Le sapin de Noël de Puteaux est arrivé

IMG_3436.JPG

Le sapin de Noël de Puteaux est arrivé par convoi exceptionnel dans la nuit de mercredi à jeudi. Celui-ci fait 18 mètres de haut. 

Ce sapin a 40 ans d'âge. Il a été coupé en Belgique. Après les fêtes, il finira en copeaux. Coût de l'opération : 45.000 euros, soit 1 euro par Putéolien.

Tous les ans, un nouveau sapin est abattu dans une forêt et apporté par camion à Puteaux. C'est une opération très couteuse et pas respectueuse de l'environnement. Mais pourquoi ne plante-t-on sur cette place Stalingrad un arbre qui sera bien entendu décoré chaque fin d'année ?IMG_2766

 


Education : les enseignants du lycée Voilin de Puteaux réclament plus de moyens

Unnamed

Les enseignants du lycée professionnel Lucien Voilin de Puteaux étaient en grève aujourd'hui, en solidarité avec leurs collègues des ZEP mobilisés pour conserver des moyens supplémentaires. Les professeurs de Voilin nous alertent aussi sur leurs propres difficultés :

"Sans être classé ZEP, notre établissement relève de l'éducation prioritaire avec notamment 45% d'élèves issus de CSP défavorisées et des incidents qui se multiplient avec violence physique et verbale. Nous nous mobilisons depuis plusieurs années pour obtenir plus de moyens en vain. Notre lycée est le plus mal doté du département des Hauts-de-Seine et souffre d'un énorme manque de moyens humains et matériels, sans parler de l'état des locaux et de la difficulté de mener à bien notre mission", témoignent les enseignants du lycée professionnel.

Même si les lycées dépendent de la région, rien ne s'oppose à ce que le maire et le conseiller départemental de Puteaux agissent pour améliorer la situation de cet établissement professionnel. L'opposition posera une question sur ce sujet lors du prochain conseil municipal.
Christophe Grébert  


L'adolescence en débat au forum sur la famille et la parentalité vendredi et samedi à Puteaux

Forum-de-la-Famille-et-de-la-parentalite_visuelhome

La 5e édition du forum de la famille et de la parentalité, organisée par l’association Le Rendez-vous des Parents, a lieu vendredi et samedi à Puteaux. Cette année, la thématique est la suivante : «Parents, adolescents : grandir ensemble».

Au programme : 

• Vendredi 18 novembre 9h30-17h15 / Salle des Colonnes de l’Hôtel de Ville

Entre table ronde et interventions, cette journée proposera aux professionnels réunis un partage de pratiques autour de la santé globale de l’adolescent : alimentation, sexualité, refus anxieux, communication, etc. 
 
Il s’agira de réfléchir sur la façon de construire ensemble une relation parents-ados harmonieuse. 
 
• Samedi 19 novembre 14h-17h / Palais de la Médiathèque 


C’est une journée riche en rires et en émotions qui attend les parents, mais également les enfants et les adolescents à travers le concept du Théâtre Forum. Guidés par des comédiens formateurs, ceux qui le souhaitent pourront intervenir en montant sur scène, afin de jouer des situations de la vie quotidienne autour du thème central de «L’exercice de la parentalité à l’adolescence». Deux saynètes principales seront proposées à cette occasion : «La communication et la relation parents-adolescents» et «Comment accompagner les ados au cours de l’adolescence ? Réseaux sociaux, écran, sexualité, alcool, nourriture, etc.»
 
Afin que cette journée soit la plus aidante possible, des débats viendront compléter et enrichir les échanges, dans le but de clarifier les enjeux et décrypter les situations abordées. 


Renseignements
 : 

Le Rendez-vous des parents

Maison du Droit

6, rue Anatole France
 Puteaux
www.lerendezvousdesparents.com

www.facebook.com/lerendezvousdesparents
forum_puteaux@lerendezvousdesparents.com

Tél. : 07 83 37 16 73 


La Défense : 2 petites tours au lieu d'une grande

Tours-sisters-860x450_c

Décidément, le quartier d'affaires de la Défense n'aura jamais sa tour de 300m ! Le projet Phare, qui devait être réalisé derrière le CNIT à la limite entre Puteaux et Courbevoie, est définitivement abandonné : trop cher et trop énergivore, selon le promoteur Unibail. Ce dernier a sorti de ses cartons un nouveau projet plus classique : 2 tours de 200m et 100m, les Sisters.

Choisi il y a 10 ans, avant la crise financière de 2008, le projet Phare avait aussitôt mobilisé contre lui de nombreux opposants. Sa dimension faisait non seulement peur aux riverains, mais également à l'aviation civile ! La crise et les recours des associations ont donc eu raison du projet de l'architecte américain Thom Mayne (qu'Unibail devra tout de même chèrement indemniser !).

CycC0-iW8AAmYyp

Alors que la tour Phare aurait coûté au moins 1 milliard d'euros, les Sisters, conçues par l'architecte français Christian de Portzamparc, sont estimées à un peu plus de 600 millions. La première tour d'une cinquantaine d’étages accueillera 75.000 m² de bureaux. La seconde d’une trentaine d’étages hébergera un hôtel 4 étoiles de 300 chambres sur 20.000 m².  Un projet plus facilement vendable. Petit amusement architectural pour attirer le chaland : les deux buildings seront reliés à 80 mètres de haut par une passerelle de 3 niveaux comprenant un spa, un restaurant, une salle de projection et un jardin ouvert.

Comme Unibail a reconnu que Phare était très énergivore comme toutes les tours, peut-on en déduire que les petites Sisters feront mieux ? Je plaisante.

L'enquête publique sur Sisters a lieu jusqu'au 16 décembre à Puteaux et Courbevoie. Unibail espère inaugurer ses 2 nouvelles tours en 2022... 

Photos : Defense-92.fr


L'hôpital de Neuilly, Courbevoie et Puteaux s'appelle désormais Centre Hospitalier Rives de Seine

Logo_ch_rives_de_seine

Les hôpitaux de Puteaux, Neuilly et Courbevoie sont regroupés depuis plusieurs années. Il fallait un nom à ce nouvel ensemble. Ce sera "Centre hospitalier Rives de Seine".

Ce nom est issu d’une consultation organisée l'année dernière auprès des employés de l’hôpital, mais aussi des citoyens.  "Une longue procédure permettant le dépôt du nouveau nom aboutit maintenant à sa mise en œuvre", annonce le centre hospitalier.

Regroupant près de 400 lits, le centre emploie un millier de professionnels médicaux, soignants, logistiques, techniques et administratifs. Il accueille chaque année plus de 17.000 patients en hospitalisation et  42.500 passages aux urgences adultes et pédiatriques. Enfin, plus de 2.000 enfants y sont nés cette année.


Il y a de moins en moins de logements sociaux à Puteaux

27032022542_29b41b4e99_z

Il y avait 29,6% de logements sociaux à Puteaux en 2014. Il n'y en a plus que 29,1% en 2015, soit un demi point de baisse en une année ! Un chiffre publié dans le rapport 2015 de la DRIHL (Direction Régionale et interdépartementale de l'Hébergement et du Logement) sur le logement social dans les Hauts-de-Seine. Ce rapport démontre l'inaction de la municipalité de Puteaux en faveur du droit au logement. 

Il y avait 6.197 logements sociaux à Puteaux en 2014. Il y en 6.178 en 2015, soit 19 logements sociaux de moins. Alors que dans le même temps, le nombre total de logements dans notre ville est passé de 20.936 en 2014 à 21.185 en 2015, soit 249 logements de plus (page 7 du rapport).

LogementQuelques logements sociaux ont tout de même été réalisés à Puteaux : 11 en 2015 et 32 en 2015 (page 11 du rapport), mais leur nombre ne compense pas ceux qui ont été supprimés. Par ailleurs, ces 43 nouveaux logements dits sociaux sont en fait de type PLS, du logement intermédiaire accessible jusqu'à 45.000 euros de ressources annuelles pour un couple et 70.000 euros pour un couple avec 2 enfants (chiffres 2016).

6a00d8341c339153ef01b7c87912df970b-800wiC'est dans un de ces logements PLS que le préfet Gardère, déclarant pourtant 190.000 euros de revenus annuels, a été logé en 2014

Au cours de cette période, Puteaux n'a créé aucun logement social de type PLAI et PLUS destiné aux ménages modestes.

En ce qui concerne la lutte contre l'habitat indigne, la municipalité de Puteaux est aussi absente. Pourtant notre ville est citée dans ce rapport (page 26) : la DRIHL signale plusieurs cas de saturnisme traités à Puteaux en 2015 ! Cette maladie d'un autre temps, et donc les enfants sont les principales victimes, ne devrait plus se rencontrer dans une ville riche comme Puteaux. Elle est le signe d'un habitat ancien et laissé à l'abandon.

HerbergementSur l'hébergement d'urgence, notre ville ne fait rien non plus : Puteaux ne compte aucune place d'hébergement pour les familles se retrouvant à la rue pour une raison ou pour une autre (page 47 du rapport). C'est l'une des rares communes des Hauts-de-Seine à être dans ce cas.

C'est ainsi qu'une femme évacuée par les pompiers d'une immeuble insalubre en feu se retrouve à l'hôtel, parce que la ville de Puteaux, pourtant responsable du relogement en dernier recours, n'a prévu aucune place d'hébergement.