C'est la Festival de la BD de Puteaux du vendredi 2 au dimanche 4 juin

Festival-BD-de-Puteaux-2017_visuelhome

C'est la fête pour les fans de bande dessinée ce week-end à Puteaux, avec la 14e édition du festival BD de notre ville. Une soixantaine d'auteurs sont attendus.

Des tirages au sort seront organisés pour les dédicaces. Plusieurs animations sont prévues pour les enfants, comme une ferme pédagogique, et une exposition sur  Les Enfants de la Résistance de Vincent Dugomier et Benoît Ers.

Le festival se déroule dans 2 lieux : le palais de la médiathèque et le parvis de l'Hôtel-de-Ville. Il est ouvert vendredi de 17 à 20h et samedi et dimanche de 10h à 18h.

Téléchargez le dossier de Presse du Festival : Dossier-presse-BD-Puteaux-2017.pdf


Législative à Puteaux Neuilly et Courbevoie : un candidat du parti du vote blanc

IMG_4081

Les électeurs de Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud auront le choix entre 17 candidats au 1er tour de l'élection législative, le dimanche 11 juin. Grégoire Chevignard, un habitant de Neuilly, représente le parti du vote blanc. Je lui ai demandé de nous parler de sa candidature et de son parti :

- Pourquoi cette candidature ? Quelle est votre motivation personnelle ?

A l'occasion de la campagne pour les dernières élections présidentielles, j'ai été embarrassé par le choix qui m'était proposé.
Par ailleurs, j'ai été marqué par la place prise par les partis populistes de droite et de gauche.
J'ai fait mienne cette analyse, pourtant produite par un populiste : "tous ne sont pas des fachos, beaucoup ne sont que fâchés"
 
Je me suis demandé quel moyen d'expression électoral était offert aux électeurs fâchés de n'être pas pris en considération par les politiques nationales mais pas nécessairement convaincus par les discours populistes. Or, à ce jour, un électeur qui souhaite faire entendre sa colère ou son rejet du système n'a pas d'autre choix, pour compter, que de donner son suffrage aux populistes qui promettent, à défaut de régler les problèmes, de mettre à mal le "système".
 
En poursuivant cette réflexion, j'ai découvert le parti du vote blanc qui offre une solution simple et élégante.
La reconnaissance réelle du vote blanc permet aux électeurs d'invalider des élections qui n'auraient pas pour objet de prendre en considération leurs attentes.
En militant pour cette reconnaissance, je ne tente pas d'imposer mon opinion sur ce que serait la meilleure solution pour tous, je milite pour donner à chaque électeur la possibilité d'exprimer efficacement son rejet de l'alternative, sans se donner à des populistes.
 
A titre personnel, cette candidature répond à plusieurs aspirations ou convictions.

D'une part, je suis convaincu que seule une démarche participative, qui parte de la connaissance réelle du terrain, a une chance de faire émerger des solutions à des problèmes nationaux. La Maison des Citoyens mise en œuvre par Alexandre Jardin en est l'illustration. Or, le pouvoir étant centralisé et centralisateur en France, j'étais convaincu qu'une démarche politique n'avait pas de sens puisqu'elle contribuerait, en participant au système centralisé, à renforcer celui-ci. La reconnaissance réelle du vote blanc, me semble t il, permet de réconcilier ces deux constats contradictoires en redonnant, au sein du système actuel, la possibilité au citoyen de se faire entendre.

D'autre part, je n'aime guère être spectateur et critique. Je préfère être acteur. Je l'avais été par le biais associatif mais continuais à lorgner du côté de la sphère politique où beaucoup se décide. Comme le parti du vote blanc avait l'ambition d'obtenir une envergure nationale afin de pouvoir plus largement diffuser son message, en particulier dans les médias nationaux, je me suis associé à sa campagne, rendant ainsi doublement service : en diffusant, au niveau local son message, en contribuant, au niveau national, à élargir sa base en recrutant des candidats. Avec 82 candidats en France cette année, l'accès aux médias nationaux est acquis et facilitera la diffusion de son message.
 
- Mais à quoi sert-il de voter pour un candidat du parti du Vote Blanc ? Pourquoi ne pas tout simplement et directement voter blanc ?
 
Le vote blanc a ceci de particulier (contrairement au vote nul ou à l'abstention) qu'il porte un message clair de l'électorat : j'adhère au système démocratique puisque je viens participer au scrutin, en revanche je rejette le choix politique qui m'est offert.
Ce vote a donc toutes les qualités requises pour être pris en compte dans les suffrages exprimés et devrait, s'il devait être majoritaire, avoir un pouvoir invalidant : si une majorité des électeurs vote blanc, c'est que la majorité rejette le choix de candidats qui leur est fait et, donc, que l'élection doit être invalidée et recommencée ... avec d'autres candidats que ceux qui se sont initialement présentés.
 
Voilà plus d'un siècle que ce projet existe, a été porté par des pétitions, des groupes de pression et quelques rares hommes politiques (une proposition de loi tous les deux ans en moyenne). Or, le monde politique, qui ne tient pas à octroyer aux électeurs la possibilité de les récuser, a toujours fait obstacle à la reconnaissance réelle du vote blanc.
 
La seule voie légitimiste, légale et électorale qui reste pour que la reconnaissance du vote blanc soit réelle (c'est à dire que ces bulletins soient comptés comme suffrage exprimés) est de cristalliser les votes blancs sur la personne de candidats qui représentent ce vote blanc.
 
Il est bien entendu toujours possible de continuer à glisser une enveloppe vide ou un bulletin blanc dans l'urne. Il arrivera alors ce qui est toujours arrivé : les votes blancs seront comptés. Puis jetés à la poubelle et ignorés.
En revanche, voter pour un candidat du parti du vote blanc, permet que ces bulletins soit comptés dans les suffrages exprimés, portant ainsi atteinte aux scores des autres candidats en diluant leur représentativité ... les forçant à prendre en considération la question de la reconnaissance du vote blanc et, surtout, les aspirations et attentes réelles des électeurs.
 
Il ne s'agit pas de capter un vote de protestation pour ensuite mener un programme politique particulier ; le candidat du parti du vote blanc n'a que deux points à son programme : faire reconnaître le vote blanc et soumettre aux électeurs, via une plateforme, toutes les lois sur lesquelles il sera amené à voter afin de voter comme ses électeurs le souhaitent.
 
L'objectif ultime du parti du vote blanc, ce n'est pas juste la reconnaissance du vote blanc.
C'est la reconnaissance du vote blanc afin que celui-ci devienne un outil d'expression des citoyens qui puisse contraindre le personnel politique à mieux prendre en considération les attentes des électeurs.
 
Bref, voter blanc, c'est donner un chèque en blanc au personnel politique en place, c'est un vote futile. Voter pour le candidat du vote blanc, c'est voter pour que notre démocratie redevienne représentative des électeurs, c'est un vote utile.
 
51pD4tk4LvLGrégoire Chevignard a écrit un livre sur le vote blanc. Celui-ci est disponible sur Amazon.
 

Législative à Puteaux Neuilly et Courbevoie : Samuel Florin candidat de la France Insoumise

18676402_10158730481520506_35130086_o

Il représente la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud. Comme beaucoup d'autres candidats, Samuel Florin est un débutant en politique. C'est sa première campagne électorale.

- Vous pouvez nous parler un peu de vous ? 

J'ai 29 ans. Originaire d'un petit village de Seine-Maritime, j'ai habité à Paris, puis à Lille et Toulouse, avant d'emménager à Puteaux en 2014. J'ai déménagé à Suresnes au début de l'année (non sans avoir cherché d'abord à Puteaux !).
Je suis traducteur anglais-français de formation et j'ai exercé cette profession en tant que salarié, puis à mon compte. Depuis l'année dernière, suite à l'obtention du CAPES, j'enseigne l'anglais dans le secondaire pour tenter de partager ma passion pour cette langue et les valeurs de la République avec tous mes élèves.

- C'est la 1ère fois que vous êtes candidat à une élection. Pourquoi cet engagement ?

Si je me présente aux législatives avec la France Insoumise aux côtés d'Esther Debargue (candidate suppléante), c'est parce que les militant-e-s de la circonscription ont bien voulu nous confier la mission d'y faire vivre le programme de l'Avenir en commun. J'en suis ravi, car je constate que ses grandes thématiques s'imposent progressivement comme des évidences pour de nombreux habitant-e-s de nos villes. Comme l'urgence écologique bien sûr, mais aussi le besoin de renouveau démocratique (si nécessaire à Puteaux), sans oublier le droit au logement et la protection des plus démuni-e-s. Difficile aussi de ne pas dire un mot des excès de la finance, à l'ombre des tours de la Défense !

- Vous avez habité Puteaux. Vous aimez la ville ?

J'ai beaucoup apprécié les trois années que j'ai passées à Puteaux. J'y ai trouvé une vraie vie de quartier et beaucoup de diversité, malgré des choix municipaux souvent bien éloignés de mes convictions. J'y serais resté si j'avais trouvé un appartement au loyer plus adapté à mon budget.

- Comment se déroule votre campagne ? 

Nous privilégieons les "petits" événements locaux : apéros insoumis (dont un aujourd'hui en fin d'après midi en bas de la place de la mairie), marchés, porte à porte...

Sa page sur Facebook : www.facebook.com/samuelflorin9206

Le candidat de la France Insoumise est en concurrence avec plusieurs autres candidats de la gauche et de l'extrême gauche : 

  • BRANNENS du Parti socialiste,
  • Françoise MARCEL de Lutte Ouvrière,
  • Zohra BOUGHERARA du Parti communiste,
  • Vincent Dubail d'EELV.

Législative à Puteaux Neuilly Courbevoie : Vincent Dubail, un Putéolien candidat EELV

18675046_1516042288419463_1147177341_o

Pour l'élection législative des 11 et 18 juin sur la circonscription de Neuilly, Puteaux et Courbevoie Sud, il y a surtout des candidats neuilléens. Vincent Dubail est l'un des rares à habiter Puteaux. C'est la première fois qu'il est candidat à une élection. Il défend les couleurs d'Europe Ecologie les Verts. Portrait : 

- Pouvez-vous vous présenter ?

  • J'ai 26 ans. Je suis né dans l'Oise. J'ai grandi la grande majorité de ma vie dans un quartier populaire que l'on appelle aujourd'hui ZUS. Je suis diplômé de l ENTPE, une école de ingénieur qui forme sur l'aménagement durable des territoires. Je suis également diplômé de science po Lyon et de l'IAE Lyon. Je me suis très vite, lors de mon parcours scolaire, impliqué dans le monde associatif. Aujourd'hui, je travaille au ministère de la transition écologique et solidaire au développement de nos territoires. 

- Qu'est-ce qui vous motive à vous présenter aux législatives pour EELV ?

Plusieurs raisons m'ont poussé à m'engager et proposer ma candidature. La première est que face au défi écologique et malheureusement aux périls que nous encourons d'ici 40 ans, il nous faut amorcer une révolution écologique au risque de voir disparaître une partie de ce monde.
Mais je crois que ce changement est possible par un travail de construction du commun en commun. Et le député est celui qui peut par la force des textes qu'ils votent changer les choses.
Ensuite je dirais que l écologie est pour moi la réponse à des problèmes devenus transdisciplinaires; alors que la politique continue de penser sectoriel. D'où mon engagement au sein d'EELV qui donne une réponse transsectorielle.
La troisième raison s'inscrit dans la suite des 2 premières : pour amorcer ce changement, je pense que nous devons renouveler la politique et le politique. La France peut devenir un modèle sur cette révolution écologique

 - Vous aimez vivre à Puteaux ?

-  Oui beaucoup. Je trouve que c'est une ville agréable. D'ailleurs je suis très heureux d'avoir fait ce choix. Il y a 2 ans quand je suis arrivé, j'avais hésité, mais cette hésitation a fait place à une très belle surprise.

Son site : VincentDubail.aveclecologie.fr

Sa page sur Facebook : www.facebook.com/vincentdubail2017


Législative à Puteaux Neuilly Courbevoie : Le candidat En Marche aime Nicolas Sarkozy

DAMbdRKXYAAHh8K

Laurent Zameczkowski, le candidat de la La République En Marche pour l'élection législative à Neuilly, Puteaux et Courbevoie Sud, aime Nicolas Sarkozy. Il l'explique dans un portrait publié sur le site magazine-decideurs.com :

"Le Nicolas Sarkozy de 2007 est si vibrant. Il avait une énergie incroyable, il était à l’écoute des gens, très disponible, présent à tous les conseils d’école. La force de Nicolas Sarkozy, c’est qu’il avait un lien très fort avec ses racines, notamment à Neuilly. Comme Macron, il était progressiste, transgressif, moderne".

Rappelons donc au candidat d'En Marche de Puteaux et Neuilly que le "Sarkozy de 2007" a été ensuite président 5 ans et que depuis Nicolas Sarkozy est impliqué directement ou indirectement dans une dizaine d'affaires judiciaires... 

(photo : En Marche Puteaux)


Législative à Puteaux Neuilly Courbevoie : Macron oui, mais avec un candidat sérieux (Sylvie Cancelloni)

EtzenbachSylvie Cancelloni commente sur sa page Facebook la campagne législative sur notre circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud. Aujourd'hui, elle compare les candidatures "société civile" de Laurent ZAMECSKOWKI pour la République en Marche et de Nathalie ETZENBACH pour le mouvement des 577 Indépendants :

Un candidat porté par l’élan de la Présidentielle d’un côté, une candidate soutenue par notre encore-Député, Jean Christophe Fromantin

La raison imposerait de choisir le candidat du Président. Oui, mais… la raison n’est pas au rendez-vous !

Tout au long de son mandat, Jean Christophe FROMANTIN n’a cessé de nous surprendre : par son indépendance politique, son habileté à porter des projets audacieux (Exposition universelle de 2024 et requalification de l’avenue du Général de Gaulle valorisant La Défense et Puteaux), sa clairvoyance sur de nombreux projets de lois, et sa capacité à défricher des sujets complexes. Il fut l’élu du « même pas peur ! ». Un élu qui « bosse »...

A de nombreuses reprises, il n’a pas hésité à transgresser les lignes en votant des lois intelligentes, de quelque bord qu’elles soient. C’est un homme pragmatique, de compromis, qui a en outre la particularité d’avoir frappé du poing sur la table face à l’hostilité, parfois même puérile, du Maire de Puteaux.

Nathalie ETZENBACH est appelée à lui succéder,. Elle le fait dans un esprit de continuité. Dotée d’une solide expérience des finances publiques comme adjointe de sa ville, bonne connaisseuse des dossiers de POLD (l’intercommunalité qui nous lie désormais à Neuilly et aux villes de La Défense), elle aura elle aussi la même capacité à collaborer pragmatiquement à tout ce qui réformera la France, et défendra l’avenir de notre territoire.

Or, ce dernier, ce n’est pas rien avec l’annonce de la dévolution de La Défense à Puteaux et à Courbevoie par l’Etat en janvier prochain ! Sacrée aventure de rénovation d’une grande vitrine française à coups d'investissements, où il faudra « la jouer fine » , face à un maire de Puteaux qui a tout d’une « bleuette » en matière de compétence et de légitimité…

EnmarcheVoici pour Nathalie ETZENBACH... D’où nous arrive donc Laurent ZAMECSKOWSI ? Il a eu le courage avant d’autres, reconnaissons-lui, de s’engager dans le mouvement En Marche. S’il est sympathique et souriant, sa « carrure » pose quand même question… Peut-on faire de l’inexpérience totale un label ? Doit-on se contenter de choisir un « fidèle serviteur » qui ne maitrise pas le b-a-ba de la chose publique ? Son côté « Jean de la lune » (il a tout à découvrir) peut-il être un atout ? Que pèsera-t-il dans les mois qui viennent devant les enjeux territoriaux de notre circonscription ?

L’improvisation de sa candidature et la minceur de son profil professionnel, aussi touchantes qu’elles soient, sont, disons les choses telles qu’elles sont, un peu préoccupantes.

J’ai voté Macron, j’en assume les conséquences. Mais accompagnons cette rénovation de la vie politique d’un choix de compétence, plutôt que de nécessité ! Un Parlement capable de légiférer, ce n’est pas un Parlement qui bêle un « oui » inconditionnel à tout. Pas non plus qu’il ne doit devenir un bunker qui résiste au nom de sa fidélité à ce qui fut et qui n’est plus.

Il lui faut, il nous faut des élus un tant soit peu formatés à la dimension de la mission, Pas de pâles clones ânonnant le catéchisme macroniste, mais des hommes et des femmes de valeur incarnés dans les sujets de leur temps

C’est la raison pour laquelle, ce mois de juin, je voterai Nathalie ETZENBACH

Sylvie Cancelloni