Homophobie Flux

Journée mondiale contre le Sida : une exposition à Puteaux dans un contexte particulier

Rectangle31_thumb_rectangle

Comme chaque 1er décembre, pour la Journée mondiale contre le Sida, et depuis qu'elle a été condamnée pour homophobie, la députée-maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud s'achète une bonne conscience en accueillant dans le hall administratif de l'Hôtel-de-ville une exposition "Histoire de..." organisée par l'association Elus Locaux Contre le Sida.

Du 1er au 4 décembre, 19 toiles de l'artiste plasticien Serge Tomagnot seront présentées au public. Ces toiles seront mises en vente sur le site d'enchères Ebay du 30 novembre au 10 décembre 2010. Les profits seront reversés à l'Institut Fournier et à l'association Basiliade qui aident les malades du SIDA et des maladies sexuellement transmissibles à travers la recherche pour l'une et l'accompagnement pour l'autre.

Si je soutiens bien entendu cette opération, je regrette chaque année l'absence de protestation de l'association Elus locaux contre le Sida lorsque mon maire a été condamnée pour diffamation homophobe. Un silence très génant, puisque l'homophobie se nourrit de cette lâche complicité.
Christophe Grébert


Journée mondiale contre l'#Homophobie : le mauvais exemple de Puteaux

Parisien11avril09

La journée mondiale contre l'homophobie est l'occasion de rappeler que la maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a été condamné à 3 reprises pour diffamation homophobe et que jamais elle ne s'est excusée pour ses propos scandaleux.
Sur son mauvais exemple, certains élus de sa majorité ont pris la fâcheuse habitude de lancer insultes et menaces homophobes lors du conseil municipal.

L'homophobie en politique n'est pas moins condamnable que les autres. Elle est même pire, puisque les élus, représentants du peuple, sont censés être des exemples.
Je suis par conséquent favorable à une loi qui rendrait inéligible tout élu se rendant coupable de propos discriminatoires, telles que les insultes et les attaques homophobes. Des gens comme Joëlle Ceccaldi-Raynaud ou bien comme Christian Vanneste n'ont rien à faire en politique !

A lire : Homophobie ordinaire à Puteaux

Revue de Presse : menace homophobe au conseil municipal de Puteaux (Le Parisien)

Publié sur le blog de Christophe Grébert :

Parisien1ermars2010Dans son édition des Hauts-de-Seine, Le Parisien revient sur le conseil municipal de vendredi dernier, au cours duquel j'ai encore eu à subir l'homophobie de certains élus UMP.

Je tiens à souligner que ces élus sont minoritaires et que c'est surtout la bêtise qui les caractérise. Ceci dit, je regrette la complicité du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui laisse faire et qui ne sanctionne pas : les auteurs de ces insultes et menaces récidivent à presque chaque séance.

Je sais que des militants UMP ne sont pas d'accord avec ces gens. Ils me le disent. Je les remercie de leur soutien.

Par ailleurs, et contrairement à ce que ces  gens bêtes affirment, je ne me victimise pas en rapportant ces faits. Ces petits faits "sans importance", ces insultes ou ces moqueries lancées au détour d'une phrase, pour ma part je sais y répondre : je ne suis pas une victime, mais un combattant.
En revanche, ces mêmes petites insultes discriminatoires peuvent être mortelles lorsqu'elles atteignent des personnes fragiles. Les discrimination homophobes sont ainsi la cause d'un grand nombre de tentatives de suicides chez les jeunes LGBT.
En n'acceptant pas ces insultes "pas bien méchantes" et en les dénonçant chaque fois que je peux, je me bats pour ces jeunes, victimes silencieuses de la bêtise humaine et de l'intolérance.
Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux


Au conseil municipal de Puteaux : "On va te mettre un manche dans le cul"

9n1ij La députée-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a fixé un conseil municipal vendredi soir, en pleines vacances scolaires. Il était facile de deviner que ce n'était pas la date idéale. Les élus de l'opposition, convoqués au dernier moment, étaient là malgré tout. En revanche, beaucoup d'élus de la majorité UMP, pourtant prévenus largement avant, étaient eux absents !  Si bien que le quorum n'a été atteint que grâce à l'opposition. Si nous avions quitté la salle, le conseil n'aurait pas pu avoir lieu.

Fébrile, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été contrainte de saluer la responsabilité de l'opposition. Cela ne changea pas son attitude sur le reste : elle m'a coupé le micro dès la première question de l'ordre du jour !  Il faut dire que je venais de signaler le fort absentéisme de l'UMP.

Le débat d'orientation budgétaire n'a pas pu aller jusqu'au bout : à ma remarque sur le fait que la majorité ne respectait pas son propre programme (elle s''était engagée à "doter chaque élève de CM2 d'un ordinateur portable avec accès internet", mais ne le fera pas), le maire décide soudainement de lever la séance.

Avec mon collègue vert, Bruno Lelièvre, nous nous retrouvons encerclés par des élus UMP vociférant. "On va te mettre un manche dans le cul", me lance Jean-Pierre Descroix, un UMP de Puteaux déjà connu pour d'autres propos homophobes.

Cette fois nous ne sommes plus simplement dans l'insulte, mais aussi dans la menace. Une main courante a été déposée au commissariat de police.

Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux


Les élus contre l'homophobie

Publié sur le blog de Christophe Grébert :

New_logo_refuge_340_200L’association « Le Refuge », qui vient en aide à des jeunes isolés et en rupture familiale à cause de leur homosexualité, lance un appel aux élus pour qu’ils s’engagent contre l’homophobie. Cet appel est en ligne sur le site de l’association. J'ai signé et j'invite tous les élus à le faire.

En signant, je m’engage à :

1. Sensibiliser les citoyens sur la nécessité d’une politique de prévention du mal-être des jeunes victimes d’homophobie, au regard des statistiques de santé publique relatives au suicide des jeunes homosexuels.

2. Mettre en œuvre des actions concrètes de prévention et de lutte contre l’homophobie en concertation avec les acteurs de terrain, et ce, sur la durée de mon mandat.

La lutte contre l'homophobie à Puteaux a toujours fait partie de mes préoccupations de citoyen et désormais d'élu. J'ai organisé une réunion sur ce thème en mai dernier. Et je ferai prochainement une intervention en conseil municipal pour réclamer des actions de sensibilisation en direction des jeunes et des familles.
Chistophe Grébert
Conseiller municipal MoDem Puteaux