La mairie de Puteaux réclame 1.200 euros par enfant pour un voyage en Inde

Inde_indeka_750_f_reglain

La ville de Puteaux organise un voyage en Inde, dans le Rajhasthan, en juillet pour des jeunes de 14 à 17 ans. Lors du conseil municipal du 5 avril 2018, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a indiqué qu'une participation de 1.200 euros par enfant était réclamée aux familles.

En séance, je fais remarquer à la maire que "1.200 euros, tout le monde ne peut pas se permettre". "Certes", me répond-t-elle. Aucun autre commentaire ne sort de sa bouche. ok... 

A quand, à Puteaux, les beaux voyages de la ville accessibles à tous les jeunes, pas seulement aux enfants des familles qui ont des moyens ? La maire refuse que les prix varient selon les revenus. Nous l'avons demandé plusieurs fois. En fait, elle considère qu'il doit y avoir des voyages pour les riches et d'autres pour les pauvres, que les 2 ne doivent pas (ne veulent pas) se mélanger. C'est la même idéologie qui la pousse à faire un jardin rose pour les filles et bleu pour les garçons, où chaque genre est bien séparé par des barrières.
Je suis fier de mon pays et de ses valeurs : "Liberté, Egalité, Fraternité". J'estime donc qu'en France, une commune ne devrait pas faire de ségrégation sociale, surtout au dépens d'enfants.
Christophe Grébert


Passerelle de Puteaux : un accès peu pratique et une rampe inaccessible

Passerelle

La ville de Puteaux va réaliser une passerelle piétonne pour rejoindre l'ile depuis le centre ville. Mais l'emplacement choisi pour construire cette passerelle est peu pratique. Je vous montre le parcours ...

C'est un cheminement plutôt compliqué, dans des rues de service des tours de bureau du front de Seine. Par ailleurs, faute de dégagement, la passerelle ne sera accessible côté ville que par un ascenseur... Une rampe existera mais côté quai de Seine. Il faudra donc traverser la 2x3 voies pour la rejoindre. Vraiment pas pratique...

IMG_7857
Alors que l'emplacement que nous proposions, dans le prolongement de la rue Godefroy, aurait permis de réaliser une rampe directement depuis cette rue pour rejoindre directement l'ile sans descendre de son vélo... et pour les piétons sans prendre d'ascenseur...


PUTEAUX FUTUR : proposition pour la réussite scolaire de nos enfants

#école #numérique #PuteauxChaque enfant est unique et dispose en lui une capacité innée à se développer de manière harmonieuse

Dès le plus jeune âge, l'École doit proposer un cadre bienveillant, encourager l’autonomie, respecter le rythme de l’enfant et son individualité.

Au début du XXe siècle, Maria Montessori, médecin italien, développe une méthode pédagogique fondée notamment sur l’éducation sensorielle qui favorise chez l’enfant son sens de la réflexion et de l’observation et qui l’aide à conquérir son autonomie. Sa méthode “Aider l’enfant à faire seul” fait de plus en plus d’adeptes dans les écoles publiques, comme dans le 17e à Paris (école Christine de Pissan) ou encore dans le Lot-et-Garonne, première école publique en France.

Nos écoles doivent innover en matière d’enseignement, essayer des méthodes pédagogiques qui permettent aux enfants de structurer à leur rythme des gestes et des réflexions qui leur sont propres. L’acquisition de ces qualités amèneront les enfants à s’autonomiser progressivement dans leur vie quotidienne.

17159320_10154542828942736_3518486583865045928_oPoursuivons cette réflexion sur l’éducation offerte à nos enfants sur www.puteauxfutur.com

Bouchra Sirsalane
Conseillère municipale Modem de Puteaux

 


30 millions d'euros d'argent public pour rebaptiser le stade U Arena de la Défense

DSC_0735-1-860x450_c

Le stade U Arena (photo), inauguré l'an dernier à la Défense, pourrait être rebaptisé "Paris la Défense Arena", du nom de l'établissement public "Paris la Défense" qui a remplacé l'EPADESA. Ce changement de nom va coûter plus de 30 millions d'euros, selon Le Parisien. Ces 30 millions d'euros d'argent public n'auraient-ils pas été plus utiles à l'amélioration des équipements publics de la Défense ?

Cela s'appelle du "naming". En 2015, le Palais Omnisport Paris Bercy avait ainsi été rebaptisé «Accorhotels Arena POPB». Il y aussi l’Orange Vélodrome de Marseille, l’Allianz Riviera de Nice et le Groupama Stadium de Lyon.... Jusqu'ici, ce genre de contrat publicitaire n'était passé qu'avec des entreprises privées. C'est la première fois qu'un établissement public se porte candidat.

"Paris la Défense" espère, grâce à cette publicité géante, faire connaître son nom. U Arena, dirigé par le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, percevrait de l'établissement public plus de 30 millions d'euros, à raison de 3 millions par an sur 10 ans.

On remarquera que ce montant est plus élevé que les autres accords de "naming" observés ailleurs en France et que le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, pour construire son stade, avait déjà bénéficié d'une part de l'aide de l'EPADESA qui lui a vendu un terrain à la situation exceptionnelle au pied de la Grande Arche et d'autre part de l'engagement financier du conseil départemental des Hauts-de-Seine : le département a mis 200 millions d'euros au pot pour y transférer son siège ! Une affaire privée financée par de l'argent public... tellement pratique.

Le conseil d'administration de "Paris la Défense", composé majoritairement d'élus du conseil départemental des Hauts-de-Seine et des maires de Puteaux, Courbevoie et Nanterre, doit se prononcer sur cet accord commercial le 17 mai prochain.

Dépenser 30 millions d'euros d'argent public pour appeler ce stade "Paris la Défense", est-ce un investissement prioritaire pour l'établissement public PLD qui peine à entretenir correctement les espaces publics du quartier d'affaires ? Cet argent ne serait-il pas mieux dépensé pour réparer les ascenseurs en panne ou embellir des sous-sols et des couloirs sinistres ?
Je demande aux administrateurs de l'établissement public, dont ce sera la première décision importante, de bien réfléchir à la manière dont ils dépensent l'argent de nos impôts.

Christophe Grébert