Ecologie Flux

Le sapin de Noël de Puteaux est arrivé

IMG_3436.JPG

Le sapin de Noël de Puteaux est arrivé par convoi exceptionnel dans la nuit de mercredi à jeudi. Celui-ci fait 18 mètres de haut. 

Ce sapin a 40 ans d'âge. Il a été coupé en Belgique. Après les fêtes, il finira en copeaux. Coût de l'opération : 45.000 euros, soit 1 euro par Putéolien.

Tous les ans, un nouveau sapin est abattu dans une forêt et apporté par camion à Puteaux. C'est une opération très couteuse et pas respectueuse de l'environnement. Mais pourquoi ne plante-t-on sur cette place Stalingrad un arbre qui sera bien entendu décoré chaque fin d'année ?IMG_2766

 


108.000 euros pour des vidéoprojections sur la façade de la mairie de Puteaux

23400488589_820276290a_k

Alors que la mairie de Puteaux lance une campagne pour appeler les familles putéoliennes à faire des économies d'énergie (par exemple en ne laissant par couler l'eau pendant qu'on se brosse les dents), celle-ci envisage de dépenser 108.000 euros TTC (90.000 euros HT) pour des projections vidéos sonores sur la façade de l'Hôtel-de-Ville.

Cette nouvelle dépense s'ajoute aux 840.000 euros pour les illuminations de Noël et aux 500.000 euros pour une patinoire et d'autres jeux sur le parvis de la mairie en décembre, soit un total d'un million et demi d'euros. Ces 3 seules dépenses de la mairie représentent la consommation en énergie électrique de 300 familles pendant toute une année.

La formule "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais" semble avoir été créée pour la maire de Puteaux !

Marche-projections

Puteauxenergie


La ville de Puteaux renonce à ses projets de panneaux solaires : les 93.500 euros déjà investis sont perdus

Proposition_ecran_2

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 9 mars 2016, la majorité a voté l'abandon des 3 projets en cours d'installation de panneaux photovoltaïques sur des bâtiments de la commune. 

En partenariat avec le Sipperec, la ville devait installer des panneaux solaires pour produire de l'électricité verte sur l'école République, sur le hall des sports de l'île et sur les toits du club de tennis.
Tous ces projets sont stoppés. Les 93.500 euros qui avaient déjà été investis,  notamment en études, sont perdus !
Mais la maire a une  autre idée désormais : faire de la géothermie pour chauffer le palais des sports et sa piscine. Un autre projet qui sera abandonné ?

LA TRANSITION ENERGÉTIQUE NE PASSERA PAS PAR PUTEAUX

Interrogée par l'élu EELV Olivier Kalousdian,  Joëlle Ceccaldi est en effet incapable de justifier l'abandon des projets de panneaux solaires : "je sais pas...", et reste très floue sur celui de faire de la géothermie sur l'île de Puteaux : "On se dit que ce sera peut-être intéressant (..) Mais attendons de voir le résultat des études pour voir si ce sera intéressant", déclare-t-elle !

C'est clair qu'il manque à Puteaux une volonté politique forte pour engager la commune vers la transition énergétique... 

TELECHARGER LE DOSSIER DU CONSEIL MUNICIPAL SUR CETTE QUESTION 12 DE L'ORDRE DU JOUR :  Téléchargement Question12-9mars16.Pdf

6a00d8341c339153ef01b8d1acae88970c-800wi

SOLAIRE - copie

(photo d'illustration : une école à Stains, en Seine-St-Denis équipée en panneaux solaires)


Une opération de Greenpeace au siège du groupe Bolloré à Puteaux

CcCvUgJWAAE0msN

Greenpeace a mené jeudi matin une action au siège du groupe Bolloré à Puteaux : une banderole géante a été déployée sur la façade de l'immeuble. L'association de défense de l'environnement dénonce la production d'huile de palme qui entraîne une déforestation massive en Afrique, où Bolloré est très impliqué.

"S’il est dur en affaires, Vincent Bolloré n’est pas plus tendre avec les forêts", affirme Greenpeace, qui lance une pétition en ligne pour lui demander de soutenir une politique "zéro déforestation" sur les territoires africains où ses sociétés sont engagées.

SIGNEZ LA PÉTITION


Disparition de Valérie Saliou, ancienne militante & candidate des VERTS à Puteaux

510764528_b9b2f0a1f3_zTrès triste nouvelle : j'apprends la disparition, des suites d'une longue maladie, de Valérie Saliou, militante Verte et ancienne candidate aux législatives de Puteaux en 2007 et aux municipales de 2008.

J’ai connu Valérie dans le cadre de nos activités militantes respectives.

J’ai le souvenir d’une personne juste, droite, conciliatrice et respectueuse de ses engagements, autant de qualités appréciables en politique !

Nous l'aimions et la respections beaucoup. Nous garderons de très bons souvenirs partagés avec elle.

J'adresse à sa famille et à ses proches mes sincères condoléances, en mon nom et en celui de notre groupe municipal.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)


Une école à 27 millions d'euros à Puteaux... sans énergie renouvelable

Zac_bergere_vuearchi_referenceLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité municipale de Puteaux a voté la construction sur la ZAC des Bergères d’un double établissement scolaire -maternelle et élémentaire - pouvant accueillir 600 élèves, auquel sera adjoint un gymnase (Délibération 8 de l'ordre du jour).

Cette nouvelle école sera intégralement chauffée aux énergies fossiles : gaz et fioul lourd !

Le démarrage des travaux est envisagé en 2016, pour une ouverture de l’établissement promise en septembre 2017, soit dans 3 ans. Le montant programmé des travaux est énorme : 27 millions d’euros. Pour ce prix là, rien n'est prévu pour assurer au moins partiellement l'autonomie énergétique des bâtiments. C'est pourtant la règle désormais pour ce type de construction.

En séance, le groupe d'opposition "Puteaux pour vous", par la voix de Bouchra Sirsalane, a déposé l'amendement suivant : 

“Ce nouveau groupe scolaire sera énergiquement auto-suffisant. Et son coût prévisionnel envisagé de 27 milllions d’euros sera réduit à 20 millions d’euros, ce qui correspond aux coûts constatés dans les autres communes de la région parisienne. L’argent ainsi non dépensés permettra de réduire les impôts des Putéoliens”.

Cet amendement a été rejeté par les élus de la majorité (UMP et ceccaldistes). Nous nous sommes donc abstenus sur cette délibération : le projet présenté est mauvais, il ne correspondant pas à ce qui se fait aujourd'hui en matière d'établissement scolaire. 

Nous sommes en effet allés voir les réalisations d'autres communes de la région :

- 8 millions HT à la Courneuve pour 16 classes + cantine + accueil de loisirs de 6 classes + 5 bureaux pour l’inspection académique. Le groupe scolaire Joséphine-Baker est remarquable par son architecture contemporaine : http://www.archicontemporaine.org/RMA/p-8-lg0-Construction-du-groupe-scolaire-Josephine-Baker-a-La-Courneuve.htm?fiche_id=2159

- 5 millions HT à Limeil-Brévannes, pour l’accueil de 330 enfants. Caractéristique du Groupe scolaire Jean-Louis Marquèze : il est zéro énergie. Une pompe à chaleur (COP=3,5) puise son énergie dans la chaleur des nappes phréatiques : on pompe l'eau chaude des nappes phréatiques en profondeur afin de chauffer à moindre coût les salles de classes. 800 m2 de cellules photovoltaïques sont installées en toiture et en façade pour subvenir aux besoins énergétiques de fonctionnement. Des capteurs solaires sur la toiture permettront le chauffage d'une partie de l'eau chaude sanitaire :  http://www.constructiondurable.com/pages/batimentdurable.php?id=64

- 12 millions HT pour le groupe scolaire Louise Michel à Issy-les-Moulineaux comprenant 14 classes, avec chaufferie géothermique et chaufferie gaz de secours, pompes à chaleur, puits canadien, ventilations double-flux pour en faire une école écologique : http://www.ekopolis.fr/realisations/groupe-scolaire-louise-michel-ecole-maternelle-et-primaire

Il est par ailleurs à craindre que comme d'habitude, Puteaux explosera le coût programmé de 27 millions, et qu'au final cet établissement scolaire, construit sur un modèle dépassé, reviendra à 40 ou 50 millions d'euros.

(photo : projet Zac des Bergères, mairie de Puteaux)