Enfance Flux

PUTEAUX FUTUR : Le numérique à l'école avec modération

#école #numérique #Puteaux

Voici la tribune que nous publierons dans le Puteaux infos d'avril 2018 : 

A Puteaux, la ville a décidé de développer l’usage des outils numériques dans ses écoles : tableaux interactifs, tables tactiles, tablettes et robots humanoïdes ont pris place dans toutes les classes, de la petite section au CM2. N’en fait-on pas TROP ?

Le rapport 2015 du Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves (PISA) affirme que “plus un établissement utilise le numérique, plus ses résultats baissent”.

Des dirigeants de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans ordinateur et les encouragent à lire des livres papier et à écrire sur des vrais tableaux. Selon ces dirigeants, les technologies numériques sont une menace pour la créativité, la personnalité et la concentration des plus jeunes.

A Puteaux, les écrans sont partout : 

Or, des études ont montré que l’usage des écrans nuit au développement des enfants et peut occasionner des problèmes de santé, comme des troubles de la vue et du sommeil et des risques d’obésité...

S’il faut éduquer nos enfants au numérique, il est en même temps indispensable, dans le cadre scolaire, de limiter l’usage de ces outils.

Comme l’explique le psychiatre Serge Tisseron, créateur des repères “3-6-9-12, pour apprivoiser les écrans”, il faut “concilier la nécessité de protéger nos enfants les plus jeunes des écrans, et celle de leur apprendre progressivement à s’en servir, pour mieux savoir s’en passer”.

36912

Bouchra-sirsalane-puteauxNous nous engageons donc pour notre part à veiller à modérer l’usage des écrans dans les écoles de Puteaux, pour le bien-être de nos enfants.

POURSUIVONS LA RÉFLEXION SUR WWW.PUTEAUXFUTUR.COM

Bouchra Sirsalane
Conseillère municipale
du groupe Puteaux Futur


Davantage d'aliments BIO dans les cantines scolaires de Puteaux grâce à l'opposition

BIOPUTEAUX

Grâce à l'intervention de l'opposition, la proportion d'aliments bio servie à nos enfants a augmenté depuis le début de l'année dans les cantines scolaires de Puteaux

En octobre 2017, je constate dans un tweet que les cantines scolaires de Puteaux ne servent pas de plat bio.

En novembre 2017, Bouchra Sirsalane, élue Modem, signe une tribune dans le journal municipal Puteaux Infos pour qu'au moins 20% d'alimentation bio soit servie dans les cantines scolaires de la ville.

Cette tribune est reprise sous forme d'un voeu de l'opposition présentée par Bouchra Sirsalane lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017 :

En séance, Joëlle Ceccaldi a refusé de soumettre ce voeu au vote des élus, car affirme-t-elle, la ville servirait déjà 30% de bio dans ses cantines. Bouchra Sirsalane lui a alors démontré que ce n'était pas le cas : le plus souvent, la ville se contente de proposer aux enfants un fruit bio, ce qui ne constitue pas la base d'un repas.

Suite à ce voeu de l'opposition, on constate qu'en ce début d'année 2018, la ville propose plus de bio dans ses cantines, sans atteindre 20% des repas et encore moins 30% comme a tenté de le faire croire la maire en séance.

Par ailleurs, dans l'enregistrement vidéo du conseil municipal, on constate que la maire de Puteaux, sans doute à bout d'argument, se montre très critique à l'égard de l'alimentation bio : "Le bio, c'est quinoa et tomate tous les jours" , se moque-t-elle. Elle affirme aussi que la viande bio ne serait pas saine (sic!).

On lui signalera que la cantine du CESE dont elle a été membre propose depuis longtemps 50% de bio et que c'est aussi l'objectif du gouvernement pour toutes les cantines scolaires de France.

C'est donc possible d'offrir de la nourriture de qualité, équilibrée et sans pesticide à nos enfants ... sauf à Puteaux, où nous restons encore, et malgré les efforts de l'opposition pour améliorer les choses, sous les 20% en moyenne mensuelle (en choix de plat, comme en calories). Nous continuerons à nous battre pour la santé et pour le bien-être de nos enfants, face à une équipe municipale aux vieilles idées et dépassée par le monde d'aujourd'hui.
Christophe Grébert


VIDEO L'opposition à Puteaux fait des propositions pour le bien être des enfants à l'école

29529202871_d4b30e666d_z

Lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 14 décembre 2017, l'élue d'opposition Bouchra Sirsalane a présenté des propositions pour développer le "bien être à l'école". Malheureusement, ce voeu défendu par l'opposition a été repoussé par le maire et les élus de sa majorité, au prétexte que cela ne concernerait pas la commune, mais l'éducation nationale. Or, c'est bien la ville qui met des moyens à la disposition des équipes enseignantes dans les maternelles et les écoles primaires. D'autres villes mettent déjà en place ces idées, alors que Puteaux sera donc encore à la traîne.

En septembre dernier, dans une tribune publiée dans "Puteaux infos", Bouchra Sirsalane avait déjà proposé que des cours de yoga et de méditation soient mis en place dans les écoles communales. Elle a défendu à nouveau cette idée au conseil : 

Voici le texte de Bouchra Sirsalane en séance :

6a00d8341c339153ef01bb09aa3c5e970d-800wiLa notion de bien être en milieu scolaire est essentielle, car elle questionne le devenir des élèves, leur épanouissement et leurs relations sociales.

Aujourd’hui, la réussite scolaire ne se limite plus aux compétences académiques. En effet, l’école est un lieu de socialisation qui doit permettre aux élèves de vivre pleinement leur vie et de révéler leur potentiel. Intégrer la notion de bien être à l’école, c’est lutter contre le mal être et donc l’échec scolaire.

L’accroissement du bien être en milieu scolaire est un gage de réussite scolaire, mais aussi un facteur qui contribue à améliorer le climat scolaire et à développer le vivre ensemble. En effet, se sentir bien à l’école, apprendre mieux, favorise les relations avec les autres et procure une sentiment de sécurité.

Depuis des années, les recherches et les travaux en sciences de l’éducation ont montré que les disciplines dites “spirituelles” qui allie le corps et l'esprit comme le yoga et la méditation favorisent l’apprentissage. En effet, les postures du yoga peuvent être adaptés aux élèves : en adoptant une bonne posture (dos droit), en contrôlant le souffle et la respiration, le corps est bien détendu. La détente du corps, calme le mental ce qui permet d’avoir une meilleure concentration. La médiation accentue cet état de sérénité et de calme intérieur. C’est parce qu’il est bien détendu et qu’il est bien concentré, que l’élève apprend mieux.

Considérons que l’épanouissement de l’enfant et le développement de ses compétences doivent se faire dans la sérénité, nous proposons donc la mise en place des temps de méditation et de yoga afin les enfants puissent acquérir plus de calme et de concentration et moins de stress et de dispersion. Ainsi seront-ils plus aptes à intérioriser un savoir et pas seulement l’enregistrer dans la mémoire.


De la méditation et du yoga dans les écoles primaires de Puteaux

Yoga-ecole-enfants-relaxation-sportA l'occasion de la rentrée des classes, Bouchra Sirsalane, conseillère municipale d'opposition, publie une tribune dans le journal Puteaux infos de septembre. Elle propose la mise en place dans les écoles communales de temps de méditation et de yoga. Voici son texte :

Donner le goût d’apprendre aux enfants

Eduquer veut d'abord dire "nourrir". Il est évident que le petit enfant doit être nourri physiquement et intellectuellement. Mais cette acception va plus loin encore : éduquer, c’est "prendre soin de l'être" disait Philon d'Alexandrie. Cela consiste aussi à accompagner le sujet vers une autonomie d'existence où il “trouvera les moyens d'accomplir cette prise en compte de son élan vital” selon René Barbier (in Apprendre au fond de Soi).

A Puteaux, où les écoles repassent à la semaine de 4 jours, les accueils de loisirs ouvriront les mercredis et durant les vacances. Nous souhaitons que de nouvelles activités artistiques, culturelles et sportives y soient proposées.

L’épanouissement de l’enfant et le développement de ses compétences doivent se faire dans la sérénité. En cela, le modèle éducatif finlandais est parmi les meilleurs : les écoliers finlandais ne sont pas anxieux et fatigués. Alors qu’en France, nos enfants le sont plus qu’ailleurs.

Pourquoi ne pas mettre également en place dans nos écoles des temps de méditation et de yoga ? Les enfants pourront acquérir plus de calme et de concentration et moins de stress et de dispersion. Ils seront plus aptes à intérioriser un savoir et pas seulement l’enregistrer dans la mémoire

17159320_10154542828942736_3518486583865045928_oIl est évident que pour l’intérêt de l’enfant, proposer des activités qui donnent goût aux savoirs facilitera son apprentissage.

Bouchra_Sirsalane@hotmail.com
votre conseillère municipale

(photo : yoga à l'école)