Questions au maire Flux

Vos questions pour le conseil municipal de Puteaux de jeudi

38164558446_68fe798d40_zVoici les questions que je compte poser au maire de Puteaux lors du conseil municipal du jeudi 14 décembre 2017. Elles reflètent vos propres préoccupations sur la gestion de la commune. Merci de votre participation.

CADRE DE VIE :

Christophe : L’escalator du boulevard Richard Wallace est en panne depuis 2 mois. Ce n’est ni la première fois, ni le seul escalier mécanique ou ascenseur dont le bon fonctionnement n’est pas assuré. Les liaisons entre le haut et le bas de la ville, ainsi qu’avec la Défense sont difficiles pour les personnes âgées et handicapées, ainsi que pour les personnes chargées de courses et les parents avec des enfants. Que comptez-vous faire pour enfin assurer le fonctionnement correct et régulier des escaliers mécaniques et ascenseurs de la ville ?

Alice : Je suis propriétaire d'un jeune chien. J’avais pris l'habitude de rejoindre les autres propriétaires qui en fin de journée laissaient leurs chiens sans laisse dans une sorte d'espace fermé situés près de la mairie Rue Chantecocq.
 À ma connaissance, il n'y a eu aucun incident,  ni chiens blessés ni maîtres ni même piétons aux alentours et pourtant une brigade de police est venue prévenir les propriétaires qu'à la prochaine récidive, il y aurait des amendes.

J’ai bien conscience que lâcher son chien est interdit. Mais les non prioritaires de jardins apprécient de pouvoir offrir une petite heure de liberté à leurs compagnons qui sont éduqués et quasiment enfermés dans le parc. 
S'il n'est pas possible de les lâcher, car l'espace n'est pas clos, est-il possible d'obtenir une clôture pour pouvoir défouler nos chiens ? 
Je pense que je parle au nom de beaucoup de propriétaires de chiens. En signifiant que nous sommes très attristés par cette interdiction.

Une pétition pour la création d’un parc canin clôturé à Puteaux a rassemblé 25.000 signatures.


Marie :
Pouvez­-vous installer des rails pour ranger les vélos ? 3 rails devant le monoprix pour tout le quartier,  c'est juste pas possible.


Des habitants du haut de Puteaux interpellent la municipalité :

Olivier : Pourquoi le haut de Puteaux reste-t-il sous équipé en commerces et bien moins décoré pour les fêtes de fin d’année que le bas de Puteaux ?
Près de l'avenue Gutenberg, la ville n'offre aucune aire de jeux pour sports collectifs. Pourquoi ?
 Le parc du moulin voit ses pelouses infectées par les déjections canines : les chiens ont ils priorité sur les enfants qui ne peuvent plus y aller ?
Le feu tricolore face à l’Urban foot est régulièrement ignoré par des véhicules alors que beaucoup d'enfants vont à l'école Jacotot : que comptez vous faire ?

Mélody : La municipalité de Puteaux va-t-elle mettre des actions en place pour veiller à la sécurité des résidents du haut de Puteaux (quartier Moulin / Bergères) victimes des cambriolages, des bandes qui traînent la nuit et font du tapage et dealent, des courses de voitures etc… La proposition d’un 2nd commissariat dans le haut de Puteaux serait une bonne chose contre cette insécurité.

De manière générale, les habitants du haut de Puteaux se sentent délaissés par la Municipalité : des tas de nouvelles résidences, écoles et hôtel (quartier Moulin / Bergères), mais presque aucun commerce ni service (il faut descendre en centre-ville).  A quand l’ouverture de commerces sur le haut de Puteaux ? Un article dans le magazine de Puteaux sur les futurs commerces serait le bienvenu.


CHAUFFAGE URBAIN :

Laurent : Quand interviendra le remboursement des particuliers pour les trop perçus de la sicudef pour le chauffage ?


URBANISME :

Christophe : Un permis de construire a été affiché le 30 octobre 2017 et porte sur un ensemble immobilier énorme et massif de 7 étages et de très forte densité sur l'actuel site de Toshiba. Pouvez-vous informer la représentation municipale sur ce projet immobilier ?

Olivia : Nous avons appris le retrait par le promoteur du permis de construire auprès du tribunal administratif concernant la construction d'un ensemble immobilier de 45 logements au 27 rue Rouget de Lisle (face à l’escalator en panne). Nous aimerions connaître les raisons ayant motivé ce retrait, ainsi bien évidemment que le nouveau projet municipal relatif à ce terrain lui appartenant.

Marie : Que va devenir l'immeuble la Sopra, rue des Pavillons ? Va-­t-­il être démoli ?

Olivier : Un promoteur immobilier basé à Londres, Pacific Investments, souhaite acquérir les terrains d'Urban foot, en haut de la rue de la République, pour construire du neuf. Un changement du PLU sera demandé. Urban foot semble déjà d'accord. On cherche des recettes fiscales en bétonnant un quartier où les espaces verts et les commerces sont déjà dramatiquement absents. On veut entasser des habitants dans des tours. Pourquoi ?

 

ENVIRONNEMENT :

Benoit : A ce jour, 367 communes ont refusé l'installation du compteur communiquant LINKY, comme l'a déjà fait la très écologiste Allemagne, qui ne l'a autorisé que pour les entreprises et pas pour les particuliers, car jugé non rentable. Il est difficile, bien qu'il en ait parfaitement le droit, pour un usager de s'opposer à cette pose lorsque le compteur est en dehors de l'habitation (cas des compteurs sur palier dans les immeubles collectifs, nombreux à Puteaux) alors que Linky suscite de nombreuses interrogations qui devraient conduire à en suspendre la pose, en vertu du principe de précaution :

- risques sanitaires (rayonnements électromagnétiques du courant porteur en ligne utilisé par le compteur pour transmettre les données, alors que ces risques disparaîtraient si la fibre optique était choisie ; risques classés potentiellement cancérigènes par l'Organisation Mondiale de la Santé, groupe "2B")

- risque sécuritaire (8 incendies déjà constatés en zones d'expérimentation, pannes d'appareils électriques ruineuses pour les usagers, risque de piratage qui ne sera jamais nul, d'atteinte à la vie privée ,d'exploitation des données, voire d'attaque de grande envergure car il est possible par ERDF mais aussi par un « hacker » de couper le courant à distance avec le Linky) 
- risque économique (facturation sur puissance apparente et non sur puissance active ; fin de la marge de tolérance de 10% sur la catégorie de puissance de l'abonnement)

- risque pour l'emploi (suppression des relevés sur place)


- risque environnemental (mise au rebut de 35 millions de compteurs pourtant en parfait état de marche!!)

Les compteurs électriques appartiennent aux collectivités locales et sont exploités par Erdf-Enedis. L’article L322-4 du Code de l’énergie stipule que les collectivités sont propriétaires des réseaux d’ouvrages électriques. Les compteurs font partie du réseau. La Commune en délègue, par concession, la gestion à Erdf-Enedis.

Aussi, envisagez vous d'interdire la pose de ces compteurs à Puteaux comme l'ont déjà fait les courageux maires de 32 commune d'Ile de France parmi lesquelles : Bagneux, Bonneuil sur Marne, Fontenay sous Bois, Bagnolet, Taverny, Bondy, Orgeval...) ?


Conseil jeudi à Puteaux : posez une question au maire

6a00d8341c339153ef01bb09dd02e1970d-320wiUn conseil municipal aura lieu à Puteaux le jeudi 14 décembre 2017. C'est le dernier de l'année. Comme d'habitude, nous vous proposons de nous envoyer des questions que nous poserons en séance à la maire.

Envoyez votre question à mon adresse : grebert@gmail.com

Vous pouvez retrouver les questions précédentes et les réponses du maire ici.

Depuis le dernier conseil de septembre, voici les nouveaux sujets qui pourraient abordés :


Nous réclamons des terrains de sport pour les jeunes. Le maire de Puteaux refuse

27366688921_7625613ef1_oLors du conseil municipal de Puteaux du 25 septembre 2017, j'interpelle la maire sur le peu de terrains de sport accessibles librement aux jeunes de la commune : les jeunes réclament des terrains de foot et de basket notamment.

Aux Etats-Unis, les municipalités ont bien remarqué que l'ouverture de terrains de baskets autogérés avait nettement participé à l'amélioration de la tranquillité dans les quartiers et fait baisser la délinquance. C'est avant tout un lieu d'échanges, de discussions et de rencontres.

A Puteaux, la ville propose de nombreuses activités encadrées. Mais si cette formule est idéale pour les très jeunes, elle ne répond pas aux besoins d'autonomie d’adolescents devenant de jeunes adultes.

A la question de Joseph, un jeune putéolien de 21 ans, sur le manque de terrains de sport librement accessibles, la maire me répond : "Il n'a envie de rien faire votre jeune" (VOIR la vidéo ci-dessous). Ce manque d’écoute et de respect est bien regrettable. Joëlle Ceccaldi a ensuite un argument choc : "Nous n'avons pas de forêt" où les jeunes pourraient « s’ ébattre ». Effectivement, c’est imparable…

Sauf que justement, plus une ville est densifiée, plus ses habitants ont besoin d'espaces de ce type pour se détendre. Leur développement devrait donc être une priorité de la municipalité.

(PHOTO : terrain de sport fermé rue André Leclerc, vieux Puteaux, Flickr)


Pour la maire LR de Puteaux, loi DALO = délinquance

JowellLors du conseil municipal de Puteaux du 25 septembre 2017, j'ai posé une question sur le sentiment d'insécurité exprimé par des habitants du quartier des Bergères : des jeunes font du bruit à toute heure et fument du shit. Joëlle Ceccaldi en profite alors pour mettre en cause les familles pauvres qui ont obtenu un logement HLM par la préfecture grâce à la loi Dalo.

Car forcément, pour la maire LR, pauvreté = délinquance !

Et écoutez bien la vidéo ci-dessous : Joëlle Ceccaldi explique que les problèmes sont le fait de 6 ou 7 jeunes de 14 ou 15 ans. Ainsi donc la municipalité n'est pas capable de gérer une petite bande d'adolescents, mais nous promet la sécurité à tous ?!?!

HALTE AU MÉPRIS SOCIAL

En réalité, si le sentiment d'insécurité est présent sur le haut de Puteaux, c'est que la municipalité n'y conduit pas les actions de prévention et sociales nécessaires. Il ne suffit pas en effet de mettre des caméras partout et de faire circuler des policiers enfermés dans un camion grillagé.

Je reviendrai sur cette question de la sécurité lors des prochaines séances du conseil municipal, notamment pour relayer notre PÉTITION en faveur de la création d'un commissariat de la police municipale sur le haut de la commune.