Faits-divers Flux

Janine a quitté l'immeuble incendié pour un hôtel de Puteaux

30183303094_64b4ffdfe1_z

Après l'incendie qui a frappé lundi dernier l'immeuble insalubre dans lequel elle vivait, Janine devait absolument partir de là. Semblant découvrir la situation de cette Putéolienne, le nouveau propriétaire, Vinci Immobilier, a aussitôt offert de la loger temporairement à l'hôtel en attendant qu'un solution pérenne de relogement soit trouvée.

Samedi soir, Janine a donc quitté le 63 rue Jean Jaurès où elle vivait depuis 2005 dans un petit 2 pièces. Privée d'eau depuis des mois et d'électricité depuis 1 semaine, elle a pu enfin dormir au chaud et en sécurité dans un hôtel de Puteaux.

Dimanche, Janine est retournée devant son ancien immeuble (photo). Elle réalise petit à petit que son cauchemar est enfin terminée.

VINCI AFFIRME AVOIR ÉTÉ TROMPÉ PAR L'EX-PROPRIÉTAIRE

Comme l'indique Nadine Jeanne sur son site, un représentant de Vinci Immobilier est venu visiter l'immeuble samedi matin. Il s'est alors rendu compte de la situation dramatique dans laquelle se trouvait Janine. Le promoteur affirme être de bonne foi : l'ancien propriétaire, contre lequel il a engagé une procédure, lui aurait vendu l'immeuble "libre de tout occupant".

Lorsque un immeuble est déclaré en "péril imminent", c'est à dire qu'il est reconnu comme non habitable, comme c'est le cas ici, la loi prévoit que le propriétaire est tenu d’assurer aux occupants un relogement pérenne. Si le propriétaire est défaillant, la mairie a alors le pouvoir de reloger elle-même les occupants et de se retourner ensuite vers le propriétaire pour se faire rembourser les frais engagés avec intérêts.

Le maire de Puteaux aurait donc pu agir depuis des années et contraindre le propriétaire à assurer le relogement de Janine. Il a fallu un incendie, et que l'immeuble menace littéralement de s'effondrer sur ses occupants, pour que les choses bougent. Et elles bougent parce que Vinci, tout nouveau propriétaire, a assumé ses propres responsabilités. La mairie est restée aux abonnés absents...

A LIRE :  Un dossier DALO que les HLM et la mairie de Puteaux (Hauts-de-Seine) refusent de traiter


Un incendie dans un immeuble insalubre à Puteaux

30649942446_0ce78fafc5_z

Un drame a été évité de peu dans la nuit de dimanche à lundi à Puteaux : un incendie a éclaté au rez-de-chaussée d'un immeuble insalubre de la rue Jean Jaurès. Une habitante a été sortie par les pompiers.

Nous avons déjà parlé de cette habitante. Il s'agit de Janine. Son propriétaire a vendu l'immeuble "vide" à Vinci Immobilier qui compte construire ici une résidence ("Eloquence"). Mais Janine y occupe toujours un petit 2 pièces. Et celle-ci refuse de partir sans être relogée. Le nouveau et l'ancien propriétaire refusent d'assumer cette responsabilité.

Le logement de Janine n'a pas été directement touché par le feu, mais l'entrée de l'immeuble a été condamnée par les pompiers. Du coup, Janine est à la rue. La mairie de Puteaux lui a seulement proposé ... d'appeler le 115, la considérant comme une SDF ! 

28750288586_f74d8b2b0e_zJ'ai à nouveau alerté la préfecture des Hauts-de-Seine sur la situation malheureusement de plus en plus grave de cette dame.

Ce n'est pas un cas unique à Puteaux

Quelques dizaines d'immeubles à Puteaux sont en très mauvais état. Les incendies s'y déclarent facilement. Et des familles avec des enfants y habitent dans des conditions indignes. La mairie pourrait agir pour résoudre en grande partie ce problème. Or, elle a décidé de ne pas le faire. Faisons pression sur la municipalité, pour qu'elle se bouge, avant qu'il n'y ait des victimes.
Christophe Grébert

(photo : Flickr)

 


Fuite d'eau rue des Pavillons à Puteaux

CufNJDkW8AAG-tx

Une fuite de canalisation est survenue cet après-midi rue des Pavillons à Puteaux provoquant un impressionnant geyser d'une dizaine de mètres !

 (photo : twitter)

 

 


Violence et racisme à l'Office HLM de Puteaux

51555360_591bc3a7cf_zEncore une affaire à l'office HLM de Puteaux : un employé de l'OPH de confession musulmane a déposé plainte après avoir été agressé et menacé avec une hache par un autre employé. L'agresseur n'a subi aucune sanction de sa hiérarchie suite à ces actes graves.

L'agression remonte au 21 septembre. Ce jour là, des employés de l'office assistent à une violente dispute entre 2 de leurs collègues. L'un essaye d'étrangler l'autre, le poursuit et le menace avec une hache au motif que le second aurait retirée une affiche collée sur le vestiaire du premier.

L'affiche en question est une photo représentant un homme en train de prier à genoux et sur le dos duquel se tient un cochon ! Le montage est accompagné du commentaire suivant : "C'est toi qui voulait niquer la France ?". Cette affiche raciste ressemble à celles circulant habituellement sur les réseaux internet d'extrême droite.

"Cette affiche a été placardée plusieurs fois par Monsieur T. sur son vestiaire dans les locaux de l'office, malgré les demandes de son chef de la retirer", témoigne un employé de l'OPH. Après les faits, la victime a obtenu 5 jours d'ITT et l'agresseur a simplement pris quelques jours de congés. Joëlle Ceccaldi, maire de Puteaux et présidente de l'office, n'envisagerait qu'un blâme contre lui. L'agression et l'affiche contreviennent pourtant lourdement au principe de neutralité et de discrétion appliqué aux fonctionnaires, ainsi qu'au règlement intérieur de l'OPH qui stipule qu'"en cas de faute grave commise par un agent, l'auteur de cette faute peut être suspendu sans délai en attente de la saisie du conseil de discipline".

La présidente de l'OPH a-t-elle l'intention de protéger l'auteur d'un acte aussi grave ? Il est à noter que l'avocat qui représente Monsieur T. est le fils d'une personne proche du maire de Puteaux et militante locale du parti Les Républicains.
Christophe Grébert


Alerte canicule à Puteaux : les bons réflexes

CqjaUNwWcAErbpKL'Ile-de-France est en alerte orange canicule jusqu'à la fin de la semaine. La température grimpera jusqu'à 37 degrés cet après-midi à Puteaux et ne descendra pas en dessous de 21 degrés la nuit prochaine. Une chaleur exceptionnelle pour une fin août. 

Voici les conseils à suivre :

* En cas de malaise ou de troubles du comportement, appelez un médecin (ou faites le 15).
* Si vous avez besoin d'aide appelez la mairie (Puteaux : 01 46 92 92 92 et CCAS :01 46 92 95 95).
* Si vous avez dans votre entourage des personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées, prenez de leurs nouvelles ou rendez leur visite deux fois par jour. Accompagnez les dans un endroit frais.
* Pendant la journée, fermez volets, rideaux et fenêtres. Aérez la nuit.
* Utilisez ventilateur et/ou climatisation si vous en disposez. Sinon essayez de vous rendre dans un endroit frais ou climatisé (Le centre commerciale des 4 Temps par exemple ou les bâtiments communaux restés ouverts) deux à trois heures par jour.
* Mouillez vous le corps plusieurs fois par jour à l'aide d'un brumisateur, d'un gant de toilette ou en prenant des douches ou des bains.
* Adultes et enfants : buvez beaucoup d'eau, personnes âgées : buvez 1.5L d'eau par jour et mangez normalement.
* Ne sortez pas aux heures les plus chaudes (11h-21h).
* Si vous devez sortir portez un chapeau et des vêtements légers.
* Limitez vos activités physiques.


Incendie rue Jacotot à Puteaux : 6 jours après, les habitants vivent sans électricité ni chauffage

27017538902_f31ed4c634_z

"C'est ça Grébert !?", lance avec dédain une policière municipale à ses collègues ! Je suis seul. 6 municipaux m'encerclent : "Sortez, pas mesure de sécurité, l'accès est interdit". Jeudi après-midi, ma visite au 3 rue Jacotot à Puteaux, l'immeuble où s'est déclaré un incendie vendredi dernier, n'est pas appréciée par la municipalité. Aussitôt avertie de ma présence, la maire fait envoyer sa garde.

Il serait donc "interdit" d'être présent dans cet immeuble, selon ce personnel communal. C'est un avertissement destiné À MOI SEUL alors, puisqu'une dizaine de familles a été autorisée à le réintégrer. Seuls 2 logements ont été déclarés inhabitables : celui où s'est déclaré le feu et le logement situé juste au-dessus.

INTERDIT POUR MOI, MAIS PAS POUR DES ENFANTS !

Dans le reste de l'immeuble, les habitants, que j'ai eu le temps de rencontrer avant l'arrivée de la police du maire, vivent sans électricité et sans chauffage. La mairie ne leur a offert aucune aide depuis leur retour mercredi. Pas de proposition de relogement bien sûr, ce qui serait la solution la plus humaine. Pas de solution non plus pour permettre à ces gens de ne pas rester dans le froid et le noir, en attendant d'hypothétiques travaux de remise aux normes. Des personnes âgées, des mamans et des enfants se retrouvent dans l'humidité, le froid et sans courant !

Extrait de l'arrêté signé par le maire de Puteaux (en intégralité page 1, page 2)

Arrete

Un papa m'explique qu'il va acheter une lampe à pile au supermarché pour avoir un peu de lumière ce soir. Une femme âgée se déplace avec plusieurs couvertures sur les épaules : elle a froid et est encore traumatisée. Ici, l'odeur de la fumée imprègne tout et rappelle le souvenir des flammes menaçantes.

L'inaction du maire de Puteaux est aussi indigne que l'état de ces différents immeubles délabrés, rue Jacotot et ailleurs dans notre ville, dans lesquels on laisse vivre des dizaines de familles. Quelle est la faute de ces gens ? Etre pauvre. Parfois ne pas être électeur. Où est la justice ? Où est la solidarité ? Nous réclamons le relogement de ces familles, à Puteaux même.

Christophe Grébert

Je rappelle que les maires sont responsables de la lutte contre l'habitat indigne : Dihal-pourvoirs-du-maire (pdf)