Des rotondes néo-classiques construites sur des HLM de Puteaux, au lieu de remettre en état les logements insalubres

Hlm-tourelle

Les façades de la résidence HLM Rive de Seine à Puteaux ont été refaites. Mais en plus de ces travaux normaux de réfection, des "rotondes" ont été construites à chaque angle du bâtiment. Quel est le coût ? Et quel est l'intérêt social de ce chantier financé par de l'argent public ?

Il s'agit d'éléments purement décoratifs. Il ne s'agit pas d'augmenter la surface des logements. 4 locataires bénéficient désormais d'une terrasse couverte.

Combien de centaines de milliers d'euros ont été dépensés pour ce gadget néo-classique-haussmannien ? Tout cela a été financé sur le budget de l'office HLM subventionné par la commune. Alors que dans le même temps, des dizaines de familles putéoliennes, logées dans des propriétés de la ville, souhaiteraient juste qu'on fasse quelques milliers d'euros de travaux pour mettre aux normes leurs logements totalement dégradés ! Remarquez que ce n'est franchement pas le soucis de la maire de Puteaux qui a dernièrement annoncé au conseil municipal la baisse du nombre de logements sociaux réservés aux familles pauvres.

27078590186_bbae2fe1fc_z
26955863712_9e372db7d5_z


2 documents qui montrent le harcèlement judiciaire de la maire LR de Puteaux

Voici ci-dessous 2 documents qui montrent que la maire LR de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, instrumentalise la justice pour harceler ses opposants.

1e document : en mai 2013, la maire porte plainte contre moi. Second document : en mai 2016, la maire se désiste de sa plainte.

3 ans se sont écoulés entre les 2. 3 ans durant lesquels j'ai été placé sous le coup d'une mise en examen... pour rien. Enfin, pas tout à fait : durant ces 3 années, Joëlle Ceccaldi a exploité le fait que j'étais poursuivi pour diffamation, avec au bout la menace d'une condamnation. La plainte était infondée, puisqu'elle s'est désistée, mais cette mise en examen devait suffire à me nuire.

N'importe qui d'autre aurait peut-être cédé fasse à ce harcèlement. Pousser ses opposants à se taire ou même à "partir de Puteaux", comme m'ont invité à le faire des élus UMP en conseil municipal, voilà le seul objectif du maire de Puteaux.

Tout cela n'est pas gratuit pour les Putéoliens. Ces 3 ans de procédure ont coûté 50.000 euros à la ville. En effet, Joëlle Ceccaldi fait payer ses frais d'avocat et d'huissier sur le budget de la commune, donc avec nos impôts.

1ereconvocation

DESISTEMENT


Incendie rue Jacotot à Puteaux : 6 jours après, les habitants vivent sans électricité ni chauffage

27017538902_f31ed4c634_z

"C'est ça Grébert !?", lance avec dédain une policière municipale à ses collègues ! Je suis seul. 6 municipaux m'encerclent : "Sortez, pas mesure de sécurité, l'accès est interdit". Jeudi après-midi, ma visite au 3 rue Jacotot à Puteaux, l'immeuble où s'est déclaré un incendie vendredi dernier, n'est pas appréciée par la municipalité. Aussitôt avertie de ma présence, la maire fait envoyer sa garde.

Il serait donc "interdit" d'être présent dans cet immeuble, selon ce personnel communal. C'est un avertissement destiné À MOI SEUL alors, puisqu'une dizaine de familles a été autorisée à le réintégrer. Seuls 2 logements ont été déclarés inhabitables : celui où s'est déclaré le feu et le logement situé juste au-dessus.

INTERDIT POUR MOI, MAIS PAS POUR DES ENFANTS !

Dans le reste de l'immeuble, les habitants, que j'ai eu le temps de rencontrer avant l'arrivée de la police du maire, vivent sans électricité et sans chauffage. La mairie ne leur a offert aucune aide depuis leur retour mercredi. Pas de proposition de relogement bien sûr, ce qui serait la solution la plus humaine. Pas de solution non plus pour permettre à ces gens de ne pas rester dans le froid et le noir, en attendant d'hypothétiques travaux de remise aux normes. Des personnes âgées, des mamans et des enfants se retrouvent dans l'humidité, le froid et sans courant !

Extrait de l'arrêté signé par le maire de Puteaux (en intégralité page 1, page 2)

Arrete

Un papa m'explique qu'il va acheter une lampe à pile au supermarché pour avoir un peu de lumière ce soir. Une femme âgée se déplace avec plusieurs couvertures sur les épaules : elle a froid et est encore traumatisée. Ici, l'odeur de la fumée imprègne tout et rappelle le souvenir des flammes menaçantes.

L'inaction du maire de Puteaux est aussi indigne que l'état de ces différents immeubles délabrés, rue Jacotot et ailleurs dans notre ville, dans lesquels on laisse vivre des dizaines de familles. Quelle est la faute de ces gens ? Etre pauvre. Parfois ne pas être électeur. Où est la justice ? Où est la solidarité ? Nous réclamons le relogement de ces familles, à Puteaux même.

Christophe Grébert

Je rappelle que les maires sont responsables de la lutte contre l'habitat indigne : Dihal-pourvoirs-du-maire (pdf)


Incendie rue Jacotot à Puteaux : des habitants autorisés à réintégrer l'immeuble

CivnYgDXEAENtgK

5 jours après l'incendie qui a éclaté au 3 rue Jacotot à Puteaux, un expert mandaté par le tribunal administratif s'est enfin rendu sur place mercredi après-midi. A la suite de cette 1ère expertise, seuls 2 logements ont été condamnés. Les habitants ont été autorisés à réintégrer les autres. 
Olivier Kalousdian, élu EELV de Puteaux, fait le récit de cette affaire qui révèle l'absence d'une action municipale sérieuse pour lutter contre le logement indigne : 

"Pour la première fois en plusieurs jours, les services de la Mairie sont également présents en nombre, dont ceux de l’urbanisme et M Dromard (du Cabinet du Maire). Une fois de plus, aucun élu de la majorité et encore moins l’adjoint à l’urbanisme et au logement n’ont daigné se déplacer…

Le rapport de l’expert : L’immeuble peut à nouveau être occupé par ses habitants, sauf les deux appartements qui ont le plus été touchés par le feu et l’eau. Sous réserve d’une étude plus approfondie des infrastructures (à venir). Moindre mal, le couple et son bébé pourront ré intégrer leur appartement dès ce soir, mais sans électricité; celle ci sera remise, au mieux jeudi 19 mai.

Interrogée, la personne mandatée par le syndic de l’immeuble nous confirme qu’elle est prête, avec la majorité des propriétaires à faire les travaux de mise en sécurité, rapidement. Mais que pour les propriétaires récalcitrants, absents ou en illégalité, elle a besoin d’une lettre de la Mairie qu’elle attend depuis….quelques temps déjà.

Nous avions déjà alerté sur le 3 rue Jacotot et les risques que couraient ses habitants. Et ces risques ne se sont pas éteints avec cette incendie; bien au contraire.

Pourquoi a t il fallu que ce soit les élus d’opposition qui soient à l’œuvre pendant 48h pour soutenir ces naufragés ? Aurait-elle agi de la sorte si un immeuble neuf ou abritant d’autres citoyens (doit on dire, « électeurs ») de Puteaux avait pris feu ? (cette question émane d’une famille du 3 rue Jacotot)".

LIRE LA SUITE SUR LE SITE EELV DE PUTEAUX


Une adjointe de Patrick Balkany, Syvlie Ramond, prend la direction de l'office HLM de Puteaux

IJp4DxJt

La maire LR Joëlle Ceccaldi-Raynaud vient de recruter une nouvelle directrice générale pour l'Office Public de l'Habitat de Puteaux : Sylvie Ramond, maire-adjointe LR de Patrick Balkany à Levallois-Perret.

Sylvie Ramond succède à Colette Gonzague, directrice adjointe qui assurait l'intérim du DG depuis juillet 2014 suite au départ précipité du précédent directeur en désaccord avec Joëlle Ceccaldi sur la gestion de l'office.

Sylvie Ramond cumulera son mandat de maire-adjointe de Levallois délégué aux "affaires générales" (?) avec ce nouveau poste de directrice générale des HLM de Puteaux, mais également avec la fonction d'administratrice de l'office HLM de Colombes, autre commune LR des Hauts-de-Seine. Encore une cumularde !

Sur son compte twitter, Sylvie Ramond ne se félicite par encore d'avoir trouvé un nouveau job bien rémunéré. Elle y commente plutôt l'actualité de manière polémique, traitant par exemple Emmanuel Macron d'acteur bavard :

Ramond

Ex-conseillère départementale du canton de Levallois-Perret, elle a été battue par Arnaud de Courson l'année dernière. La pauvre avait perdu une source de revenus ! Il fallait bien compenser !

En juin 2015, elle est à l'origine d'un collectif "Je suis Balkany" créé pour soutenir le couple Balkany soumis, selon elle, à un "lynchage permanent, un déferlement de haine et de mensonge". La fidélité du ventre :)

Ramond2

Sylvie Ramond saura, j'en suis certain, s'intégrer au système clientéliste de Puteaux, comme elle sait travailler avec Patrick et Isabelle Balkany à Levallois. Tout cela serait amusant s'il ne s'agissait pas d'une mission publique.
Christophe Grébert


Incendie rue Jacotot à Puteaux : 4 jours après, des victimes sont à la rue (mise à jour : 18h)

26978515792_08ec41c6af_z4 jours après l'incendie survenu dans un immeuble au 3 rue Jacotot à ‪Puteaux‬, les habitants sont toujours dans une situation très précaire.

La vingtaine d'occupants de l'immeuble, dont 5 enfants et une femme enceinte, n'ont toujours pas eu la possibilité d'accéder à leur logement pour récupérer des affaires, des papiers ou des médicaments.

Pour la plupart, ils ne savent pas où ils vont dormir ce soir. Le CCAS, qui a offert 4 nuits d'hôtel (de vendredi à lundi) pour 18 personnes, ne veut pas faire plus.

En 4 jours, ni le maire, ni ses adjoints ne sont passés pour réconforter les victimes.

Celles-ci n'ont reçu aucun appui de la Ville pour les aider dans leurs démarches, notamment avec les assurances. Aucune proposition de relogement n'a été faite. 

Avec Olivier Kalousdian, conseiller EELV de Puteaux, nous nous sommes rendus sur place.

J'ai rencontré une personne âgée en état de stress et une maman avec son bébé dans les bras. Une femme enceinte attendait debout dans la cour de l'immeuble. 

Nous avons alerté le préfet et demandé au maire d'agir enfin !

Je ne peux pas croire qu'à Puteaux, ville la plus riche de France, on puisse laisser des habitants - victimes d'un incendie - à la rue.
Christophe Grébert

MISE A JOUR 18H : Suite à notre intervention, les habitants du 3 rue Jacotot ont été autorisés à récupérer des affaires dans leur logement et ils ont obtenu 2 nuits supplémentaires à l'hôtel. Nous réclamons à présent que des solutions de relogement soient rapidement offertes aux victimes de ce drame.