Senatoriales Flux

Elections sénatoriales : les délégués supplémentaires de Puteaux

Delegues

Pour les élections sénatoriales qui auront lieu le dimanche 24 septembre, le conseil municipal de Puteaux a désigné vendredi dernier ses délégués  supplémentaires.

Les sénateurs sont élus par les "grands électeurs". A 95%, il s'agit des conseillers municipaux, mais pas seulement. Dans les communes de plus de 30.000 habitants, le conseil municipal désigne aussi un délégué supplémentaire par tranche de 1.000 habitants. Cette disposition vise à garantir une représentation plus équitable des grandes villes par rapport aux villages.

Puteaux, qui compte 43 conseillers municipaux, a désigné 18 délégués supplémentaires, ainsi que 15 suppléants. Ce qui fait un total de 61 grands électeurs pour notre commune. Les délégués et suppléants sont désignés par les conseillers municipaux à la proportionnelle. L'opposition municipale, qui compte 6 élus, a obtenu 2 des 18 délégués : Nadine Jeanne, ancienne conseillère municipale PS, et Eric Deshayes, du Modem ; ainsi qu'une suppléante : Claudine Viard, qui était candidate sur notre liste Le Rassemblement.

Dans les Hauts-de-Seine, il faut réunir environ 250 voix pour être élu sénateur. Notre ville représente donc 1/4 des votes nécessaires pour 1 poste dans la Haute Assemblée.

VOIR L'ARRÊTÉ DU PRÉFET sur la désignation des délégués


Le président de l'association des commerçants de Puteaux est un "grand électeur" UMP !

En septembre dernier, se sont déroulées les élections sénatoriales. Les sénateurs sont choisis par suffrages indirect : ce sont les "grands électeurs" qui les élisent. Les grands électeurs sont tous les élus (députés, conseillers généraux et régionaux, maires et conseillers municipaux) ainsi que des délégués supplémentaires désignés par les conseillers municipaux. A Puteaux, parmi les délégués supplémentaires, on retrouve en tête de la liste le nom de Christian Capdevielle... désigné grand électeur par qui ? par la majorité UMP !
Mais qui est Christian Capdevielle ? C'est... le président de l'APAC, l'association des commerçants de Puteaux, celle-là même qui a publié un communiqué de presse de soutien au maire Joëlle Ceccaldi pendant l'affaire du Canard enchaîné ! On comprend mieux sa si grande neurtralité ! CQFD !

L'UMP est partout à Puteaux ! A la tête des locataires HLM aussi, comme à la direction des parents d'élèves dans les écoles. L'UMP de Puteaux veut tout contrôler ! Comment appelle-t-on cela ?

LES GRANDS ELECTEURS DE PUTEAUX :

Grandselecteurs1

Grandselecteurs2
Grandselecteurs3


Sénatoriale dans les Hauts-de-Seine : signe du déclin ceccaldiste

Publié sur le blog de Sylvie Cancelloni :

Senat Dimanche 25 septembre, les grands électeurs (les conseillers municipaux notamment) votent pour élire leurs représentants au Sénat.

Dans les Hauts-de-Seine, 9 listes sont en compétition. Celle de Joëlle Ceccaldi-Raynaud a coulé durant l’été sans faire de bruit. L’annonce de sa candidature en juillet était passée inaperçue. Son retrait l’est tout autant. C’est sans doute l’amorce d’un lent déclin : le maire de Puteaux n’a pas été invitée sur les grandes listes de la majorité présidentielle en place éligible. Elle n’a pu rassembler autour d’elle une équipe crédible pour assurer son élection.

En juin 2012, Joëlle Ceccaldi-Raynaud se trouvera au terme de son mandat de député, dans une circonscription dominée quantitativement par Neuilly-sur-Seine et par un jeune maire Jean-Christophe Fromantin dont le dynamisme n’a échappé à personne.

Certains disent que son retrait des sénatoriales se serait négocié, notamment contre un nouveau poste d’attaché parlementaire pour son fils Vincent Franchi. L'employeur de celui-ci, Jean-Pierre FOURCADE, ne se représente en effet pas au Sénat. Si ce jeune homme a gagné réellement 6 années de sécurité d’emploi, c’est une sage précaution pour un élu dont l’avenir politique parait, lui aussi, de plus en plus incertain.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale du groupe Alternance Puteaux


Joëlle Ceccaldi-Raynaud rêve de devenir Sénatrice des Hauts-de-Seine

2270951685_a391b0a71e

Comme nous vous l'annoncions dès vendredi, Joëlle Ceccaldi-Raynaud va présenter sa propre liste à l'élection sénatoriale du 25 septembre 2011 dans les Hauts-de-Seine. La maire UMP de Puteaux cherche en effet à se recaser au Sénat, car elle risque fortement de perdre son siège de député en 2012 au profit du maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin.

Problème, l'UMP n'a pas placé Joëlle Ceccaldi en position éligible sur la liste officielle menée par Roger Karoutchi. C'est Isabelle Balkany qui lui a été préférée !

D'où cette liste dissidente annoncée par la maire de Puteaux. « Parce que la vraie autonomie des collectivités territoriales passe par une autonomie personnelle de ses élus, je conduirai une liste complémentaire de celle de l'UMP aux élections sénatoriales, ne me prévalant ni de l'opposition ni de la dissidence, mais de ma liberté », explique-t-elle dans un communiqué. Explication alambiquée.

La divison de l'UMP dans le 92 risque de lui faire perdre un siège de sénateur. Dans ce cas, la situation de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, plus députée et pas sénatrice, risque d'être politiquement compliquée ! A moins que d'ici septembre l'Elysée ne lui promette une compensation pour qu'elle renonce à se présenter au Sénat. En 2005, Joëlle Ceccaldi avait notamment siégé quelques mois au Conseil Economique et Social lorsque Nicolas Sarkozy avait voulu récupérer son poste de député. Vive le Sarkoland !

(photo : Flickr)