Environnement Flux

La plus haute tour de France va être construite à Puteaux

DaqUe57XcAA1JvJCe sera le gratte-ciel le plus haut de France : 244 mètres, 52 étages, 120.000 m2 de bureau pouvant accueillir 10.000 personnes. La tour The Link, qui accueillera le siège du groupe Total, sera construite à Puteaux, le long du boulevard circulaire de la Défense, dans le quartier Michelet.

Le préfet d'Ile-de-France, qui bloquait jusqu'alors l'agrément permettant de lancer le projet, a finalement donné son feu vert à la construction de l'édifice. En contrepartie, il réclamait la réalisation de logements supplémentaires sur la ville, selon un article publié dans le journal Le Monde.

Avec les projets en cours - la ZAC des Bergères et le quartier des Arts - Puteaux va passer d'ici 2020 de 45.000 à 50.000 habitants.

Si nous devons construire encore plus de logements... combien seront-nous en 2025 ? 55.000 ? Quelle conséquence cela aura sur notre cadre de vie ? Puteaux sera-t-il encore Puteaux ? 

Cette annonce de nouveaux logements en contrepartie de la construction de la tour The Link de TOTAL est inquiétante. Que souhaitons-nous pour le futur de notre ville ? Plus de tours et de logements, donc plus de circulation, de pollutions et de transports saturés ?
Ou choisissons-nous de sauvegarder ce qui fait tout le charme de notre petite ville, avec ses rues bordées de pavillons ? 
Pour notre part, nous défendons la nature en ville. Notre cadre de vie est fragile. Il faudra se battre pour le conserver. 
Christophe Grébert


PUTEAUX FUTUR : Une ville accueillante pour le vélo

FurRealLa fin de la commercialisation des voitures à essence est envisagée en France pour 2040, dans seulement 22 ans. Dans un délai encore plus rapide, les moteurs diesel, responsables de la pollution aux particules fines, seront interdits dans nos villes. Une révolution de la mobilité urbaine est lancée.

Sur
 PUTEAUX FUTUR, nous vous invitons à réfléchir ensemble à ces changements qui vont améliorer notre cadre de vie.

Dès maintenant, notre ville doit accompagner l'arrivée des véhicules électriques, des voitures partagées et encourager les mobilités douces. Puteaux doit être accueillante pour les vélos

Faisons le constat, puis esquissons des propositions... 

26586770268_9ebd82cf07_kQUEL EST LE CONSTAT A PUTEAUX ?

Les voiries de notre commune sont souvent mal adaptées aux circulations douces :

Les pistes cyclables sont quasi inexistantes et mal aménagées.


Ces dernières années, la municipalité a fait le choix de paver de nombreuses rues (ci-contre, rue Saulnier). Or, les rues pavées sont inconfortables pour les 2 roues, elles sont glissantes et dangereuses lorsqu'il pleut, bruyantes pour les riverains et elles ne sont pas pratiques pour les piétons à mobilité réduite.


 

6a00d8341c339153ef01b7c9551bad970b-320wiD'autres rues ont été réaménagées comme des autoroutes, par exemple le boulevard Richard Wallace, la rue Jean Jaurès au niveau du Monoprix et la rue Roque de Fillol. La chaussée y est séparée des trottoirs par une bordure très élevée. Ces bordures sont difficilement franchissables par les piétons. Elles empêchent aussi un cycliste, en cas d’urgence, de se mettre à l’abri de la circulation. Naturellement, sur ces “autoroutes”, les automobilistes se sentent chez eux, bien séparés des piétons, et circulent du coup de manière rapide et nerveuse.

Si on veut favoriser l’utilisation des vélos, il faut également que les cyclistes puissent se stationner en toute sécurité.

6a00d8341c339153ef0192ac444ae0970d-500wiOr, les équipements, comme des arceaux, sont parfois inadaptés (ci-contre, parc du Moulin), et les garages à vélo sécurisés sont inexistants.

Les stations Vélib ne sont pas assez nombreuses, quand elles ne sont pas supprimées par la municipalité, comme celle de la rue Jean Jaurès.

La circulation à vélo n'est pas prévue dans les nouvelles infrastructures réalisées par la commune. Ainsi, la future passerelle pour relier la ville à l'île n’a pas de piste cyclable ! Et quand un ascenseur est mis en chantier pour accéder à la gare SNCF depuis le boulevard Richard Wallace, un autre ne va pas jusqu'en haut, pour permettre aux cyclistes ou aux personnes à mobilité réduite de rejoindre facilement la rue Cartault.


NOS PROPOSITIONS POUR UNE VILLE CYCLABLE ET MARCHABLE

Face à ces incohérences qui freinent la pratique du 2 roues, nous voulons accorder une juste place au vélo dans notre ville.

En 2014 dans notre programme Puteaux pour vous, nous prônions :
 
- Un meilleur partage de la voirie permettant de réduire la vitesse, le bruit, la pollution, assurer la sécurité, apaiser les ambiances et pour que Puteaux devienne une ville marchable et cyclable.
- Un plan de stationnement automobile : recensement de l’offre, gratuité du stationnement pour les véhicules non polluants, rationalisation des tarifications, information en temps réel sur les places disponibles.
- Le développement des alternatives à la voiture particulière en augmentant le nombre de stations Autolib’ et en favorisant le covoiturage et l’autopartage.
- Le développements des zones 30 et des zones de rencontre. "Après des phases d’expérimentation et de concertation, nous mettrons en place des zones piétonnes qui animeront les quartiers".
- Mise en place d'un plan de déplacement vélo, qui programmera la transformation des voiries avec la création de voies réservées aux vélos connectées aux communes voisines et en lien avec la Défense et l’Île de Puteaux.
- Développement des espaces de stationnement pour les vélos et les deux roues sur l’espace public.
- Renforcement du Buséolien. "Nous souhaitons faire évoluer ce service pour le rendre plus attractif tout en maintenant sa gratuité. Nous proposerons une simplification de la desserte des lignes. A terme, les lignes pourraient se croiser près de la mairie et desservir la Défense. Nous étudierons la faisabilité d’une extension du réseau aux communes limitrophes. Nous augmenterons sa fréquence et mettrons en place des passages à heures fixes, y compris le soir et le week-end".

Plusieurs d'entre vous ont aussi fait des propositions dans le cadre de notre projet de Budget participatif :

- Créer des ateliers de réparation pour les vélos,
- Créer des pistes cyclables et autoriser le contre sens pour les vélos,
- Aménager une piste cyclable entre Puteaux et Neuilly via le pont de Neuilly (« Si on habite à Puteaux et qu'on veut aller à Neuilly en vélo, on ne peut pas emprunter la route normale car il n’y a aucune voie pour les vélos et les voitures roulent trop vite », « Depuis longtemps, les deux ponts (Puteaux et Neuilly) auraient du se doter d'un encorbellement dédié aux circulations douces »),
- Limiter la vitesse à 30km/heure dans toute la ville, en installant des panneaux bien visibles,
- Créer des sas vélos aux feux sur les grands axes.

23131943_10155231550247736_3081967324981754175_nNous vous proposons de réfléchir ensemble à cet important chantier pour Puteaux : faire en sorte que dans notre ville piétons et vélos puissent se déplacer facilement et en toute sécurité, et en rendant apaisée la circulation automobile.

Retrouvons-nous pour échanger sur www.puteauxfutur.com

Christophe Grébert
Conseiller municipal de Puteaux

 


SPORT Les terrains synthétiques de l'île de Puteaux sont-ils dangereux pour la santé ?

IMG_5933Les terrains synthétiques de foot et de rugby de l'île de Puteaux sont-ils dangereux pour la santé ?

L'émission Envoyé Spécial consacre une enquête au potentiel danger de ces terrains artificiels.

En avril 2011, la ville de Puteaux avait sollicité des subventions pour transformer les pelouses des terrains de foot et de rugby sur l'île en gazon synthétique. Le marché est conclu en mai. L'objectif de cette transformation, avait expliqué la municipalité, était de faire des économies sur l'entretien des terrains.

J'ai refusé de voter cette délibération, à l'époque pour des raisons de protection de l'environnement. Preuve que lorsqu'on défend la nature, on protège aussi l'être humain.

Marches

Lors du prochain conseil municipal, je demanderai au maire de Puteaux et à son adjoint au sport ce qu'ils comptent faire pour garantir la pleine sécurité des joueurs, jeunes et grands. La question se pose d'ailleurs tout autant pour les terrains de jeux des enfants dans les squares et jardins de la ville.
Christophe Grébert

DÉLIBÉRATION PRÉSENTÉE PAR LA MAIRE DE PUTEAUX JOELLE CECCALDI-RAYNAUD AU CONSEIL D'AVRIL 2011 :  Puteaux-terrains-synthetiques.PDF


Davantage d'aliments BIO dans les cantines scolaires de Puteaux grâce à l'opposition

BIOPUTEAUX

Grâce à l'intervention de l'opposition, la proportion d'aliments bio servie à nos enfants a augmenté depuis le début de l'année dans les cantines scolaires de Puteaux

En octobre 2017, je constate dans un tweet que les cantines scolaires de Puteaux ne servent pas de plat bio.

En novembre 2017, Bouchra Sirsalane, élue Modem, signe une tribune dans le journal municipal Puteaux Infos pour qu'au moins 20% d'alimentation bio soit servie dans les cantines scolaires de la ville.

Cette tribune est reprise sous forme d'un voeu de l'opposition présentée par Bouchra Sirsalane lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017 :

En séance, Joëlle Ceccaldi a refusé de soumettre ce voeu au vote des élus, car affirme-t-elle, la ville servirait déjà 30% de bio dans ses cantines. Bouchra Sirsalane lui a alors démontré que ce n'était pas le cas : le plus souvent, la ville se contente de proposer aux enfants un fruit bio, ce qui ne constitue pas la base d'un repas.

Suite à ce voeu de l'opposition, on constate qu'en ce début d'année 2018, la ville propose plus de bio dans ses cantines, sans atteindre 20% des repas et encore moins 30% comme a tenté de le faire croire la maire en séance.

Par ailleurs, dans l'enregistrement vidéo du conseil municipal, on constate que la maire de Puteaux, sans doute à bout d'argument, se montre très critique à l'égard de l'alimentation bio : "Le bio, c'est quinoa et tomate tous les jours" , se moque-t-elle. Elle affirme aussi que la viande bio ne serait pas saine (sic!).

On lui signalera que la cantine du CESE dont elle a été membre propose depuis longtemps 50% de bio et que c'est aussi l'objectif du gouvernement pour toutes les cantines scolaires de France.

C'est donc possible d'offrir de la nourriture de qualité, équilibrée et sans pesticide à nos enfants ... sauf à Puteaux, où nous restons encore, et malgré les efforts de l'opposition pour améliorer les choses, sous les 20% en moyenne mensuelle (en choix de plat, comme en calories). Nous continuerons à nous battre pour la santé et pour le bien-être de nos enfants, face à une équipe municipale aux vieilles idées et dépassée par le monde d'aujourd'hui.
Christophe Grébert