Les Ceccaldi en font trop Flux

Conseil municipal de Puteaux : Joëlle Ceccaldi s'accorde les indémnités maximales !

Une séance du conseil municipal de Puteaux s'est tenue le jeudi 27 mars 2008. Voici la 2e partie.

Les élus sont appelés à fixer le montant des indemnités du maire. Joëlle Ceccaldi, qui cumule sa fonction locale avec celle de deputée, s'accorde le maximum légal, tout en diminuant les indemnités de ses maires adjoints. Elle refuse par ailleurs de verser des indemnités aux conseillers municipaux, comme lui permet pourtant la loi. C'est "tout pour moi, rien pour les autres !".

Evelyne Hardy, conseillère municipale "Puteaux Ensemble", demande plus de transparence dans les informations données par la majorité. On entend dans la tribune du public les réactions imbéciles des supporters du maire : "ça la regarde pas" (sic).


Un Putéolien libanais alerte la CNIL après avoir reçu une lettre du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud

CeccaldifichierlibanaisJe vous ai parlé récemment d'une lettre du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud envoyée aux habitants de Puteaux d'origine libanaise. Depuis, plusieurs libanais m'ont contacté pour me dire qu'ils avaient reçu cette lettre. L'un d'eux m'a parlé d'un membre de la communauté, militant UMP, qui aurait aidé la mairie a constituer ce fichier notamment sur la base des listes électorales. Or, l'utilisation des listes électorales pour constituer ce type de fichier est formellement interdite par la loi(*).

J'invitais les personnes qui recevraient ce type de courrier nominatif à m'avertir et à avertir la CNIL. Un Putéolien -suivant mes conseils- a transmis la lettre suivante au service juridique de la CNIL :

"Je suis libanais habitant Puteaux depuis de longues années. Le 21/11/07 j’ai reçu un courrier du cabinet du Maire de Puteaux Mme Joëlle Ceccaldi-Reynaud « à l’occasion de la fête nationale libanaise » (copie jointe).
Le courrier n’était pas nominatif, mais l’enveloppe l’était.
Au-delà du contenu amical et sympathique de ce courrier, je me suis posé la question de l’opportunité du moment. En effet, la fête nationale libanaise est annuelle et je n’ai pas souvenir que la mairie ait envoyé ce genre de courrier les années précédentes.
De plus, évoquer la situation tendue actuellement au Liban ne peut expliquer à lui seul cet envoi : cela fait des années que le Liban vit dans la tourmente…
Certaines mauvaises langues ont attiré mon attention sur la prochaine échéance électorale (municipales de mars 2008) ; il est vrai que la présence libanaise à Puteaux est loin d’être négligeable.
Mais ce qui m’a principalement interpellé, c’est la question suivante : Comment la mairie a pu se procurer ou constituer un fichier des Libanais de Puteaux ? Comment a-t-elle pu les identifier, trouver leurs coordonnées… Il me semble bien que la loi interdit le fichage des citoyens sur des bases ethniques, raciales, religieuses ou de nationalité. De plus, si un fichier nominatif existe, il doit être déclaré et les « fichés » informés !
Pour information, je ne fais partie d’aucune éventuelle association libanaise locale. Je suis naturalisé français (et inscrit sur les listes électorales) et propriétaire d’un logement à Puteaux.
Je connais des Libanais qui ont reçu cette lettre et qui ne font partie d'aucune association. Qui plus est, ils ne sont pas naturalisés, pas même résidents en France (ils viennent épisodiquement avec un visa) ; de ce fait, ils ne peuvent être sur les listes électorales ou d'état civil. En revanche, ils possèdent leur logement (fichier cadastre ?).
Ayant vécu une partie de la guerre au Liban sous le règne des milices et dans un Etat de non-droit, un des facteurs principaux de ma satisfaction quant à ma « nouvelle vie » et à ma citoyenneté française est l’impression d’Etat de droit et le sentiment que l’individu est respecté en tant que tel, notamment ses droits fondamentaux (liberté d’expression, égalité…).
Je savais que nous vivons dans une société de plus en plus fliquée et fichée (facilité amenée par l’informatique et Internet, contexte international de « lutte contre le terrorisme »…), mais je ne vous cache pas ma stupéfaction et mon inquiétude face à cette partie émergée de l’iceberg qui, je le crains, cacherait d’autres pratiques dans l’administration de ma ville bien aimée.
J’espère que la CNIL pourra nous aider à élucider ce mystère".

(*) "Considérant que si l'article R 16 du Code Electoral prévoit la mise à disposition des listes électorales à tout électeur de la Commune, à condition qu'il n'en soit fait aucun usage commercial et si l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978 prévoit l'égalité d'accès des candidats et partis politiques aux listes électorales, ces dispositions doivent être combinées avec les dispositions de l'article L 164 du Code Electoral qui limitent la durée de la campagne électorale ; que les listes électorales ne peuvent dans ce cas être utilisées pour l'envoi de documents de propagande électorale en dehors de cette période ; qu'il en est de même pour la collecte de fonds assimilable à l'envoi de propagande électorale ; que, sauf dispositions législatives contraires, l'utilisation des dites listes à d'autres fins et en dehors de cette période, est susceptible de constituer le détournement de finalité réprimé par l'article 44 de la loi du 6 janvier 1978".

Article 226-21 du code pénal :

"Le fait, par toute personne détentrice de données à caractère personnel à l'occasion de leur enregistrement, de leur classement, de leur transmission ou de toute autre forme de traitement, de détourner ces informations de leur finalité telle que définie par la disposition législative, l'acte réglementaire ou la décision de la Commission nationale de l'informatique et des libertés autorisant le traitement automatisé, ou par les déclarations préalables à la mise en oeuvre de ce traitement, est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 300.000 Euros d'amende".


Le président des HLM de Puteaux accuse le maire de s'"emparer des logements vacants"

HlmDans une lettre distribuée à tous les locataires (ils sont environ 5.000) de l'Office HLM de Puteaux, son président Charles Ceccaldi-Raynaud accuse le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud de provoquer l''appauvrissement" et la "ruine" de l'Office. Selon lui, la subvention accordée par la ville à l'OPHLM est passée de 8 millions d'euros en 2004 à 4 millions en 2006. Charles Ceccaldi accuse également sa fille, qui préside la commission d'attribution des logements, de s'"emparer des logements vacants". C'est un nouvel épisode de la Guerre des Ceccaldi.

Charles Ceccaldi, qui reste officiellement 9e maire-adjoint UMP de Puteaux, mais sans délégation, et qui est toujours Conseiller général UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine), lançant publiquement des attaques très graves contre le député-maire UMP de Puteaux, qui n'est autre que sa propre fille... A-t-on déjà vu cela ailleurs ? Il s'agirait peut-être que les autorités compétentes (la justice ? le préfet des Hauts-de-Seine ?) s'intéressent à ce qui se passe chez nous !


Vandalisme sur Wikipédia : un supporter du maire de Puteaux (Hauts-de-Seine) tenter de modifier sa bio

Wikipediajcr

Après le maire de Levallois, Patrick Balkany, "en tête du championnat du vandalisme sur Wikipédia", les supporters de Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'y mettent aussi. L'un d'eux a tenté de modifier la bio de la députée-maire de Puteaux en écrivant faussement qu'elle n'avait aucune responsabilité dans l'affaire de diffamation pour laquelle elle a été condamnée par le tribunal correctionnel de Nanterre, puis par la cour d'appel de Versailles.
La phrase "Une autre « guerre » est ouverte par Joëlle Ceccaldi-Raynaud contre Christophe Grébert" a par ailleurs été remplacée par "Une autre « guerre » est ouverte par Christophe Grébert contre Joëlle Ceccaldi-Raynaud". Amusant !
L'acte de vandalisme a aussitôt été repérée et corrigée par les modérateur de l'encyclopédie libre.
Il se trouve que je reconnais l'adresse IP utilisée pour ce vandalisme. Elle correspond à celle d'une personne qui intervient sur le net putéolien. Les supporters de Joëlle Ceccaldi se montrent toujours aussi maladroits !


Joëlle Ceccaldi détourne une campagne contre le Sida : la mairie de Puteaux attaquée en justice

La mairie de Puteaux est attaquée en justice par l'artiste Pierre Maraval . Celui-ci demande 200.000 euros pour violation du droit moral.
En janvier 2005, le journal municipal de Puteaux avait reproduit la couverture d'un livre de photographies de Pierre Maraval publié au profit de l'association AIDES. La couverture représentait une mosaïque de portraits de personnalités engagées contre le Sida.
Sur la reproduction publiée par le magazine de Puteaux, la photo de François Hollande avait été remplacée par celle du maire de Puteaux !! Devant le conseil municipal, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'étonne qu'"on en fasse toute une histoire".

Pour lutter contre le Sida, il ne suffit pas de publier une pub dans le journal municipal, en tirant la couverture à soi, ou d'organiser un banquet une fois par an à l'hôtel-de-ville avec quelques amis parisiens. Il faut aussi mener des campagne de prévention via le centre médico-social et les écoles, et soutenir les associations locales et nationales. Toutes choses qui ne sont pas faites par la municipalité.
Au lieu de cela, nous voici une fois de plus au tribunal. Triste image donnée à notre ville.
Christophe Grébert


LA COUVERTURE DETOURNEE ET LE RAPPEL DES FAITS


La mairie de Puteaux possède un fichier des Putéoliens d'origine libanaise ?

CeccaldifichierlibanaisUn habitant de Puteaux d'origine libanaise a eu la surprise de recevoir un courrier du député-maire lui témoignant de sa "sympathie" et de son "amitié" à l'occasion de la fête nationale du Liban, célébrée le 22 novembre. Cet habitant s'interroge : comment Joëlle Ceccaldi-Raynaud a eu son adresse ? Comment sait-elle qu'il est d'origine libanaise ?
Y-t-il à la mairie de Puteaux un fichier des putéoliens originaires du Liban ? Comment a-t-il été constitué ?
Existe-t-il d'autres fichiers ? selon les origines nationales ou selon la religion ?
Ce type de fichier ne serait évidemment pas légal. J'invite les personnes qui recevraient ce type de courrier nominatif à m'avertir et à avertir la CNIL.

Ce fichier a-t-il été constitué à partir des listes électorales ? La loi est pourtant très claire sur ce point :

"Considérant que si l'article R 16 du Code Electoral prévoit la mise à disposition des listes électorales à tout électeur de la Commune, à condition qu'il n'en soit fait aucun usage commercial et si l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978 prévoit l'égalité d'accès des candidats et partis politiques aux listes électorales, ces dispositions doivent être combinées avec les dispositions de l'article L 164 du Code Electoral qui limitent la durée de la campagne électorale ; que les listes électorales ne peuvent dans ce cas être utilisées pour l'envoi de documents de propagande électorale en dehors de cette période ; qu'il en est de même pour la collecte de fonds assimilable à l'envoi de propagande électorale ; que, sauf dispositions législatives contraires, l'utilisation des dites listes à d'autres fins et en dehors de cette période, est susceptible de constituer le détournement de finalité réprimé par l'article 44 de la loi du 6 janvier 1978".

Article 226-21 du code pénal :

"Le fait, par toute personne détentrice de données à caractère personnel à l'occasion de leur enregistrement, de leur classement, de leur transmission ou de toute autre forme de traitement, de détourner ces informations de leur finalité telle que définie par la disposition législative, l'acte réglementaire ou la décision de la Commission nationale de l'informatique et des libertés autorisant le traitement automatisé, ou par les déclarations préalables à la mise en oeuvre de ce traitement, est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 300.000 Euros d'amende".