Proces Elus UMP en HLM Flux

Harcèlement judiciaire : MonPuteaux fait sa rentrée... au tribunal

7090042683_230cffc309Pour ne pas changer, cette nouvelle rentrée sera marquée par plusieurs procès contre MonPuteaux.com.

- Le lundi 3 septembre, je suis à nouveau convoqué au tribunal de Nanterre, suite à une plainte déposée par les élus UMP de Puteaux logés en HLM. Ils me réclament... 76.000 euros pour avoir violé leur vie privée. L'ARTICLE À L'ORIGINE DE CETTE PLAINTE EST LÀ : 48,6% des élus UMP de Puteaux habitent des logements sociaux : la liste, résidence par résidence.
Car révéler que 50% des élus de la majorité profitent de logements sociaux alors que plusieurs centaines de familles putéoliennes dans le besoin attendent urgemment un toit salubre, c'est un crime impardonnable pour la familia locale.

- Dès le lendemain, mardi 4 septembre, je retourne au tribunal de Nanterre, pour le jugement du procès lancé contre moi par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, dans l'affaire de la disparition du Canard Enchaîné des kiosques à journaux de Puteaux. Le maire de Puteaux me réclame... 7.500 euros pour avoir révélé ses turpitudes.

4 autres procès contre MonPuteaux.com suivront dans les semaines qui viennent, tous lancés par le maire et/ou par ses proches ! Si vous estimez que la liberté d'expression est en danger à Puteaux, participez à mon comité de soutien.

Bonne rentrée à tous !

Christophe Grébert

(photo : canard enchaîné du 18 avril 2012, Flickr)


Attribution des logements HLM à Puteaux : l'ancien maire UMP parle dans Le Point

198195339_8c8e8b3399Dans une interview publiée cette semaine dans l'hebdomadaire Le Point ("Dallas dans le 9-2"), Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire UMP de Puteaux, et père de l'actuel maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, révèle une part du système d'attribution aux "amis" des logements HLM de la commune : 

Suite à la succession au poste de maire entre le père et fille, celle-ci "s'est comportée comme quelqu'un qui aurait eu la mairie par ses propres moyens" explique Charles Ceccaldi-Raynaud. "Je ne comptais plus ! J'étais prié de ne me mêler de rien. Certains de mes amis venaient me demander un logement, je ne pouvais pas leur donner ; il fallait passer par ma fille. Un comble !", déclare l'ancien maire.

En novembre 2011, dans une interview à France 3 Ile-de-France, Charles Ceccaldi-Raynaud avait accusé sa fille d'avoir constitué sa liste municipale en 2008 avec des gens auxquels elle avait promis des logements sociaux.

En octobre 2005, dans une interview à l'Express, Charles Ceccaldi revendiquait sa politique "clientéliste" d'attribution des logements sociaux. Le magazine dévoilant l'intérêt électoraliste d'un tel système toujours en cours :

"(..) avec 5 600 logements sociaux, l'office HLM de la ville est l'une des clefs de voûte du système. Ceccaldi-Raynaud le contrôle depuis quarante-cinq ans! Inutile de préciser que ses employés sont des fidèles et que les familles qui y sont logées votent souvent en faveur de «Monsieur Ceccaldi». L'heureux locataire devient alors, presque mécaniquement, un obligé du maire.
Dans les HLM de la ville sont ainsi logés de très nombreux employés municipaux : c'est l'autre pilier du système. A Puteaux, ville de 41.000 habitants, la mairie emploie, entre l'office HLM et l'hôtel de ville, quelque 2.000 personnes. A Nanterre, ville voisine - et communiste - ils ne sont que 2.800 pour 80.000 habitants (..)".

(photo : Flickr)


Les élus UMP de Puteaux logés en HLM me font un procès : ils me réclament 76.000 euros

ASSIGNATION-ELUS-UMP

J'ai l'impression d'être l'homme à abattre en ce moment ! J'ai reçu ce matin au courrier une nouvelle assignation en justice : 19 élus UMP de Puteaux* m'attaquent au motif que j'ai révélé qu'ils étaient ou avaient été logés en HLM à Puteaux. Ils invoquent l'article 9 du code civil. Autrement dit, ils me reprochent d'avoir violé leur vie privée en révélant qu'ils profitaient d'un logement social. L'un de ces élus est haut fonctionnaire et gagne 8.000 euros par mois. Un autre est directeur financier. D'autres sont dirigeants ou patrons d'entreprises...

Ils me réclament chacun 4.000 euros, soit au total 76.000 euros en réparation du préjudice moral !

C'est la 7e procédure judiciaire menée actuellement contre moi par l'UMP de Puteaux.

MISE A JOUR : J'AI RENDEZ-VOUS AU TRIBUNAL POUR CETTE AFFAIRE LE 3 SEPTEMBRE 2012

Si vous voulez participer à mon comité de soutien qui se met en place, envoyez un mot à : monputeaux@gmail.com. Pour le coup, je risque moi de me retrouver demain à la rue !

* Les élus qui m'attaquent pour avoir révélé qu'ils avaient ou habitaient en HLM : Josiane ABKARI, Anne-Marie AMSELLEM, Patricia MARTIN, Joëlle LACONTAL, Martine SMADJA, Marie FEDON, Sophie ANDRE, Sylvia WAKIN, Jean-Marie BALLET, Vincent FRANCHI, Franck CAVAYE, Pascal CAUMONT, Bernard BERNASCONI, Jean GRAZIANI, Jean-Pierre DESCROIX, Jean-Michel MARCHIONI, Jean-Yves CHAMBAULT, Olivier PERRAULT et Pascal MOREAU-LUCHAIRE.

Ils en parlent :

- Rue89,
- Le Pot rouge,
-


Le président des HLM de Puteaux accuse le maire de s'"emparer des logements vacants"

HlmDans une lettre distribuée à tous les locataires (ils sont environ 5.000) de l'Office HLM de Puteaux, son président Charles Ceccaldi-Raynaud accuse le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud de provoquer l''appauvrissement" et la "ruine" de l'Office. Selon lui, la subvention accordée par la ville à l'OPHLM est passée de 8 millions d'euros en 2004 à 4 millions en 2006. Charles Ceccaldi accuse également sa fille, qui préside la commission d'attribution des logements, de s'"emparer des logements vacants". C'est un nouvel épisode de la Guerre des Ceccaldi.

Charles Ceccaldi, qui reste officiellement 9e maire-adjoint UMP de Puteaux, mais sans délégation, et qui est toujours Conseiller général UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine), lançant publiquement des attaques très graves contre le député-maire UMP de Puteaux, qui n'est autre que sa propre fille... A-t-on déjà vu cela ailleurs ? Il s'agirait peut-être que les autorités compétentes (la justice ? le préfet des Hauts-de-Seine ?) s'intéressent à ce qui se passe chez nous !