Proces 4 Flux

La liberté d'expression a eu le dernier mot : fin des procès entre la mairie de Puteaux et MonPuteaux.com !

445032370_f1803ff18bJe reviens du Tribunal de Paris, où la 17e chambre correctionnelle a décidé de clore le dernier dossier "Mairie de Puteaux contre MonPuteaux.com". Les parties civiles - les élus UMP du conseil municipal de Puteaux, dont Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud - se sont en effet toutes désistées !

DES ELUS "RACAILLES"

A l'origine de cette dernière plainte, une déclaration faite par moi en avril 2007 : à la sortie de la cour d'appel de Versailles, qui venait de confirmer la condamnation de Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud pour m'avoir diffamé, j'avais déclaré que ce nouveau jugement était un avertissement pour tous les élus "racailles" qui ne respectent pas la loi. Cela faisait référence aux propos tenus à la même époque par Nicolas Sarkozy sur les jeunes des banlieues. Joëlle Ceccaldi-Raynaud se sentant visée avait porté plainte pour diffamation, en associant à la procédure l'ensemble des élus de la majorité, dont Charles Ceccaldi-Raynaud. Au total, il y avait 37 parties civiles dans cette affaire, chaque membre UMP du conseil municipal de Puteaux.

Or, en septembre dernier, 35 des parties civiles, dont Joëlle Ceccaldi-Raynaud, font savoir qu'elles se désistent. Charles Ceccaldi-Raynaud fait exception. A l'audience relais, son avocat explique qu'il n'arrive pas à le joindre. En réalité, Charles Ceccaldi-Raynaud a écrit un courrier à Maitre Jean-Marc Fédida dans lequel il affirme ne s'être jamais associé à cette plainte. Le tribunal a considéré cet après-midi qu'il s'agissait d'un désistement. Plus de partie civile, plus de procès : l'action s'éteint !

CHARLES CECCALDI-RAYNAUD SOUPCONNÉ DE SÉNILITÉ PAR L'AVOCAT DE SA FILLE

Reste la lettre de Charles Ceccaldi-Raynaud. Si ce qu'il dit est vrai, l'ensemble de la procédure n'était-elle pas invalide ? Ma mise en examen était-elle légale ? A l'audience cet après-midi, l'avocat du maire de Puteaux a mis en doute la parole de Charles Ceccaldi-Raynaud : "C'est un monsieur très âgé. Il ne se rappelle plus ce qu'il a signé. D'ailleurs, sa lettre est pratiquement illisible".

"Cette affaire n'a que trop durée", a déclaré la présidente de la 17e chambre correctionnelle, qui en a visiblement assez des plaintes de la mairie Puteaux et de sa guerre familiale ! Elle referme le dossier avec soulagement. "Affaire suivante !".

Après plus de 4 ans de procédures judiciaires à répétition, c'était la dernière affaire m'opposant au député-maire UMP de notre ville. J'ai gagné tous les procès. Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a dépensé plus de 100.000 euros -prélevés sur le budget municipal- pour m'attaquer, les a tous perdus. Les campagnes de diffamation lancées contre moi ont échoué. La liberté d'expression a eu le dernier mot. Mon combat pour l'alternance à Puteaux se poursuit.
Christophe Grébert


Justice : MonPuteaux gagne par KO contre la maire de Puteaux

Joellececcaldi_2Charlesceccaldi_2Je suis convoqué jeudi 20 novembre devant la 17e chambre correctionnelle de Tribunal de Paris pour une audience de fixation concernant la dernière plainte pour diffamation déposée contre moi par Joëlle Ceccaldi-Raynaud et les conseillers municipaux UMP de Puteaux.

Or, ce procès n'aura finalement pas lieu ! Joëlle Ceccaldi, à qui son avocat Maître Fédida à sans doute promis une nouvelle défaite, abandonne la partie. Mieux encore : la plainte avait été déposée également au nom de Charles Ceccaldi-Raynaud, mais celui-ci dans une lettre adressée à Jean-Marc Fédida annonce qu'il "n'a pas voté (cette) plainte collective" et qu'il ne s'est "jamais associé à cette action judiciaire". Dans ce courrier, il est par ailleurs peu aimable vis à vis des élus de la majorité : il les qualifie de "traitres".

Si ce que dit Charles Ceccaldi est vrai, s'il n'a effectivement jamais rien signé contre moi, alors que son nom était bien inscrit sur la plainte collective, cela veut-il dire que toute la procédure -qui à mobilisé durant des mois avocats, huissiers, policiers, magistrats, greffiers, etc- était non valide, puisque reposant sur une fausse déclaration ? Voilà qui pourrait intéresser le procureur et les juges de la 17e chambre. J'irai jeudi 20 novembre leur demander ce qu'ils en pensent.

Procès ou pas procès, l'avocat Jean-Marc Fédida n'en présentera pas moins une facture à la mairie de Puteaux. Combien d'argent encore prélevé pour rien sur le budget de la ville ? 8.000, 9.000, 10.000 euros ? Voilà comment Joëlle Ceccaldi-Raynaud dépense l'argent des contribuables putéoliens.

Une nouvelle fois, une plainte de la maire de Puteaux se solde heureusement par une victoire pour la liberté d'expression.
Christophe Grébert

VOIR MON DOSSIER SUR CE PROCES 4 QUI N'AURA PAS LIEU


Nouveau procès Ceccaldi contre Grébert : les plaignants ne viennent pas à l'audience !

J'étais convoqué cet après-midi devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, suite à une nouvelle plainte pour diffamation lancée contre moi par Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud. Il s'agissait d'une audience de fixation. Autrement dit le juge devait fixer la date du procès. Il n'a pas pu le faire...
En effet, l'avocate du cabinet de Maître Fédida, qui représente encore une fois le maire et le conseiller général de Puteaux, a annoncé que Joëlle Ceccaldi se désistait, mais qu'elle ne savait pas pour Charles Ceccaldi : "Je ne parviens pas à le joindre". "Mais il sera présent à l'audience ?" demande la présidente du tribunal. "Je ne peux pas vous dire. Je n'ai aucune nouvelle de lui", répond l'avocate. "Dans ces conditions, nous ne pouvons fixer d'audience des débats contradictoires", déclare la présidente visiblement très agacée.
Du coup, je suis à nouveau convoqué le 20 novembre pour une autre audience de fixation. Le procès aura lieu vraisemblablement début 2009 ! Comment faire perdre du temps à tout le monde et d'abord à la Justice !


Je suis à nouveau convoqué au Palais de Justice de Paris

445032370_f1803ff18bJe suis convoqué cet après-midi devant la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris, à la suite d'une plainte pour diffamation déposée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, le député-maire UMP de Puteaux, et par Charles Ceccaldi-Raynaud, le conseiller général UMP de Puteaux. Il s'agit d'une audience relais. Autrement dit le juge va fixer la date de ce 4e procès !

Ma mise en examen porte cette fois sur une déclaration faite à la sortie de la cour d'appel de Versailles. Joëlle et Charles Ceccaldi venaient d'être condamnés une seconde fois pour avoir insinué que j'étais pédophile. J'avais alors déclaré à un journaliste que ce nouveau jugement était un avertissement pour les "élus racailles" qui ne respectaient pas la loi. Mon maire et mon Conseiller général ont pris cette expression pour eux ! Moi je parlais des élus qui ne respectent pas la loi !

Condamnés à 8.000 euros d'amende et de dommages et intérêts, Joëlle et Charles Ceccaldi essayent à nouveau de me rendre la pareille en m'envoyant devant les tribunaux. Ils ont déjà essayé de me faire condamner, en vain. Ils feraient mieux déjà de respecter leur propre condamnation : les juges ont ordonné la publication de leur jugement sur le site officiel de la mairie, ainsi que dans Le Parisien des hauts-de-Seine. Sauf erreur de ma part, je n'ai toujours rien vu...

Quand on fait appel à la justice, on commence par la respecter.
Christophe Grébert

PS : MONPUTEAUX VIENT DE DEPASSER LES 2 MILLIONS DE VISITES ! MERCI DE VOTRE INTERET ET DE VOTRE FIDELITE.

(photo : Flickr)


Joëlle Ceccaldi contre Christophe Grébert : un nouveau procès aura lieu en 2008

2367970809_fabea4b890J'ai été entendu vendredi par un juge d'instruction parisien, à la suite d'une nouvelle plainte pour diffamation déposée contre moi par la députée-maire UMP de Puteaux. Comme en matière de diffamation, la mise en examen est automatique, le juge ne m'a pas demandé grande chose ; simplement de confirmer que j'étais bien l'auteur des propos qui ont déplu à Joëlle Ceccaldi-Raynaud. J'ai confirmé, puisque -pour ma part- je signe et assume chacun de mes écrits.
Cette plainte a été déposée APRES ma déclaration de candidature à l'élection municipale. Le maire a donc utilisé des moyens publics pour m'attaquer et mettre en cause son principal concurrent dans ce scrutin. Cela lui vaudra une procédure pour plainte abusive, avec réclamation d'importants dommages et intérêts. Les juges auront certainement à coeur de fait cesser cette instrumentalisation de la justice par la maire UMP de Puteaux. En cela, Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne fait que poursuivre le harcèlement entamé contre moi par son père.
Un nouveau procès aura donc lieu cette année, au cours duquel je compte bien dénoncer ce scandale. En matière de diffamation, les échanges entre Joëlle et Charles Ceccaldi seront une belle démonstration, au cours de l'audience, des méthodes ceccaldistes.
La maire m'attaque ? J'ai matière à me défendre ! Je rappelle que de nous 2, c'est elle qui a été condamnée 2 fois : par le tribunal correctionnel de Nanterre et la cour d'appel de Versailles.
Christophe Grébert

(photo : Flickr)


Nouvelle plainte de Joëlle Ceccaldi-Raynaud contre MonPuteaux.com

1355Cela en devient ridicule. Je suis convoqué vendredi matin par un juge d'instruction parisien à la suite d'une nouvelle plainte pour diffamation du député-maire UMP de Puteaux.

Cette fois, Joëlle Ceccaldi-Raynaud me reproche d'avoir écrit sur mon site que sa condamnation devant le tribunal de Nanterre et la cour d'appel de Versailles pour avoir insinué que j'étais pédophile était une victoire pour moi, mais aussi pour les "victimes du système Ceccaldi".

En cela, je ne faisais que citer son père, Charles, qui dans l'Express revendiquait un "système clientéliste meilleurs qu'ailleurs".

Je ne vois pas de diffamation dans mes propos. En revanche, on peut en trouver sur le blog http://puteauxpourtous.blogspot.com/ tenu par l'ancien maire... mais là, Joëlle Ceccaldi s'abstient de porter plainte. Elle préfère s'en prendre uniquement à MonPuteaux. Cela ne ressemble-t-il pas à une instrumentalisation de la justice ???? :)

Les juges apprécieront.

J'OUVRE UNE NOUVELLE RUBRIQUE SUR CETTE NOUVELLE PLAINTE ET NOUVEAU PROCES À VENIR : WWW.MONPUTEAUX.COM/PROCES_4/

(photo : Assemblée nationale)