitants ne répondant pas aux critères sociaux et/ou d'occupation des logements HLM, certes il s'agira dans ce cas d'une conseillère municipale en lutte contre le système en place !

La maire UMP qui, encore elle, refuse que l'opposition ne siège dans la commission d'attribution des logements HLM. Pour cacher la vérité aux citoyens ?

Il faudra sans doute plus d'une loi pour assainir une situation locale qui a été amplifiée par la pénurie de logements. C'est certain, il faut plus de contrôle et plus de transparence. Puteaux, qui a été durant des décennies un contre exemple, pourrait devenir un modèle en matière de logement social. Cela ne tient pas seulement à la loi, mais aussi à la volonté des citoyens. D'ici mars 2014, nous aurons l'occasion de reparler de ce droit essentiel, celui d'avoir un toit pour soi et sa famille adapté à son niveau de revenus.
Christophe Grébert

> lire mon dossier sur le LOGEMENT A PUTEAUX
> relire ma tribune sur le NouvelObs : Des élus UMP logés en HLM à Puteaux : soyez dignes, déménagez !

(photo : Flickr)