Harcelement Flux

Jugée pour diffamation, la municipalité de Puteaux plaide la vivacité du débat politique

IMG_5460

Suite à la publication d'un texte dans le journal municipal de Puteaux m'accusant faussement d'avoir été condamné par la justice, son directeur de publication, Michel Duez, 1er maire-adjoint de Puteaux, était jugé pour diffamation, mardi 9 janvier, devant le tribunal de Nanterre.

Ce procès était l'occasion pour moi de dénoncer l'instrumentalisation de la justice par la majorité municipale de Puteaux : ne parvenant pas à obtenir ma condamnation malgré de nombreuses plaintes, elle a finit par en inventer une !
Mon avocat, Maître Guillaume Prigent, a réclamé 10.000 euros de dommages et intérêts, ainsi que la publication du jugement dans "Puteaux infos". 
Le Procureur de la République de Nanterre, constatant la mauvaise foi de la municipalité, a demandé qu'une amende soit prononcée contre le représentant légal de "Puteaux infos". 
Lors de l'audience, l'avocat de la mairie a défendu la liberté d'expression et la "vivacité du débat politique". Quel étonnement d'entendre cela ! Puisque depuis la création de MonPuteaux, la maire et ses proches ont lancé contre mon site une douzaine de plaintes bâillons. Drôle de manière de défendre la liberté d'expression... 

Merci à mon comité de soutien qui m'a permis de mener cette procédure.

Le jugement sera rendu le mardi 6 mars.

IMG_5462


Michel Duez 1er maire adjoint de Puteaux est renvoyé devant le tribunal correctionnel

6a00d8341c339153ef01b7c9032759970b-800wi

Michel Duez, le 1er maire adjoint de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir diffamé Christophe Grébert en publiant un texte dans le journal municipal de Puteaux dont il est le directeur de publication.

Ce texte affirmait mensongèrement que j'avais été condamné par la justice. Michel Duez comparaîtra donc prochainement devant le tribunal. Un procès au cours duquel je compte mettre en lumière l'instrumentalisation de la justice par le maire de Puteaux et ses élus : 10 ans de procès contre MonPuteaux, un véritable harcèlement.

SUIVRE L'AFFAIRE DANS MON DOSSIER PROCÈS DUEZ

Télécharger l'ORDONNANCE-DE-RENVOI-DE-MICHEL-DUEZ.PDF

ORDONNANCE-RENVOI-OCT17


Quand la maire LR de Puteaux écrit à des éditeurs pour les inciter à porter plainte contre moi

Pascot1

L'auteur Philippe Pascot est venu, mardi à la Défense, nous parler de ses livres "Pilleurs d'Etat" et "Délits d'élus" sur les dérives des élus. Ce fut un moment instructif. Dans son dernier opus "Du goudron et des plumes", il explique (voir l'image ci-contre) comment la maire de Puteaux a essayé de le convaincre de porter plainte contre moi via sa maison d'édition Max Milo !

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est décidément une grande obsédée. Elle est en effet allée jusqu'à contacter tous les éditeurs des livres parlant de ses affaires (son compte en banque caché au Luxembourg, l'enquête sur le chauffage de la Défense et sur le versement de commissions occultes...) et dont j'ai publié des extraits sur mon site au fur et à mesure de leur parution. Elle leur a recommandé de porter plainte contre moi pour non respect du droit d'auteur. J'ai contacté d'autres éditeurs qui m'ont confirmé avoir reçu un courrier identique de la mairie de Puteaux pointant vers les pages de mon blog où j'avais publié ces extraits.

6a00d8341c339153ef01bb0885386b970d-800wi

Il s'agit notamment du livre "9-2, le clan du président" écrit en 2008 par Hélène Constanty et Pierre-Yves Lautrou. Une impressionnante enquête sur les amis de Nicolas Sarkozy dans son fief des Hauts-de-Seine. Pas moins de 35 pages y sont consacrées à Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud : "Une famille pas comme les autres, dont les frasques alimentent depuis longtemps la chronique du 9-2", écrivent les 2 journalistes. Le clientélisme "élevé au rang d'art", les attaques contre l'opposition "muselée" et l'affaire de la chaufferie de la Défense sont décrits avec de nombreux détails.

On comprend pourquoi la maire LR de Puteaux tente de faire faire disparaître ces extraits du net. Une forme de censure indirecte donc ... et de harcèlement à mon égard.