Legislative 2017 Flux

Législative à Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud : le candidat En Marche largement en tête au 1er tour

IMG_4145

Au 1er tour des législatives dans la circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud, le candidat de la République En Marche Laurent ZAMECZKOWSKI est arrivé largement en tête devant la candidate Les Républicains Constance Le Grip. Les 2 s'affronteront au second tour, dimanche prochain.

Dans notre circonscription, on a plus voté qu'ailleurs : 57,96% contre 49% de moyenne nationale. La participation atteint 59,31% à Puteaux et 60,09% à Neuilly. A Courbevoie Sud, moins d'électeurs se sont cependant déplacés : 47,68%.

Selon les résultats définitifs, le candidat En Marche obtient 41,92% des suffrages sur la circonscription (43,62% sur Puteaux), contre 21,16% pour la candidate LR (20,7% à Puteaux).

Avec un score de 12,06% des inscrits, sous la limite des 12,5%, Constance Le Grip n'est sélectionnée pour le second tour que parce qu'elle est arrivée 2e derrière En Marche.

Nathalie Etzenbach, candidate de la droite soutenue par le député sortant Jean-Christophe Fromantin, se place 3e, avec seulement 13,07% (4,86% à Puteaux !).

Seuls ces 3 candidats dépassent la barre des 5%.

La France Insoumise obtient 4,96%, le PS 3,11%, EELV 2,07%, et le FN 3,97%.

Dimanche prochain, les électeurs de notre circonscription auront donc le choix entre le candidat de La République En Marche et la candidate Les Républicains. Avec 21 points d'avance, Laurent ZAMECZKOWSKI a toutes les chances d'être notre prochain député !

1ertour

(mairie de Neuilly)


Election législative à Puteaux : les professions de foi sont arrivées

IMG_4121

Le 1er tour de l'élection législative a lieu dimanche à Puteaux. Vous devez avoir reçu par la Poste les professions de foi des 17 candidats. Il y manque cependant celle de la France Insoumise.

Les professions de foi du mouvement de Jean-Luc Mélenchon ne seront pas distribuées à cause d'un "retard de livraison de la part du prestataire", m'indique le candidat, Samuel Florin.

Vous pouvez la télécharger ici : Téléchargement Profession-de-foi-France-Insoumise-92-06 (pdf)

Dimanche, les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 20h.


Election législative : le MoDem de Puteaux appelle à voter pour le candidat La République En Marche

LOGO_MOUVEMENT_DEMOCRATE_-_2010

Dans un communiqué, la section du Modem de Puteaux appelle à voter pour le candidat En Marche à l'élection législative dans notre circonscription :

"Le 11 et 18 juin prochain, donnons une majorité parlementaire à Emmanuel MACRON
Depuis toujours, le MODEM Puteaux est pour une véritable éthique de la vie publique en phase avec le projet de loi sur la  Moralisation de la vie publique de François BAYROU.
Nos actions citoyennes à Puteaux sont inscrites dans cette démarche : 
- Pour une démocratie participative,
- Pour le non cumul des mandats,
- Pour une moralisation de la vie publique.
Ces valeurs sont portées par La République En Marche. C'est pourquoi, nous soutenons et appelons à voter sans équivoque pour le candidat investi : Laurent ZAMECZKOWSKI".

Législative à Puteaux : Nordine Dougarem apporte son soutien à Nathalie Etzenbach

18766393_461938077474307_1315016488969838105_o
Dans un message publié sur sa page Facebook, Nordine Dougarem, de Puteaux en Mouvement, apporte son soutien à la candidate Nathalie Etzenbach pour l'élection législative de Puteaux, Neuilly et Courvbevoie Sud :
 
J'ai choisi de m'engager au service de ma ville aux côtés de Christophe Hautbourg, au sein d'un mouvement local qui se bat pour une ville plus juste, Puteaux En Mouvement, issu lui aussi de la société civile.
Je me sens donc très concerné par ces élections législatives et, tout autant qu'à Christophe Hautbourg, je fais confiance au pragmatisme et à l'intelligence de Nathalie Etzenbach : Puteaux a besoin d'un renouveau fondé sur des compétences éprouvées et ce duo est taillé pour relever le défi.

Mon choix est d'autant plus convaincu que les autres principaux candidats, quand ils ne sont pas complètement inconnus du paysage local, sont le fruit d'un monde politique que nous venons de mettre à la porte.

Constance LE GRIP, des LR, en est la plus emblématique, qui considère que son mandat européen est une anecdote et qu'elle peut le lâcher en le troquant contre un autre, comme cela, alors que jamais l'Europe n'a eu une place aussi centrale dans le projet de notre pays. Le choix de son suppléant, Vincent FRANCHI, est tout aussi malheureux, lui qui illustre si remarquablement un monde qui passe.

La première parole publique de Laurent ZAMECZKOWSKI, candidat d'En Marche, est de rendre hommage à Nicolas SARKOZY. Curieuse façon d'incarner l'espoir d'un renouveau que de défendre le symbole vivant du clivage partisan dont les Français ne veulent plus.

L'esprit de ces élections, c'est de faire avancer la France ! Nous avons un gouvernement qui manifeste une grande volonté de réussir. Donnons-lui, sur notre circonscription, un Député capable de travailler pour servir son pays - et non ses propres intérêts ! Un député qui considère Puteaux et respecte ses habitants.

Une longue marche commence : élisons au Parlement Nathalie Etzenbach et Christophe Hautbourg. Puis démarrons ensemble la grande aventure du changement municipal à Puteaux en 2020 : Puteaux n'en a jamais eu autant besoin !

Nordine Dougarem

Election législative à Puteaux : une vraie chance de renouvellement

FullSizeRender

A Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud, pour l'élection législative des 11 et 18 juin, la victoire de Laurent Zameczkowski, le candidat de la République en Marche, est possible.

Entrepreneur et engagé dans sa ville, Neuilly, au sein d'une association de parents d'élèves, Laurent Zameczkowski mène sa première campagne électorale.

Face à une droite neuilléenne divisée, avec une candidate désignée par les Républicains d'un côté et une proche de Jean-Christophe Fromantin de l'autre, le représentant d'En Marche pourrait très bien l'emporter au second tour en cas de triangulaire.

Pour cela, il sera nécessaire que tous les démocrates, et en particulier à Puteaux, se mobilisent pour soutenir cette candidature qui incarne localement le renouvellement porté au niveau national par Emmanuel Macron.

Il faut changer les hommes et les femmes qui nous représentent, pour faire évoluer les comportements et les méthodes de travail des élus, pour réformer quand cela apparait nécessaire, et pour améliorer le fonctionnement de notre démocratie.

Le programme d'En Marche propose plusieurs avancées sur la moralisation de la vie publique, comme l'instauration du non cumul des mandats dans le temps et l'exigence de probité des élus qui devront avoir un casier judiciaire vierge. En tant que Putéoliens, nous savons à quel point ces avancées sont essentielles.

En conséquence, j'apporte mon soutien à Laurent Zameczkowski. J'espère qu'il sera notre prochain député.

Christophe Grébert


Législative à Puteaux Neuilly et Courbevoie : un candidat du parti du vote blanc

IMG_4081

Les électeurs de Puteaux, Neuilly et Courbevoie Sud auront le choix entre 17 candidats au 1er tour de l'élection législative, le dimanche 11 juin. Grégoire Chevignard, un habitant de Neuilly, représente le parti du vote blanc. Je lui ai demandé de nous parler de sa candidature et de son parti :

- Pourquoi cette candidature ? Quelle est votre motivation personnelle ?

A l'occasion de la campagne pour les dernières élections présidentielles, j'ai été embarrassé par le choix qui m'était proposé.
Par ailleurs, j'ai été marqué par la place prise par les partis populistes de droite et de gauche.
J'ai fait mienne cette analyse, pourtant produite par un populiste : "tous ne sont pas des fachos, beaucoup ne sont que fâchés"
 
Je me suis demandé quel moyen d'expression électoral était offert aux électeurs fâchés de n'être pas pris en considération par les politiques nationales mais pas nécessairement convaincus par les discours populistes. Or, à ce jour, un électeur qui souhaite faire entendre sa colère ou son rejet du système n'a pas d'autre choix, pour compter, que de donner son suffrage aux populistes qui promettent, à défaut de régler les problèmes, de mettre à mal le "système".
 
En poursuivant cette réflexion, j'ai découvert le parti du vote blanc qui offre une solution simple et élégante.
La reconnaissance réelle du vote blanc permet aux électeurs d'invalider des élections qui n'auraient pas pour objet de prendre en considération leurs attentes.
En militant pour cette reconnaissance, je ne tente pas d'imposer mon opinion sur ce que serait la meilleure solution pour tous, je milite pour donner à chaque électeur la possibilité d'exprimer efficacement son rejet de l'alternative, sans se donner à des populistes.
 
A titre personnel, cette candidature répond à plusieurs aspirations ou convictions.

D'une part, je suis convaincu que seule une démarche participative, qui parte de la connaissance réelle du terrain, a une chance de faire émerger des solutions à des problèmes nationaux. La Maison des Citoyens mise en œuvre par Alexandre Jardin en est l'illustration. Or, le pouvoir étant centralisé et centralisateur en France, j'étais convaincu qu'une démarche politique n'avait pas de sens puisqu'elle contribuerait, en participant au système centralisé, à renforcer celui-ci. La reconnaissance réelle du vote blanc, me semble t il, permet de réconcilier ces deux constats contradictoires en redonnant, au sein du système actuel, la possibilité au citoyen de se faire entendre.

D'autre part, je n'aime guère être spectateur et critique. Je préfère être acteur. Je l'avais été par le biais associatif mais continuais à lorgner du côté de la sphère politique où beaucoup se décide. Comme le parti du vote blanc avait l'ambition d'obtenir une envergure nationale afin de pouvoir plus largement diffuser son message, en particulier dans les médias nationaux, je me suis associé à sa campagne, rendant ainsi doublement service : en diffusant, au niveau local son message, en contribuant, au niveau national, à élargir sa base en recrutant des candidats. Avec 82 candidats en France cette année, l'accès aux médias nationaux est acquis et facilitera la diffusion de son message.
 
- Mais à quoi sert-il de voter pour un candidat du parti du Vote Blanc ? Pourquoi ne pas tout simplement et directement voter blanc ?
 
Le vote blanc a ceci de particulier (contrairement au vote nul ou à l'abstention) qu'il porte un message clair de l'électorat : j'adhère au système démocratique puisque je viens participer au scrutin, en revanche je rejette le choix politique qui m'est offert.
Ce vote a donc toutes les qualités requises pour être pris en compte dans les suffrages exprimés et devrait, s'il devait être majoritaire, avoir un pouvoir invalidant : si une majorité des électeurs vote blanc, c'est que la majorité rejette le choix de candidats qui leur est fait et, donc, que l'élection doit être invalidée et recommencée ... avec d'autres candidats que ceux qui se sont initialement présentés.
 
Voilà plus d'un siècle que ce projet existe, a été porté par des pétitions, des groupes de pression et quelques rares hommes politiques (une proposition de loi tous les deux ans en moyenne). Or, le monde politique, qui ne tient pas à octroyer aux électeurs la possibilité de les récuser, a toujours fait obstacle à la reconnaissance réelle du vote blanc.
 
La seule voie légitimiste, légale et électorale qui reste pour que la reconnaissance du vote blanc soit réelle (c'est à dire que ces bulletins soient comptés comme suffrage exprimés) est de cristalliser les votes blancs sur la personne de candidats qui représentent ce vote blanc.
 
Il est bien entendu toujours possible de continuer à glisser une enveloppe vide ou un bulletin blanc dans l'urne. Il arrivera alors ce qui est toujours arrivé : les votes blancs seront comptés. Puis jetés à la poubelle et ignorés.
En revanche, voter pour un candidat du parti du vote blanc, permet que ces bulletins soit comptés dans les suffrages exprimés, portant ainsi atteinte aux scores des autres candidats en diluant leur représentativité ... les forçant à prendre en considération la question de la reconnaissance du vote blanc et, surtout, les aspirations et attentes réelles des électeurs.
 
Il ne s'agit pas de capter un vote de protestation pour ensuite mener un programme politique particulier ; le candidat du parti du vote blanc n'a que deux points à son programme : faire reconnaître le vote blanc et soumettre aux électeurs, via une plateforme, toutes les lois sur lesquelles il sera amené à voter afin de voter comme ses électeurs le souhaitent.
 
L'objectif ultime du parti du vote blanc, ce n'est pas juste la reconnaissance du vote blanc.
C'est la reconnaissance du vote blanc afin que celui-ci devienne un outil d'expression des citoyens qui puisse contraindre le personnel politique à mieux prendre en considération les attentes des électeurs.
 
Bref, voter blanc, c'est donner un chèque en blanc au personnel politique en place, c'est un vote futile. Voter pour le candidat du vote blanc, c'est voter pour que notre démocratie redevienne représentative des électeurs, c'est un vote utile.
 
51pD4tk4LvLGrégoire Chevignard a écrit un livre sur le vote blanc. Celui-ci est disponible sur Amazon.