Sarkoland Flux

Nicolas Sarkozy annule sa venue aujourd'hui à Puteaux... suite au dossier de L'Express sur le système Ceccaldi ?

Sarko

Roger Karoutchi, le patron de l'UMP des Hauts-de-Seine, avait annoncé le mois dernier sur son compte Facebook la venue de Nicolas Sarkozy à Puteaux le mardi 25 novembre. Nous sommes mardi 25 novembre... et pas de Nicolas Sarkozy. Il faut dire que quelques jours après l'annonce de la vue de l'ex-chef de l'Etat dans notre ville sortait un dossier de l'Express sur le système Ceccaldi, qui rappelait les affaires visant la maire UMP de Puteaux, notamment un compte au Luxembourg contenant 4 millions d'euros dont elle semble incapable d'expliquer aux juges une claire origine. Nicolas Sarkozy redoutait-il des photos de lui avec son ex-suppléante à l'Assemblée Nationale ?

PUTEAUX couverture

Voilà ce que cela aurait pu donner si Nicolas Sarkozy et Joëlle Ceccaldi s'étaient rencontrés ce soir (archives Flickr) :

42391316_e87703bea0_z


L'ex-1ère adjointe suspendue de l'UMP pour avoir lâché le maire de Puteaux

6a01116850d554970c01901e52921f970b-800wi
"Vous avez publiquement manifesté votre souhait de quitter la majorité municipale UMP et de faire campagne contre l'UMP dans la perspective des élections municipales de mars 2014 (..) Votre comportement porte préjudice à l'image de notre famille politique (..). Le bureau politique (de l'UMP) a décidé de vous suspendre et d'engager à votre encontre une procédure d'exclusion". La lettre est adressée à Maryse Chavrier, ex-1ère adjointe du maire de Puteaux, et est signée par Jean-François Copé, président de l'UMP.

La mesure n'est pas surprenante en soit : L'UMP a accordé son investiture à Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour la municipale... le parti ne peut pas en même temps soutenir Maryse Chavrier, qui a décidé de quitter la majorité municipale de Puteaux après en avoir fait la critique publique. L'UMP a fait un choix entre 2 personnes, il l'assume. Ce qui est troublant, c'est ce choix !

"Votre comportement porte préjudice à notre famille politique", argumente Jean-François Copé. En revanche, le fait que Joëlle Ceccaldi ait placé 4 millions d'euros dans un paradis fiscal sans les déclarer préalablement aux services fiscaux ne pose pas de problème à l'UMP et à son président. 

L'UMP et Jean-François Copé ont l'exclusion sélective... Ce qui est certain, c'est que ce n'est pas basé sur la probité de l'adhérent concerné.


La Sarkozye dans toute sa violence révélée dans "Le Monarque, son fils, son fief"

MonarqueLe livre de Marie-Célie Guillaume, directrice de cabinet de Patrick Devedjian au conseil général des Hauts-de-Seine, sort aujourd'hui en librairie. Roman à clés, "Le Monarque, son fils, son fief" dévoile les dessous terribles de la Sarkozye. Charles Ceccaldi-Raynaud y apparait...

Comment en effet parler des Hauts-de-Seine et de ses affaires sans évoquer à un moment ou à une autre le clan de Puteaux. Charles Ceccaldi-Raynaud est "Le Doyen d'âge". Page 69, l'auteure raconte la séance d'ouverture du conseil général en juin 2007. Elu le plus âgé de l'Assemblée, l'ex-maire de Puteaux préside : "Un mètre cinquante à peine, une peau de parchemin translucide et des os que l'on craint de briser à chaque poignée de main : il a 83 ans et pourrait en avoir 10 de plus... ".

L'affaire de la candidature de Jean Sarkozy à la présidence de l'EPAD est traitée dans un chapitre "Banana République", hommage au flash-mob organisé sur le parvis de La Défense.

La pétition en ligne lancée ici pour appeler Jean Sarkozy à renoncer à cette candidature est largement évoquée : "La pétition recueille des dizaines de milliers de signatures en quelques jours (..) Internet devient le vecteur d'une vague de protestation sans précédent (..). Les mots sont forts : népotisme, République bananière, clanisme...".


Présidentielle à Puteaux : le maire UMP cache les résultats médiocres de Nicolas Sarkozy

42391316_e87703bea0Ne cherchez pas sur le site internet de la ville de Puteaux les résultats du 1er tour de la présidentielle bureau par bureau. Ils n'y sont pas publiés. M'étonnant de cela, j'ai envoyé lundi un mail au député-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour lui demander de me fournir le tableau détaillant les résultats dans les 32 bureaux que compte la commune. Pas de réponse. Je la relance donc mardi. Mercredi après-midi enfin, j'ai reçu la réponse suivante :

"Monsieur,
J’ai bien reçu le courrier électronique par lequel vous me faites part de votre souhait d’obtenir les résultats du 1er tour des élections présidentielles.
Je vous informe qu’ils sont affichés pendant 8 jours, conformément à la loi, sur l’ensemble des bureaux de vote.
Vous pouvez donc, comme l’ensemble des Putéoliens, les consulter librement.
Cordialement,
Joëlle CECCALDI-RAYNAUD
Député des Hauts-de-Seine
Maire de Puteaux"

Une réponse assez amusante : ainsi donc, il faudrait faire le tour des 32 bureaux de vote de Puteaux pour avoir l'ensemble des résultats. Pas simple ! Qu'a donc à cacher la député-maire UMP ? Que dans sa ville, qui était autrefois la circonscription de Nicolas Sarkozy, le président-candidat fait dans plusieurs bureaux des scores très moyens, parfois en dessous de 30%, là où autrefois l'UMP était majoritaire dès le 1er tour.

Cachez ces résultats que je ne saurais voir !

Nota : à Courbevoie, commune voisine de Puteaux, ces résultats bureau par bureau sont bien entendu disponibles sur le site municipal.

MISE À JOUR VENDREDI 27 AVRIL À 15H : Hier, par mail, j'ai relancé le maire afin qu'il me transmette les résultats complets, bureau par bureau. Nouveau refus... Voici sa réponse ce jour : "Les résultats sont affichés sur le panneau administratif de la Mairie". J'aurais dû lui demander de me les envoyer par pigeon voyageur ! Les 30.000 électeurs de Puteaux ne vont pas se rendre devant le panneau administratif de l'Hôtel-de-Ville pour consulter ces résultats. Ils sont en droit de pouvoir en prendre connaissance sur le site de la commune !

(photo : archives, Joëlle Ceccaldi-Raynaud et Nicolas Sarkozy, Flickr)


Le député-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a déposé des millions d'euros dans des paradis fiscaux

IMG_1014

Dans son édition de mercredi 19 octobre 2011, le Canard Enchaîné consacre un long article à Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Selon l'hebdomadaire, la député-maire UMP de Puteaux, présidente de l'EPADESA (l'établissement public qui gère le quartier d'affaires de La Défense) a possédé jusqu'en avril 2009 des comptes au Luxembourg et dans des paradis fiscaux sur lesquels ont été déposés au moins 4 millions d'euros. En 2009, ces comptes ont été brusquement fermés et l'argent a disparu.

En août dernier, révèle le Canard, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été entendue comme témoin assisté par Richard Pallain, juge d'instruction de Nanterre chargé de l'enquête sur les malversations financières liées à l'attribution du marché du chauffage de La Défense.
Charles Ceccaldi-Raynayd, lui même mis en examen dans ce dossier, accuse sa fille d'avoir touché des commissions occultes lors de l'attribution de ce marché. En septembre 2010, le juge a lancé une commission rogatoire au Grand Duché. Il en ressort que Joëlle Ceccaldi-Raynaud a effectivement ouvert un compte au Luxembourg en 1996 sur lequel ont transité d'importantes sommes via des paradis fiscaux. En 2005, le compte contenait plus de 4 millions d'euros. Ces comptes portaient également les noms de ses enfants, Emilie et Vincent Franchi.
Mais en avril 2009, les comptes sont brusquement fermés et l'argent est "transféré vers une destination inconnue", écrit le Canard.
Devant le juge, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a nié que cet argent provenait de commissions occultes. Selon elle, il s'agit de "fonds qui se trouvaient en Suisse et qui appartenaient à sa grand-mère". Ce que Charles Ceccaldi-Raynaud, bien décidé à torpiller la défense de sa fille, a démenti au juge, déclaration de succession à l'appui. Selon Charles Ceccaldi, sa fille n'a pas touché un tel héritage. L'origine de cet argent resterait donc mystérieuse.
L'enquête judiciaire en reste là pour l'instant... car le juge Pallain a été muté le mois dernier du tribunal de Nanterre à... Tahiti !
Contacté par un journaliste du Canard, la député-maire UMP de Puteaux a refusé de répondre à ses questions.

A suivre...

Lire mon dossier sur cette Affaire du chauffage urbain de La Défense.

La dépêche AFP sur les révélations du canard.
L'article du Parisien des Hauts-de-Seine.
Un article sur Mediapart.

Ces accusations sont gravissimes. En tant que citoyen et conseiller municipal de Puteaux, je suis particulièrement choqué par ces révélations. Surtout que celles-ci ne sont peut-être qu'une petite partie de la réalité.
La justice doit aller au bout de son enquête. Toute la lumière doit être faite. Et si des élus ont commis des malversations, ils doivent en répondre. Je suis pour ma part favorable à l'inéligibilité définitive des élus condamnés pour ce type de faits.

"Il faut nettoyer les écuries d'Augias" du 92, avait dit Patrick Devedjian lors de sa 1ère élection à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. Ce travail reste visiblement à faire. A Puteaux nous sommes malheureusement bien placés pour le savoir.
Christophe Grébert


Marché du chauffage de La Défense : Charles Ceccaldi-Raynaud accuse sa fille dans le livre "Sarko et Cie"

9782809805413-G Dans "Sarko et Cie, la République des copains et des réseaux", l'auteur Ian Hamel résume les différents affaires qui ont marqué la carrière politique de Nicolas Sarkoy, depuis son élection comme maire de Neuilly jusqu'à son arrivée à l'Elysée. L'ex-député de Neuilly-Puteaux connait bien la famille Ceccaldi-Raynaud : Charles et Joëlle ont été, tour à tour, ses suppléants à l'Assemblée.

Le journaliste consacre plusieurs chapitres à La Défense et à ses dossiers judiciaires, notamment celui de l'attribution du marché du chauffage et de la climatisation des tours du quartier d'affaires. L'enquête lancée il y a une dizaine d'années semble au point mort. Interrogé par Ian Hamel, Charles Ceccaldi-Raynaud, l'ancien maire de Puteaux, accuse sa fille d'avoir perçu de l'argent.

Extrait :

"(..) En cause, un virement suspect de 750.000 euros au Luxembourg lors de la signature du marché, non éclairci à ce jour. Charles Ceccaldi-Raynaud affirme qu'il a bien eu vent de rumeurs de pots-de-vin autour de ce marché public, mais clame son innocence (..). Un conseiller financier installé au Luxembourg a, pour sa part, confirmé l'existence de possibles détournements de fonds portant sur 15 millions d'euros.
Lors des deux entretiens qu'il nous a accordés à son domicile de Puteaux en avril et octobre 2010, Charles Ceccaldi-Raynaud a clairement accusé sa fille Joëlle d'avoir perçu de l'argent dans ce dossier, nous indiquant le nom de la banque dans laquelle l'argent avait été déposé (..). "Quand la juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez a perquisitionné le domicile de ma fille, puis quelques mois plus tard son bureau à l'Assemblée nationale en 2003, cet argent a été placé dans des assurances-vie", assure "le renard argenté des Hauts-de-Seine". "Pour plus de discrétion les rendez-vous ne se tiennent plus à Luxembourg, mais à Metz. Le juge d'instruction possède toutes les preuves. Les mises en examen ne vont pas tarder à tomber. Ma fille étant présidente de l'Epad, ça va faire du bruit!", se réjouit Charles Ceccaldi-Raynaud en guerre ouverte contre sa fille. Depuis cette déclaration, qui remonte à une année, rien n'a bougé dans ce dossier, qui prend la poussière au palais de justice (..)".