Logement Flux

Une résidence de luxe pour seniors ouvre à Puteaux

33131100773_86bdd3b8c2_k

On ne dit plus "maison de retraite", mais "résidence seniors". La villa Médicis a été inaugurée mercredi dans le nouveau quartier des Bergères sur le hauts de Puteaux. 

Il s'agit d'un établissement privé appartenant au groupe Résidences Services Villa Médicis qui possède déjà plusieurs autres résidences du même type à Beaune, Autun, Besançon et Dijon. 

La résidence compte 98 appartements du T1 au T3. Elle n'est pas médicalisée, mais offre différents services de soins, avec la présence d'une infirmière et d'un kinésithérapeute. Des téléalarmes permettent aux locataires de demander une assistance à toute heure. Des activités sont quotidiennement organisées : apéritifs, conférences, leçons d’aquagym... La résidence compte une piscine, un salon de coiffure et d’esthétique et un restaurant ouvert le midi.

Pour accéder à cette résidence de luxe, il faut compter 2.000 euros de loyer mensuel pour un studio et 4.700 euros pour un T3.

Ces résidences séniors visent un public aisé. Si vous êtes riches, vous n'aurez jamais de mal pour vous loger et vous faire assister lorsque vous serez vieux. Mais de nombreux Putéoliens n'auront pas les moyens demain d'accéder à ce type de résidence. Pour eux, la ville ne fait pas les investissements nécessaires. C'est regrettable. Nous devons penser à tous les publics et à tous les besoins. Cela passe par des résidences spécialisées, avec des tarifs calculés en fonction des revenus, mais aussi par l'adaptation de la ville et des logements aux personnes âgées, à mobilité réduite et/ou dépendantes. C'est cela une ville où il fait bon vivre à chaque stade de sa vie et même sans devoir être riche.
Christophe Grébert

(source : logement-seniors.com)


Logements insalubres : la mairie de Puteaux RÈGLE LE PROBLÈME en jetant les gens à la rue

IMG_4858

Je suis très choqué par la lecture du "Puteaux infos" de septembre. Selon le journal municipal, les expulsés du 19 rue Collin auraient été pris en charge par l'association Soliha et relogés. En réalité, les familles ont été jetées à la rue, en plein mois de juillet, sans aucune solution de relogement.

La police a débarqué le matin du 11 juillet : "Vous devez évacuer immédiatement. Ne prenez que le minimum d'affaires". Les habitants - vieillards, femmes et enfants - ont du quitter leur logement en un quart d'heure, après avoir rassemblé quelques vêtements dans une valise ou des sacs en plastique. Dès que j'ai été averti de la situation, je suis arrivé devant l'immeuble : j'ai découvert des personnes, certaines en larmes, assises à même les trottoirs, désemparées.

"La municipalité règle le problème" (sic) : le titre de "Puteaux infos" est donc d'autant plus violent quand on connait la réalité des évènements !

Des familles avec enfants et des personnes âgées ou malades ont effectivement été relogées, mais après plusieurs jours, voire plusieurs semaines passés dans l'angoisse chez des amis ou à l'hôtel, et après avoir été forcées de partir de chez elles comme des voyous. 

D'autres habitants de la rue Collin - des hommes adultes et sans enfant semble-t-il-  sont toujours à la rue. Pour eux, c'est la débrouille depuis 2 mois, alors que la municipalité doit aussi les reloger. Ces gens ont été des victimes de marchands de sommeil ; la mairie en fait des coupables.

La préoccupation de la municipalité de Puteaux n'est donc pas de "régler les problèmes" des gens, mais d'afficher une belle image d'elle-même dans son journal de propagande. Une belle hypocrisie surtout.

Lors du prochain conseil municipal, je demanderai au maire de respecter les lois de la République, à défaut de ressentir un peu d'empathie pour le genre humain, et donc de reloger ces expulsés.


Expulsion du 17-19 rue Collin : la mairie de Puteaux met à la rue une quinzaine de familles sans solution de relogement

IMG_4248

EN PLEIN MOIS DE JUILLET, LA MAIRIE DE PUTEAUX A FAIT PROCÉDER À L'EXPULSION DES HABITANTS DU 17-19 RUE COLLIN. UNE QUINZAINE DE FAMILLES SE RETROUVENT À LA RUE SANS SOLUTION DE RELOGEMENT.

Le 17-19 rue Collin est un immeuble insalubre situé en plein centre ville de Puteaux. Des familles y vivaient dans des conditions très dangereuses : le bâtiment menaçait ruine ; un incendie aurait provoqué un terrible drame...

Cela faisait des années que nous réclamions le relogement de ces gens. Mais la municipalité s'est contentée de racheter progressivement les logements abandonnés et de les murer.

Durant tout ce temps, la ville a laissé les habitants du 17-19 rue Collin vivre dans des conditions de sécurité indignes, alors qu'elle était devenue le propriétaire majoritaire de l'immeuble et aurait du procéder à sa rénovation. Elle a préféré laisser pourrir la situation, mettant en grand danger des familles entières, jusqu'à pouvoir les chasser...

Hier, sur la base d'un arrêté de péril, la maire a finalement fait évacuer l'immeuble. C'était le but de tout cela.

Une quinzaine de familles, petits propriétaires et locataires, se retrouvent à la rue. Le CCAS a proposé à certains un hébergement à l'hôtel jusqu'à vendredi. Mais pour la suite, la mairie de défausse de toute responsabilité et renvoie les expulsés vers la préfecture. Elle est pourtant bien responsable de la situation des habitants du 17-19 rue Collin. Et en cas d'arrêté de péril et d'évacuation d'un immeuble, les habitants doivent être relogés.

Le cabinet du maire fait le tour des derniers propriétaires pour leur proposer de racheter leur bien pour quelques dizaines de milliers d'euros. Mais pour ces personnes âgées aux petites retraites et ces familles pauvres, cette somme ne permettra pas de racheter un logement. Cela représente à peine de quoi payer quelques années de loyers. Et ensuite ? Ce que les expulsés veulent, c'est un relogement dans le parc social de la ville. Un Graal que la maire LR de Puteaux réserve à de riches amis, et certainement pas à ces Putéoliens pauvres et aux noms étrangers.

Quand la maire annonce aux habitants qu'ils vont être évacués sans leur dire quand et ce qu'ils vont devenir :

IMG_4250

La maire LR de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a publié un communiqué (ci-dessous) dans lequel elle ose affirmer que "Puteaux règle le problème de la rue Collin". "Régler le problème", l'expression est odieuse, si on considère que la maire a surtout voulu se débarrasser d'une population dont elle ne veut pas. On n'a pas "réglé" un "problème" en laissant 15 familles à la rue ! Elle affirme ensuite que "les propriétaires n'assurent pas leurs obligations" : mais la ville est elle-même le propriétaire majoritaire de l'immeuble ! Elle déclare enfin que la ville a offert aux expulsés un "relogement d'urgence" : quelques nuits d'hôtel et ensuite bye bye ! Ce n'est pas apporter une aide réelle aux familles mises à la rue. Il s'agit plutôt d'éviter une manifestation jusqu'au long week-end du 14 juillet...

LE COMMUNIQUÉ DE LA MAIRE HONTE :

DEikTHJWAAALG1d


La résidence HLM Lorilleux à Puteaux totalement fermée le soir et la nuit

8649581986_9492007382_z

A partir du 3 juillet, les accès à la résidence HLM Lorilleux, sur le haut de Puteaux, seront fermés aux non résidents le soir, à partir de 20h et jusqu'au lendemain 8h.

Pour des raisons de "bien être (sic!) et de sécurité", les codes des portillons seront désactivés, annonce la direction de l'Office communal HLM dans une note affichée dans les halls de la résidence. Seuls les locataires pourront désormais passer avec leur badge magnétique.

La journée en revanche, les portails seront ouverts. Ce qui permettra aux personnes extérieures à la résidence d'accéder aux différents commerces de Lorilleux.

Avec cette fermeture en soirée et la nuit, un habitant me demande comment, par exemple, son médecin pourra accéder à son immeuble en cas d'urgence ?

Cet habitant me dit qu'aucune consultation n'a été organisée au sein de la résidence.

Les résidences HLM et privées à Puteaux sont de plus en plus grillagées et fermées. Quel est votre avis sur cette fermeture d'un quartier entier comptant 1.600 logements et de nombreux commerces ?

19549495_318038845288451_401437204_o