Fontaines Flux

La ville de Puteaux dépense 5 millions d'euros pour construire une serre qui servira de... restaurant

12459747883_035ce29c02Lors du conseil municipal du mardi 29 avril 2014, le maire UMP de Puteaux a promis l'ouverture cette année de la "Grande Serre" de la rue Eichenberger. Cet équipement, dont le projet a été lancé il y a 8 ans (!), a déjà coûté 4 millions d'euros à la commune. Mais ce n'est pas terminé !

En janvier 2006, la municipalité lance une consultation pour la réalisation d'un parking souterrain rue Eichenberger sur lequel doit être aménagé un square et... une serre.

En 2008, Joëlle Ceccaldi-Raynaud reprend l'idée dans son programme municipal : la candidate UMP promet la réalisation d'une "serre botanique", comme elle l'écrit dans son programme municipal :

Projetump2008

Le maire souhaite y ouvrir une exposition permanente d'orchidées. Mais lorsque le chantier du parking souterrain est lancé en 2011, le projet de serre devient soudainement un espace de restauration. Le parking ouvre en 2012. Les travaux de la serre et du jardin commencent en 2013. Le restaurant doit ouvrir en septembre 2013, annonce alors une banderole :

Palissade+de+chantier+-restaurant+-+palissade+décorative+-+puteaux+-+bâche

Mais depuis septembre 2013, cet équipement est inutilisé et le jardin reste fermé au public. Jusque là, la ville a dépensé 4 millions d'euros pour l'aménagement de la serre et de son jardin.

Mais la facture s'allonge encore : la ville a depuis acheté pour 392.300 euros de climatisation. Ouvrir un restaurant dans une serre nécessite en effet un sacré système de chauffage l'hiver et de refroidissement l'été ! Voilà une idée qui va à l'encontre du développement durable !

Au cours du conseil municipal du 29 avril 2014, le maire a annoncé 552.000 euros de nouvelles dépenses (460.000 euros Hors Taxes) avant l'ouverture du restaurant :

Budget2014

 

216.000 euros ont en plus été budgétés pour la réalisation d'une fontaine, chantier confié à Eiffage.

Au total, cette serre devenue restaurant va donc coûter à la commune 5 millions d'euros en investissement, sans compter les coûts d'entretien du bâtiment, de la fontaine et du jardin.

Voilà un nouvel exemple de la mauvaise gestion municipale. On lance un projet, sur un simple "coût" de tête. On le change en cours de route, sans se soucier des coûts et des retards. 5 millions d'euros d'argent public, c'est le prix d'une crèche ou de la réhabilitation d'un ensemble HLM.

(photo : Flickr)


Insolite : l'arbre fontaine dans le jardin du conservatoire de Puteaux

Entouré d'imposantes grilles, comme tous les espaces publics de Puteaux, le jardin du conservatoire a ouvert ce week-end. Un arbre fontaine a retenu mon attention. Réalisation d'un goût douteux et certainement peu éco-compatible.

Ce nouveau jardin a coûté 3,1 millions d'euros ! Un coût tout à faire hors normes. Au total, les différents aménagements liés au chantier du conservatoire atteignent un total de 70 millions d'euros. Le seul bâtiment du conservatoire a coûté plus de 53 millions d'euros TTC, soit un dépassement de 46% par rapport au coût initial !


La fontaine du jardin du sud à Puteaux en travaux : le dallage n'a tenu que 7 hivers

8675474907_bb96f805c5

La fontaine du jardin du sud, rue voltaire à Puteaux, fait actuellement l'objet d'importants travaux. Le dallage traditionnel n'a pas supporté les gelées hivernales. Il doit être remplacé, 7 ans seulement après l'ouverture du jardin.

Ce jardin marocain a coûté 1 million d'euros à sa création, sans compter les nombreuses modifications apportées par la suite : conçu à la base comme un jardin "des senteurs", le maire a voulu que des jeux d'enfants y soient aussi installés. J'avais en effet signalé que cet espace vert était le seul du quartier et qu'il aurait du être dédié aux familles. Problème : rien dans ce jardin n'a été conçu pour accueillir des petits. Ainsi, les jets d'eau placés au sol sont des pièges pour les jambes des enfants. A la suite d'incidents, grilles et protections sont installées. Ce qui n'empèchent pas des mamans de ne me faire remarquer que cet espace est dangereux. D'autres aménagements suivent, sans logique par rapport au projet initial. Ce jardin, parce qu'il a été réalisé sans concertation avec les habitants du quartier, occasionne de lourdes dépenses. Ces nouveaux travaux - conséquente de l'utilisation de matériaux adaptés au soleil méditerranéen mais pas à notre météo humide - n'en sont qu'une illustration supplémentaire.

LE JARDIN A SON OUVERTURE EN ÉTÉ 2006 :

168779265_72cfa9f661

CET HIVER :

8396719300_d906a2169f

TOUTES LES PHOTOS DU SQUARE DE LA RUE VOLTAIRE SUR FLICKR.


Troublant : quand la ville de Puteaux achète 2 fois le même terrain !

45voltaire Lors du conseil municipal de Puteaux du vendredi 26 février 2010, le maire UMP, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a soumis aux élus l'achat d'un terrain au 45 rue Voltaire. Problème, ce même terrain avait déjà été acheté par la ville début 2000 ! Le groupe Alternance Puteaux, qui rassemble les élus MoDem et Vert, a voté CONTRE. Mes explications en séance :

"Ce terrain de 137m2, à l’angle des rues Voltaire et Parmentier, a toute une histoire. Il y a une dizaine d’années, début 2000, la ville de Puteaux achète à un particulier ce terrain sur lequel se trouve un immeuble de 4 étages. La municipalité, pour justifier cette préemption, annonce qu'elle va réhabiliter l'immeuble pour en faire une résidence pour jeunes travailleurs. 3 ans s'écoulent, sans que des travaux ne soient entrepris. L’immeuble est muré. Puis, en 2004, la mairie cède l'immeuble à l'Office HLM communal. Une année passe encore sans que rien ne vienne (Vous étiez maire, Madame, et votre père, Charles Ceccaldi-Raynaud, était président de l’Office). C'est alors qu’en 2005, l'Office HLM annonce la destruction de l'immeuble ! A la place sera créé, annonce l’Office, un "espace vert" !

28438934_ad72f6b6d2D'un projet de logements pour jeunes, on est passé à la création d'une pelouse. Pire, dans cette opération, l'Office HLM de Puteaux a acquis un immeuble... pour en financer sa destruction. Coût de l’opération : 230.000 euros !

Au passage, l’office avait-il obtenu des subventions ou des prêts aidés pour acheter cet immeuble ?

En 2007, des travaux sont entrepris : vous aviez annoncé un « espace vert »… Finalement, le terrain est entièrement dallé et sur le mur du fond, une fontaine, achetée par la ville à un brocanteur, est installée.

Ces travaux sont achevées à l'automne 2007. Combien ont-il coûté de centaines de milliers d’euros ?

En 2010, 10 ans après l’achat du terrain par la ville, sa revente à l’office HLM, l’abandon de projet de résidence pour jeunes, la destruction de l’immeuble, la transformation d’un projet d’espace vert en un espace dallé, puis la construction par la ville d’une fontaine, vous décidez de racheter à l’Office ce terrain que vous lui aviez vendu. Coût pour la ville : 349.400 euros. Comment qualifier cette affaire ?

1656827807_b3cd6aefacAlors que nous savons que l’île-de-France manque cruellement de logements, et particulièrement de logements sociaux, votre majorité a décidé de détruire un immeuble réhabilitable appartenant à l’Office HLM pour en faire un espace dallé doté d’une fontaine.

Pour la petite histoire, il faut savoir que depuis votre désignation en tant que maire en 2004, vous avez fait dépenser à la ville plus de 3 millions d’euros pour la construction de fontaines. En revanche, vous n'avez construit aucun logement.

Cette affaire scandaleuse de terrain acheté et racheté par la ville et l'office HLM est finalement assez symbolique de votre politique".

A Puteaux, la fontaine Bellini douche toujours gratis

Le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, et ses fontaines ! A lui seul, le sujet vaudrait un livre ou un film ! Passant hier devant la fontaine Bellini, sur le bord de Seine, j'aperçois des piétons courir pour éviter de se faire doucher. 4 ans après sa mise en route, la fontaine arrose toujours à tout va ! Depuis 2 ans, en plus, elle a des fuites. Entre l'installation, l'entretien et la réparation des multiples pannes (notamment après l'inondation du local technique suite à l'obstruction de la bonde d'évacuation !), cette merveille de la technologie a déjà coûté à la commune près d'un million et demi d'euros !


Un projet de fontaine sur le parvis de l'Hôtel-de-Ville de Puteaux est abandonné, au bout de 8 ans !

Publié sur www.grebert.net :

47508290_6d22c1a855 Dans nos séries fontaines et gabegie à Puteaux, voici un nouvel exemple :

En 2001, la majorité municipale ceccaldiste décide de réaliser une "fontaine programmée avec illuminations" sur le parvis de l'Hôtel-de-ville.

Les travaux sont lancés en mars 2003 (photo ci-contre). Mais des "désordres de structure" -autrement dit des fissures- sont découverts dans le parking public situé juste en dessous. Impossible de poursuivre le chantier... En juin, tout est arrêté !

Plus de 2 millions d'euros vont être dépensés pour consolider le parvis. Le chantier de "confortation" est engagé à partir de 2006.

Le projet de fontaine est toutefois maintenu : en 2007, Joëlle Ceccaldi-Raynaud relance une procédure "adaptée" et une nouvelle entreprise - "Société fontaine développement" - est désignée.

Mais lors du dernier conseil municipal, le 27 mars (question 14 de l'ordre du jour), le maire a fait voter par sa majorité la résiliation de ce marché. Le projet, a-t-elle annoncé, est définitivement abandonné ! Un autre aménagement sera réalisé.

Il faudra bien entendu payer des dédommagements à l'entreprise. Interrogé sur le montant de ces dédommagements, le maire n'a pas su répondre. Interrogé sur le montant de l'argent dépensé pour rien depuis 2001 pour ce projet de fontaine sèche qui ne verra jamais le jour, le maire n'a pas su (ou pas voulu) répondre.

Voilà un nouvel exemple de gaspillage et de mauvaise gestion. Au bas mot, des dizaines de milliers d'euros se sont envolés dans ce projet qui n'a pas abouti. A aucun moment, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire depuis 2004 et auparavant 1ere adjointe, n'a voulu assumer des fautes dans la gestion de ce dossier. Ni coupable, ni responsable. Irresponsable en effet. Sur cette question, le groupe "Alternance Puteaux", qui rassemble les élus MoDem et Verts de Puteaux, s'est ABSTENU, soulagé par l'arrêt d'un projet pharaonique ceccaldiste, mais laissant la majorité assumer seule sa terrible mauvaise gestion.
Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)