Religion Flux

La remise en état de l'église de Puteaux, repeinte en rouge par la mairie, coûtera 500.000 euros

B70KN88IEAE29PNA la veille de Noël, Le Parisien des Hauts-de-Seine publie un article sur la remise en état de la vieille église de Puteaux dont les murs avaient été repeints en rouge par la mairie. Les travaux de restauration coûteront 500.000 euros, annonce la municipalité citée par le journal ! Une sacrée somme pour une grosse bourde.

Pendant les vacances de Noël 2014, Le monument du 16e siècle avait été repeint en rouge, en violet et en bleu, sans autorisation du ministère de la culture, ni même du curé. Ce dernier avait découvert les dégâts à son retour de vacances.
"A la mairie, l’instigateur de la décoration n’a pas été réprimandé", écrit Le Parisien. Et pour cause, le responsable n'est autre que Vincent Franchi, maire-adjoint à la culture... et fils du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud.
Remarquez que 500.000 euros, cela ne fait que 16 kilos d'or. Une broutille pour les Ceccaldi. Mais là ce sont les contribuables qui vont payer...

Les travaux de restauration commenceront en septembre 2016 et devraient durer 1 an. 


L'église de Puteaux repeinte en rouge et violet : la mairie n'a toujours pas réparé les dégâts

Eglise-puteauxDébut janvier, de retour de quelques jours de vacances, le curé de Puteaux avait eu l'énorme surprise de découvrir les murs de son église, ainsi que le mobilier, repeints en rouge et violet. Durant son absence, la mairie avait décidé de redécorer "façon Valérie Damidot" ce monument classé du 16e siècle !

La DRAC avait protesté et la mairie s'était engagée à remettre tout en état. Mais 8 mois plus tard, rien n'a été fait : les couleurs criardes sont toujours là (voir la photo ci-contre prise hier). En fait, le maire Joëlle Ceccaldi ne compte absolument rien changer. Elle trouve l'église "plus belle comme ça".

Lors du prochain conseil municipal, je poserai au maire les questions de Putéoliens sur cette affaire : 

Question de L. : "En décembre dernier, la vieille église de Puteaux a été saccagée et les murs peints illégalement avec des couleurs criardes. La mairie s'était engagée à remettre le site en état. Mais, 9 mois plus tard, on constate que rien n'a été entrepris (voir photo prise ce dimanche). Est ce que la mairie compte laisser pourrir la situation jusqu'à l'oubli du délit ? Quand cette église retrouvera son état originel ? Je soupçonne fort la mairie de mauvaise volonté sur ce cas et j'appréhende qu'avec le temps, les choses restent en l'état jusqu'à ce que les autorités culturelles responsables finissent par jeter l'éponge".

Question de S. : "Je suis surprise de voir que le choeur de l’église Notre Dame de Pitié est toujours peint en rouge. N’y-a-t-il pas des travaux prévus pour refaire l’étanchéité et restaurer la couleur initiale ?"


Eglise repeinte par la mairie : le curé de Puteaux s'exprime sur France 3

Dans un reportage diffusé mercredi soir sur France 3 Ile-de-France, le curé de Puteaux s'exprime pour la première fois sur l'affaire des peintures réalisées par la municipalité dans la vieille église.

"Madame le maire assume le fait de ne pas vouloir être en concertation avec nous", a regretté le père Alain Lotodé.

Pour ne pas répondre aux critiques, la mairie a diffusé un communiqué assez étonnant : il est question d'infiltrations suite à un orage, mais jamais des peintures réalisées sans concertation avec la paroisse ou avec les services du ministère de la culture :

"Concertation entre la Ville de Puteaux et la DRAC Ile-de-France

La Ville de Puteaux est propriétaire de Notre-Dame-de-Pitié, dite la Vieille Église. Par mesure de sauvegarde et d’entretien de son patrimoine, la Municipalité a entrepris en décembre des travaux à l’intérieur du bâtiment sur des murs qui nécessitaient une réfection. Diverses fissures et infiltrations ont en effet été constatées par les services techniques, suite au gros orage qui s’est abattu le 19 septembre 2014.

Mercredi 28 janvier au matin, les représentants de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Ile-de-France ont été reçus par la municipalité de Puteaux pour procéder à une visite de l’Eglise de Notre-Dame-de-la-Pitié, dite La Vieille Eglise. Cette visite a permis à l’Architecte des bâtiments de France et au Conservateur régional des monuments historiques de constater les travaux entrepris à la suite de l’apparition de nombreuses fissures et infiltrations.

Les représentants de la DRAC estiment que les défauts d’étanchéité et la fissuration des murs méritent une étude générale de l’état du bâtiment menée par un Architecte du patrimoine afin d’en déterminer précisément les causes. La présence de nappes phréatiques en sous-sol est une hypothèse qui devra être confirmée. Cette étude des sols, des soubassements et de l’architecture du bâtiment conduira à proposer des solutions pérennes de reprise de l’ensemble de l’édifice.

Les responsables de la DRAC ont par ailleurs souligné le caractère exceptionnel des vitraux de l’église et la nécessité de mettre en place des aménagements spécifiques pour en assurer la préservation. La Ville prêtera son concours le plus entier pour valoriser cet élément du patrimoine culturel et historique local et permettre aux Putéoliens et à tous les amateurs d’art de venir les admirer.

Les études précitées seront engagées dans les meilleurs délais. A l’issue de celles-ci, la rénovation intérieure de l’édifice sera revue en concertation étroite avec le Conservateur régional des monuments historiques".

Quelle est l'expression déjà ? "Noyer le poisson" ?

Communiqué de la paroisse : 

B81pv2rIgAAQ4eW

FRANCE 3 DIFFUSE LE REPORTAGE SUR L'ÉGLISE ET REDIFFUSE SUR SON SITE 2 AUTRES REPORTAGES SUR LES IDÉES FANTASQUES DU MAIRE DE PUTEAUX : LES CARTES DE VOEUX A 120.000 EUROS ET LA DISTRIBUTION DE 3.000 ASPIRATEURS.


Eglise repeinte à Puteaux : les enquêteurs de la DRAC se sont rendus sur place (MISE A JOUR : les couleurs vont être retirées)

6a00d8341c339153ef0176159cf86d970c-800wiDes enquêteurs de la DRAC, qui représente le ministère de la culture en Ile-de-France, se sont rendus ce matin à Puteaux pour constater les dégâts occasionnés par les travaux de peinture réalisés par la municipalité à l'intérieur de la vieille église. Ce n'est pas la première fois que la mairie de Puteaux s'en prend à ce monument classé du 16e siècle. 

MISE A JOUR À LIRE PLUS BAS : la mairie annonce que les couleurs vont être retirées, afin que l'église retrouve son aspect initial.

Pour les travaux de peinture, la municipalité explique avoir agi dans le cadre d’« une mesure de sauvegarde, d’entretien et de réfection à la suite d’infiltrations d’eau ». Mais selon Jean-Pascal Lanuit, directeur adjoint à la direction régionale des affaires culturelles (Drac) d’Île-de-France, interrogé par l'AFP  : « Traiter une fuite d’eau et repeindre en vermillon, c’est différent ! Surtout pour un monument historique ! » .

Ayant été réalisés « sans autorisation, ces travaux sont illégaux », selon Jean-Pascal Lanuit. Selon que la peinture est réversible ou pas, qu’elle risque d’attaquer la pierre ou le plâtre, la Drac verra « quelle remise en état est possible », explique le responsable de la Direction régionale qui entend faire un signalement au procureur de la République pour « violation du code du patrimoine ». Pour autant, il n’y aura pas forcément de poursuite par le procureur s’il n’y a pas eu « intentionnalité délictueuse ». La mairie a surtout fait preuve, selon Jean-Pascal Lanuit, « de mauvais goût, de manque de courtoisie et de précipitation ».

De son côté, la Conférence des évêques de France (CEF), sollicitée par le journal La Croix, regrette que ces couleurs vives ne soient « pas en conformité avec le style de l’église et avec son utilisation liturgique », selon Maud Cassanet, responsable du département d’Art sacré au sein de la CEF.

CE N'EST PAS LA PREMIÈRE ATTEINTE A CE MONUMENT CLASSÉ

La mairie de Puteaux n'en est pas à son premier coup d'essai. Cela fait des années que des travaux sont effectués dans ou autour de cette église, sans concertation avec la paroisse. En 2005, des grilles sont installées autour de l'édifice, l'enfermant totalement et empêchant les promeneurs de l'approcher. En 2012, une tour surmontée d'une cloche est construite devant le monument classé, sans que le curé ne soit consulté ou même prévenu. Les travaux ont coûté 150.000 euros. La cloche, qui sonnait les heures, n'a fonctionné que quelques semaines, les voisins se plaignant du bruit.

Le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, suit ainsi le chemin de son prédécesseur et père : En 2003, Charles Ceccaldi-Raynaud avait lancé un appel d'offre pour "l'édification d'un signal mettant en valeur la Vieille Eglise". "De forme élancé", ce signal devait mesurer 30 mètres de haut. Comme cette hauteur n'était pas autorisée par le POS, celui-ci devait être modifié. L'appel d'offre précisait que les matériaux employés devaient être le verre et le métal... le tout "de première qualité afin d'en assurer la pérennité". "Si des dessins ou des inscriptions sont portées sur l'oeuvre, ils pourront être réalisés ou réhaussés avec de la feuille d'or", indiquait encore la mairie ! L'"oeuvre" devait être étudiée pour que "de nuit, elle soit lumineuse, sans effacer l'édifice qu'elle doit mettre en valeur". Coût estimé de ce "phare du futur" (l'expression est de Charles) : 500.000 euros. La société Eiffel était pressentie pour réaliser cette flèche lumineuse. Fort heureusement, les services de l'architecture et des bâtiments de France avaient coupé court à ce projet délirant.

 

MISE A JOUR 17H30 :

Sur place, les experts ont pu relever les types de peintures utilisées et l'heure est désormais à l'analyse de leurs composantes, annonce MetroNews. Les spécialistes devront déterminer quels effets ces peintures ont pu avoir sur la pierre multiséculaire de l'édifice, et élaborer une stratégie : retirer cette couche ou enduire par dessus avec un ton "plus proche de l'état initial". 

La mairie a annoncé à France 3 qu'elle allait rénover les couleurs de l'église à l'identique. Le rouge et le mauve sur les murs seront donc retirés, tout comme le beige sur les statues. 

SUR LE PARISIEN : Puteaux (92) : l’église repeinte en rouge va perdre ses couleurs

Questions : Qui est responsable ? Combien ont coûté ces travaux de peinture et combien ça va coûter de les retirer ?

A la question "Qui va payer ?", j'ai déjà la réponse :  les contribuables bien entendu...


Eglise repeinte de Puteaux : reportage sur RTL

Radio-Mediametrie-RTL-NRJ-RMC-France Inter-skyrock-Fun RadioLa radio RTL a diffusé dimanche un reportage sur la vieille église de Puteaux repeinte en rouge et violet par la ville.

RTL-puteaux-eglise

 "Le délégué à la culture est le fils du maire. Il est candidat aux départementales. Il ne perdra pas sa place", remarque l'ancienne 1ère adjointe Maryse Chavrier. Vincent Franchi est en effet responsable de ce chantier.

EN LIRE PLUS DANS MON DOSSIER RELIGION

AFP : Puteaux : une église relookée en rouge et violet, la Drac se saisit du dossier

JOURNAL LA CROIXUne mairie ne peut décider seule des travaux dans une église

D'AUTRES ARTICLES ET REPORTAGES :


Eglise de Puteaux repeinte en rouge et mauve : le ministère de la culture lance une enquête

Nef_nd-c2ac4La Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) d'Ile-de-France, dépendant du ministère de la culture, ouvre une enquête suite aux travaux effectués à l'intérieur de la vieille église de Puteaux : des murs entiers de ce bâtiment du 16e siècle, classé monument historique, ont été recouverts de rouge et de mauve. La mairie de Puteaux, qui a effectué ces travaux sans autorisation du ministère de la culture, pourrait être poursuivie au pénal.

« Une équipe (du ministère de la culture) va se rendre sur place pour constater la matérialité des faits. C’est le point de départ pour engager toute procédure (notamment pénale) en lui donnant de solides bases juridiques. A ce stade, nous ne pouvons donc pas écarter une présomption d’acte délictueux (mais la qualification comme telle relèverait évidemment du juge). », annonce la DRAC au site internet de La Tribune de l'Art.

Orgue-2-52e6eLe code pénal (article 322-3-1) prévoit en effet que « la destruction, la dégradation ou la détérioration est punie de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende lorsqu’elle porte sur un immeuble ou objet mobilier classé ou inscrit en application des dispositions du code du patrimoine ».

(photos : la Tribune de l'Art)

 

A LIRE SUR LE FIGARO : Une église classée repeinte façon Valérie Damidot

DANS LE PARISIEN DES HAUTS-DE-SEINE : Puteaux : la mairie a repeint en rouge une église classée