Puteaux est-elle une ville amie des enfants ? Pas pour les enfants pauvres et mal logés

28440116_8ec376f808_zLors du conseil municipal de Puteaux du 8 avril 2016, la maire LR Joëlle Ceccaldi s'est félicitée de l'obtention par notre commune du label Unicef "ville amie des enfants". Mais quand l'opposition lui demande si les engagements liés à ce label, comme la lutte contre la pauvreté et l'accès égal aux services, s'appliquent au logement, le maire répond que "cela n'a rien à voir !" Les dangers liés à un logement indigne ou insalubre sont pourtant le plus grave problème auquel des enfants de familles pauvres sont exposés. Ce label n'est-il qu'une opération de communication sans réalité concrète ?

Par ce label, la commune de Puteaux s'engage sur la "non discrimination", l'"égal accès aux services" et la "lutte contre la pauvreté". Mais lorsque Bouchra Sirsalane, élue d'opposition Modem, demande au maire LR si ces engagements s'appliquent aussi à l'accès au logement social, Joëlle Ceccaldi lui répond que "cela n'a rien à voir". 

Comment cela "cela n'a rien à voir" ? A Puteaux, des dizaines de familles vivent dans des immeubles insalubres, comme celui de la rue Collin (photo ci-dessus) ou d'autres bâtiments du centre ville. Leurs enfants sont exposés aux risques de maladies et d'accidents liés à l'état de ces logements.
Nous suivons plusieurs familles depuis des années. La mairie refuse d'agir. Leurs demandes de HLM restent sans réponse. 

"L'accès égal" aux logements HLM sera-t-il respecté grâce à ce label de l'Unicef ? Non, répondent en coeur le maire et son 1er adjoint, Michel Duez, délégué à la solidarité, dans la vidéo ci-dessous extraite de la séance du 8 avril. Voilà un bien triste aveu !



LA VILLE AMIE DES ENFANTS... SAUF LORSQU'ILS SONT PAUVRES ET MAL LOGÉS

Pourquoi alors l'Unicef donne-t-il ce label à Puteaux ? En échange de quoi l'association accorde son logo, sa confiance et sa crédibilité à une commune dont le maire et son 1er adjoint tiennent de tels propos ? Au cours du même conseil municipal, le maire a fait voter une subvention pour l'Unicef. ALORS... 

24332442831_09298e3032_k

PHOTO : RUE COLLIN À PUTEAUX (GOOGLE MAPS)


La tour Bolloré à Puteaux perquisitionnée par les enquêteurs anti-corruption

12383303485_1cdddbbdfc_z

Des enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales ont perquisitionné vendredi dernier la tour Bolloré sur les quais de Seine à Puteaux.

Selon le journal Le Monde, ces enquêteurs agissaient dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en novembre 2013 par le parquet national financier  sur des soupçons de "corruption d'agent public étranger". "Les policiers se demandent si le groupe du milliardaire breton a utilisé son bras publicitaire Havas pour faciliter l'obtention de la gestion des ports de Conakry en Guinée et de Lomé au Togo", affirme Le Monde.


Tribune de l'opposition à Puteaux : Pourquoi nous n’avons pas voté le budget 2016

Bandeau_Rassemblement

Voici la tribune du groupe d'opposition Le Rassemblement qui sera publiée dans le Puteaux Infos de mai 2016 :

Pourquoi nous n’avons pas voté le budget 2016

  • La cagnotte de 228 millions d’euros a été intégralement dépensée en frais de fonctionnement, fêtes, dépenses superflues et réalisations somptuaires,
  • Le fonctionnement de la ville coûte 2,5 fois plus cher que celui des autres communes de taille équivalente, avec 3.069€ par habitant en 2015,
  • La mairie n’arrive jamais à réaliser l’ensemble des investissements prévus chaque année,
  • Mme la maire continue d’affirmer (conseil municipal du 8 avril) que “l’Etat spolie Puteaux”, et ce alors que le budget de la ville atteindra cette année le montant record de 380 millions d’euros, permettant 130 millions d’euros d’investissements, soit des dépenses d’équipement de 2 800€ par habitant contre 350€ en moyenne ailleurs.

Toutes nos propositions ont par ailleurs été rejetées, en particulier la diminution de la taxe d’habitation de 20% et la réduction des tarifs municipaux, notamment ceux des cantines scolaires. A l’inverse, les budgets cadeaux, cocktails et voyages réservés à quelques uns ont eux été renouvelés.

La vérité est que la majorité municipale refuse toute solidarité et ne cherche qu’à continuer à alimenter son système clientéliste.

Vous comprendrez que nous ne pouvions pas approuver un tel budget.

Evelyne Hardy, Christophe Grébert, Francis Poézévara, Bouchra Sirsalane, Olivier Kalousdian


La ville de Puteaux vote un budget record de 386 millions d'euros en 2016. Mais les Ceccaldi crient au vol !

7053581-10796076

Vendredi 8 avril 2016, lors du conseil, la majorité municipale de Puteaux a voté un budget record de 386 millions d'euros pour l'année 2016. Dans son intervention, Vincent Franchi, l'adjoint aux finances et fils du maire, a protesté contre les transferts de taxes vers le territoire et le Grand Paris pour financer des actions de solidarité, notamment le soutien à l'emploi.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud et Vincent Franchi refusent toute solidarité, car leur seul objectif est de garder tout l'argent pour eux afin de financer leur politique clientéliste : cadeaux, cocktails, voyages... Le bien commun et l'intérêt général sont des gros mots pour ces gens.

J'ai répondu à Vincent Franchi en séance. Mais sa mère (et maire) a coupé mon micro au bout de... 2 minutes, m'empêchant de terminer mon intervention. Cette censure est habituelle sinon systématique au conseil municipal de Puteaux.

Voici dans les 2 vidéos ci-dessous, un extrait de l'intervention de Vincent Franchi, puis ma réponse :

SUR MON DRIVE, JE METS À VOTRE DISPOSITION LES DOSSIERS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 AVRIL AVEC LE BUDGET 2016 (EN INTÉGRALITÉ)


Insolite : quand la maire LR de Puteaux refuse absolument de reconnaître sa faute

Pietonnisation

Lors du conseil municipal du vendredi 8 avril 2016, Joëlle Ceccaldi-Raynaud est revenue sur un sujet sans importance que tout le monde avait déjà oublié : au détour d'une intervention, elle réaffirme que "piétionnisation" ne prend qu'un seul "n". Lors du précédent conseil, elle avait voulu me corriger et j'avais relevé son erreur.

C'est resté en travers de sa gorge visiblement, comme une enfant qui ne supporte pas d'être contredite. Comportement absurde. Le mot piétonnisation, qui est un néologisme, s'écrit avec les 2 orthographes, mais on le trouve le plus souvent avec 2 "n". Il est simple d'en faire la démonstration dans Google : 

- 40.800 résultats trouvés avec 1 n

- 67.900 résultats trouvés avec 2 n

Au prochain conseil municipal, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui pense que sa parole est la vérité universelle, reviendra encore sur le sujet pour nous expliquer que Google nous trompe et cache aussi peut-être ses bénéfices dans des paradis fiscaux.

Je lui réponds tout de suite : je fais des fautes, mais pour ma part je les corrige lorsqu'on me les signale. Je ne cherche pas à changer les règles de français.

Le maire ferait mieux de nous expliquer pourquoi la ville a piétonnisé la rue Saulnier en dépensant inutilement des dizaines de milliers d'euros, puisque cette rue venait tout juste d'être réaménagée.

Allez, petite vidéo du conseil de vendredi soir :


VIDEO : Difficile d'en placer une au conseil municipal de Puteaux !

Lors du conseil municipal de Puteaux du vendredi 8 avril 2016, la maire LR Joëlle Ceccaldi annonce que les impôts locaux n'augmenteront pas cette année, les taux ne bougeant pas. Affirmation mensongère, puisque les bases et les valeurs locatives elles augmentent.
Je suis intervenu pour expliquer que si le maire voulait maintenir ou baisser la facture des Putéoliens, il fallait baisser les taux. Mon intervention ne dure qu'une minute. Pourtant la maire m'interrompt et parle en même temps que moi tout le long de ma courte prise de parole.
C'est ainsi que tout le conseil municipal de Puteaux se déroule : le maire refuse de laisser les élus de l'opposition s'exprimer librement.
C'est la démocratie selon les Ceccaldi. Mieux vaut en rire ! Mais c'est tout de même pénible. Il faut s'accrocher pour en placer une !