Paris la Defense Flux

30 millions d'euros d'argent public pour rebaptiser le stade U Arena de la Défense

DSC_0735-1-860x450_c

Le stade U Arena (photo), inauguré l'an dernier à la Défense, pourrait être rebaptisé "Paris la Défense Arena", du nom de l'établissement public "Paris la Défense" qui a remplacé l'EPADESA. Ce changement de nom va coûter plus de 30 millions d'euros, selon Le Parisien. Ces 30 millions d'euros d'argent public n'auraient-ils pas été plus utiles à l'amélioration des équipements publics de la Défense ?

Cela s'appelle du "naming". En 2015, le Palais Omnisport Paris Bercy avait ainsi été rebaptisé «Accorhotels Arena POPB». Il y aussi l’Orange Vélodrome de Marseille, l’Allianz Riviera de Nice et le Groupama Stadium de Lyon.... Jusqu'ici, ce genre de contrat publicitaire n'était passé qu'avec des entreprises privées. C'est la première fois qu'un établissement public se porte candidat.

"Paris la Défense" espère, grâce à cette publicité géante, faire connaître son nom. U Arena, dirigé par le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, percevrait de l'établissement public plus de 30 millions d'euros, à raison de 3 millions par an sur 10 ans.

On remarquera que ce montant est plus élevé que les autres accords de "naming" observés ailleurs en France et que le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, pour construire son stade, avait déjà bénéficié d'une part de l'aide de l'EPADESA qui lui a vendu un terrain à la situation exceptionnelle au pied de la Grande Arche et d'autre part de l'engagement financier du conseil départemental des Hauts-de-Seine : le département a mis 200 millions d'euros au pot pour y transférer son siège ! Une affaire privée financée par de l'argent public... tellement pratique.

Le conseil d'administration de "Paris la Défense", composé majoritairement d'élus du conseil départemental des Hauts-de-Seine et des maires de Puteaux, Courbevoie et Nanterre, doit se prononcer sur cet accord commercial le 17 mai prochain.

Dépenser 30 millions d'euros d'argent public pour appeler ce stade "Paris la Défense", est-ce un investissement prioritaire pour l'établissement public PLD qui peine à entretenir correctement les espaces publics du quartier d'affaires ? Cet argent ne serait-il pas mieux dépensé pour réparer les ascenseurs en panne ou embellir des sous-sols et des couloirs sinistres ?
Je demande aux administrateurs de l'établissement public, dont ce sera la première décision importante, de bien réfléchir à la manière dont ils dépensent l'argent de nos impôts.

Christophe Grébert