Solidarites Flux

L'adolescence en débat au forum sur la famille et la parentalité vendredi et samedi à Puteaux

Forum-de-la-Famille-et-de-la-parentalite_visuelhome

La 5e édition du forum de la famille et de la parentalité, organisée par l’association Le Rendez-vous des Parents, a lieu vendredi et samedi à Puteaux. Cette année, la thématique est la suivante : «Parents, adolescents : grandir ensemble».

Au programme : 

• Vendredi 18 novembre 9h30-17h15 / Salle des Colonnes de l’Hôtel de Ville

Entre table ronde et interventions, cette journée proposera aux professionnels réunis un partage de pratiques autour de la santé globale de l’adolescent : alimentation, sexualité, refus anxieux, communication, etc. 
 
Il s’agira de réfléchir sur la façon de construire ensemble une relation parents-ados harmonieuse. 
 
• Samedi 19 novembre 14h-17h / Palais de la Médiathèque 


C’est une journée riche en rires et en émotions qui attend les parents, mais également les enfants et les adolescents à travers le concept du Théâtre Forum. Guidés par des comédiens formateurs, ceux qui le souhaitent pourront intervenir en montant sur scène, afin de jouer des situations de la vie quotidienne autour du thème central de «L’exercice de la parentalité à l’adolescence». Deux saynètes principales seront proposées à cette occasion : «La communication et la relation parents-adolescents» et «Comment accompagner les ados au cours de l’adolescence ? Réseaux sociaux, écran, sexualité, alcool, nourriture, etc.»
 
Afin que cette journée soit la plus aidante possible, des débats viendront compléter et enrichir les échanges, dans le but de clarifier les enjeux et décrypter les situations abordées. 


Renseignements
 : 

Le Rendez-vous des parents

Maison du Droit

6, rue Anatole France
 Puteaux
www.lerendezvousdesparents.com

www.facebook.com/lerendezvousdesparents
forum_puteaux@lerendezvousdesparents.com

Tél. : 07 83 37 16 73 


Il y a de moins en moins de logements sociaux à Puteaux

27032022542_29b41b4e99_z

Il y avait 29,6% de logements sociaux à Puteaux en 2014. Il n'y en a plus que 29,1% en 2015, soit un demi point de baisse en une année ! Un chiffre publié dans le rapport 2015 de la DRIHL (Direction Régionale et interdépartementale de l'Hébergement et du Logement) sur le logement social dans les Hauts-de-Seine. Ce rapport démontre l'inaction de la municipalité de Puteaux en faveur du droit au logement. 

Il y avait 6.197 logements sociaux à Puteaux en 2014. Il y en 6.178 en 2015, soit 19 logements sociaux de moins. Alors que dans le même temps, le nombre total de logements dans notre ville est passé de 20.936 en 2014 à 21.185 en 2015, soit 249 logements de plus (page 7 du rapport).

LogementQuelques logements sociaux ont tout de même été réalisés à Puteaux : 11 en 2015 et 32 en 2015 (page 11 du rapport), mais leur nombre ne compense pas ceux qui ont été supprimés. Par ailleurs, ces 43 nouveaux logements dits sociaux sont en fait de type PLS, du logement intermédiaire accessible jusqu'à 45.000 euros de ressources annuelles pour un couple et 70.000 euros pour un couple avec 2 enfants (chiffres 2016).

6a00d8341c339153ef01b7c87912df970b-800wiC'est dans un de ces logements PLS que le préfet Gardère, déclarant pourtant 190.000 euros de revenus annuels, a été logé en 2014

Au cours de cette période, Puteaux n'a créé aucun logement social de type PLAI et PLUS destiné aux ménages modestes.

En ce qui concerne la lutte contre l'habitat indigne, la municipalité de Puteaux est aussi absente. Pourtant notre ville est citée dans ce rapport (page 26) : la DRIHL signale plusieurs cas de saturnisme traités à Puteaux en 2015 ! Cette maladie d'un autre temps, et donc les enfants sont les principales victimes, ne devrait plus se rencontrer dans une ville riche comme Puteaux. Elle est le signe d'un habitat ancien et laissé à l'abandon.

HerbergementSur l'hébergement d'urgence, notre ville ne fait rien non plus : Puteaux ne compte aucune place d'hébergement pour les familles se retrouvant à la rue pour une raison ou pour une autre (page 47 du rapport). C'est l'une des rares communes des Hauts-de-Seine à être dans ce cas.

C'est ainsi qu'une femme évacuée par les pompiers d'une immeuble insalubre en feu se retrouve à l'hôtel, parce que la ville de Puteaux, pourtant responsable du relogement en dernier recours, n'a prévu aucune place d'hébergement.


Janine a quitté l'immeuble incendié pour un hôtel de Puteaux

30183303094_64b4ffdfe1_z

Après l'incendie qui a frappé lundi dernier l'immeuble insalubre dans lequel elle vivait, Janine devait absolument partir de là. Semblant découvrir la situation de cette Putéolienne, le nouveau propriétaire, Vinci Immobilier, a aussitôt offert de la loger temporairement à l'hôtel en attendant qu'un solution pérenne de relogement soit trouvée.

Samedi soir, Janine a donc quitté le 63 rue Jean Jaurès où elle vivait depuis 2005 dans un petit 2 pièces. Privée d'eau depuis des mois et d'électricité depuis 1 semaine, elle a pu enfin dormir au chaud et en sécurité dans un hôtel de Puteaux.

Dimanche, Janine est retournée devant son ancien immeuble (photo). Elle réalise petit à petit que son cauchemar est enfin terminée.

VINCI AFFIRME AVOIR ÉTÉ TROMPÉ PAR L'EX-PROPRIÉTAIRE

Comme l'indique Nadine Jeanne sur son site, un représentant de Vinci Immobilier est venu visiter l'immeuble samedi matin. Il s'est alors rendu compte de la situation dramatique dans laquelle se trouvait Janine. Le promoteur affirme être de bonne foi : l'ancien propriétaire, contre lequel il a engagé une procédure, lui aurait vendu l'immeuble "libre de tout occupant".

Lorsque un immeuble est déclaré en "péril imminent", c'est à dire qu'il est reconnu comme non habitable, comme c'est le cas ici, la loi prévoit que le propriétaire est tenu d’assurer aux occupants un relogement pérenne. Si le propriétaire est défaillant, la mairie a alors le pouvoir de reloger elle-même les occupants et de se retourner ensuite vers le propriétaire pour se faire rembourser les frais engagés avec intérêts.

Le maire de Puteaux aurait donc pu agir depuis des années et contraindre le propriétaire à assurer le relogement de Janine. Il a fallu un incendie, et que l'immeuble menace littéralement de s'effondrer sur ses occupants, pour que les choses bougent. Et elles bougent parce que Vinci, tout nouveau propriétaire, a assumé ses propres responsabilités. La mairie est restée aux abonnés absents...

A LIRE :  Un dossier DALO que les HLM et la mairie de Puteaux (Hauts-de-Seine) refusent de traiter


Incendie rue Jacotot à Puteaux : des habitants autorisés à réintégrer l'immeuble

CivnYgDXEAENtgK

5 jours après l'incendie qui a éclaté au 3 rue Jacotot à Puteaux, un expert mandaté par le tribunal administratif s'est enfin rendu sur place mercredi après-midi. A la suite de cette 1ère expertise, seuls 2 logements ont été condamnés. Les habitants ont été autorisés à réintégrer les autres. 
Olivier Kalousdian, élu EELV de Puteaux, fait le récit de cette affaire qui révèle l'absence d'une action municipale sérieuse pour lutter contre le logement indigne : 

"Pour la première fois en plusieurs jours, les services de la Mairie sont également présents en nombre, dont ceux de l’urbanisme et M Dromard (du Cabinet du Maire). Une fois de plus, aucun élu de la majorité et encore moins l’adjoint à l’urbanisme et au logement n’ont daigné se déplacer…

Le rapport de l’expert : L’immeuble peut à nouveau être occupé par ses habitants, sauf les deux appartements qui ont le plus été touchés par le feu et l’eau. Sous réserve d’une étude plus approfondie des infrastructures (à venir). Moindre mal, le couple et son bébé pourront ré intégrer leur appartement dès ce soir, mais sans électricité; celle ci sera remise, au mieux jeudi 19 mai.

Interrogée, la personne mandatée par le syndic de l’immeuble nous confirme qu’elle est prête, avec la majorité des propriétaires à faire les travaux de mise en sécurité, rapidement. Mais que pour les propriétaires récalcitrants, absents ou en illégalité, elle a besoin d’une lettre de la Mairie qu’elle attend depuis….quelques temps déjà.

Nous avions déjà alerté sur le 3 rue Jacotot et les risques que couraient ses habitants. Et ces risques ne se sont pas éteints avec cette incendie; bien au contraire.

Pourquoi a t il fallu que ce soit les élus d’opposition qui soient à l’œuvre pendant 48h pour soutenir ces naufragés ? Aurait-elle agi de la sorte si un immeuble neuf ou abritant d’autres citoyens (doit on dire, « électeurs ») de Puteaux avait pris feu ? (cette question émane d’une famille du 3 rue Jacotot)".

LIRE LA SUITE SUR LE SITE EELV DE PUTEAUX


Incendie rue Jacotot à Puteaux : 4 jours après, des victimes sont à la rue (mise à jour : 18h)

26978515792_08ec41c6af_z4 jours après l'incendie survenu dans un immeuble au 3 rue Jacotot à ‪Puteaux‬, les habitants sont toujours dans une situation très précaire.

La vingtaine d'occupants de l'immeuble, dont 5 enfants et une femme enceinte, n'ont toujours pas eu la possibilité d'accéder à leur logement pour récupérer des affaires, des papiers ou des médicaments.

Pour la plupart, ils ne savent pas où ils vont dormir ce soir. Le CCAS, qui a offert 4 nuits d'hôtel (de vendredi à lundi) pour 18 personnes, ne veut pas faire plus.

En 4 jours, ni le maire, ni ses adjoints ne sont passés pour réconforter les victimes.

Celles-ci n'ont reçu aucun appui de la Ville pour les aider dans leurs démarches, notamment avec les assurances. Aucune proposition de relogement n'a été faite. 

Avec Olivier Kalousdian, conseiller EELV de Puteaux, nous nous sommes rendus sur place.

J'ai rencontré une personne âgée en état de stress et une maman avec son bébé dans les bras. Une femme enceinte attendait debout dans la cour de l'immeuble. 

Nous avons alerté le préfet et demandé au maire d'agir enfin !

Je ne peux pas croire qu'à Puteaux, ville la plus riche de France, on puisse laisser des habitants - victimes d'un incendie - à la rue.
Christophe Grébert

MISE A JOUR 18H : Suite à notre intervention, les habitants du 3 rue Jacotot ont été autorisés à récupérer des affaires dans leur logement et ils ont obtenu 2 nuits supplémentaires à l'hôtel. Nous réclamons à présent que des solutions de relogement soient rapidement offertes aux victimes de ce drame.


Les tarifs des cantines et d'autres services de Puteaux vont augmenter pour certaines familles

Majoration

Puteaux est riche, pourtant elle va faire payer encore plus les familles. Lors du conseil de Puteaux du 8 avril, la mairie a décidé de mettre en place un nouveau système de tarification de ses services basé sur les revenus. L'opposition, qui défend depuis des années l'application du quotient familial, a approuvé cette modification, tout en réclamant une baisse globale des tarifs, ou qu'au minimum il n'y ait de hausse pour personne. La majorité a refusé de s'engager sur ce point. Et la maire a finalement avoué que les tarifs augmenteraient pour une partie des familles putéoliennes.

Bouchra Sirsalane, élue Modem, a défendu un amendement en faveur de la suppression de la majoration de 100% appliquée en cas d'inscription à -48h dans les cantines scolaires. Cette majoration, explique l'élue, pénalise surtout les mères isolées à la recherche d'un emploi. Cet amendement a malheureusement été repoussé comme les autres par la majorité municipale LR :

Amendement : annulation majoration inscription tardive (pause méridienne, accueil de loisirs) REJETE PAR LA MAJORITÉ

Madame le Maire,
Vous avez décidé de revoir le calcul de ses tarifs, c’est une bonne chose. Or, vos services pénalisent les familles qui inscrivent tardivement leurs enfants à la cantine (moins de 48h) et aux accueils de loisirs (moins de 15 jours) d’une majoration (le double du tarif).
Je vous rappelle que de nombreuses familles vivent en dessous du seuil de pauvreté, notamment des mères célibataires sans emploi.
Par exemple: Lorsqu’elles doivent se rendre à un entretien d’embauche, elles devront régler 10, 92 € pour une journée (2,82 € pour la cantine et 8.10 € pour l’accueil de loisirs) alors que leur reste à vivre est de moins de 5 € par jour (en dessous de seuil de pauvreté). C’est un effort financier énorme pour elles.
En signant la convention avec l’Unicef “ville amie des enfants”, la ville s’engage à lutter contre la pauvreté. La ville ne peut pas pénaliser des familles en situation sociale précaire.
La ville peut supporter ces pertes (quelques euros).
Il est demandé aux membres du conseil de voter l’annulation de cette majoration appliquée aux familles qui inscrivent leurs enfants au delà du délai institué par les services de la ville.  
Bouchra Sirsalane

LA MAIRE AVOUE EN SEANCE QUE POUR CERTAINES FAMILLES, LE NOUVEAU SYSTÈME DE CALCUL VA PROVOQUER UNE AUGMENTATION DES TARIFS :

MP3 Cantine et autres services en hausse 

La municipalité a décidé de mettre en place une sorte de quotient familial pour les tarifs municipaux. Nous le proposions dans notre projet municipal. Mais nous voulions aussi diminuer les tarifs pour tous : "Diminuer les tarifs des activités et des services municipaux, sur la base du quotient familial, pour que chacun puisse en profiter quel que soit son niveau de revenu". (http://puteaux.typepad.com/files/programme-le-rassemblement.pdf page 5). Or, la municipalité ne s'engage pas sur l’évolution des tarifs. La maire a même affirmé en séance qu'il y aurait des hausses pour certaines familles. Nous souhaitons nous qu'il n'y ait de hausse pour personne, considérant le formidable gaspillage d'argent public produit par le clientélisme du maire de Puteaux.
Christophe Grébert