Paradis fiscaux Flux

Corruption à la Défense : 10e anniversaire de la mise en examen de l'ex-maire de Puteaux

Sans titre

Il y a tout juste 10 ans, en août 2007, Charles Ceccaldi-Raynaud était mis en examen pour "favoritisme, recel d'abus de biens sociaux et corruption passive" dans l'affaire de l'attribution du marché du chauffage du quartier d'affaires de la Défense. Depuis, la justice ne semble pas pressée de programmer un procès.

Entre-temps, la fille de Charles, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, est devenue maire de Puteaux à la place de son père. Elle a plusieurs fois été entendue par le juge d'instruction pour s'expliquer sur l'origine des 102 kilos d'or découverts sur un compte caché au Luxembourg et qui pourraient correspondre à une partie des dessous de table versés dans cette affaire de corruption.

Entre-temps également, le fils de Joëlle Ceccaldi, Vincent Franchi, est entré au syndicat intercommunal du chauffage de la Défense que présidait son grand-père ! Ainsi, les affaires peuvent malgré tout se poursuivre dans la discrétion familiale.

Verra-t-on un jour cette famille jugée ? Ne perdons pas espoir. Il a bien fallu 30 ans pour que les Balkany soient inquiétés.

Une nouvelle enquête pour fraude fiscale a d'ailleurs été ouverte... Elle vise la fille de Joëlle Ceccaldi.

LIRE MON DOSSIER SUR LE CHAUFFAGE DE LA DÉFENSE

(photo : Nouvel Obs 2003)


Tribune : La maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud visée par une enquête pour fraude fiscale

6a00d8341c339153ef01b8d15984f3970c-800wi

Voici la tribune du groupe d'opposition Le Rassemblement qui doit être publiée dans le mensuel municipal "Puteaux infos" du mois de mai 2017. A moins que ce texte soit censuré par le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, comme elle a autrefois censuré la Presse dans les bibliothèques de la ville ou bien encore racheté tous les exemplaires du Canard Enchaîné.

Le parquet de Nanterre a annoncé l’ouverture d’une enquête pour fraude fiscale visant la fille de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Emilie Franchi est soupçonnée d'avoir touché de sa mère des fonds non déclarés au fisc.

A la recherche de cet argent, les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales ont perquisitionné début mars les domiciles de la maire et de sa fille à Puteaux.

Les soupçons de fraude ont éclaté en 2015 après la publication d'un article de Mediapart qui faisait état d'un retrait de 102 kilos d'or (3,8 millions d’euros au cours actuel) et de 865.000 euros en liquide sur un compte secret au Luxembourg ouvert par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, puis transféré à son fils Vincent Franchi et ensuite à sa fille Emilie.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toujours démenti avoir possédé ces lingots. Pourtant, selon Mediapart, elle a reconnu l’existence de cet argent devant le juge d’instruction chargé de l’enquête pour corruption du chauffage de la Défense. La maire affirme qu’il s’agit de l’héritage de sa grand-mère paternelle, qui était institutrice en Corse.

Nous espérons que la justice mène son enquête jusqu’au bout, afin que la vérité soit établie.

Le Rassemblement
contact@rassemblement-puteaux.fr


Une enquête préliminaire contre Joëlle Ceccaldi pour fraude fiscale et blanchiment

6a00d8341c339153ef017c34552cae970b-800wi

Une enquête préliminaire pour fraude fiscale et blanchiment a été ouverte par le parquet de Nanterre, à la suite des révélations de Mediapart sur le retrait de 102 lingots d'or du compte caché au Luxembourg de la maire Les Républicains de Puteaux.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud aurait planqué pendant 14 ans jusqu'à 3,8 millions d'euros sur des comptes non déclarés, d'abord en Suisse, puis au Luxembourg.

D'après Mediapart, les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) ont perquisitionné il y a quelques jours les domiciles putéoliens de la maire LR et de sa fille Émilie Franchi.

Nous avions parlé de la fille de Joëlle Ceccaldi, suite à la piétonnisation par la municipalité de la rue où elle venait d'acheter un immeuble entier !

Quant à la maison de la maire, Mediapart avait aussi révélé il y a quelques mois les arrangements de Joëlle Ceccaldi avec l'ISF.

LIRE L'ENQUETE DE MEDIAPART : La police se lance à la poursuite des 102 lingots d'or de la maire de Puteaux

Mediapart2

LIRE MON DOSSIER SUR L'ARGENT CACHÉ DE LA FAMILLE CECCALDI

Mercredi soir, lors du conseil municipal de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud m'a menacé d'une nouvelle plainte quand j'ai évoqué ces millions d'euros cachés au Luxembourg :


VIDEO Ses 102 kilos d'or au Luxembourg : Joëlle Ceccaldi-Raynaud nie et veut porter plainte. Chiche ?

Sans titre

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 29 mars 2017, la maire Les Républicains Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'est énervée et m'a menacé d'une nouvelle plainte, parce que je l'interrogeai sur ses millions d'euros cachés sur un compte en banque en Luxembourg.

De l'argent provenant de comptes offshore et conservé sous forme de 102 kilos d'or dans ce paradis fiscal.

LIRE MON DOSSIER SUR LES MILLIONS D'EUROS CACHÉS DE JOELLE CECCALDI-RAYNAUD


Joëlle Ceccaldi-Raynaud interrogée sur ses lingots d'or par Guillaume Meurice sur France Inter

C7de_dVXgAIa_tw

L'humoriste Guillaume Meurice de France Inter s'est rendu au meeting de soutien à François Fillon qui s'est déroulé mardi soir à Courbevoie . Il en a profité pour interviewer Patrick Balkany et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, les maires LR de Levallois et de Puteaux.

Il a notamment demandé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud des nouvelles de ses lingots : 102 kilos d'or cachés au Luxembourg. "On vous en parlera", a lâché l'élue putéolienne.

(photo : Ellen Salvi sur Twitter)


Les sociétés offshore de Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Jcr

Dans l'émission de Cash Investigation diffusée mardi et consacrée au scandale des "panamas papers", un journaliste de France 2 se rend au Luxembourg à l'adresse de la banque Edmond de Rothschild, où sont domiciliés des dizaines de sociétés offshore.
Selon plusieurs enquêtes journalistiques publiées ces dernières années, notamment par le Canard Enchaîné et Médiapart, c'est à cette même adresse que le 17 juillet 1996, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'est rendue pour ouvrir un compte en tant que représentante de la Dronley Investments LTD, une société basée aux Iles Vierges Britanniques.

Selon Mediapart, le compte est alimenté entre décembre 96 et juillet 97 par 4 virements en provenance d’un compte luxembourgeois de la Banque Indosuez pour un montant total de 3 millions d'euros.

D'après le Canard Enchaîné, le 18 janvier 2000, 152 000 euros sont ensuite remis en liquide à la caisse de la banque au Luxembourg. Le 12 octobre 2000, une nouvelle somme de 304 848 euros est virée, via une banque belge, par une mystérieuse Naomi Equities Inc., domiciliée encore une fois dans les îles Vierges britanniques.

Le 15 décembre 2000, 230 000 francs suisses (152 000 euros) sont remis à Genève dans « une enveloppe fermée au nom de Mme Ceccaldi » par un émissaire non identifié à un représentant de la banque Edmond de Rothschild qui transfère les fonds au Luxembourg. Le même jeu se reproduit le 24 décembre 2001 avec 220 000 francs suisses.

En janvier 2004, ce pactole est placé sur un nouveau compte au nom de Laverna Finance SA, société immatriculée aux îles Vierges. Cette fois les ayants droit sont les enfants de Joëlle Ceccaldi-Raynaud : Emilie et Vincent Franchi. Ce dernier renoncera peu après à cette fortune estimée en 2005 à plus de 4 millions d’euros au seul profit de sa soeur.

Selon Médiapart, entre 2001 et 2007, Joëlle Ceccaldi puis son fils Vincent, vont en personne prélever du cash au Luxembourg, pour un total de 480 000 euros. D'autres fois, c'est un proche qui effectue des retraits : notamment pour 45 734 euros en décembre 2001.

Lingots-une

Ce compte luxembourgeois est clos en 2009. D'après Mediapart, quelques mois plus tôt, en octobre 2008, une personne non identifiée s'est rendue au siège de la banque Edmond de Rothschild, boulevard Emmanuel-Servais, pour en vider le contenu. Lors du premier versement, le caissier remet à l’individu 180.000 euros en liquide et 20 lingots d’un kilo d’or. L'opération est reproduite à 10 reprises jusqu’au 23 avril 2009. Au total, 2,86 millions d’euros sont ainsi sortis de la banque : 865 300 euros en cash et le solde sous forme de 102 lingots d’or, d’une valeur de 2 millions à l'époque.

Que sont devenus ces lingots et cet argent en liquide ? Mystère. Les sociétés offshore sont-elles encore actives ? Mystère aussi.

SOURCES / DOCUMENTS : CANARD ENCHAINE ET MEDIAPART

J'ai écrit au ministre des finances Michel Sapin, ainsi qu'au Procureur de la République de Nanterre, afin qu'ils se saisissent de cette affaire révélée par la Presse et ouvrent des enquêtes.
Christophe Grébert