Police municipale Flux

Nouvelles plaintes pour harcèlement moral à la police municipale de Puteaux

33590351461_bacdd32c8e_k

Le responsable de la police municipale de Puteaux a de nouveau été entendu récemment par les services de la police nationale, suite à une plainte pour harcèlement moral déposée par un agent. Une seconde plainte pour le même motif a été déposée par un policier municipal et est actuellement entre les mains du procureur de la République de Nanterre.

Il y a un vrai problème dans ce service de la police municipale de Puteaux. Il y a 1 an, un chef adjoint a été condamné pour harcèlement moral à 3 mois de prison avec sursis et à verser 15.000 euros de dommages à 4 agents.

On aurait pu imaginer qu'à la suite de cette affaire, des décisions auraient été prises par la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour assurer un fonctionnement normal de ce service. Il n'en a rien été. Le condamné a seulement été déplacé : il a été promu responsable de la sécurité de l'office communal HLM !!!

Un chef de la police municipale qui travaille en famille

Le responsable de la police est aussi resté en fonction. L'homme a fait embaucher sa femme, qui est sa 1ère assistante. Il a également fait embaucher son frère, qui est son adjoint ! Plusieurs policiers de Meaux, où il a travaillé 7 ans, ont pareillement été engagés à des postes d'encadrement. Tout cela donne une ambiance délétère dans le service divisé entre les proches du chef et le reste de la brigade.

Embauches et départs s'enchaînent

Preuve de cette mauvaise ambiance : Puteaux diffuse sans arrêt de nouvelles annonces pour rechercher des agents. En effet, les policiers stagiaires qui sont embauchés et formés par Puteaux ne restent pas. Ils quittent la ville dès qu'ils peuvent pour rejoindre d'autres services... à Neuilly, Courbevoie ou Suresnes. Résultat : nous payons (chèrement) des formations pour fournir en jeunes agents les autres polices municipales du département !

Policemunicipale

Lors du prochain conseil municipal, j'interviendrai pour réclamer des changements dans ce service de la police municipale. Les nombreux dysfonctionnements qui s'y produisent - et dont ces plaintes à répétition ne sont qu'une démonstration - sont tout à fait inacceptables et de la responsabilité du maire. Soulignons que pendant ce temps, des parkings sont laissés ouverts et sont incendiés. Un service de police municipale  démobilisé ne peut pas agir efficacement. 
Christophe Grébert


Le n°2 de la police municipale de Puteaux condamné à 3 mois de prison avec sursis pour harcèlement moral

IMG_3594

Jugé pour harcèlement moral, le chef adjoint de la police municipale de Puteaux a été condamné à 3 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre. Il devra également verser un total de 15.000 euros aux 4 policiers municipaux qui ont porté plainte contre lui.

Ni Bruno K., ni son avocat n'étaient présents cet après-midi à l'audience pour entendre le rendu du jugement. Il a 10 jours pour faire appel.

Lors du procès qui s'est tenu en mars dernier, les 4 plaignants avaient raconté les moqueries, les insultes et les menaces physiques dont ils ont été victimes ou témoins. Après le jugement, ils se disent soulagés : "La procédure a duré 7 ans. Ca a été très dur", raconte l'un d'eux. 

La maire Les Républicains de Puteaux soutient Bruno K.

Malgré cette affaire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a refusé de renvoyer le chef adjoint de la police municipale. Celui-ci a été muté à l'office HLM où il est responsable de la sécurité. Un poste spécialement créé pour lui et rémunéré 3.400 euros/mois ! "J'ai pris ma décision", a déclaré la maire lors du dernier conseil municipal. On peut s'interroger sur les raisons de ce soutien.

La gestion de la police municipale de Puteaux reste problématique

Cette condamnation illustre bien les problèmes de la police municipale de Puteaux. Son chef Tony S., visé au départ par la plainte, a bénéficié d'un non lieu. Celui-ci travaille en famille : il a fait embaucher sa femme, qui est secrétaire du service, et son propre frère, qui est son adjoint. Depuis janvier, une quinzaine de policiers municipaux sont partis. Ils n'ont pas pu être remplacés : la réputation de la PM de Puteaux est si mauvaise que personne ne répond aux offres d'emploi lancées par la ville. La police municipale travaille donc depuis des mois en sous-effectif, ce qui empêche un fonctionnement normal du service.


VIDEO Quand la maire LR de Puteaux protège un policier municipal jugé pour harcèlement homophobe et raciste

6a00d8341c339153ef01b7c8e4dfd0970b-800wi

Jugé lundi 27 mars pour harcèlement homophobe et raciste, le n°2 de la police municipale de Puteaux a reçu une promotion de la maire LR.  Joëlle Ceccaldi-Raynaud a en effet décidé de lui confier la responsabilité de la sécurité à l'office HLM communal.

Un poste créé pour lui et qui lui vaut une rémunération de 3.400 euros par mois. Lors du conseil municipal du 29 mars, j'ai interrogé la maire sur cette scandaleuse promotion. "J'ai pris une décision", m'a seulement répondu Joëlle Ceccaldi.

Pour quelle raison la maire de Puteaux protège ainsi cet homme ? Quels secrets détient-il éventuellement qui font que Joëlle Ceccaldi-Raynaud préfère le garder auprès d'elle. A quelles intrigues a-t-il participé ? Lors de l'audience au tribunal de Nanterre, 2 de ses anciens collègues de la police municipale ont notamment évoqué des "surveillances illégales de certaines personnes".

Il est aussi à noter que les maires adjoints chargés des questions de sécurité, Jean-Marie Ballet et Bernard Gahnassia, n'ont rien dit contre cette promotion. Quel intérêt y trouvent-ils ?

Ballet

Gahnassia