Ile de Puteaux Flux

Débat impossible au conseil municipal de Puteaux... sur la passerelle piétonne (avec 2 n)

Publié sur le site de Christophe Grébert :

6a00d8341c339153ef01bb08c20c48970d-800wi

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 9 mars 2016, le projet de création de passerelle piétonne pour rejoindre l'île de Puteaux était enfin mis à l'ordre du jour.

Cela faisait 2 ans que nous l'attendions. C'était en effet une promesse de l'opposition lors des élections de 2014 qui a été reprise par la majorité. Il y avait donc consensus.

Pas tant que cela, puisqu'en séance il m'a été impossible de prononcer 2 phrases de suite sur ce projet. Le maire m'a systématiquement coupé la parole, supporté et rejoint par ses élus qui enchaînaient insultes et gestes déplacés.  
Mon micro a été coupé et le maire a voulu passer au vote sans débat. Il a même refusé de soumettre l'amendement de notre groupe portant sur le coût du projet, ce qui est contraire à la loi. Privé de micro, j'ai dû lever la voix et insister pour que l'amendement soit soumis au vote. La maire a persisté dans son refus et a levé la séance. 

Il s'ensuivit un incident hors séance : j'ai été insulté par des élus LR qui sortaient de la salle. J'ai eu tort de répliquer.

Mais j'ai aussi eu raison d'insister : à la reprise de séance, le maire a finalement soumis notre amendement comme la loi l'y obligeait. La majorité a rejeté l'amendement, sans surprise.

Et je n'ai pas pu prononcer mon intervention devant le conseil, mais vous pouvez la lire sur mon site : 

"Lors des élections municipales de 2014, les 2 listes de l'opposition  Puteaux une ville d’avance et Puteaux pour vous ont toutes les 2 présentées un projet de passerelle "pour rejoindre d’île de Puteaux depuis le centre-ville, à pied ou en vélo". Nous sommes donc heureux que la majorité municipale reprenne notre idée.
Notre idée, car jamais un projet de passerelle n’avait été défendu jusqu'alors par votre majorité. Il y a bien eu dans les années 70 le projet du promoteur de la tour France, mais il s’agissait d’un équipement intégré à la tour et quasi privatif. Ce projet est resté à l’état d’ébauche et n’a jamais intéressé la commune qui à l’époque envisageait de transformer l’île de Puteaux en Luna Park.

Mais revenons au présent. 

Dans l'avis de concours, le projet est ainsi décrit : "La ville de Puteaux souhaite renforcer son réseau de circulations douces piétons / cycles en reliant les pôles majeurs de fréquentation de la commune que sont : la gare, le centre-ville et l'Ile de Puteaux. Dans ce cadre, la création d'un ouvrage de franchissement de la Seine entre le quai Dion Bouton (RD7) et l'ile de Puteaux est nécessaire. En effet, cette connexion ne peut s'effectuer aujourd'hui que par le pont de Puteaux qui n'offre pas une accessibilité aux piétons et aux cyclistes suffisante ni satisfaisante".

Autant d'arguments que nous défendions. Cette idée de passerelle piétonne, nous l’avons en effet proposé dans une logique d’ensemble des déplacements doux à l’intérieur de la commune : comment circuler à pied ou à vélo entre le haut et le bas de Puteaux ou bien entre la Défense et Suresnes. Ce n’est donc pas un équipement gadget détaché du reste de la ville, mais un élément intégré à un projet global.

Dans notre programme, nous affirmions :

“Nous renforcerons le caractère naturel de l’île de Puteaux. Afin que la nature reprenne ses droits dans l’île, nous étudierons la possibilité de réduire la place de la voiture et de repenser le stationnement, notamment pendant les périodes de forte affluence comme les vacances scolaires. Nous faciliterons son accès pour les piétons et les cycles.
Nous souhaitons rendre accessibles à tous les berges de l’île de Puteaux en créant un cheminement continu. La desserte des péniches habitées sera améliorée. Les nouveaux aménagements seront réalisés dans un souci de développement durable : limitation des zones imperméabilisées, récupération ou infiltration des eaux de pluies, etc.”

Sur ce projet de passerelle, nous regrettons qu’il n’y ait pas eu de concertation, d’une part avec l’opposition qui porte cette idée depuis le début, d’autre part avec la population. Pendant 2 ans, vous n’avez rien dit ou presque sur ce projet, rien communiqué, pas consulté. Et le peu qui a été dit se révèle inexact. Par exemple sur le financement. 

SUR LE COÛT :

La municipalité évalue le coût de cette passerelle à 10,56 millions d'euros TTC + les aménagements périphériques, la facture totale s'élevant à 14 millions d’euros TTC. 
"Le financement de l'opération est assuré principalement sur le budget communal", est-il indiqué dans l’appel d’offres. Mais selon la délibération présentée ce soir le financement sera assuré à 70% par le département. Qui croire ?
La majorité a assuré que ce projet ne coûterait rien à la ville et qu'il serait financé par le département qui avait, selon le maire, donné son accord.
Pour notre part, nous avions évalué ce projet à 11 millions d'euros, en comprenant la création d’un itinéraire continu sur les berges de l’île de Puteaux et le lancement d'études avec le département et des voix navigables de France pour le réaménagement des quais de Seine entre le pont de Neuilly et le pont de Puteaux.

>>>  NOUS SOUMETTONS AU VOTE DE L'ASSEMBLÉE COMMUNALE CET AMENDEMENT : Nous proposons de fixer le montant de ce marché  à 10 MILLIONS D'EUROS, au lieu de 14, pour se caler sur les coûts constatés dans notre région pour d'autres projets de passerelles piétonnes.

NOTA : Cet amendement est voté par l'opposition, mais rejeté par la majorité.

SUR LES DÉLAIS :

La ville de Puteaux a pris 2 ans de retard sur ce projet en ne lançant que maintenant le concours de maîtrise d'oeuvre. Nous ne savons pas ce que vous avez fait entre 2014 et 2016.

Du coup, le calendrier présenté est celui-ci :

o Concours de maîtrise d'oeuvre : 1er semestre 2016 ;
o Etudes de maîtrise d'oeuvre (phases de conception APS à PRO) : Septembre 2016 à septembre 2017 ;
o Appels d’offres travaux : 4ème trimestre 2017 ;
o Démarrage des travaux : Janvier 2018 ;
o Durée prévisionnelle des travaux (démolition / construction) : 2 ans ;
o Achèvement des travaux : 1er trimestre 2020.

Quelle surprise, l'inauguration aura lieu au moment des prochaines élections municipales de 2020 !

 Si le concours de maîtrise d’oeuvre avait été lancée début 2015, après une année de réflexion qui était suffisante, nous aurions pu profiter de cette passerelle courant 2018 ou début 2019. Or là, vous avez fait en sorte que le chantier commence et se termine selon le calendrier électoral.

SUR LA LOCALISATION :

Nous regrettons l'absence totale de concertation avec la population. Vous avez donc décidé que la passerelle serait située entre le stade de l'île et la rue (privée) entre Bolloré et Bellerive (Allée Georges Hassoux).

Les accroches de la passerelle sont définies et non modifiables :
- Côté Ile de Puteaux, l’ouvrage débouche directement sur l’allée Georges Hassoux, au droit de la tribune du stade de rugby.
- Côté centre-ville de Puteaux, l’ouvrage se situe au croisement de la rue de l’Abbé Maurice Guibert (voie privée entre la tour Bolloré et la résidence Bellerive) et le quai Dion Bouton (voies sur berge) l’accès côté centre-ville se fait directement par le trottoir longeant la résidence Bellerive. Pour se raccorder au niveau du trottoir existant, l’aménageur devra imaginer un escalier ainsi qu’un ascenseur pour assurer l’accessibilité des PMR.

Option belvédère : En option, le concepteur pourra proposer l’intégration sous la pile de la future passerelle, coté Route Départementale, d’un belvédère depuis lequel la vue sur la Seine et le parc serait intéressante. Ce belvédère sera imaginé comme un lieu de calme et de recueillement malgré la proximité avec la Route Départementale.

Le concepteur devra proposer des mesures permettant de limiter les usages inappropriés de cet espace. Le concepteur proposera un système de contrôle d’accès à la passerelle afin d’en limiter son accès aux seuls usagers autorisés (côté Ile de Puteaux). Encore des grilles, on pouvait s'en douter. Est-ce que la passerelle conduira, côté île, à l’intérieur des grilles uniquement, ou sur les rives en accès libre également ? Le passage sur la passerelle sera-t-il payant et réservé aux Putéoliens ?

Aurez-vous même la volonté nécessaire pour mener à bien ce projet ? Ce n’est pas certain. Nous maintiendrons donc la pression, pour obtenir la réalisation de cette belle promesse de campagne.
Enfin, n
ous demandons à faire partie du jury du concours architectural".

2 élus de l'opposition, Olivier Kalousdian (titulaire) et Christophe Hautbourg (suppléant) ont été désignés comme membres du jury du concours par les voix de l'opposition.

CONSULTER SUR DRIVE LES DOSSIERS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 MARS. LE PROJET DE PASSERELLE EST LE POINT N°8

Pour notre part, nous avions envisagé une passerelle dans le prolongement de la rue Godefroy, dans une logique d'axe de circulation douce entre le haut de Puteaux, la mairie et l'île : 

6a00d8341c339153ef01bb08c20c4e970d-800wi


La ville de Puteaux lance un concours pour la création d'une passerelle piétonne, une proposition de l'opposition

6a00d8341c339153ef01a3fcae8795970b-800wi

En janvier 2014, la liste d'opposition Puteaux pour vous rendait public un projet de passerelle "pour rejoindre d’île de Puteaux depuis le centre-ville, à pied ou en vélo". La municipalité vient de lancer un concours d'architecture pour la création de cette passerelle et le projet sera délibéré lors du conseil municipal du mercredi 9 mars.

La majorité municipale, qui s'était tout d'abord moquée de cette idée "inutile" (je me souviens des rires gras des élus ceccaldistes lorsque j'évoquais ce projet en conseil municipal), a ensuite entièrement récupéré l'idée.

2 ANS DE RETARD

Dans l'avis de concours , le projet est ainsi décrit :  "La ville de Puteaux souhaite renforcer son réseau de circulations douces piétons / cycles en reliant les pôles majeurs de fréquentation de la commune que sont : la gare, le centre-ville et l'Ile de Puteaux. Dans ce cadre, la création d'un ouvrage de franchissement de la Seine entre le quai Dion Bouton (RD7) et l'ile de Puteaux est nécessaire. En effet, cette connexion ne peut s'effectuer aujourd'hui que par le pont de Puteaux qui n'offre pas une accessibilité aux piétons et aux cyclistes suffisante ni satisfaisante". Autant d'arguments que nous défendions et qui étaient rejetés par le maire et ses élus. Tant mieux s'ils ont changé d'avis. Mais la ville de Puteaux a pris 2 ans de retard sur ce projet en ne lançant que maintenant le concours de maîtrise d'oeuvre.

UN PROJET A 10,5 MILLIONS D'EUROS FINANCÉ PAR LA VILLE

Dans son avis de concours mis en ligne, la municipalité évalue le coût de cette passerelle à 8,8 millions d'euros HT, soit 10,56 millions d'euros TTC. "Le financement de l'opération est assuré principalement sur le budget communal", est-il indiqué. Pourtant, la majorité avait assuré que ce projet ne couterait rien à la ville et qu'il serait financé par le département qui avait, selon le maire, déjà donné son accord. Voilà un mensonge de plus du maire et de sa majorité que nous avions relevé depuis le début. 

Pour notre part, nous avions évalué ce projet à 11 millions d'euros, avec en plus la création d’un itinéraire continu sur les berges de l’île de Puteaux et le lancement d'études avec le département et des voix navigables de France pour le réaménagement des quais de Seine entre le pont de Neuilly et le pont de Puteaux.

Cette succession de retards et de mensonges me fait douter encore de la vraie volonté de la municipalité de mener à bien ce projet d'ici la fin du mandat en 2020. L'opposition maintiendra donc la pression sur la majorité ceccaldiste pour obtenir la réalisation de notre belle promesse de campagne.

VOIR NOTRE PROJET DE PASSERELLE PRÉSENTÉ EN JANVIER 2014

6a00d8341c339153ef01b7c77a4997970b-800wi


Puteaux et la Défense sous l'eau en cas de crue centennale

Crue

Du 7 au 18 mars, la préfecture de police d'Ile-de-France organise un exercice de gestion de crise de grande ampleur : EU Sequana 2016. Il s'agit de simuler une crue centennale de la Seine. Un scénario, des exercices sur le terrain et des rendez-vous avec le public sont prévus.

A cette occasion, la préfecture a diffusé une animation vidéo qui illustre les conséquences d'une inondation sur le territoire de la "Boucle de Gennevilliers" en aval de Paris. Un tel scénario pourrait se produire lors d'une crue centennale, rendant insuffisantes les retenues des grands lacs de Seine. Les systèmes de protection le longs des berges seraient submergés.

Sur l'image extraite de cette animation vidéo, on peut voir jusqu'où le bas de Puteaux serait inondé en cas de crue majeure. La tour France (en bas à gauche de l'image) serait encerclée d'eau et l'île de Puteaux, au niveau du pont de Neuilly, a totalement disparu. Impressionnant !


La piscine de Puteaux fermée "en raison d'un problème technique"

CI0lHIVWoAA5sbD"Alerte‬ panne piscine : en raison d'un problème technique, la piscine est fermée ce jour et jusqu'à nouvel ordre", annonce la mairie de Puteaux sur son site internet.

Pas de chance pour tous ceux qui espéraient trouver un peu de fraîcheur et de détente en se baignant. Il fait décidément trop chaud !

MISE A JOUR : LA PISCINE ROUVRIRA JEUDI

(photo : twitter)


La fête des associations de Puteaux derrière des grilles et payante

18615750504_f03fc6363e_z"Prouvez que vous êtes Putéolien et vous passerez, sinon vous devez payer", me commande un surveillant municipal à l'entrée du parc de l'île de Puteaux désormais entièrement enfermé derrière des grilles.

Cette année, la fête des associations de Puteaux était en effet payante ' - 5 euros - pour ceux qui ne possèdent pas le "Puteaux Pass", une carte délivrée en mairie contre preuve de domiciliation. Ne possédant pas cette carte, car ne voulant pas être fiché et participer au système clientéliste mis en place par le maire, je suis donc refoulé ! Excès de zèle d'un surveillant municipal qui sait parfaitement que je suis conseiller municipal de la ville : "j'ai des consignes", me dit-il.

Pendant que j'attends devant l'entrée, je vois des Putéoliens faire demi-tour faute du fameux "pass". D'autres acceptent de débourser 5 euros par personne (2 euros par enfant) pour pouvoir accéder au parc municipal financé par leurs impôts !

19050627378_49f04f0589_zJe parviens tout de même à entrer. En faisant le tour des stands, certains responsables d'associations osent me confier que cette fermeture du parc a provoqué une baisse significative de la fréquentation de la fête.

D'autres acceptent la décision du maire : "c'est mieux pour la sécurité". Je n'avais pas remarqué des problèmes de "sécurité" les années précédentes !

Un responsable d'association proche du maire finit par lâcher "On n'a rien contre les habitants de Neuilly. Ce ne sont pas eux qui causent problèmes. Ce qu'on ne veut pas ici ce sont ceux de Nanterre. Ils viennent juste pour profiter du goûter" (sic).

A 16h, le maire fait en effet distribuer à tous les enfants une boîte contenant des friandises, une boisson, ainsi qu'un petit cadeau : un porte-clés en forme de ballon de rugby.

Nous sommes donc bien là dans une opération clientéliste : il s'agit d'organiser une fête, avec un cadeau, réservée aux Putéoliens qui acceptent d'être fichés par la municipalité. La promotion des associations n'est plus ici qu'un prétexte.

La plupart des associations de Puteaux sont animées par des passionnés. Mais le système clientéliste putéolien met à mal cette formidable énergie en cherchant à la contrôler politiquement. C'est le cas particulièrement des clubs sportifs qui dépendent des équipements et des subventions de la ville. Plusieurs d'entre elles sont d'ailleurs carrément dirigées par des élus ou des militants actifs de la majorité. De ce fait, elles ne sont plus libres et ne font plus que servir au contrôle et au renforcement du ceccaldisme contre l'intérêt général.

Triste constat, particulièrement en ce jour de "fête".

La distribution du goûter dans le hall des sports : 

19212129836_8828709b2a_z

(photo : Flickr)


L'île de Puteaux payante : la dernière décision de l'ex-maire

IMG_9438Ce dimanche, les Putéoliens qui voulaient aller se promener dans le parc de l'île de Puteaux ont eu la désagréable surprise de se retrouver face à des gardiens qui demandaient un droit d'accès de 5 euros par personne. Seuls ceux qui possèdent le "pass Puteaux" pouvaient y entrer librement !

Il s'agit de la dernière décision délirante de l'ex-maire de Puteaux. 1 mois avant l'annulation de son élection, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a en effet signé un arrêté qui prévoit que l'entrée de l'île est payante à chaque fois qu'un évènement y est organisé. Ce sera le cas ainsi le dimanche 21 juin. Puteaux sera alors la seule ville de France à organiser un concert payant pour la fête de la musique !

Cet arrêté était une manière pour l'ex-maire de Puteaux de contourner la décision du préfet des Hauts-de-Seine d'interdire la fermeture aux non-putéoliens de l'île de Puteaux.

IMG_9440

IMG_9441

IMG_9445

IMG_9439