Ecologie Flux

Puteaux est parmi les villes les plus bruyantes d'Ile-de-France

8c66e51a-a86b-11e8-9fbc-c961685a78f3_1

On savait déjà que l'air de Puteaux était très pollué, on apprend maintenant que notre ville est aussi parmi les communes les plus bruyantes d'Ile-de-France, selon BruitParif

Une étude de l'observatoire du bruit en Ile-de-France, publiée par Le Parisien, révèle que Puteaux est particulièrement concernée par cette pollution sonore, provoquée principalement par le trafic automobile, ferroviaire et aérien, et que cela a des conséquences graves sur notre santé, en provoquant stress et fatigue.

La durée de vie en bonne santé des Putéoliens serait ainsi réduite de 9 à 12 mois, contre 6 à 9 mois pour nos voisins courbevoisiens, neuilléens ou suresnois.

Pourquoi tant de bruit spécifiquement à Puteaux ?

Bien entendu, il y a les grands axes autoroutiers de la Défense et du quai de Seine et les lignes de chemin de fer. Mais ceux-ci existent aussi dans les communes voisines.

Il y a surtout les travaux sans fin, et en particulier autour du quartier de la Défense : en ce moment, dans le quartier Bellini, pas moins de 3 nouvelles tours sont en chantier. Les habitants me disent qu'ils n'en peuvent plus du bruit des camions de 6h du matin jusqu'à 1h ou 2h la nuit.

Il y a aussi une nette préférence idéologique de la municipalité pour la circulation automobile en défaveur des mobilités actives : à Puteaux, la mairie fait la chasse... aux vélos, refuse de faire des pistes cyclables et construit une passerelle sur la Seine qui sera interdite aux cyclistes.

Comment réduire le bruit ?

Plein de solutions existent : aménager les voiries autrement pour apaiser les circulations, faciliter le stationnement automobile souterrain, utiliser des revêtements moins bruyants (les dalles calvaires qui recouvrent nos trottoirs réfléchissent et démultiplient le bruit et les pavés dans les rues sont non seulement dangereux pour les 2 roues et les personnes à mobilités réduite mais sont aussi très bruyants), modifier nos espaces publics très bétonnés pour remettre de la nature en ville, ne plus couper mais au contraire planter des arbres qui sont des murs sonores naturels... Et surtout stopper la bétonisation sans fin de notre ville : nous poser et réfléchir à ce que nous voulons vraiment pour le futur de Puteaux.

Malheureusement la majorité municipale ne s'intéresse pas à ces sujets. Elle vote d'ailleurs CONTRE toutes nos propositions pour améliorer notre bien être à Puteaux. 


11 arbres abattus dans un petit parc du haut de Puteaux

Photo0-5Les habitants sont choqués par ce spectacle de désolation : 11 arbres d'un square pour enfant situé à côté de la résidence HLM du Carré Vert et de l'école Petitot, sur le haut de Puteaux, ont été tronçonnés vendredi dernier, sans aucun avertissement de la municipalité. Explication d'un représentant de la ville : les oiseaux qui nichaient dans ces arbres cinquantenaires produisaient des fientes qui salissaient le sol !

A terme, la municipalité compte fermer et détruire entièrement le square afin d'arracher les souches.

Un habitant du quartier témoigne : 

Vendredi, je suis parti à mon travail tôt le matin. A mon retour en soirée, stupéfaction et désarroi : les arbres du petit square "Petitot" situé au pied de la tour Moissan et des immeubles du Carré vert, avaient été rasés...
Quel spectacle de désolation... Il ne reste rien, hormis les racines.
Une ancienne du quartier a pleuré. Mais cela n'a pas été le cas d'autres riverains à l'origine, dit-on ici, de cette demande : ils se plaignaient des oiseaux qui nichaient dans les arbres et des feuilles tombées au sol. 
Petitot1C'est une horreur d'avoir saccagé ce petit endroit verdoyant qui oxygénait le quartier. Quand les feuilles repoussaient au printemps, cela faisait chaud au cœur... Nombre de personnes aimaient s'y arrêter pour faire une pause à l'ombre des grands arbres cinquantenaires. C'était un lieu idéal pour passer une heure ou deux, avec les enfants ou en famille. Ce coin ombragé était bien agréable.
Il n'y a eu aucune consultation. Les habitants du quartier n'ont jamais été consultés. Ces arbres anciens ont été sacrifiés sur l’autel d’idées fausses. Mme le Maire n'a eu aucun état d'âme et ne s'est posée aucune question ! Je vous invite, Monsieur Grébert, à venir voir l'état misérable de ce petit square livré désormais aux seuls rayons du soleil.

La mairie de Puteaux fait exactement le contraire de ce qu'il faut faire. Nous manquons d'espaces verts à Puteaux. Il faut donc  planter de nombreux arbres et pas les abattre ! Les arbres renouvellent l'air que nous respirons et rafraîchissent naturellement l'atmosphère dans nos villes polluées et étouffantes.
Nous avons fait des PROPOSITIONS pour le retour de la NATURE EN VILLE. Ce n'est pas une lubie, c'est une question de santé et de bien être. 
Christophe Grébert

(photo ED)


La plus haute tour de France va être construite à Puteaux

DaqUe57XcAA1JvJCe sera le gratte-ciel le plus haut de France : 244 mètres, 52 étages, 120.000 m2 de bureau pouvant accueillir 10.000 personnes. La tour The Link, qui accueillera le siège du groupe Total, sera construite à Puteaux, le long du boulevard circulaire de la Défense, dans le quartier Michelet.

Le préfet d'Ile-de-France, qui bloquait jusqu'alors l'agrément permettant de lancer le projet, a finalement donné son feu vert à la construction de l'édifice. En contrepartie, il réclamait la réalisation de logements supplémentaires sur la ville, selon un article publié dans le journal Le Monde.

Avec les projets en cours - la ZAC des Bergères et le quartier des Arts - Puteaux va passer d'ici 2020 de 45.000 à 50.000 habitants.

Si nous devons construire encore plus de logements... combien seront-nous en 2025 ? 55.000 ? Quelle conséquence cela aura sur notre cadre de vie ? Puteaux sera-t-il encore Puteaux ? 

Cette annonce de nouveaux logements en contrepartie de la construction de la tour The Link de TOTAL est inquiétante. Que souhaitons-nous pour le futur de notre ville ? Plus de tours et de logements, donc plus de circulation, de pollutions et de transports saturés ?
Ou choisissons-nous de sauvegarder ce qui fait tout le charme de notre petite ville, avec ses rues bordées de pavillons ? 
Pour notre part, nous défendons la nature en ville. Notre cadre de vie est fragile. Il faudra se battre pour le conserver. 
Christophe Grébert


Couverture du bassin extérieur de la piscine de Puteaux

178967646_a45ec17e89_b

C'était un non sens écologique et économique : depuis son ouverture en 2006, le bassin extérieur de la piscine de Puteaux, dont l'eau est chauffé toute l'année à 28°, n'était pas couvert. Ce défaut de conception, qui engendrait une énorme déperdition de chaleur et donc un grand gaspillage d'argent, va enfin être corrigé : à la demande de l'opposition, une couverture thermique va être installée cette année.

Le marché a été remporté par la société Variopool. Selon les indications de l'appel d'offres, l'installation devait prendre la forme de transats mobiles dans la longueur du bassin, installés sur rails. Lors des horaires d’ouverture, ces transats seront repliés contre le mur et serviront d’assise aux baigneurs. Lors de la fermeture, les transats s’avanceront et la couverture se déroulera sur l’eau, assurant une protection thermique, réduisant la déperdition de chaleur.

Coût du chantier : 211.000 euros. 

Mieux vaut tard que jamais...

(photo : bassin extérieur de la piscine de Puteaux, à son ouverture en juillet 2006)