Environnement Flux

COP21 : Puteaux contre-exemple des bonnes pratiques locales pour le climat

179924095_b4aae38660_zAlors que la planète est réunie à Paris, dans le cadre de la COP21, pour trouver un accord qui permette de limiter la hausse du réchauffement climatique, Puteaux apparait comme le contre-exemple des bonnes pratiques locales en la matière. La municipalité LR a en effet réalisé ces 10 dernières années une série d'équipements qui sont des gouffres financiers et énergétiques : une piscine non couvrable (en Ile-de-France !), une médiathèque recouverte d'une paroi en verre et un conservatoire non climatisable. Ces 3 équipements, représentant 150 millions d'euros d'investissement public, sont des modèles anti-environnementaux !

IMAGE 1 ET 2 : LE PALAIS DES SPORTS, construit sur l'île de Puteaux en terrain inondable, compte 4 bassins de natation, dont 2 extérieurs non couvrables chauffés toute l'année à 29 degrés ! Rien que pour le fonctionnement de la chaufferie, la facture s'élève à 1 million d'euros annuel. Cet équipement, qui a coûté plus de 50 millions d'euros, est un non sens écologique. Il aurait au moins fallu prévoir la couverture hivernale des bassins extérieurs. Mais la conception d'origine des bassins rend impossible cette protection. Réalisé sur un terrain inondable, le bâtiment a du être construit dans un coffrage de béton renforcé et étanche. Ce qui en a fortement augmenté la facture et a posé des problème de climatisation des sous-sols dans lesquels se trouvent les salles techniques, mais aussi des salles accueillant du public. 

178967431_7d3e24008a_z

 

7988774306_a2886e8411_z

IMAGE 3 ET 4 : LE PALAIS DE LA MEDIATHEQUE, situé en face de la mairie, accueille une bibliothèque et un cinéma. A l'origine, la municipalité avait annoncé un investissement de 12 millions d'euros pour ce bâtiment. A l'arrivée, la facture a dépassé les 40 millions d'euros ! En effet, en cours de chantier, la maire a fait plusieurs fois évoluer les plans. Joëlle Ceccaldi a notamment fait ajouter pour 9 millions d'euros une paroi de verre posée en avant des façades de béton. L'équipement en a perdu plusieurs centaines de m2 de surface utile. Surtout, cette paroi de verre a transformé la médiathèque en four solaire. La climatisation tourne toute l'année. Un gouffre énergétique et financier pour une bibliothèque de taille finalement modeste, puisqu'une part importante du bâtiment est réservée à cet espace vide entre l'enveloppe en verre et la structure de béton. Cet espace vide sert en partie aux circulations. Mais celles-ci paraissent parfois réduites ou au contraire disproportionnées. Conséquence des diverses modifications décidées en cours de chantier. Les architectes se sont arrachés les cheveux !

7098725811_c3e94be90e_z

 

9738961889_c6fe110c81_zIMAGE 5 ET 6 : LE CONSERVATOIRE JEAN-BAPTISTE LULLY, est un gigantesque bâtiment "de plus de 7.000 m2 où se repartissent 50 salles d’enseignement, 4 studios de danse, 2 salles de spectacles de 150 et 600 places, et une cafétéria". Son coût atteint les 70 millions d'euros. Lui aussi construit en terrain inondable, en bordure de Seine, il a également subi des modifications en cours de réalisation : suite à des plaintes de riverains qui auraient du être anticipées, la maire a voulu réduire la hauteur du bâtiment, mais sans toucher à sa surface. Il a donc fallu tout enfoncer de 6 m. Des salles techniques et d'autres surfaces accueillant le public se sont retrouvés en sous-sol. Les fondations ont du être renforcées en raison de l'inondabilité du terrain. Conséquence de ces modifications ou d'un défaut structurel, le bâtiment est impossible à climatiser. Des trous ont été percés dans la façade du bâtiment pour renforcer le système d'aération (photo ci-dessous) ! Mais rien à faire : Il fait tellement chaud dans les salles de cours que des profs et des élèves se sont évanouis ! Avec son toit en forme de coupole, le conservatoire de Puteaux est de fait un immense four solaire ! La climatisation tourne à fond été comme hiver, dans un gigantesque potlatch énergétique !

10269081765_8a69df6a08_z

MAIS ON POURRAIT MULTIPLIER LES EXEMPLES :


Environnement : Des panneaux publicitaires lumineux encombrent désormais les trottoirs de Puteaux

2015 - 1 (1)Une vingtaine de panneaux publicitaires lumineux en forme de "totem" viennent d'être installés sur les trottoirs du centre ville de Puteaux. Ils sont équipés de grands écrans vidéos sur les 2 faces qui diffusent quelques informations locales, mais surtout de la publicité.

S'il s'agit de promouvoir le commerce local, ce qui est à priori une bonne chose, il est à noter que les textes sur ces panneaux lumineux sont le plus souvent illisibles. Le plan du quartier, placé tout en haut de chaque "totem", ne peut être vu que par des piétons de grande taille. 
Outre le fait qu'ils prennent beaucoup de place sur les trottoirs, ces "totems" entraînent par ailleurs une forte pollution lumineuse de nuit (voir les photos ci-dessous).

A un moment où la planète cherche plutôt à trouver des solutions pour réduire sa consommation d'électricité, était-ce le bon support pour l'information locale ?

N'est-ce pas un gadget qui permet surtout à une entreprise de profiter de revenus publicitaires, mais sans réel service en retour pour les habitants ? 

Pour promouvoir le commerce local, nous avions d'autres propositions, notamment agrandir et dégager les trottoirs pour faciliter les circulations et permettre l'accès à tous des commerces de proximité. Ces "totems" - en plus de la pollution visuelle qu'ils entraînent -encombrent au contraire nos trottoirs. Nous aurions donc pu nous en passer.
A noter que tout cela n'a fait l'objet d'aucune discussion en conseil municipal. La maire a pris seule cette décision et nous sommes mis devant le fait accompli, comme le plus souvent.
Christophe Grébert

2015 - 1
POLLUTION LUMINEUSE

2015 - 2 2015 - 3

POLLUTION VISUELLE

(photos : Thomas H.)

puteaux, panneau publicitaire & pollution sonore

Une consultation à la va-vite sur le PLU (plan local d'urbanisme) de Puteaux

CadastreSuite au débat sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) en conseil municipal le 8 octobre 2015, les Putéoliens sont invités à donner leur avis sur la révision du Plan Local de l’urbanisme (PLU).

Jusqu'à mardi prochain, des agents du service urbanisme seront dans un minibus électrique et parcourront les différents quartiers de la ville pour "rencontrer les habitants afin d'échanger sur les nouvelles orientations retenues", indique la municipalité.

Les RDV : 
- Jeudi 15 : Marché Chantecoq de 9 à 12h et 28 rue Auguste Blanche de 14 à 18h,
- Vendredi 16 : 18-20 avenue Georges Pompidou de 9 à 12h et Place Stalingrad de 14 à 18h,
- Lundi 19 : Ecole rue Charles Lorilleux de 9 à 12h et Place de la Pergola / Place des marées de 14 à 18h,
- Mardi 20 : Ecole de la Rotonde de 9 à 12h et 12 rue Cartault / Square du Puits de 14 à 18h.

On regrette la faiblesse de ce dispositif de consultation. Il s'agit plus de présenter des prospectus que de recueillir l'avis des habitants. Les horaires ne sont pas adaptés aux personnes qui travaillent. Le bus n'est même pas visible le samedi !

LES DOCUMENTS DU PADD ET DU PLU SUR MON DRIVE


La passerelle de l'île : un projet "Puteaux pour vous"

6a00d8341c339153ef01a5115e078d970c-800wiLors de la présentation du budget 2015 de la commune, le maire de Puteaux a annoncé le lancement d'une 1ère étude pour la réalisation d'une passerelle piétonne afin de relier la ville à l'île.

Rappelons que ce projet de passerelle a été à l'origine présenté par l'équipe "Puteaux pour vous", à qui la majorité municipale rend donc hommage.

Oui, nous avions un beau projet pour Puteaux. A tel point que le maire en place le reprend. La prochaine fois, les électeurs préfèreront, j'espère, l'original à la copie.

Car je crains que ce projet - utile pour tous - ne devienne pharaonique selon le "goût" ceccaldiste. S'il se fait un jour, car je ne suis par certain non plus de la réelle volonté du maire de mener à bien ce chantier.

VOIR NOTRE PROJET DE PASSERELLE SUR LE SITE PUTEAUX2014.FR


Eco-quartier des Bergères à Puteaux : les propriétaires auront l'obligation de se chauffer au fioul

B8BSBz5CUAAgyMmLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité a adopté une convention de délégation avec le Sicudef, syndicat du chauffage de la Défense, pour assurer le chauffage urbain sur la ZAC des Bergères (Question 16 de l'ordre du jour).

Ce nouveau quartier, sur le haut de Puteaux, est présenté comme un "éco-quartier". Or, le Sicudef prévoit de faire appel à la société "Enertherm" pour produire le chauffage avec... du fioul.

Et contrairement à ce qui est promis dans la convention, les futurs propriétaires des Bergères n'auront en réalité pas la liberté de choisir leur réseau de chauffe : ils n'auront de fait pas d'autre choix que de se raccorder aux tuyaux du Sicudef et d'Enertherm, comme l'ont découvert les élus de l'opposition en interrogeant en séance le directeur du syndicat de chauffage (voir la vidéo ci-dessous). Seule alternative éventuellement possible : un chauffage individuel électrique, tout aussi peu écologique et plus cher !

"Nous faisons le choix des économies", justifie le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Autrement dit, en rendant de fait obligatoire le raccordement au réseau urbain au fioul, l'élue UMP impose aux futurs habitants de la ZAC des Bergères un mode de chauffage non-écologique. Même l'argument économique n'est pas recevable : si le mazout est moins cher aujourd'hui, qu'en sera-t-il dans 10 ou 20 ans ? Un investissement immobilier se calcule sur le long terme ! Les propriétaires n'auront pas la liberté de changer : ils dépendront du Sidudef pour se chauffer. 

Cette décision prise à 10 mois de la tenue à Paris de la conférence mondiale sur le climat est un non sens environnemental. Aucune énergie renouvelable ne sera utilisée dans cet "éco-quartier", dont les ventes, semble-t-il, s'effectuent par ailleurs difficilement.

Ecoutez l'intervention en séance d'Olivier Kalousdian, élu EELV du groupe d'opposition Puteaux pour vous, et les réponses du maire et du directeur du Sicudef :

EN LIRE PLUS SUR LA ZAC DES BERGÈRES ET SON SYSTEME DE CHAUFFAGE AU FIOUL

 


Pourquoi les poubelles dans les rues de Puteaux sont condamnées

15709948864_f23ed125a2_zLes corbeilles de rue de Puteaux sont condamnées depuis 2 semaines dans le cadre du plan Vigipirate renforcé anti-attentats (photo ci-contre). Il serait souhaitable de remplacer ce modèle de poubelle en métal plein.

Ce même modèle équipait autrefois les rues de Paris. Mais lors de la vague d'attentats de 1995, le 17 août, une bombe dissimulée dans une de ces corbeilles fait 16 blessés près du kiosque à journaux de l'avenue de Friedland à'l'angle de la place Charles-de-Gaulle (voir la vidéo ci-dessous). Le 6 octobre, une autre bombe explose dans une poubelle de l'avenue d'Italie, devant la station de métro "Maison Blanche", faisant là encore 16 blessés.

Dans les années qui suivent et au moment de la relance du plan Vigipirate renforcé en 2001, la ville de Paris a progressivement remplacé toutes ces poubelles par de simples supports auxquels sont accrochés des sacs plastiques :

220px-Trash_bin_in_Paris

Ces supports verts assez inesthétiques ont depuis été remplacés dans les rues de la capitale par un nouveau modèle de corbeille :

1380155241.2

Il serait souhaitable que la ville de Puteaux adopte aussi ce type de modèle, afin de ne pas devoir neutraliser, comme c'est le cas actuellement, toutes les poubelles publiques, avec tous les coûts et les contraintes que cela engendre. 

Je ferai une proposition en ce sens lors du prochain conseil municipal.

Pour mémoire :

(photo : Flickr)