Neuilly-sur-Seine Flux

Jean Sarkozy à l'EPAD : même à l'UMP de Neuilly-sur-Seine, on trouve l'idée mauvaise

Les commentaires laissés par les signataires de la pétition pour demander à Jean Sarkozy de renoncer à postuler à la présidence de l'EPAD montrent que cette affaire choque les français quel que soit leur profil ou leur age. Il y a beaucoup de jeunes diplômés qui ont du mal à trouver du boulot, beaucoup de parents inquiets pour l'avenir de leurs enfants... Beaucoup de signataires affirment avoir voté pour Nicolas Sarkozy et disent ne pas se retrouver dans cette nomination.

Quelques élus de l'UMP osent relayer publiquement l'opinion des français.

29731658_9dd030d982 Au coeur même du système sarkozyste, à Neuilly-sur-Seine, un jeune élu UMP, le maire-adjoint Pierre-Adrien Babea, 27 ans, se dit « forcément interpellé » par l’affaire. Jean Sarkozy n’a « ni compétences ni expérience de gestion d’entreprise pour s’occuper du premier parc européen d’affaires ». Il y voit « un mauvais signal en direction des jeunes qui souhaitent entrer dans l’action politique. Ils auront l’impression qu’il faut être fils de ». Même « mauvais signal pour les jeunes qui travaillent dur pour obtenir des diplômes ».

Dans une tribune publiée dans Le Monde, le maire de Neuilly-sur-Seine, Jean-Christophe Fromantin, interpelle directement Jean Sarkozy. Le mettant en situation, sur le siège de président de l'EPAD, il l'interroge : "Vous prenez la barre d'un des fleurons de la flotte économique française, dites-nous quelle est votre vision de la mondialisation. Sur quelles différences compétitives allez-vous travailler ? Comment voyez-vous la Défense s'articuler dans le Grand Paris ? Quelle sera votre stratégie pour convaincre les investisseurs ?  (..)". Un examen de passage pour montrer l'incongruité de cette candidature. Et Jean-Christophe Fromantin de commenter, pour bien enfoncer le clou : "Patron d'une PME innovante présente à l'international, je connais la difficulté d'une négociation en anglais, en haut d'un gratte-ciel, devant des banquiers chevronnés, et la nécessité d'un discours structuré". On ne saurait plus délicatement exprimer les choses.

(photo : Flickr)


Quand Jean Sarkozy joue au foot avec des "gars" de Puteaux (Le Point)

1243004884a0f2b655b968_l L'hebdomadaire Le Point consacre cette semaine un long portrait à Jean Sarkozy, fils du président, conseiller général UMP de Neuilly et pas encore assez grand pour remplacer à l'Assemblée Joëlle Ceccaldi-Raynaud, actuelle députée de Puteaux-Neuilly.

Un article dithyrambique

A 22 ans, "Monsieur le Dauphin" (comme l'écrit en Une le magazine) est affublé de toutes les qualités : le "premier fils de France", inconnu il y a 2 ans, est devenu l'"idole des médias", en tout cas l'idole du Point : "nos documentaliste cherchent encore une telle trajectoire dans l'histoire de la Ve République" (sic), "sa facilité en politique en agace plus d'un", car lui "a été élu" (heuuu oui à Neuilly où la droite fait 90% !). C'est "un nom, une marque, un héritage, un symbole", "Il a pour lui l'air du temps", "Moderne, en phase avec le société, au fait des tendances"... Outch, n'en jetez plus, ce serait trop !

Mais le Point ne s'arrête pas là et le décrit artiste ("il joue de la guitare et du piano") et sportif ("il a le biceps stalonien"). On apprend au détour d'un enième paragraphe flatteur que Jean Le Grand "joue au foot de rue avec des "gars" de Puteaux". Et beh !
En visite à Asnières, il rencontre des jeunes "métissés", nous raconte aussi le Point. Il les écoute "comme le médecin considère un malade", puis prend la parole "bateleur", "faussement naturel" et "la salle est conquise". Le Point lui prédit donc un grand avenir : les Hauts-de-Seine aujourd'hui "et la France demain" !
L'auteur de cet article, Saïd Mahrane, l'a-t-il écrit au second degré ? On l'espère... pour lui, pour le Point et pour le métier de journaliste.


Joëlle Ceccaldi-Raynaud aux européennes (Le Figaro)

Figaro2avril09 Selon un confidentiel publié jeudi dans le journal Le Figaro, la députée-maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, pourrait se retrouver 4e sur la liste francilienne de l'UMP aux élections européennes de juin prochain. Une place éligible. Elle laisserait ainsi libre son siège de député de Puteaux-Neuilly que lorgne (comme je vous le disais en septembre dernier) le fils du président, Jean Sarkozy. Celui-ci aura 23 ans le 1er septembre, l'âge légal requis pour devenir député. Le jeu des chaises musicales se poursuit à l'UMP...

Une éventuelle législative partielle à laquelle se prépare le maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin.

L'occasion pour moi de créer une nouvelle rubrique sur ce blog : legislatives 2012 (ou avant...)


Le maire de Neuilly en campagne... à Puteaux (Le Figaro)

504605626_5f4c4c64d9 Selon un confidentiel du Figaro, Jean-Christophe Fromantin aurait commencé des réunions «appartement» à Puteaux.
Toujours d'après Le Figaro, le maire de Neuilly pourrait en effet se présenter à la prochaine élection législative de 2012 "ou avant, si une élection partielle venait à être organisée" sur la circonscription de Puteaux-Neuilly. Il s'y préparerait donc en rencontrant des Putéoliens souhaitant le soutenir.
Précisons que c'est le maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui occupe actuellement le siège de député de la circonscription, poste occupé autrefois par... Nicolas Sarkozy.

(photo : Flickr)


Joëlle Ceccaldi-Raynaud pourrait céder son siège de député à Jean Sarkozy

H312659641221571348Joellececcaldireynaurd9C'est la rumeur du moment : Jean Sarkozy, après avoir été élu à 21 ans - et donc sans aucun doute au mérite - conseiller général de Neuilly et désigné président du groupe UMP au conseil général des Hauts-de-Seine, voudrait bien occuper le siège de député de la circonscription de Puteaux-Neuilly.
Co-responsable du gros plantage de l'UMP, qui est parvenu en mars dernier -exploit incroyable- à perdre le poste de maire de Neuilly au profit du divers-droite Jean-Christophe Fromantin, le fils de Nicolas se serait donné pour mission quasi divine de rapporter le duché neuilléen dans le royaume UMP.
Avant la municipale de 2014, Jean "le Pressé" se verrait donc bien député. Pour cela, rien de plus simple : il suffit de demander à Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui occupe actuellement le poste, de remettre sa démission, ce qui entrainerait la tenue d'une législative partielle. La maire UMP de Puteaux est plutôt habituée à céder sa place à la famille Sarkozy, même si elle s'est faite prier la derière fois. Une chose est certaine, elle ne le fait jamais pour rien : en 2005, elle avait ainsi été récompensée en étant nommée au Conseil Economique et Social.
Mais cette fois, ses prétentions sont plus grandes : Joëlle Ceccaldi veut devenir Sénatrice ou à défaut députée européenne. L'UMP peut lui obtenir une place sur sa liste aux Européennes en 2009 ou bien l'investir aux sénatoriales dans les Hauts-de-Seine en 2011. Tout dépend en fait du degrés de patience du fiston Sarkozy... et des sondages.
De la bonne politique politicienne, en somme... bien loin des préoccupations des citoyens, à qui on demandera juste -le moment venu- de glisser le bon bulletin dans l'urne.
Mais c'est vrai qu'à Puteaux et Neuilly, il fait "bon vivre" pour tout le monde !?