Paradis fiscaux Flux

Le maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi et ses 102 lingots d'or

Cuisine-et-service-de-table-set-de-table-lingots-d-or-3383055-set-de-table-lid-or-3bdb2_bigMédiapart publie la 2e partie de son enquête sur les affaires judiciaires visant l'ancien maire de Puteaux, Charles Ceccaldi, et sa fille et actuelle maire, Joëlle Ceccaldi. Le site d'informations révèle que cette dernière possédait 102 lingots d'or dans une banque au Luxembourg.

Extrait : 

"Luxembourg, 16 octobre 2008. Un mystérieux personnage pénètre dans un discret hôtel particulier du boulevard Emmanuel-Servais, qui abrite le siège de la Banque privée Edmond de Rothschild. Sa mission : vider l'ancien compte secret de la maire Les Républicains (LR) de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, désormais au nom de sa fille. Le caissier remet à l’individu 180 000 euros en liquide et 20 lingots d’un kilo d’or. Ce manège s’est reproduit à dix reprises en quelques mois, jusqu’à la fermeture du compte, le 23 avril 2009. Il y en a au total pour 2,86 millions d’euros : 865 300 euros en cash et le solde sous forme de 102 lingots d’or, d’une valeur de 2 millions à l'époque (..)".

LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE MEDIAPART

1-64aa37cedd

Document Mediapart

EN SAVOIR PLUS SUR L'AFFAIRE, SUR MONPUTEAUX

 


Comment les affaires étaient étouffées à Puteaux sous Sarkozy (Mediapart)

CHIv7FVW0AEQPGeLe site Medipart publie des déclarations devant le tribunal de Bordeaux de la juge Isabelle Prévost-Desprez, actuelle présidente de la 15e chambre de Nanterre, et ancienne juge d'instruction dans ce même tribunal. Elle était notamment en charge de l'enquête sur l'affaire du chauffage de la Défense dans laquelle Charles Ceccaldi-Raynaud est mis en examen et Joëlle Ceccaldi-Raynaud entendue comme témoin assistée, après la découverte d'un compte caché au Luxembourg contenant 4 millions d'euros.

La magistrate explique qu'après des perquisitions à la mairie de Puteaux et aux domiciles des Ceccaldi, "la protection policière dont elle bénéficiait lui est subitement retirée par Nicolas Sarkozy", alors ministre de l'intérieur...


Quand Charlie Hebdo écrivait sur Puteaux

IMG_8629

C'était il y a 1 an, en mars 2014, Charlie Hebdo publiait une enquête sur Puteaux : la guerre au sein de la famille Ceccaldi et le compte en banque au Luxembourg du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Cet article, écrit par Laurent Léger, rescapé de l'attentat, était illustré par le dessinateur Charb, l'une des victimes de la tuerie.

Je vous propose de relire cet article :  Téléchargement Puteaux-charlie-hebdo-26mars2014.pdf

IMG_8625


L'enquête judiciaire sur le maire de Puteaux dans "Charlie Hebdo"

Photo-0122L'enquête judiciaire sur le maire UMP de Puteaux se poursuit, indique Charlie Hebdo sorti ce mercredi matin.

Sur une pleine page, l'hebdomadaire revient sur l'affaire qui traîne depuis des années au tribunal de Nanterre et pour laquelle Joëlle Ceccaldi-Raynaud est entendue comme témoin assisté et son père Charles Ceccaldi-Raynaud est mis en examen.

La justice a découvert un compte en banque au nom de Joëlle Ceccaldi-Raynaud au Luxembourg sur lequel ont transité 4 millions d'euros via d'autres paradis fiscaux.

Ce numéro de Charlie Hebdo est disponible en kiosque jusqu'à mardi prochain et aussi sur le web.


Joëlle Ceccaldi-Raynaud doit quitter la présidence de l'EPADESA ! A moins que...

ARTICLE MIS A JOUR MERCREDI 2 OCTOBRE À 9H30

EPADESA-2-612x300

Le conseil d'administration de l'EPADESA, l'établissement public qui gère l'aménagement de la Défense, doit se réunir vendredi. Il va constater le changement de directeur - Hugues Parant succédant à Philippe Chaix - et aurait dû en toute logique élire un nouveau président à la place de Joëlle Ceccaldi-Raynaud dont le mandat s'achève. Rien n'est moins certain, me dit-on...

Rappelons que le maire de Puteaux avait déjà été élue à la tête du quartier d'affaires par défaut, après la candidature surprise et le retrait très médiatisé de Jean Sarkozy. Désormais, depuis l'élection de François Hollande, la gauche contrôle la majorité des sièges au conseil d'administration de l'établissement public. La logique serait qu'un élu local de gauche soit désigné à ce poste : le maire de Nanterre Patrick Jarry pourrait succéder à sa collègue de Puteaux. Pierre Mansat, maire adjoint de Paris, est un autre possible candidat.

Les représentants de l'Etat sont majoritaires au conseil d'administration de l'EPADESA. Ils ont donc le pouvoir de désigner qui ils veulent. Quelles instructions de vote ont-elles été données par l'Elysée ? Si Joëlle Ceccaldi-Raynaud, entendue comme témoin assisté dans une affaire d'évasion fiscale au Luxembourg, était reconduite, on pourrait se poser des questions ! Pourquoi la gauche reconduirait un élu UMP à la tête du plus grand quartier d'affaires d''Europe, alors qu'elle protestait lorsqu'elle était dans l'opposition contre l'élection de Jean Sarkozy ? Pourtant, c'est le scénario envisagé, vient-on de m'apprendre. Il faudra qu'on me l'explique politiquement.

Le président élu sera peut-être le dernier de cet établissement, puisque la réforme territoriale en débat au Parlement pourrait aboutir à la suppression de l'EPADESA fin 2016. La gestion du quartier d'affaires serait confiée à la future Métropole de Paris. Cette super interco regroupera Paris et 124 communes des 3 départements de la petite couronne. Elle s'occupera de l'aménagement de l'espace, du logement, du développement durable et économique.

Le quartier de la Défense va donc entrer dans une nouvelle phase, où l'Etat ne sera plus l'unique décideur. Mieux vaudra !