Proces Bailly Le Bars Flux

A force de harcèlement judiciaire, MonPuteaux, 1er blog citoyen, pourrait s'arrêter :(

PARISIEN15MARS2012J'ai fait mes calculs : 4 procès en cours, 2 plaintes en instruction. Je dois 7.000 euros à mon avocat, j'ai été condamné à 6.000 euros dans le procès Musicarte (je fais appel), je dois 8.500 euros pour ma campagne cantonale 2011 (je vais me défendre au conseil d'Etat). Il y aussi le procès dans l'affaire du Canard enchaîné, ainsi que celui que m'intente le directrice de cabinet du maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud dans l'affaire des logements sociaux de Puteaux (article ci-contre publié ce matin dans Le Parisien des Hauts-de-Seine).

Au total, j'ai plus de 20.000 euros dehors, sans compter les futurs frais d'avocat. Je ne peux plus suivre. Je dois donc sérieusement envisager la fermeture de MonPuteaux.

Le 10e anniversaire de mon blog, le 1er mai prochain, pourrait aussi marquer son enterrement.

En démocratie, la liberté d'expression est en principe assurée, il n'y a pas de délit d'opinion, ni de censure. Mais il y a pire que cela : l'autocencure à laquelle les citoyens qui osent remettre en cause le système sont soumis. Cela prend la forme de menaces de plainte, de procès et de versement de dommages et intérêts.

J'en suis là aujourd'hui. Je n'ai plus les moyens de m'exprimer citoyennement.

Christophe Grébert

MISE À JOUR : UN COMITÉ DE SOUTIEN VA SE METTRE EN PLACE TRÈS RAPIDEMENT. SI VOUS VOULEZ Y PARTICIPER, ENVOYEZ UN MOT À MONPUTEAUX@GMAIL.COM

 

Ils en parlent :

- Thierry Crouzet "France, Puteaux : la dictature politique"
- Michel Abhervé "Puteaux, son univers impitoyable !"
- L'Hérétique "Il faut sauver le soldat Grébert !"
-


Procès : la directrice de cabinet du maire de Puteaux me réclame 25.000 euros

5555385039_abc1961120 J'étais à nouveau convoqué devant le tribunal de Nanterre aujourd'hui. Cette fois suite à une plainte de Marie-Aude Bailly Le Bars, la directrice de cabinet du maire UMP de Puteaux.

Elle me réclame 25.000 euros pour avoir révélé qu'elle occupe 2 étages entiers dans la résidence des étudiants de Puteaux : un logement de 150m2 (+50m2 de terrasse) pour un loyer d'environ 1.000 euros, soit 7 euros le m2 !

C'est l'un des volets de l'affaire de l'attribution des logements et de l'UMP à Puteaux : www.monputeaux.com/logement

La directrice de cabinet invoque l'article 9 du code civil qui dit que "chacun a droit au respect de sa vie privée". Mais ce principe de protection de la vie privée, que j'ai toujours respecté sur MonPuteaux, ne doit pas permettre de cacher à la connaissance des citoyens de Puteaux une information qui concerne la gestion municipale.

TENTATIVE DE CENSURE

Dans sa plainte, Marie-Aude Bailly Le Bars demande l'effacement de cet article révélant ses conditions d'hébergement très avantageuses !

Dans ce cas précis, le droit à l'information prime sur la protection de la vie privée : les Putéoliens ont le droit de savoir qu'un bâtiment financé par l'argent public, et qui est censé héberger des étudiants, est en réalité occupé en partie par un employé politique du maire, pour un loyer 3 à 4 fois inférieur au prix normal du marché du logement.

Cette plainte n'a donc encore une fois qu'un but : me faire perdre mon temps et mon argent en frais de justice et CACHER LA VÉRITÉ AUX PUTÉOLIENS.

Faute de pouvoir légalement me faire taire, puisque nous ne sommes pas en dictature, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, le maire UMP de Puteaux, aujourd'hui par l'intermédiaire de sa directrice de cabinet, me harcèle judiciairement. Qui donc doit être condamné dans cette nouvelle procédure ? Aux juges de Nanterre de nous le dire...

LE JUGEMENT SERA RENDU LE 12 AVRIL.


Enquête sur le logement à Puteaux : MonPuteaux visé par une plainte

ImagecensureeLes enquêtes sur le logement publiées sur le blog d'information locale MonPuteaux.com ne plaisent pas à la majorité UMP de Puteaux et à l'entourage du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

MonPuteaux fait l'objet d'une plainte. David Le Bars, ancien commissaire de police de Puteaux et actuel responsable de la compagnie de sécurisation et d’intervention parisienne, m'accuse de violation de domicile et d'outrage.

Dans un article, j'ai révélé que lui et son épouse occupent l'intégralité des 2 derniers étages de la résidence des étudiants & apprentis de Puteaux. Ce duplex de plus de 150 m2 leur est loué par la ville pour un montant de loyer 3 à 4 fois inférieur au prix normal du marché, soit aux alentours de 1.000 euros.

Dans cet article, je raconte comment j'ai été menacé physiquement et verbalement par cette personne.

Sur le site internet lesInrocks.com, David Le Bars affirme que j'ai filmé l'entrée de son appartement. Ce qui est faux. Il affirme dans sa plainte que je lui aurais lancé "Flic à la solde de l'UMP". Ce qui est également faux. Je n'ai jamais dit cela.

Interrogé par la journaliste sur le montant de son loyer, David Le Bars refuse de répondre, affirmant "que c’est une donnée privée dont il n'a pas à justifier".

Lui et son épouse, qui occupe un poste politique à la mairie, n'ont pas, dit-il, à se justifier. Soit. Mais moi en tant que représentant élu des Putéoliens, j'ai la mission de vérifier que l'argent public est correctement utilisé. Un appartement de la ville loué en dessous du prix du marché, ce sont des revenus manquant pour la ville, ce sont aussi des montants d'impôts sous-évalués. C'est un fait assez grave pour que je poursuive mes investigations, malgré les pressions de toutes sortes - cette plainte en est un exemple - qui ne manqueront pas de se présenter.
Christophe Grébert


Logement à Puteaux : une résidence des étudiants pour quelques supers privilégiés

ImagecensureeJ'ai visité hier, en compagnie de la conseillère municipale d'opposition Sylvie Cancelloni, la "résidence des étudiants et apprentis" de Puteaux, XXXXX XXXXXXX XXXXXX XXX XXXXXX XXXXXXX XXXXX XXXX (PASSAGE SUPPRIMÉ PAR JUGEMENT DU TGI DE NANTERRE DU 12 AVRIL 2012 SUITE A UNE PLAINTE DÉPOSÉE PAR MARIE-AUDE BAILLY LE BARS ET DAVID LE BARS). Il s'agit d'une résidence de luxe avec réception et gardien, 48 studios meublés et équipés pour des surfaces comprises entre 28 à 37 m2 (source : Site de la ville de Puteaux). Ces studios sont loués aux alentours de 300 euros par mois à des jeunes étudiants putéoliens visiblement très satisfaits des prestations offertes.

L'attribution de ces logements est l'exclusivité du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Seule condition : avoir le statut étudiant. Le revenu des parents n'est pas pris en compte.

J'ai constaté sur place que ces logements profitent (pas seulement, mais notamment) à des enfants d'élus UMP. La fille d'un maire-adjoint et haut fonctionnaire, logeant lui-même en HLM, y habite. On y trouve également des militants ou des enfants de militants et responsables de la section UMP de Puteaux.

Mais le plus surprenant dans cette "résidence des étudiants et apprentis" est que les 9e et 10e étages constituent un seul et même logement d'environ 150 m2 avec de grandes terrasses.

Ce duplex, qui profite d'une vue exceptionnelle sur le bois de Boulogne, la Seine et Paris, est loué aux alentours des 1.000 euros, soit le quart du prix du marché.

Cet appartement est actuellement occupé par la directrice de cabinet (un poste politique) du maire de Puteaux et par son époux. "Il ne s'agit pas d'un appartement de fonction. Mon mari et moi-même sommes titulaires d'un bail. Nous payons un loyer, soumis à l'augmentation annuelle, les charges, les taxes et les fluides. Il s'agit d'un appartement de 5 pièces, que nous occupons avec nos 4 enfants'", m'écrit Marie-Aude BAILLY-LE BARS.

Madame Bailly-Le Bars tient par ailleurs à préciser la chose suivante : "Nous ne tolèrerons aucun propos ni aucune information déformée, mensongère ou calomnieuse ou attentatoire à notre vie privée. A défaut nous engagerions des poursuites immédiates contre son auteur ; nous adressons donc une copie de cette correspondance à notre conseil, Maître Philippe SARDA, avocat au barreau de Paris, qui est informé de votre demande et de cette réponse".

Mais si justement ce logement n'est pas un appartement de fonction, il devrait être soumis au prix normal du marché. Or, ce n'est pas ici le cas. Par ailleurs, la menace de poursuites judiciaires et la transmission de ma demande écrite à un avocat sont une réaction exagérée par rapport à une situation normale.

Enfin, je précise que lors de notre visite de la résidence des étudiants, Sylvie Cancelloni et moi-même avons fait l'objet de menaces verbales et physiques du mari de Madame Bailly-Le Bars.

Sans aucune raison, celui-ci nous a violemment ordonné de quitter l'immeuble. Il m'a bousculé et pris mon téléphone avec lequel je tentais d'enregistrer ses menaces. Ma collègue élue a également été bousculée. Face à une personne qui nous paraissait dangereuse, le gardien de l'immeuble a - à notre demande - alerté la police nationale.
L'annonce de l'arrivée de la police a calmé notre agresseur : Il m'a rendu mon téléphone et est rentré chez lui, sans que nous ayons eu à quitter l'immeuble comme il nous l'ordonnait illégitimement.
Ce comportement est inacceptable, mais révélateur de l'ambiance délétère produite par l'actuelle majorité UMP de Puteaux.
Le cas échéant, je veux bien aller devant un tribunal pour témoigner de cela.
Nous parlerons aussi liberté d'informer et prix du marché immobilier. Si j'ai des nouvelles de "Maître Philippe SARDA, avocat au barreau de Paris", je vous en informerai.
Christophe Grébert


ILS EN PARLENT :

- Arrêt sur Images,
- Mediapart,
- ..