Ecologie Flux

Couverture du bassin extérieur de la piscine de Puteaux

178967646_a45ec17e89_b

C'était un non sens écologique et économique : depuis son ouverture en 2006, le bassin extérieur de la piscine de Puteaux, dont l'eau est chauffé toute l'année à 28°, n'était pas couvert. Ce défaut de conception, qui engendrait une énorme déperdition de chaleur et donc un grand gaspillage d'argent, va enfin être corrigé : à la demande de l'opposition, une couverture thermique va être installée cette année.

Le marché a été remporté par la société Variopool. Selon les indications de l'appel d'offres, l'installation devait prendre la forme de transats mobiles dans la longueur du bassin, installés sur rails. Lors des horaires d’ouverture, ces transats seront repliés contre le mur et serviront d’assise aux baigneurs. Lors de la fermeture, les transats s’avanceront et la couverture se déroulera sur l’eau, assurant une protection thermique, réduisant la déperdition de chaleur.

Coût du chantier : 211.000 euros. 

Mieux vaut tard que jamais...

(photo : bassin extérieur de la piscine de Puteaux, à son ouverture en juillet 2006)


Davantage d'aliments BIO dans les cantines scolaires de Puteaux grâce à l'opposition

BIOPUTEAUX

Grâce à l'intervention de l'opposition, la proportion d'aliments bio servie à nos enfants a augmenté depuis le début de l'année dans les cantines scolaires de Puteaux

En octobre 2017, je constate dans un tweet que les cantines scolaires de Puteaux ne servent pas de plat bio.

En novembre 2017, Bouchra Sirsalane, élue Modem, signe une tribune dans le journal municipal Puteaux Infos pour qu'au moins 20% d'alimentation bio soit servie dans les cantines scolaires de la ville.

Cette tribune est reprise sous forme d'un voeu de l'opposition présentée par Bouchra Sirsalane lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017 :

En séance, Joëlle Ceccaldi a refusé de soumettre ce voeu au vote des élus, car affirme-t-elle, la ville servirait déjà 30% de bio dans ses cantines. Bouchra Sirsalane lui a alors démontré que ce n'était pas le cas : le plus souvent, la ville se contente de proposer aux enfants un fruit bio, ce qui ne constitue pas la base d'un repas.

Suite à ce voeu de l'opposition, on constate qu'en ce début d'année 2018, la ville propose plus de bio dans ses cantines, sans atteindre 20% des repas et encore moins 30% comme a tenté de le faire croire la maire en séance.

Par ailleurs, dans l'enregistrement vidéo du conseil municipal, on constate que la maire de Puteaux, sans doute à bout d'argument, se montre très critique à l'égard de l'alimentation bio : "Le bio, c'est quinoa et tomate tous les jours" , se moque-t-elle. Elle affirme aussi que la viande bio ne serait pas saine (sic!).

On lui signalera que la cantine du CESE dont elle a été membre propose depuis longtemps 50% de bio et que c'est aussi l'objectif du gouvernement pour toutes les cantines scolaires de France.

C'est donc possible d'offrir de la nourriture de qualité, équilibrée et sans pesticide à nos enfants ... sauf à Puteaux, où nous restons encore, et malgré les efforts de l'opposition pour améliorer les choses, sous les 20% en moyenne mensuelle (en choix de plat, comme en calories). Nous continuerons à nous battre pour la santé et pour le bien-être de nos enfants, face à une équipe municipale aux vieilles idées et dépassée par le monde d'aujourd'hui.
Christophe Grébert


Puteaux Futur : Pour un habitat durable et plus économe

Maison-habitatPoursuivons notre réflexion sur PUTEAUX AU FUTUR : nous proposons un plan pour un habitat durable et plus économe (Tribune publiée dans le Puteaux infos de février 2018).

LE CONSTAT :

Vous nous avez signalé qu'à Puteaux,  
- des familles ont du mal à payer leur électricité,
- des personnes âgées craignent d'avoir froid chez elles, 
- l’office HLM continue d’installer des convecteurs dans des logements mal isolés.

NOTRE PROPOSITION :

Nous soutiendrons la rénovation et l’isolation thermique de l'habitat, pour économiser l'énergie, en assurant confort et réduction des charges.

Notre effort portera sur les résidences HLM vieillissantes, où les locataires payent des factures d’électricité astronomiques pour se chauffer difficilement :

- nous renforcerons l’isolation des toitures et des façades des immeubles,

- nous développerons les sources d’énergie durable : panneaux photovoltaïques, chauffe-eau solaires, mini-éolienne, géothermie et chaufferie bois,

- nous moderniserons les équipements des appartements (électricité, sanitaires, canalisations).

Des subventions seront aussi accordées aux propriétaires pour rénover durablement leur logement. Et nous encouragerons la réalisation de bâtiments à énergie positive.

6a00d8341c339153ef01b7c93c057e970b-800wiDISCUTONS CETTE PROPOSITION
ET PARTAGEONS LA 
SUR WWW.PUTEAUXFUTUR.COM

 

Christophe Grébert 
&
Bouchra Sirsalane

  

(Illustration : Maison de l'habitat durable de Lille, photo Stéphane Gruneisen  www.step01.net)

 


Inauguration de la station de chauffage du quartier des Bergères. La ville de Puteaux oublie de préciser une petite chose...

Bergeres

Joëlle Ceccaldi-Raynaud et son fils Vincent Franchi encadrant ce matin le maire de Courbevoie Jacques Kossowski, pour l'inauguration de la station de chauffage du quartier des Bergères.

Une jolie image. Mais dans son tweet, la ville de Puteaux oublie d'indiquer que le chauffage urbain de cet « Eco-quartier » utilise du fioul lourd et va donc entrainer l'émission de soufre, d'azote, de CO2...

C’est toute la différence entre communication et information...

Lors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité ceccaldiste a adopté une convention de délégation avec le Sicudef, syndicat du chauffage de la Défense, pour assurer le chauffage urbain de la ZAC des Bergères (Question 16 de l'ordre du jour). Le Sicudef a fait appel à son tour à la société Enertherm qui assure le chauffage des tours de la Défense. Les propriétaires du nouveau quartier des Bergères, qui pensaient avoir acheté un bien dans un "éco-quartier", n'auront pas d'autre choix que de se raccorder aux tuyaux d'Enertherm. Et comment fonctionne-t-elle cette chaufferie ? Pas au solaire, pas à l'éolien, pas à la géothermie... mais aux énergies fossiles : gaz et fioul lourd, le plus polluant des combustibles !