Immobilier Flux

La maire de Puteaux refuse de s'expliquer sur un chantier de crèche menacé de démolition

IMG_9582Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 12 septembre 2018, j'ai voulu interroger la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud sur les accusations d'irrégularités du PLU et des permis de construire du nouveau quartier des arts. Ces irrégularités signalées dans un articles du Parisien des Hauts-de-Seine risquent de mettre en cause la réalisation d'une crèche de la ville dans ce quartier.

En séance, la maire a refusé de répondre à mes questions pourtant envoyées par écrit à ses services 48 heures avant le conseil municipal. "J'expliquerai tout sur cette affaire au journal Le Parisien", a-t-elle affirmé. Problème, Le Parisien m'indique que la mairie de Puteaux n'a pas répondu à ses demandes d'interview.

Volontairement ou pas, la municipalité de Puteaux a commis des erreurs dans l'attribution des permis de construire et dans l'application du plan local d'urbanisme pour ce vaste projet immobilier du quartier des arts.



Des millions d'euros ont été investis pour la réalisation d'une crèche municipale qui risque d'être démolie sans jamais ouvrir, car elle empiète de plusieurs mètres sur un terrain inconstructible.

Je regrette que la maire de Puteaux refuse de s'expliquer devant le conseil municipal, à la fois pour la perte d'argent public que cette erreur va engendrer et pour l'absence de crèche dans ce nouveau quartier où vont bientôt arriver 320 familles.

Christophe Grébert


La légalité du programme immobilier Quartier des Arts à Puteaux contestée en justice

IMG_9586

Dans un article publié le 1er septembre, Le Parisien des Hauts-de-Seine a annoncé que l'énorme programme immobilier du "Quartier des Arts", dans le bas de Puteaux, faisait l'objet de plusieurs procédures judiciaires. Le permis de construire et le plan local d'urbanisme n'auraient pas été respectés.

Plusieurs familles de Puteaux, demeurant la Cité Michel voisine d'un vaste chantier de 320 logements, demandent auprès du Tribunal Administratif de Cergy et de la Cour d'Appel de Versailles, la suspension, la démolition et la remise en conformité du site par rapport au PLU et aux permis de construire.

Les riverains avancent le chiffre de 55 fraudes potentielles décelées sur ce programme immobilier et qui porteraient notamment sur le fait que le terrain du "Quartier des Arts" soit trop haut de 2 mètres par rapport à la Cité Michel et que la crèche prévue dans ce programme empiète de 4 mètres dans une zone inconstructible.

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 12 septembre 2018, je poserai au maire les demandes d'explications suivantes :

1/ La crèche du "Quartier des Arts" est-elle totalement ou partiellement menacée dans sa surface et dans le nombre d'enfants qu'elle pourra accueillir ?

2/ Comment la municipalité a-t-elle pu laisser un équipement municipal prioritaire, une crèche si indispensable, se construire au mépris de ses propres règles inscrites dans le PLU ?

3/ Les différents recours menacent-ils la date de livraison de la crèche ?

4/ Comment des promoteurs, sans opposition du service communal de l'urbanisme, ont pu construire 2 mètres au dessus du niveau zéro de leur voisinage constitué d'anciens pavillons ouvriers que la municipalité est censée protéger, notamment au travers du respect du PLU ?

IMG_9581
IMG_9576


La plus haute tour de France va être construite à Puteaux

DaqUe57XcAA1JvJCe sera le gratte-ciel le plus haut de France : 244 mètres, 52 étages, 120.000 m2 de bureau pouvant accueillir 10.000 personnes. La tour The Link, qui accueillera le siège du groupe Total, sera construite à Puteaux, le long du boulevard circulaire de la Défense, dans le quartier Michelet.

Le préfet d'Ile-de-France, qui bloquait jusqu'alors l'agrément permettant de lancer le projet, a finalement donné son feu vert à la construction de l'édifice. En contrepartie, il réclamait la réalisation de logements supplémentaires sur la ville, selon un article publié dans le journal Le Monde.

Avec les projets en cours - la ZAC des Bergères et le quartier des Arts - Puteaux va passer d'ici 2020 de 45.000 à 50.000 habitants.

Si nous devons construire encore plus de logements... combien seront-nous en 2025 ? 55.000 ? Quelle conséquence cela aura sur notre cadre de vie ? Puteaux sera-t-il encore Puteaux ? 

Cette annonce de nouveaux logements en contrepartie de la construction de la tour The Link de TOTAL est inquiétante. Que souhaitons-nous pour le futur de notre ville ? Plus de tours et de logements, donc plus de circulation, de pollutions et de transports saturés ?
Ou choisissons-nous de sauvegarder ce qui fait tout le charme de notre petite ville, avec ses rues bordées de pavillons ? 
Pour notre part, nous défendons la nature en ville. Notre cadre de vie est fragile. Il faudra se battre pour le conserver. 
Christophe Grébert


La ville de Puteaux aménage un jardin et le revend en terrain constructible

39689400511_44d90d35d7_k

Alors que la ville de Puteaux manque cruellement d'espaces verts, la municipalité a décidé de revendre un terrain qu'elle avait aménagé en jardin, au 13 rue Montaigne, derrière le palais de la médiathèque.

En 2002, la ville achète ce terrain à un particulier, dans le but d'y réaliser un aménagement public. L'acte authentique "pour l'acquisition d'un terrain de 180 m2 au 13 rue Montaigne" est soumis à l'approbation du conseil municipal le 3 décembre 2002.

Pendant quasiment 8 ans, la ville ne fait rien de ce terrain. Elle en paye  l'entretien et perd 8 ans de taxes foncières. Finalement, en 2011, elle y ouvre un jardin : le "Mini Clos de Chantecoq". Quelques dizaines de pieds de vigne y sont plantés.

7003089372_317f0a142e_z(photo Flickr, 6 mai 2012)

La ville a aménagé une autre vigne rue de la République, à côté de la gare SNCF. Elle entend en effet récolter du raisin pour faire du vin  :

Vignes(extrait Puteaux infos de juin 2012)

Mais, comme n'importe quel jardinier aurait pu le dire, le terrain du 13 rue Montaigne est tout sauf fait pour accueillir des vignes : coincés entre 2 immeubles, il est le plus souvent à l'ombre et les pieds ne donnent rien. Le jardin est progressivement laissé à l'abandon. Ces derniers mois, il offrait un triste spectacle :

39690147751_cf8870918c_z(Photo Flickr janvier 2018)

15 ans après avoir acheté ce terrain, réalisé d'importants travaux, planté et entretenu pour rien des vignes, et laissé ce terrain en jachère... la municipalité a finalement décidé de perdre ce long investissement en vendant ce terrain à un particulier. 

Lors du conseil municipal de Puteaux du 30 juin 2017, la majorité vote la "Cession amiable de la parcelle du 13 rue Montaigne, cadastrée T n° 116", un "terrain nu et constructible" précise la délibération : 

Cm30juin

QUE CACHE CETTE OPÉRATION ?

J'ai refusé de voter cette délibération. Je me suis abstenu. Je n'accepte pas que Puteaux investisse des centaines de milliers d'euros pour acheter un terrain, l'aménager en jardin, pour au bout du compte, le revendre à un particulier qui va y construire un pavillon.
Quel était notre intérêt dans cette opération ? Pour les intermédiaires, les vendeurs et les acheteurs, j'imagine bien qu'il y a bénéfices, mais pour les Putéoliens ? Ces centaines de milliers d'euros - que la revente ne compense pas - auraient pu être dépensés plus utilement. Et en tout cas, voilà un espace vert de moins pour notre commune. Ce n'est pas la direction que nous devons prendre.
Christophe Grébert