Les Republicains Flux

Ceccaldi, Balkany et Le Grip au meeting de Laurent Wauquiez

6a00d8341c339153ef01b8d2bee9c8970c-800wiLaurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, était en meeting mercredi soir à Asnières, dans le Nord des Hauts-de-Seine.

Au 1er rang, dans la salle, on pouvait remarquer Joëlle Ceccaldi-Raynaud et le couple Isabelle et Patrick Balkany. Sur la tribune, la députée de Puteaux -Neuilly - Courbevoie, Constance Le Grip, avait pris place à côté du candidat, sous le slogan "La Droite de Retour". Et quelle droite !!!!

« Venir faire un discours dans les Hauts-de-Seine, c’est par n’importe où. Une fédération qui fut le fief de tant de personnalités, qui a porté la voix avec un accent légèrement teinté du sud de Charles Pasqua, celle qui a porté et toujours accompagné Nicolas Sarkozy », a notamment déclaré Laurent Wauquiez.


La député LR de Puteaux Neuilly Courbevoie soutient Laurent Wauquiez

1200px-Constance_Le_Grip_16429

L'élection du président du parti Les Républicains aura lieu au mois de décembre. La députée de Puteaux, Neuilly et Courbevoie, Constance Le Grip, a décidé d'apporter son soutien à Laurent Wauquiez, le grand favori du scrutin.

 


L'avertissement en corse de la mairie de Puteaux

IMG_4869La ville de Puteaux, dirigée par la maire Les Républicains Joëlle Ceccaldi, dispose d'une résidence en Corse, à Caprone. La revue municipale présentant ce lieu de vacances s'ouvre par une expression présentée comme un proverbe corse : "Garde la bouche fermée et les mouches de rentreront pas".

Dans le contexte putéolien, où toute contestation est bannie et où l'opposition doit subir des procès à répétition, le choix de cet article n'est pas anodin. Il vaut sans doute comme avertissement...

Rappelons donc à la maire Ceccaldi que nous sommes en République, à Puteaux comme en Corse. Et qu'en République, c'est la liberté d'expression qui fait loi.

IMG_4868

IMG_4865


Les Républicains de Puteaux font financer leur procès par la ville

Duez-proces

Lors du conseil municipal de Puteaux de vendredi prochain, Michel Duez, le 1er maire-adjoint poursuivi pour diffamation, demandera à la ville de prendre en charge ses frais de justice.

Or le texte attaqué par la justice est celui d'une tribune du groupe LES RÉPUBLICAINS publiée dans le magazine "Puteaux infos". C'est un texte partisan publié dans le journal municipal.

L'intention de nuire est ici délibérée. Elle outrepasse donc le droit à la "protection fonctionnelle". Michel Duez, en tant que directeur de la publication "Puteaux infos", doit s'assurer qu'aucun texte diffamatoire n'y soit publié. S'il ne le fait pas, et de manière si intentionnelle qu'il récidive le mois suivant en publiant une nouvelle tribune confirmant la 1ère, la protection fonctionnelle ne peut être acceptée.

Responsable d'un texte poursuivi pour diffamation, Les Républicains de Puteaux s'apprêtent donc à payer leur avocat avec vos impôts. Ce n'est pas normal. C'est ce parti qui devrait payer la défense de Michel Duez, et pas les habitants de Puteaux.
Christophe Grébert