Presidentielle 2012 Flux

2nd tour la présidentielle à Puteaux : Sarkozy devance Hollande

7003143776_017557de0fLes électeurs putéoliens se sont fortement mobilisés pour le second tour de l'élection présidentielle : le taux de participation atteint 82,41%, contre 80,21% lors du 1er tour. Dans notre commune, le candidat de droite résiste face à celui du PS : Nicolas Sarkozy devance François Hollande, avec 52,93%. Il avait obtenu 58,28% à Puteaux en 2007.

- Nombre d'électeurs inscrits : 28.241
- Nombre de votants : 23.274 (82,41%)
- Abstention : 4.967 (17,59%)
- Nombre de bulletins blancs et nuls : 1.020 (4,38%)
- Suffrages exprimés : 22.254 (95,62% des votants)

Nicolas Sarkozy : 11.780 votants (52,93%)
François Hollande : 10.474 votants (47,07%)

Les résultats bureau par bureau (publiés sur le site local du PS).

53/47 : LA BALLE AU CENTRE !

Après avoir réuni 35,5% des votants au 1er tour, le candidat UMP progresse de 17 points au second, avec 53%. Dans une ville qui votait il y a encore quelques années à 60/70% pour la droite (Nicolas Sarkozy a fait 58% en 2007 et Charles Ceccaldi 73% en 2001), on ne peut que constater un recul du vote de droite. Pour autant, le PS ne parvient pas à rassembler une majorité : malgré une progression de 19 points par rapport au 1er tour (28%), leur candidat, victorieux nationalement, plafonne localement à 47%.
Avec une droite en net recul (une baisse déjà observée lors de la municipale de 2008 et à nouveau à la cantonale de 2011) et avec une gauche qui ne parvient pas, même dans les meilleures circonstances nationales et locales, à décoller, j'en conclue que l'équilibre politique de Puteaux ne peut se trouver qu'au centre. Le score du Modem au second tour de la cantonale de mars 2011 (48% contre 52% pour le candidat UMP) reflétait déjà selon moi cette tendance de fonds.

Je soumets cette analyse certes toute personnelle à vos remarques critiques :)
Christophe Grébert

Suivez mes commentaires sur les résultats électoraux sur Twitter :

Twitter

(photo : Flickr)

Ils en parlent :

- ParisDepeches.fr


Dimanche, au second tour de la présidentielle, je voterai pour l'éthique et les valeurs

Parisien4mai-modemAprès avoir voté au 1er tour de la présidentielle pour François Bayrou, j'ai fait le choix réfléchi de voter au second tour, dimanche 6 mai 2012, pour François Hollande.

Je comptais, jusqu'au 22 avril au soir, voter blanc au second tour. Mais les discours du président sortant ces 2 dernières semaines m'ont convaincu de la dangerosité de ce personnage prêt à tout pour se faire réélire, jusqu'à remettre en cause les valeurs qui fondent notre République. Un vote neutre était devenu impossible.

Avec d'autres élus MoDem des Hauts-de-Seine (voir ci-contre l'article du Parisien du 92 publié ce matin), je voterai donc le 6 mai Hollande contre Sarkozy, pour la défense des principes humanistes et pour l'éthique politique.

Je sais bien que c'est une position qui pourra être incomprise par certains. Je le sais d'autant plus que Puteaux est une ville à majorité de droite. Mais quelle droite, entre nous ! Où est la droite républicaine à Puteaux ? Ma ligne de conduite est claire : si on peut renégocier et amender un programme économique, on ne peut transiger sur les valeurs.

Je suis aussi persuadé que le Modem, en affirmant ainsi son indépendance vis-à-vis de systèmes politiques vieillissants, imposera sa marque pour l'avenir.

Centriste je suis, centriste je reste. Un centre indépendant qui refuse toute vassalité.

Christophe Grébert

via www.grebert.net


Présidentielle 2012 : la géographie du vote Sarkozy à Puteaux

MonPuteaux vous révèle en exclusivité l'ensemble des résultats, bureau par bureau, du 1er tour de l'élection présidentielle, dimanche 22 avril, dans les 32 bureaux de la commune de Puteaux : Voir les résultats (photo jpg).

Voici par ailleurs, ci-dessous, la carte du vote en faveur du candidat UMP dans notre ville. Celle-ci révèle la géographie du vote sarkozyste pour chaque quartier :

Légende :

En vert : les bureaux où le score de Nicolas Sarkozy est supérieur au score moyen sur la ville (+35,57%).
En Bleu : les bureaux où son score est supérieur à celui obtenu en 2007 sur l'ensemble de la ville (+39,39%).
En Orange : les bureaux où Nicolas Sarkozy obtient un résultat inférieur à sa moyenne sur la commune (-35,57%).
En Rouge : les bureaux où Nicolas Sarkozy fait moins de 30% des voix.

Cette carte permet de visualiser géographiquement le vote UMP sur notre ville : Nicolas Sarkozy enregistre ses meilleurs scores dans le bas de Puteaux et ses plus mauvais sur le haut de la ville. La voie SNCF faisant office de frontière symbolique.

> Nicolas Sarkozy réalise son meilleur score (45,8%) au bureau 14, maternelle des deux coupoles, qui regroupe les électeurs des résidences du square Léon Blum et du début de la rue Jean Jaurès, qui donnent sur les quais de Seine.
> Le candidat UMP réalise son plus mauvais score (23,4%) au bureau 31, école Petitot, qui regroupe les électeurs des résidences HLM des Fontaines et des Rosiers, à la limite entre Puteaux et Nanterre.
> En faisant la moyenne de ces 2 bureaux aux résultats "extrêmes", on obtient, à 1 point près, le score moyen de Nicolas Sarkozy sur la ville.


Présidentielle : un panneau électoral, rue Jean Jaurès à Puteaux, très parlant ?

7116192415_a8dfc8a02b

La campagne du second tour de l'élection présidentielle est marquée par le rapprochement de Nicolas Sarkozy avec certains points du programme du Front national. Cette photo d'un panneau électoral, prise hier rue Jean Jaurès à Puteaux, illustre de manière insolite cette situation. Au 1er tour, le panneau n°2 était attribué à Marine Le Pen. Au second tour, c'est celui de Nicolas Sarkozy. Entre les 2, les services municipaux n'ont pas nettoyé ( "karchérisé" ?) le panneau pour faire place nette, créant cette superposition que certains considéreront comme assez parlante.

(photo : Flickr)


Présidentielle à Puteaux : le maire UMP cache les résultats médiocres de Nicolas Sarkozy

42391316_e87703bea0Ne cherchez pas sur le site internet de la ville de Puteaux les résultats du 1er tour de la présidentielle bureau par bureau. Ils n'y sont pas publiés. M'étonnant de cela, j'ai envoyé lundi un mail au député-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour lui demander de me fournir le tableau détaillant les résultats dans les 32 bureaux que compte la commune. Pas de réponse. Je la relance donc mardi. Mercredi après-midi enfin, j'ai reçu la réponse suivante :

"Monsieur,
J’ai bien reçu le courrier électronique par lequel vous me faites part de votre souhait d’obtenir les résultats du 1er tour des élections présidentielles.
Je vous informe qu’ils sont affichés pendant 8 jours, conformément à la loi, sur l’ensemble des bureaux de vote.
Vous pouvez donc, comme l’ensemble des Putéoliens, les consulter librement.
Cordialement,
Joëlle CECCALDI-RAYNAUD
Député des Hauts-de-Seine
Maire de Puteaux"

Une réponse assez amusante : ainsi donc, il faudrait faire le tour des 32 bureaux de vote de Puteaux pour avoir l'ensemble des résultats. Pas simple ! Qu'a donc à cacher la député-maire UMP ? Que dans sa ville, qui était autrefois la circonscription de Nicolas Sarkozy, le président-candidat fait dans plusieurs bureaux des scores très moyens, parfois en dessous de 30%, là où autrefois l'UMP était majoritaire dès le 1er tour.

Cachez ces résultats que je ne saurais voir !

Nota : à Courbevoie, commune voisine de Puteaux, ces résultats bureau par bureau sont bien entendu disponibles sur le site municipal.

MISE À JOUR VENDREDI 27 AVRIL À 15H : Hier, par mail, j'ai relancé le maire afin qu'il me transmette les résultats complets, bureau par bureau. Nouveau refus... Voici sa réponse ce jour : "Les résultats sont affichés sur le panneau administratif de la Mairie". J'aurais dû lui demander de me les envoyer par pigeon voyageur ! Les 30.000 électeurs de Puteaux ne vont pas se rendre devant le panneau administratif de l'Hôtel-de-Ville pour consulter ces résultats. Ils sont en droit de pouvoir en prendre connaissance sur le site de la commune !

(photo : archives, Joëlle Ceccaldi-Raynaud et Nicolas Sarkozy, Flickr)


A Puteaux, des pressions "amicales" exercées sur les électeurs

5552432835_2e7f2318c6Le 1er tour de l'élection présidentielle a une nouvelle fois été marquée, dans les bureaux de vote de Puteaux, par plusieurs faits anormaux : des pressions plus ou moins amicales.

Ainsi, selon le parti socialiste local, un militant UMP a été vu en train de consulter des cahiers d'émargements pour téléphoner ensuite à des personnes qui n'étaient pas venues voter.
L'UMP locale exerce une forte pression sur la population en général, et en particulier sur les locataires HLM, qui sont parfois aussi employés de la ville. Cette pression ne s'efface pas lors des scrutins : on donne le sentiment aux citoyens, qui ont bénéficé d'un logement, d'une place en crèche, d'un emploi ou de tout autre avantage, qu'ils sont redevables de ce "cadeau" et donc qu'en retour, ils doivent "bien voter".

Une parano peut parfois s'installer : "si je ne vote pas UMP, je perdrai..." (au choix) : "mon logement", "mon emploi" ou telle ou telle promesse...  "Vous comprenez, j'ai une demande de logement en attente aux HLM", me dit un habitant du bas de Puteaux.
"On m'a conseillé de prendre la carte UMP", me dit un autre putéolien, "Ils vérifient si on va voter", m'explique-t-il. "Dans les bureaux, ils sont là. Ils regardent quels bulletins on prend", m'affirme une dame de la rue Cartault.

Dans le bureau n°1, celui de l'Hôtel-de-ville, l'isoloir est exactement placé en dessous de l'une des caméras de vidéosurveillance du hall administratif. Cela fait plusieurs scrutins que l'opposition fait constater cette anomalie. Le représentant de la préfecture a plusieurs fois fait déplacer les isoloirs. Mais à chaque scrutin, les isoloirs sont remis juste en-dessous de cette caméra. Même si celle-ci n'enregistre rien, il s'agit pour la majorité d'entretenir la paranoïa : donner le sentiment aux électeurs qu'ils sont sous surveillance jusque dans les isoloirs et que leur vote n'est pas si secret que cela.

Dans les bureaux du haut de la ville, au milieu des tours HLM, les électeurs sont accueillis par des militants UMP connus de tous. Ils sont parfois employés municipaux comme eux. Ils habitent la même cité, le même immeuble, le même escalier. La pression est amicale ; le regard et le sourire sont insistants ; Ils rappellent la consigne de vote, au cas où ; "service contre service". Ici, on se comprend.

Le système donne encore quelques résultats. Dimanche dernier, Nicolas Sarkozy a fait 35% des voix à Puteaux. Mais on est loin des scores soviétiques des précédentes décennies. C'est la preuve que les électeurs putéoliens ne se laissent toutefois plus si berner.