Histoire de Puteaux Flux

Sauvegarde du vieux cinéma de Puteaux : pour le moment, la mairie ne partage pas notre curiosité

6a00d83451b9bc69e201bb096cd8c7970d-250wi

Il y a quelques jours, je vous parlais de l'ancien Casino de Puteaux, rue Gerhard, l'un des plus vieux cinéma au monde. Celui-ci a été racheté par la mairie qui a l'intention de transformer ce bâtiment historique en annexe de l'école maternelle Parmentier. Le journal Le Parisien a publié aujourd'hui un article sur le sujet. Il y rapporte les propos mensongers du cabinet du maire qui tente de faire croire que tout le monde est d'accord avec ce projet et qu'il n'y a pas d'alternative. C'est faux et j'explique pourquoi (j'ai aussi envoyé un droit de réponse au Parisien) :

Dans cet article, il est écrit que lors du conseil municipal de décembre, j'aurais voté en faveur du projet de transformation de ce monument historique en salles de classe. C'est faux. Ce jour là, la délibération soumise au vote des élus portait uniquement sur le versement d'une indemnité d'éviction à l'actuel occupant du vieux cinéma. Le projet du maire de transformer ce bâtiment en annexe scolaire n'a fait l'objet d'aucune discussion : c'est son choix personnelle. C'était cela ou rien, avec le menace sous entendue d'une "démolition" pure et simple du bâtiment. Cette menace est exprimée à nouveau dans Le Parisien par le cabinet du maire (Lire ci-dessous).

Lors du conseil, j'ai été surpris d'entendre Joëlle Ceccaldi affirmer que ce bâtiment n'était de toute façon pas classé aux monuments historiques, quand je lui ai demandé pourquoi l'ancien cinéma ne serait pas conservé. 

Après une recherche documentaire sur cette ancienne salle des fêtes, qui a été l'un des premiers cinémas (trace des premières projections en 1905), je propose qu'on engage auprès des services du ministère de la culture une procédure pour réclamer son classement, et ainsi assurer sa conservation et lui donner une nouvelle vie culturelle.

Ce bâtiment peut être sauvé tout en réalisant l'agrandissement de l'école Parmentier. Les 2 projets ne s'opposent pas, comme tente de la faire croire le cabinet du maire pour forcer à la démolition du vieux cinéma à la seule exception symbolique mais surement insuffisante de sa façade.

EXTRAIT DU PARISIEN DU 16 JANVIER 2017 : 

Leparisien 

EXTRAIT DE LA DÉLIBÉRATION SOUMISE AU VOTE DU CONSEIL MUNICIPAL DE PUTEAUX LE 14 DÉCEMBRE 2016 (question 14 de l'ordre du jour) :

CM-puteaux-dec17-question14

 

DROIT DE RÉPONSE ENVOYÉ AU PARISIEN :

Dans votre article " Le plus vieux cinéma de Puteaux sera transformé en école" publié le 16 janvier, vous affirmez que j'ai "voté la délibération adoptée lors du conseil municipal de décembre" visant à transformer ce bâtiment historique en annexe d'une école maternelle voisine. Ceci est faux. La délibération soumise aux élus concernait uniquement le versement d'une indemnité d'éviction à l'ancien occupant des lieux (voir PJ).
Jamais ce projet de transformation n'a été débattu en conseil. Il s'agit d'une décision unilatérale du maire.
Je souhaite pour ma part que ce lieu - faisant partie du patrimoine cinématographique français-  soit sauvegardé et qu'une procédure de classement aux monuments historiques soit donc engagée au plus vite.

 

VOUS CONNAISSEZ UN PASSIONNÉ, UN ENSEIGNANT, UN HISTORIEN OU UN PROFESSIONNEL DU CINÉMA ? POUVEZ-VOUS LUI FAIRE SUIVRE MON MESSAGE :

Bonjour,

Je suis élu local à Puteaux dans les Hauts-de-Seine.

La ville vient d'acheter un bâtiment construit en 1895. Les archives municipales montrent que ce bâtiment a été transformé rapidement en cinéma, dès les premières années de 1900. Ce qui en ferait l'un des 1ers cinémas permanents au monde !

Malheureusement, ce bâtiment n'est pas classé aux monuments historiques et la mairie a l'intention de le détruire en n'en conservant que la façade.

Il me semble qu'il faudrait au moins étudier la sauvegarde de l'ensemble du bâtiment pour un projet culturel, cinématographique ou pas.

Auriez-vous des contacts de personnes qui seraient intéressées par un tel sujet ?

Voici mes articles sur ce vieux cinéma :

http://www.monputeaux.com/patrimoine

Cordialement,

Christophe Grébert

LE PREMIER FILM DE L'HISTOIRE A PEUT-ÊTRE ÉTÉ PRÉSENTÉ AU CASINO : 

 


Patrimoine : la ville de Puteaux rachète "Le Casino", l'un des premiers cinémas au monde... pour le détruire ?

Casino

La façade en pierre du 3bis rue Gerhard, dans le bas de Puteaux, a encore fière allure. Construit en 1895, ce bâtiment accueillait tout d'abord une salle des fêtes. Mais "Le Casino" a rapidement été utilisé comme salle pour projeter des films, au moins dès 1905 et jusque dans les années 60. Ce qui en fait l'un des plus anciens cinémas du monde ! La municipalité vient de racheter ce morceau de notre patrimoine dans le but d'agrandir l'école maternelle Parmentier.

Le bâtiment de 600 m2, utilisé ces derniers temps comme atelier de construction de décors de théâtre, était en vente. La ville a exercé son droit de préemption pour 1.950.000 euros. A cette somme, elle devra payer 72.000 euros d'indemnités d'éviction à l'actuel locataire, la société Del Boca.

LE VIEUX CINÉMA VA ÊTRE DÉTRUIT 

Le bâtiment, en mauvais état, devra être totalement réaménagé pour accueillir des salles de classe. La façade, qui n'est malheureusement pas classée, sera conservée, assure la mairie. On s'inquiète tout de même quand on pense à ce qui a été fait à la vieille église alors qu'il s'agit là d'un monument historique en principe protégé !

Sans remettre en cause l'agrandissement de l'école Parmentier, il aurait peut-être été plus judicieux de valoriser ce patrimoine historique de Puteaux en lui rendant sa fonction culturelle : une salle de spectacle ? un lieu d'exposition ? une bibliothèque de quartier ?


Une aussi longue absence, un film tourné à Puteaux en 1960

AnonymeA quoi ressemblait Puteaux en 1960 ? Vous pourrez le découvrir en allant voir "Une aussi longue absence" au cinéma Le Central, jeudi 24 novembre à 19h30.

Ce film franco-italien réalisé par Henri Colpi, sur un scénario de Marguerite Duras, avec les comédiens Alida VALLI et Georges WILSON, a remporté la Palme d’Or à Cannes et le Prix Louis-Delluc en 1961.

L'histoire : Thérèse vit seule et tient un petit café. Son mari a été déporté pendant la guerre. Un jour elle aperçoit un vagabond qui tourne autour de son établissement. Thérèse est émue et intriguée par cet homme qui ressemble étrangement à son mari...

Placevieilleeglise

Eglise4

Eglise2

Eglise3

Un extraordinaire témoignage sur le Puteaux d'autrefois... Au début du film, on voit la veille église quasi en ruine avant sa restauration, ainsi que sa place où se déroule l'histoire, dans un petit café qui est aujourd'hui une fameuse pizzeria de la ville. D'autres scènes sont tournées le long des quais de Seine, ainsi que sur l'île. On aperçoit l'ancien pont de Puteaux et les usines de l'arsenal.


Journées du Patrimoine : le programme à Puteaux

28209053274_4777468e1a_z

Samedi 17 et dimanche 18 septembre, ce sont les Journées du Patrimoine. Cette 33e édition a pour thème  « Patrimoine et citoyenneté ». A Puteaux, vous pourrez notamment visiter les abris anti-aériens de la résidence HLM du 140 rue Verdun :

En 1937, la résidence est en construction. Face à la menace hitlérienne, le gouvernement incite les villes à construire des abris anti-aériens et à consolider caves et sous‑sols. Le  conseil municipal de Puteaux vote pour la construction d’abris sous l’allée centrale de la nouvelle résidence. En  1939, les Putéoliens découvrent leurs abris anti-aériens lors d’une visite officielle. À 4,25 mètres de la surface, après une descente de 25 marches, les abris, dont les murs font 70cm d’épaisseur pour une hauteur sous plafond de 2,51m, peuvent accueillir chacun 500 personnes réparties dans dix salles séparées en deux groupes par un sas central. Les lourdes portes des sas d’entrées et intermédiaires n’étaient fermées hermétiquement qu’en cas d’alerte au gaz. Régulièrement, les habitants de la résidence, du quartier et même de Neuilly descendaient quelques heures par nuit selon la durée des alertes. Heureusement, la résidence n’a jamais été bombardée.

Les visites guidées auront lieu les 17 et 18 septembre de 14h à 17h30.  
Inscription auprès du service des Archives Municipales: 01 46 92 50 22 / 01 46 92 93 53
 
 

Sont également au programme, 2 parcours en ville :

  • Parcours pour les enfants, samedi 17 septembre de 10h à 12h30 :
            > visite de l'Hôtel de Ville
, de la salle du conseil municipal et du bureau du maire (mais pas de son coffre à lingots d'or). Les enfants appréhenderont la notion de citoyenneté à travers la représentation de ses valeurs et symboles,
            > visite du jardin de la crèche des Cèdres 
Cette seconde étape du parcours a pour ambition de sensibiliser les enfants, dès leur plus jeune âge, au respect de l’espace public, de l’environnement et du patrimoine naturel.
 
  • Parcours pour les adultes, samedi 17 septembre de 14h à 17h30
 :
            > visite de l’Hôtel de Ville, avec 
une exposition sur les symboles et les valeurs de la République,
            > visite de la maison du Droit
 : Faites connaissance avec cette institution municipale où des professionnels du droit (avocat, notaire, fiscaliste etc…) se tiennent à votre écoute.
            > visite du jardin de la Crèche des Cèdres, 1ère crèche municipale ouverte en 1935,  Venez participer à un nouveau projet intitulé «Familles à Énergie Positive» afin d’apprendre à réduire ses dépenses énergétiques, au quotidien.
 

    Inscription auprès du service des Archives Municipales : 01 46 92 50 22 / 01 46 92 93 53

A LIRE SUR MONPUTEAUX : L'HISTOIRE DE PUTEAUX


Quand Puteaux défendait les côtes américaines contre une attaque japonaise

Canonputeaux

C'est une photo publiée sur twitter : un touriste, visitant le port de San Antonio au Chili, pose à côté d'un canon de 155 mm fabriqué dans les usines de Puteaux au début du 20e siècle.

C'est un morceau de l'histoire de notre ville : les ateliers de Puteaux, appartenant à l'Etat, fabriquaient des armes pour nos militaires et ceux du monde entier. Outre le canon de 155m, Puteaux a aussi donné son nom à une mitrailleuse utilisée durant la 1ère guerre mondiale.

Le canon Puteaux toujours visible sur le port de San Antonio faisait partie d'une ligne de défense mise en place par les Américains lors de la seconde guerre mondiale. Il s'agissait des protéger les côtes sud-américaines du Pacifique contre une éventuelle attaque japonaise. Plusieurs canons Puteaux ont ainsi été donnés au Chili par l'armée américaine. Ils ont été déployés dans 4 ports : Antofagasta, Tocopilla, Caldera et San Antonio. San Antonio en a conservé un, afin de rappeler ce moment de l'Histoire.