Paradis fiscaux Flux

Les sociétés offshore de Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Jcr

Dans l'émission de Cash Investigation diffusée mardi et consacrée au scandale des "panamas papers", un journaliste de France 2 se rend au Luxembourg à l'adresse de la banque Edmond de Rothschild, où sont domiciliés des dizaines de sociétés offshore.
Selon plusieurs enquêtes journalistiques publiées ces dernières années, notamment par le Canard Enchaîné et Médiapart, c'est à cette même adresse que le 17 juillet 1996, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'est rendue pour ouvrir un compte en tant que représentante de la Dronley Investments LTD, une société basée aux Iles Vierges Britanniques.

Selon Mediapart, le compte est alimenté entre décembre 96 et juillet 97 par 4 virements en provenance d’un compte luxembourgeois de la Banque Indosuez pour un montant total de 3 millions d'euros.

D'après le Canard Enchaîné, le 18 janvier 2000, 152 000 euros sont ensuite remis en liquide à la caisse de la banque au Luxembourg. Le 12 octobre 2000, une nouvelle somme de 304 848 euros est virée, via une banque belge, par une mystérieuse Naomi Equities Inc., domiciliée encore une fois dans les îles Vierges britanniques.

Le 15 décembre 2000, 230 000 francs suisses (152 000 euros) sont remis à Genève dans « une enveloppe fermée au nom de Mme Ceccaldi » par un émissaire non identifié à un représentant de la banque Edmond de Rothschild qui transfère les fonds au Luxembourg. Le même jeu se reproduit le 24 décembre 2001 avec 220 000 francs suisses.

En janvier 2004, ce pactole est placé sur un nouveau compte au nom de Laverna Finance SA, société immatriculée aux îles Vierges. Cette fois les ayants droit sont les enfants de Joëlle Ceccaldi-Raynaud : Emilie et Vincent Franchi. Ce dernier renoncera peu après à cette fortune estimée en 2005 à plus de 4 millions d’euros au seul profit de sa soeur.

Selon Médiapart, entre 2001 et 2007, Joëlle Ceccaldi puis son fils Vincent, vont en personne prélever du cash au Luxembourg, pour un total de 480 000 euros. D'autres fois, c'est un proche qui effectue des retraits : notamment pour 45 734 euros en décembre 2001.

Lingots-une

Ce compte luxembourgeois est clos en 2009. D'après Mediapart, quelques mois plus tôt, en octobre 2008, une personne non identifiée s'est rendue au siège de la banque Edmond de Rothschild, boulevard Emmanuel-Servais, pour en vider le contenu. Lors du premier versement, le caissier remet à l’individu 180.000 euros en liquide et 20 lingots d’un kilo d’or. L'opération est reproduite à 10 reprises jusqu’au 23 avril 2009. Au total, 2,86 millions d’euros sont ainsi sortis de la banque : 865 300 euros en cash et le solde sous forme de 102 lingots d’or, d’une valeur de 2 millions à l'époque.

Que sont devenus ces lingots et cet argent en liquide ? Mystère. Les sociétés offshore sont-elles encore actives ? Mystère aussi.

SOURCES / DOCUMENTS : CANARD ENCHAINE ET MEDIAPART

J'ai écrit au ministre des finances Michel Sapin, ainsi qu'au Procureur de la République de Nanterre, afin qu'ils se saisissent de cette affaire révélée par la Presse et ouvrent des enquêtes.
Christophe Grébert


Lingots d'or : "Je n'ai pas ce genre de choses", déclare le maire de Puteaux

Interrogée jeudi soir en conseil municipal de Pureaux, la maire LR Joëlle Ceccaldi-Raynaud a affirmé qu'elle n'avait pas de lingots : "Je n'ai pas ce genre de choses. Je ne sais pas où ça peut être". Elle rejette donc les révélations de Médiapart faites sur la base d'un dossier d'instruction au tribunal de Nanterre.

La maire s'est exprimée après 6 heures de conseil municipal, une durée record à Puteaux ! Joëlle Ceccaldi-Raynaud a en effet prolongé les débats jusqu'à la caricature pour décourager peut-être les journalistes qui espéraient lui parler à la fin de la séance. J'ai pu lui poser une question sur le sujet à la toute fin des discussions lors des questions orales. Mais attention, sa réponse est brève. Et en plus la sonorisation de la salle du conseil fonctionnait étrangement mal jeudi soir : 


#LINGOTSGATE Les broyeuses sont en action à la mairie de Puteaux : la maire LR craint-elle une perquisition ?

CPqZt5FWUAA775CDepuis 3 jours, les broyeuses sont en action à la mairie de Puteaux. Rien qu'hier, une dizaine de grands sacs de papiers broyés ont été jetés. Le ménage concerne le cabinet de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, mais aussi les services de direction.

La maire LR aurait-elle été prévenue d'une perquisition, suite au scandale sur ses 102 kilos d'or révélé par Médiapart ?

Le maire a annulé sous un faux prétexte le conseil municipal qui devait avoir lieu samedi matin. Le conseil communautaire de Puteaux-Courbevoie qui devait avoir lieu la semaine prochaine a aussi été annulé.

Samedi, l'opposition municipale devait présenter un voeu pour demander le retrait du maire et de son fils Vincent Franchi, adjoint aux finances.

(photo : twitter)

2015 - 1

Hier, le Canard Enchaîné a publié un article reprenant l'affaire

Parisien23Sept


Pour le maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, le silence est d'or

6a00d8341c339153ef017c34552cae970b-800wi5 jours après les révélations de Mediapart sur les 102 kilos de lingots d'or de la maire de Puteaux, cette dernière refuse toujours de s'exprimer. Joëlle Ceccaldi-Raynaud se contente de faire dire par l'intermédiaire de son directeur de cabinet qu'elle aurait soit-disant l'intention de porter plainte contre le site d'information.

En 2011, suite aux révélations du Canard Enchaîné sur son compte caché au Luxembourg, Joëlle Ceccaldi avait déjà menacé de porter plainte contre l'hebdomadaire satirique. Ce qu'elle n'avait finalement jamais fait. Ses menaces de plaintes contre des médias nationaux n'ont jamais eu de suite. Elle préfère s'attaquer à mon blog. C'est plus simple. Pourtant en 11 ans de procès, elle a perdu à chaque fois contre moi ! Alors, imaginez ce que cela donnerait face au Canard ou à Médiapart !

De plus, selon Europe 1, le maire Les Républicains de Puteaux ne compterait pas porter pas plainte contre Médiapart pour "diffamation", mais pour "violation du secret de l'instruction". "En n’engageant pas de poursuites en diffamation, (Joëlle Ceccaldi-Raynaud) valide la véracité de notre article, particulièrement embarrassant pour elle", réagit le journaliste du MÉDIAPART auteur de l'enquête sur Puteaux, qui poursuit :

"Joëlle Ceccaldi-Raynaud s’est murée dans le silence. Vu la gravité des faits, le devoir d’un élu de la République serait pourtant de s’expliquer publiquement devant ses électeurs. Mais la maire de Puteaux n’a manifestement rien à dire. Elle est simplement fâchée que ses manœuvres financières aient été exposées au grand jour. D’où sa volonté affichée de porter plainte pour « violation du secret de l’instruction », pour tenter d’identifier nos sources.
Rappelons que la jusrisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme reconnaît depuis longtemps que pour les sujets d’intérêt général, le droit des citoyens à l’information prime – et heureusement – sur le secret de l’instruction. Et que les journalistes n’y sont pas soumis (..)".

Lors du conseil municipal de samedi prochain à l'Hôtel-de-ville, l'opposition posera des questions à la maire de Puteaux. Elle n'y répondra pas, comme d'habitude. Joëlle Ceccaldi balancera certainement entre silence et mensonge. Le mensonge étant son autre grande spécialité, selon son père. Quelle famille !

LES CECCALDI DANS LES GROSSES TÊTES SUR RTL : 

grosses-tetes-21sept15

 


Les 102 kilos d'or du maire de Puteaux : quand la justice agira-t-elle ?

1-64aa37ceddAprès le Canard Enchaîné, le site Mediapart publie à son tour des informations sur le compte caché au Luxembourg du maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Il est encore question d’une somme de 4 millions d’euros et cette fois de valises chargées de 102 lingots d’or. La source de ces informations est fiable, puisqu’il s’agit d’éléments tirés du dossier en instruction depuis 13 ans au tribunal de Nanterre !

Comment un maire, dont le mandat est en principe gratuit et qui n’a jamais eu d’autre activité qu’élu de la République, a pu se constituer un tel patrimoine ?

Ces 4 millions d’euros ne sont d’ailleurs qu’une partie de la fortune de la famille Ceccaldi-Raynaud. Il faut y ajouter des maisons et des appartements à Puteaux, en Normandie, en Corse... pour plusieurs autres millions d'euros.

Dans cette affaire, je m’étonne de l’inaction de la justice. Je m’étonne aussi du silence des responsables politiques nationaux. L’impunité dont semble profiter le maire de Puteaux est terrible pour notre démocratie. 

Sans doute que dans d'autres pays, la carrière d'un tel élu - simplement soupçonné de corruption - s'arrêterait nette. Mais en France, le silence est... d’or.

Christophe Grébert

 

A LIRE : 

Une élue française cachait son argent au Luxembourg (L'ESSENTIEL)

La maire de Puteaux et ses 102 lingots d'or au Luxembourg (FRANCE TV)