Marches publics Flux

Puteaux lance un appel d'offres pour 4 millions d'euros de mobilier urbain

24485350769_ec9bc7859d_zBornes, potelets, bacs à fleurs... La ville de Puteaux lance un appel d'offres pour acheter du mobilier urbain. La municipalité prévoit de dépenser pour ce seul marché 1 million d'euros par an jusqu'en 2019, soit un total de 4 millions.

Ce marché géant est décomposé en 5 lots :
- Bornes, potelets, barrières de protection, grilles d'arbres et supports de motos, pour 420.000 euros HT/an,
- Bancs et abris de jardin en bois, pour 100.000 euros HT/an, 
- Corbeilles de propreté, pour 100.000 euros HT/an,
- Bacs à végétaux en métal, pour 100.000 euros HT/an,
- Bacs à végétaux sur-mesure en bois vernis, pour 120.000 euros HT/an.

Total : 840.000 euros HT/an,
ou 1.008.000 euros TTC/an x 4 ans.

"Moins d'argent oblige à mieux dépenser" (via 5 pistes pour un urbanisme du quotidien). Malheureusement, ce concept n'est pas connu à Puteaux !

(photo : la chaussée a été détruite et refaite et des bacs à fleurs ont été installés rue Saulnier, alors que la rue avait été entièrement rénovée il y a moins de 5 ans).


Les pots-de-vin introuvables du marché du chauffage de la Défense (3e partie de l'enquête de Médiapart sur Puteaux)

MediapartLe site Médiapart a publié la 3e partie de son enquête sur l'affaire du chauffage de la Défense dans laquelle Charles Ceccaldi-Raynaud est mis en examen pour corruption et sa fille Joëlle entendue comme témoin assistée.

Cette nouvelle partie porte sur le fond de l'affaire : l'attribution du marché du chauffage et de la climatisation des 3 millions de m2 de bureaux du quartier d'affaires de la Défense. La justice soupçonne un système de corruption et le versement de pots-de-vin à des élus.

Extrait : 

" (..) la justice a mis au jour un incroyable feuilleton, où se mêlent soupçons de favoritisme, escroquerie familiale et valises de billets rapatriées du Luxembourg. Mis en examen en 2007 pour corruption, l’ancien maire de Puteaux Charles Ceccaldi-Raynaud conteste avoir touché des pots-de-vin. Et malgré plusieurs indices troublants, il est difficile de discerner le vrai du faux dans une affaire où tous les acteurs semblent avoir quelque chose à cacher.

Tout a commencé par la bataille pour un énorme fromage : le chauffage et la climatisation du quartier de La Défense (3 millions de m2 de bureaux et plusieurs milliers de logements). Pour les entreprises concernées, c’est le marché de l’année, avec 875 millions d’euros de chiffre d’affaires sur vingt-cinq ans. À la surprise générale, c’est Enerpart, une petite société créée pour l’occasion, qui remporte le gros lot en novembre 2001 face à plusieurs poids lourds du secteur. L’appel d’offres était piloté par le Sicudef, un syndicat intercommunal ad hoc où siègent les élus de Puteaux, Nanterre et Courbevoie, et présidé d’une main de fer par Charles Ceccaldi-Raynaud, alors sénateur-maire de Puteaux, aujourd'hui âgé de 92 ans.

(..)

La juge Isabelle Prévost-Desprez, qui a hérité du dossier en 2003, lance une spectaculaire série de perquisitions visant Charles Ceccaldi-Raynaud et sa fille Joëlle, alors maire adjointe de Puteaux, secrétaire du Sicudef et députée (suppléante de Nicolas Sarkozy, elle a récupéré le siège de celui qui est alors ministre de l’intérieur). Mais la magistrate commet une erreur : elle n’a pas effectué toutes les opérations en même temps.

Le 9 décembre 2003, le domicile de Charles Ceccaldi à Puteaux est perquisitionné par les policiers de l’office anticorruption (3). Le lendemain, ils visitent sa résidence corse de Zonza, dont il est l’usufruitier depuis le décès de son épouse. Les enquêteurs sont frappés par le luxe de cette villa de 500 m2 avec piscine entourée d’un terrain de 2,8 hectares. D’autant plus que le relevé de propriété obtenu en mairie décrit « un bien immobilier non bâti dans une zone non constructible ». Dans la chambre à coucher, les policiers trouvent un coffre-fort… ouvert et vide (..)".

LA SUITE SUR LE SITE DE MEDIAPART

A LIRE SUR MONPUTEAUX, LE DOSSIER AFFAIRE DU CHAUFFAGE DE LA DÉFENSE 


MÉDIAPART enquête sur les affaires de Puteaux

MEDIAPARTLe site Mediapart publie une enquête sur l'affaire de la chaufferie de la Défense dans laquelle l'ancien et l'actuel maire de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, ont été entendus par la justice.

Extrait :

"C’est l’un des plus vieux dossiers du tribunal de Nanterre. Une affaire de corruption de 27 tomes et de milliers de pages, qui traîne depuis quatorze ans et a épuisé cinq juges d’instruction. Une enquête judiciaire sans doute trop sensible, qui met en cause les Ceccaldi-Raynaud père et fille, inamovibles édiles Les Républicains (LR) de la ville de Puteaux depuis quarante-six ans, proches de Nicolas Sarkozy et barons de son ancien fief des Hauts-de-Seine.

Ce dossier, c’est celui du marché du chauffage du quartier d’affaires de La Défense, attribué en 2001. L’ancien maire de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud, a été mis en examen en 2007 pour corruption et favoritisme. Tandis que sa fille Joëlle, qui lui a succédé, n’est pour l’instant que témoin assisté, malgré la découverte de 4 millions d'euros planqués sur son compte non déclaré au Luxembourg.

Si certains épisodes ont déjà été relatés, l'affaire restait, aujourd’hui encore, largement mystérieuse. Mediapart est en mesure de révéler les secrets de cette histoire aux allures de polar, où il est question de soupçons de trucage d’appel d’offres, de valises de billets rapatriées en hélicoptère, d'argent planqué au Luxembourg, d’amitiés corses, mais aussi du pillage de la fortune d’une dynastie industrielle et du rôle trouble joué par le célèbre homme d'affaires Alain Afflelou. Il y a enfin la haine familiale entre les Ceccaldi-Raynaud, Charles n’ayant pas pardonné à sa fille d’avoir conservé le fauteuil de maire, qu’il lui avait « prêté » en 2004 pour raisons de santé.

Nous avons choisi d’y consacrer une enquête en quatre volets. Cette plongée inédite dans l’univers impitoyable de Puteaux offre un nouvel exemple des mœurs très particulières du 92, ce département qui fut pendant trente ans, du temps où le « parrain » Charles Pasqua présidait le conseil général, au cœur du financement occulte du RPR, devenu l'UMP puis LR. (..)"

LA SUITE SUR LE SITE DE MEDIAPART 

TOUT SUR L'AFFAIRE, SUR MONPUTEAUX

 


La ville de Puteaux dépense 5 millions d'euros pour construire une serre qui servira de... restaurant

12459747883_035ce29c02Lors du conseil municipal du mardi 29 avril 2014, le maire UMP de Puteaux a promis l'ouverture cette année de la "Grande Serre" de la rue Eichenberger. Cet équipement, dont le projet a été lancé il y a 8 ans (!), a déjà coûté 4 millions d'euros à la commune. Mais ce n'est pas terminé !

En janvier 2006, la municipalité lance une consultation pour la réalisation d'un parking souterrain rue Eichenberger sur lequel doit être aménagé un square et... une serre.

En 2008, Joëlle Ceccaldi-Raynaud reprend l'idée dans son programme municipal : la candidate UMP promet la réalisation d'une "serre botanique", comme elle l'écrit dans son programme municipal :

Projetump2008

Le maire souhaite y ouvrir une exposition permanente d'orchidées. Mais lorsque le chantier du parking souterrain est lancé en 2011, le projet de serre devient soudainement un espace de restauration. Le parking ouvre en 2012. Les travaux de la serre et du jardin commencent en 2013. Le restaurant doit ouvrir en septembre 2013, annonce alors une banderole :

Palissade+de+chantier+-restaurant+-+palissade+décorative+-+puteaux+-+bâche

Mais depuis septembre 2013, cet équipement est inutilisé et le jardin reste fermé au public. Jusque là, la ville a dépensé 4 millions d'euros pour l'aménagement de la serre et de son jardin.

Mais la facture s'allonge encore : la ville a depuis acheté pour 392.300 euros de climatisation. Ouvrir un restaurant dans une serre nécessite en effet un sacré système de chauffage l'hiver et de refroidissement l'été ! Voilà une idée qui va à l'encontre du développement durable !

Au cours du conseil municipal du 29 avril 2014, le maire a annoncé 552.000 euros de nouvelles dépenses (460.000 euros Hors Taxes) avant l'ouverture du restaurant :

Budget2014

 

216.000 euros ont en plus été budgétés pour la réalisation d'une fontaine, chantier confié à Eiffage.

Au total, cette serre devenue restaurant va donc coûter à la commune 5 millions d'euros en investissement, sans compter les coûts d'entretien du bâtiment, de la fontaine et du jardin.

Voilà un nouvel exemple de la mauvaise gestion municipale. On lance un projet, sur un simple "coût" de tête. On le change en cours de route, sans se soucier des coûts et des retards. 5 millions d'euros d'argent public, c'est le prix d'une crèche ou de la réhabilitation d'un ensemble HLM.

(photo : Flickr)


Puteaux pour vous : une ville nature

7184034708-bf373a2d56-bL'équipe Puteaux pour vous poursuit la publication de son programme pour l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014. Elle a dévoilé aujourd'hui la 2e partie de son projet sur l'urbanisme consacrée aux mobilités et aux espaces publics.

Puteaux pour vous prône la promotion des transports en commun et les déplacements doux. La ville sera dynamisée par la création d’espaces publics conviviaux et un retour de la nature. Nous travaillerons sur les grands projets urbains de notre ville dans un esprit d’ouverture et de concertation.

Des mobilités douces

Un meilleur partage de la voirie permettra de réduire la vitesse, le bruit, la pollution, assurer la sécurité, apaiser les ambiances et pour que Puteaux devienne une ville marchable et cyclable.

Un plan de stationnement automobile sera mis en place : recensement de l’offre, gratuité du stationnement pour les véhicules non polluants, rationalisation des tarifications, information en temps réel sur les places disponibles.

 

Nous souhaitons développer les alternatives à la voiture particulière en augmentant le nombre de stations Autolib’ et en favorisant le covoiturage et l’autopartage.

 

Nous développerons des zones 30 et des zones de rencontre. Après des phases d’expérimentation et de concertation, nous mettrons en place des zones piétonnes qui animeront les quartiers.

Nous mettrons en place un plan de déplacement vélo, qui programmera la transformation des voiries avec la création de voies réservées aux vélos connectées aux communes voisines et en lien avec la Défense et l’Île de Puteaux.

Nous développerons les espaces de stationnement pour les vélos et les deux roues sur l’espace public.

 

Nous souhaitons une organisation plus régulière de l’opération Quais Libres durant les beaux jours.

 

Nous créerons un itinéraire doux, continu et cohérent entre la ville, l’île et le Bois de Boulogne réservé aux piétons et aux mobilités douces. Plusieurs options sont possibles et seront débattues : requalification du pont actuel, extension du pont actuel, nouvelle passerelle entre Puteaux et son île. De sa conception à sa réalisation, en passant par ses coûts d’entretien, ce projet visera l’excellence environnementale.

Le Buséolien sera renforcé. Nous souhaitons faire évoluer ce service pour le rendre plus attractif tout en maintenant sa gratuité. Nous proposerons une simplification de la desserte des lignes. A terme, les lignes pourraient se croiser près de la mairie et desservir la Défense. Nous étudierons la faisabilité d’une extension du réseau aux communes limitrophes. Nous augmenterons sa fréquence et mettrons en place des passages à heures fixes, y compris le soir et le week-end.

 

Développer de nouveaux lieux de convivialité

 

Pour une ville plus animée, nous développerons de nouveaux lieux de convivialité. Les nouvelles places et rues piétonnes accueilleront de nouvelles activités et commerces, des bars et des restaurants avec terrasses...

 

Nous réaménagerons le parvis de l’hôtel de ville et ses abords pour en faire une place facilement traversable entre les rues Chantecoq, Anatole France et la place Stalingrad. Sur cet espace où les différences de niveaux seront atténuées, nous réduirons l’emprise de l’automobile. Nous laisserons place aux déambulations, aux plantations et à une grande esplanade centrale plus vaste qu’aujourd’hui qui sera le lieu des grands événements. Le parking souterrain sera rénové et rendu accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

Nous consacrerons le Vieux Puteaux aux différentes formes d’art par le développement de galeries, d’ateliers d’artistes et d’une offre de restauration. Débarrassée de ses grilles, la place de la vieille Église pourra accueillir des événements populaires.

 

 

La nature en ville

 

Introduire la nature en ville, en plantant davantage dans nos rues, en créant de nouveaux squares, en utilisant les parcelles non construites comme terrains d’aventures, améliorera le cadre de vie. La biodiversité sera augmentée et la ville rafraîchie en été. Les plantes, plus présentes, atténueront la pollution et les bruits.

 

Nous ouvrirons au public les espaces verts fermés aujourd'hui inaccessibles comme le jardin des Vignes et le jardin du Théâtre. Nous retravaillerons les limites des parcs communaux pour en finir avec l’implantation systématique de grilles. Certains parcs pourront rester ouverts plus tard l’été.

 

Les espaces publics seront traités de manière moins minérale. Ils seront densément plantés. Certains bâtiments pourraient être végétalisés, notamment des toitures et des murs donnant sur l’espace public

 

Nous renforcerons le caractère naturel de l’île de Puteaux. Afin que la nature reprenne ses droits dans l’île, nous étudierons la possibilité de réduire la place de la voiture et de repenser le stationnement, notamment pendant les périodes de forte affluence comme les vacances scolaires. Nous faciliterons son accès pour les piétons et les cycles. 

 

 

Une nouvelle ambition pour la ZAC des Bergères

 

Nous ferons un état des lieux de la ZAC dès notre élection. Sans remettre en cause l’ensemble du projet, nous souhaitons l’amender dans la mesure du possible pour faire des Bergères plus qu’un village renfermé sur lui-même.

 

Nous voulons faire des Bergères un écoquartier ambitieux et exemplaire au niveau environnemental. Il pourrait devenir un laboratoire d'innovations dans les domaines de l’énergie, de la gestion des déchets, de la domotique, de la ville numérique, de l’espace public, de la place de la nature en ville, etc.

 

Nous porterons une inflexion du style architectural pour en faire un quartier moderne. Comme dans tous les grands projets urbains, nous lancerons des concours d’architectes pour donner leur chance à de jeunes agences et promouvoir des projets innovants.

 

Nous réinterrogerons la pertinence de la couverture de la RD 913.

 

 

Anticiper la création de la Métropole du Grand Paris

 

La Métropole du Grand Paris sera créée le 1er janvier 2016. Le délai est désormais trop court pour créer une nouvelle structure intercommunale pertinente qui serait dissoute quelques mois plus tard par la loi.

 

Nous anticiperons la création de la Métropole du Grand Paris en entamant, dès avril 2014, des discussions avec les communes qui nous entourent. Ces échanges nous permettront de nous présenter unis, avec un projet de territoire cohérent, en vue de former l’un des ensembles de 300 à 400.000 habitants, appelés “conseil de territoire”.

 

La Métropole du Grand Paris mettra en place un système de péréquation à l’échelle métropolitaine qui aura des incidences sur notre budget. Nous anticiperons ces changements par un meilleur contrôle des dépenses publiques locales.

 

 

Faire de Puteaux une ville exemplaire pour l’entretien des espaces publics et la gestion de ses équipements

 

Nous nous engageons à assurer une veille renforcée sur les espaces publics : tournées plus fréquentes des agents municipaux et amélioration de la réactivité des services techniques.

 

Nous créerons une application pour smartphone permettant aux habitants de signaler aux services municipaux tout dysfonctionnement ou dégradation.

Nous poursuivrons une politique d’investissement, mais ne créerons pas de grands équipements municipaux surdimensionnés et coûteux. Si une nouvelle structure est nécessaire, nous privilégierons la reconversion de bâtiments existants. Nous nous attacherons à mieux définir les besoins avec les futurs utilisateurs pour que les structures y répondent parfaitement et nous les développerons dans l’intercommunalité.

Nous nous engageons à respecter les normes régissant la commande publique pour faire des économies et sélectionner les entreprises qui nous apporteront les meilleures prestations au meilleur coût. Une baisse des dépenses de 10 à 20 % est envisageable pour des prestations équivalentes ou meilleures.

LIRE L'INTÉGRALITÉ DU PROGRAMME "URBANISME ET HABITAT" SUR LE SITE DE PUTEAUX POUR VOUS


DOCUMENTS EXCLUSIFS Troublant marché du conservatoire de Puteaux : seul le constructeur BATEG répond à l'appel d'offres !

Comment cracher sur 31 millions d'euros en pleine période de crise économique ? Voici une anomalie qui intéressera sans doute les journalistes enquêtant sur les liens entre les entreprises de BTP et les collectivités locales : en 2011, la mairie UMP de Puteaux lance un appel d'offres pour la construction d'un nouveau conservatoire. Le marché de départ est de 31 millions d'euros. Alléchant contrat donc. Pourtant, extraordinairement, une seule société répond à cet appel d'offres... et obtiendra le marché public : il s'agit de BATEG, une filiale de Vinci travaillant souvent avec Puteaux.

A l'époque, j'ai interpellé le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud : comment se fait-il qu'une seule société nous réponde ? Silence et réponse gênée du maire : les autres sociétés du BTP n'étaient pas intéressées...
Pour preuve ces 4 lettres, ci-dessous, qui sont presque identiques entre elles et qui feront rire plus d'un spécialiste de la question (cliquez sur les images pour les agrandir).

Eiffage :

Eiffage

Fayolle :

Fayolle

Hervé-SA (groupe Spie SCGPM) :

Herve-sa

Spie Batignolles :

Spie-batignolles

Toutes ces sociétés avaient une surcharge de travail telle qu'elles ne pouvaient pas répondre à l'appel d'offres. Vraiment ? Où savaient-elles par avance que postuler à ce marché était inutile ? Ces 4 courriers, comme des justificatifs produits après coup, sont au minimum troublants.

 

ILS EN PARLENT :

IMG_6426

CANARD ENCHAINE DU MERCREDI 30 OCTOBRE 2013