Joelle Ceccaldi a fait Flux

Les sociétés offshore de Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Jcr

Dans l'émission de Cash Investigation diffusée mardi et consacrée au scandale des "panamas papers", un journaliste de France 2 se rend au Luxembourg à l'adresse de la banque Edmond de Rothschild, où sont domiciliés des dizaines de sociétés offshore.
Selon plusieurs enquêtes journalistiques publiées ces dernières années, notamment par le Canard Enchaîné et Médiapart, c'est à cette même adresse que le 17 juillet 1996, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'est rendue pour ouvrir un compte en tant que représentante de la Dronley Investments LTD, une société basée aux Iles Vierges Britanniques.

Selon Mediapart, le compte est alimenté entre décembre 96 et juillet 97 par 4 virements en provenance d’un compte luxembourgeois de la Banque Indosuez pour un montant total de 3 millions d'euros.

D'après le Canard Enchaîné, le 18 janvier 2000, 152 000 euros sont ensuite remis en liquide à la caisse de la banque au Luxembourg. Le 12 octobre 2000, une nouvelle somme de 304 848 euros est virée, via une banque belge, par une mystérieuse Naomi Equities Inc., domiciliée encore une fois dans les îles Vierges britanniques.

Le 15 décembre 2000, 230 000 francs suisses (152 000 euros) sont remis à Genève dans « une enveloppe fermée au nom de Mme Ceccaldi » par un émissaire non identifié à un représentant de la banque Edmond de Rothschild qui transfère les fonds au Luxembourg. Le même jeu se reproduit le 24 décembre 2001 avec 220 000 francs suisses.

En janvier 2004, ce pactole est placé sur un nouveau compte au nom de Laverna Finance SA, société immatriculée aux îles Vierges. Cette fois les ayants droit sont les enfants de Joëlle Ceccaldi-Raynaud : Emilie et Vincent Franchi. Ce dernier renoncera peu après à cette fortune estimée en 2005 à plus de 4 millions d’euros au seul profit de sa soeur.

Selon Médiapart, entre 2001 et 2007, Joëlle Ceccaldi puis son fils Vincent, vont en personne prélever du cash au Luxembourg, pour un total de 480 000 euros. D'autres fois, c'est un proche qui effectue des retraits : notamment pour 45 734 euros en décembre 2001.

Lingots-une

Ce compte luxembourgeois est clos en 2009. D'après Mediapart, quelques mois plus tôt, en octobre 2008, une personne non identifiée s'est rendue au siège de la banque Edmond de Rothschild, boulevard Emmanuel-Servais, pour en vider le contenu. Lors du premier versement, le caissier remet à l’individu 180.000 euros en liquide et 20 lingots d’un kilo d’or. L'opération est reproduite à 10 reprises jusqu’au 23 avril 2009. Au total, 2,86 millions d’euros sont ainsi sortis de la banque : 865 300 euros en cash et le solde sous forme de 102 lingots d’or, d’une valeur de 2 millions à l'époque.

Que sont devenus ces lingots et cet argent en liquide ? Mystère. Les sociétés offshore sont-elles encore actives ? Mystère aussi.

SOURCES / DOCUMENTS : CANARD ENCHAINE ET MEDIAPART

J'ai écrit au ministre des finances Michel Sapin, ainsi qu'au Procureur de la République de Nanterre, afin qu'ils se saisissent de cette affaire révélée par la Presse et ouvrent des enquêtes.
Christophe Grébert


La bourde de la mairie de Puteaux sur Wikipédia (L'Autre JT)

MullerL'émission L'Autre JT présentée par Arnaud Muller sur France 4 a évoqué la dernière "bourde" sur internet de la mairie de Puteaux.

Durant l'été, la fiche Wikipédia de Joëlle Ceccaldi a été expurgée de détails gênants pour la maire. En particulier des informations sur son compte caché au Luxembourg. Mais les internautes ont aussitôt repéré la manipulation et les modifications ont été annulées, raconte le chroniqueur de l'émission Jean-Marc Manach. "Ce sont des bras cassés" à la mairie, commente-t-il.


Joëlle Ceccaldi : "Monsieur Grébert, vous n'êtes qu'un petit blogueur médiocre"

IMG_0326Tout opposant est forcément un malade... C'est en tout cas comme cela que Joëlle Ceccaldi-Raynaud considère ceux qui osent la critiquer. En effet, lors du conseil municipal du jeudi 8 octobre 2015, la maire LR de Puteaux a ouvert la séance en tenant les propos suivants à mon adresse : 

"Monsieur Grébert, vous n'êtes pas un juge d'instruction, vous n'êtes qu'un petit blogueur, vous instrumentalisez les campagnes de presse, vous organisez la calomnie, vous ne respectez rien, vous vous moquez de la démocratie, personne n'ignore votre médiocrité, ni votre bassesse, j'ai honte pour vous, j'ai presque pitié de vous, je sais que cela tourne à l'obsession, vous devenez sans doute monomaniaque, en psychopathologie le monomaniaque est un patient caractérisé par une préoccupation unique et obsessionnelle : c'est moi. Jour et nuit, je préoccupe Monsieur Grébert. Alors, je vous conseille le centre Dolto (nota : le centre médical de Puteaux), nous y avons de très très bons médecins".

A la suite de cette diatribe, je demande la parole : "Je peux vous apporter une réponse Madame ?" "Non, pas de réponse", répond sèchement le maire. Le bouton de mon micro ne fonctionne pas. Il reste fermé. Le maire m'interdit de parler.

Dans les régimes totalitaires, l'opposant est forcément un malade ! Quelle idée en effet de remettre en cause des dirigeants qui ne désirent que le bonheur du peuple ! Par exemple, en Union soviétique, les opposants étaient enfermés dans des hôpitaux psychiatriques. Le rêve de Joëlle Ceccaldi, "sans doute" ! 

Je mène un combat pour plus de démocratie, de morale et d'éthique à Puteaux. C'est certainement utopique. Mais pour le maire Les Républicains de Puteaux, c'est carrément anormal. J'imagine qu'à Levallois-Perret ou à Issy-les-Moulineaux, les opposants de Patrick Balkany et d'André Santini ont aussi l'expérience de cela. Ces gens ne sont pas des démocrates. Ces maires des Hauts-de-Seine le montrent jour après jour par leurs actes et leurs propos. Ils ont tous les 3 déjà été condamnés pour avoir diffamé leurs opposants.
Christophe Grébert


Quand la maire de Puteaux tente de modifier sa fiche sur Wikipédia

TraceIPLa maire Les Républicains de Puteaux a discrètement tenté, durant l'été, de modifier sa biographie sur l'encyclopédie en ligne Wikipédia

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a notamment voulu supprimer des références au blog MonPuteaux.com et sur son compte caché au Luxembourg.

Ce nouveau cas de censure du maire aux 102 lingots d'or est raconté par le conseiller municipal d'opposition Francis Poézévara sur son blog.

 

CE N'EST PAS LA PREMIÈRE FOIS QUE LE MAIRE DE PUTEAUX TENTE DE CONTRÔLER LA LIBRE CIRCULATION DE L'INFORMATION. DÉJÀ EN 2013 :


#LINGOTSGATE Les broyeuses sont en action à la mairie de Puteaux : la maire LR craint-elle une perquisition ?

CPqZt5FWUAA775CDepuis 3 jours, les broyeuses sont en action à la mairie de Puteaux. Rien qu'hier, une dizaine de grands sacs de papiers broyés ont été jetés. Le ménage concerne le cabinet de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, mais aussi les services de direction.

La maire LR aurait-elle été prévenue d'une perquisition, suite au scandale sur ses 102 kilos d'or révélé par Médiapart ?

Le maire a annulé sous un faux prétexte le conseil municipal qui devait avoir lieu samedi matin. Le conseil communautaire de Puteaux-Courbevoie qui devait avoir lieu la semaine prochaine a aussi été annulé.

Samedi, l'opposition municipale devait présenter un voeu pour demander le retrait du maire et de son fils Vincent Franchi, adjoint aux finances.

(photo : twitter)

2015 - 1

Hier, le Canard Enchaîné a publié un article reprenant l'affaire

Parisien23Sept