Proces Elus UMP en HLM Flux

50% des élus UMP de Puteaux profitent de HLM : le procès aura lieu le 22 octobre 2014

ASSIGNATION-ELUS-UMP

Les élus UMP de Puteaux logés en HLM m'attaquent pour "violation de (leur) vie privée'. Le procès aura lieu le 22 octobre devant le tribunal de Nanterre.

En révélant la liste des élus UMP putéoliens profitant de logements sociaux, j'ai voulu dénoncer l'injustice et l'hypocrisie qui entoure l'attribution des HLM. Dans ma commune, selon le maire et président de l'office HLM, 6.000 familles sont en attente d'un logement social. Dans une telle situation de pénurie, la question n'est plus de savoir si vous "entrez dans la critères légaux". La question est : selon quel miracle vous allez pouvoir passer au-dessus de la pile. Quelles sont les règles d'attribution ? Qui décide ? Qui contrôle les décisions prises dans le secret du cabinet du maire et de la direction des HLM ?

Ces élus ont-ils profité de passe-droits ? Je ne sais pas. Qui le sait ? Et qui peut le vérifier, puisque rien n'est transparent ! On est simplement en droit de s'interroger sur cette anomalie statistique : 1 élu sur 2 de la majorité municipale est en HLM, 0 élu de l'opposition et 6.000 familles en attente.

Ils ont obtenu et conservent ces logements légalement ? Mais est-ce moral ou éthique ?

Ces élus m'attaquent en justice. Ils me réclament 76.000 euros de dommages pour "violation de (leur) vie privée". La loi empêche en effet toute transparence sur cette question du logement. Pourtant ces conseillers municipaux ne sont pas des locataires tout à fait comme les autres : ce sont des élus de la République qui gèrent l'argent public... et qui contrôlent l'attribution des logements sociaux. Ils sont juges et parties !

Doivent-ils se soumettre à un contrôle renforcé, quitte à ce que leur vie privée en souffre un peu ? La loi ne l'exige pas. Et comme c'est aussi eux qui font la loi... ils ne sont pas prêts de la réformer.

J'ai voulu dénoncer cette situation. Pour cela, la justice va me punir. Mais qui va gagner et qui va perdre dans cette affaire ? L'idée de démocratie (de pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple) en sortira-t-elle renforcée ?

Pendant ce temps, des milliers de familles vivent dans des logements insalubres. Pendant ce temps, ces mêmes élus bénéficiant de logements subventionnés par nos impôts, refusent de construire de nouveaux logements HLM... pour les autres.

En décembre 2011, j'ai présenté un voeu devant le conseil municipal de Puteaux "Pour une meilleure gestion du parc HLM" de la commune. Ce voeu a été repoussé par les élus UMP au cours d'une séance municipale très agitée.

TEXTE DU VOEU REPOUSSÉ PAR LES ÉLUS UMP DE PUTEAUX :

Considérant que les conditions d’attribution des logements sociaux sont totalement opaques,

Le conseil municipal de Puteaux s’engage à favoriser une gestion transparente de l’attribution des logements dans la commune, en réservant un siège de la commission d'attribution à l’opposition municipale.

De plus, au nom de l'intérêt général, le conseil municipal encourage les élus résidant en HLM et disposant d'un niveau de revenus suffisant pour accéder au marché privé, à renoncer volontairement à leurs logements sociaux, afin que ceux-ci soient attribués à des familles prioritaires.


Un 18e élu UMP à Puteaux logé en HLM : Pariza Messaoudene

Pariza Messaoudene entre au conseil municipal de Puteaux. Elle intègre la majorité UMP de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Elle remplace Jean-Philippe Lotteau décédé.

Militante ceccaldiste, Pariza Messaoudene fait partie depuis longtemps du système : membre du Conseil économique, social et environnemental local, l'un des outils du clientélisme local, elle siégeait dans la commission "Animation urbaine, Education, Jeunesse, Sports et Loisirs".

Occupant un HLM à Puteaux, elle s'était présentée en 2010 sur la liste soutenue par l'UMP pour l'élection des représentants des locataires au sein du conseil d'administration de l'Office. Elle avait été élue suppléante.

Avec cette nouvelle élue, sur les 34 conseillers municipaux que compte la majorité UMP de Puteaux, 18 sont donc actuellement logés en HLM, soit un taux de 53%.

Ces élus et militants du système bénéficient des logements les mieux situés, ainsi que de grandes surfaces (un 5 pièces pour un couple par exemple). Certains ont pourtant des revenus élevés ou sont propriétaires de biens immobiliers. Dans le même temps, plusieurs centaines de familles putéoliennes, aux revenus modestes et mal logés, sont en attente d'un logement social. Le sentiment d'injustice est très grand.
Je demande à nouveau aux élus UMP qui ont les moyens de se loger dans le privée de rendre leur HLM, afin que des familles qui en ont vraiment besoin en bénéficient. Je fais appel à leur sens de l'intérêt général. S'ils se sont présentés à des élections, c'est pour servir la communauté et pas pour SE servir. Ils doivent donc donner l'exemple.
Puteaux a vraiment besoin d'alternance. On le voit dans ces exemples quotidiens. Notre ville est gérée par un clan qui se distribue postes et avantages. Il faut que cela cesse.

VOIR MON DOSSIER LES ÉLUS UMP DE PUTEAUX LOGÉS EN HLM


Harcèlement judiciaire : MonPuteaux fait sa rentrée... au tribunal

7090042683_230cffc309Pour ne pas changer, cette nouvelle rentrée sera marquée par plusieurs procès contre MonPuteaux.com.

- Le lundi 3 septembre, je suis à nouveau convoqué au tribunal de Nanterre, suite à une plainte déposée par les élus UMP de Puteaux logés en HLM. Ils me réclament... 76.000 euros pour avoir violé leur vie privée. L'ARTICLE À L'ORIGINE DE CETTE PLAINTE EST LÀ : 48,6% des élus UMP de Puteaux habitent des logements sociaux : la liste, résidence par résidence.
Car révéler que 50% des élus de la majorité profitent de logements sociaux alors que plusieurs centaines de familles putéoliennes dans le besoin attendent urgemment un toit salubre, c'est un crime impardonnable pour la familia locale.

- Dès le lendemain, mardi 4 septembre, je retourne au tribunal de Nanterre, pour le jugement du procès lancé contre moi par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, dans l'affaire de la disparition du Canard Enchaîné des kiosques à journaux de Puteaux. Le maire de Puteaux me réclame... 7.500 euros pour avoir révélé ses turpitudes.

4 autres procès contre MonPuteaux.com suivront dans les semaines qui viennent, tous lancés par le maire et/ou par ses proches ! Si vous estimez que la liberté d'expression est en danger à Puteaux, participez à mon comité de soutien.

Bonne rentrée à tous !

Christophe Grébert

(photo : canard enchaîné du 18 avril 2012, Flickr)


Attribution des logements HLM à Puteaux : l'ancien maire UMP parle dans Le Point

198195339_8c8e8b3399Dans une interview publiée cette semaine dans l'hebdomadaire Le Point ("Dallas dans le 9-2"), Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire UMP de Puteaux, et père de l'actuel maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, révèle une part du système d'attribution aux "amis" des logements HLM de la commune : 

Suite à la succession au poste de maire entre le père et fille, celle-ci "s'est comportée comme quelqu'un qui aurait eu la mairie par ses propres moyens" explique Charles Ceccaldi-Raynaud. "Je ne comptais plus ! J'étais prié de ne me mêler de rien. Certains de mes amis venaient me demander un logement, je ne pouvais pas leur donner ; il fallait passer par ma fille. Un comble !", déclare l'ancien maire.

En novembre 2011, dans une interview à France 3 Ile-de-France, Charles Ceccaldi-Raynaud avait accusé sa fille d'avoir constitué sa liste municipale en 2008 avec des gens auxquels elle avait promis des logements sociaux.

En octobre 2005, dans une interview à l'Express, Charles Ceccaldi revendiquait sa politique "clientéliste" d'attribution des logements sociaux. Le magazine dévoilant l'intérêt électoraliste d'un tel système toujours en cours :

"(..) avec 5 600 logements sociaux, l'office HLM de la ville est l'une des clefs de voûte du système. Ceccaldi-Raynaud le contrôle depuis quarante-cinq ans! Inutile de préciser que ses employés sont des fidèles et que les familles qui y sont logées votent souvent en faveur de «Monsieur Ceccaldi». L'heureux locataire devient alors, presque mécaniquement, un obligé du maire.
Dans les HLM de la ville sont ainsi logés de très nombreux employés municipaux : c'est l'autre pilier du système. A Puteaux, ville de 41.000 habitants, la mairie emploie, entre l'office HLM et l'hôtel de ville, quelque 2.000 personnes. A Nanterre, ville voisine - et communiste - ils ne sont que 2.800 pour 80.000 habitants (..)".

(photo : Flickr)