Ecologie Flux

Disparition de Valérie Saliou, ancienne militante & candidate des VERTS à Puteaux

510764528_b9b2f0a1f3_zTrès triste nouvelle : j'apprends la disparition, des suites d'une longue maladie, de Valérie Saliou, militante Verte et ancienne candidate aux législatives de Puteaux en 2007 et aux municipales de 2008.

J’ai connu Valérie dans le cadre de nos activités militantes respectives.

J’ai le souvenir d’une personne juste, droite, conciliatrice et respectueuse de ses engagements, autant de qualités appréciables en politique !

Nous l'aimions et la respections beaucoup. Nous garderons de très bons souvenirs partagés avec elle.

J'adresse à sa famille et à ses proches mes sincères condoléances, en mon nom et en celui de notre groupe municipal.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)


Une école à 27 millions d'euros à Puteaux... sans énergie renouvelable

Zac_bergere_vuearchi_referenceLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité municipale de Puteaux a voté la construction sur la ZAC des Bergères d’un double établissement scolaire -maternelle et élémentaire - pouvant accueillir 600 élèves, auquel sera adjoint un gymnase (Délibération 8 de l'ordre du jour).

Cette nouvelle école sera intégralement chauffée aux énergies fossiles : gaz et fioul lourd !

Le démarrage des travaux est envisagé en 2016, pour une ouverture de l’établissement promise en septembre 2017, soit dans 3 ans. Le montant programmé des travaux est énorme : 27 millions d’euros. Pour ce prix là, rien n'est prévu pour assurer au moins partiellement l'autonomie énergétique des bâtiments. C'est pourtant la règle désormais pour ce type de construction.

En séance, le groupe d'opposition "Puteaux pour vous", par la voix de Bouchra Sirsalane, a déposé l'amendement suivant : 

“Ce nouveau groupe scolaire sera énergiquement auto-suffisant. Et son coût prévisionnel envisagé de 27 milllions d’euros sera réduit à 20 millions d’euros, ce qui correspond aux coûts constatés dans les autres communes de la région parisienne. L’argent ainsi non dépensés permettra de réduire les impôts des Putéoliens”.

Cet amendement a été rejeté par les élus de la majorité (UMP et ceccaldistes). Nous nous sommes donc abstenus sur cette délibération : le projet présenté est mauvais, il ne correspondant pas à ce qui se fait aujourd'hui en matière d'établissement scolaire. 

Nous sommes en effet allés voir les réalisations d'autres communes de la région :

- 8 millions HT à la Courneuve pour 16 classes + cantine + accueil de loisirs de 6 classes + 5 bureaux pour l’inspection académique. Le groupe scolaire Joséphine-Baker est remarquable par son architecture contemporaine : http://www.archicontemporaine.org/RMA/p-8-lg0-Construction-du-groupe-scolaire-Josephine-Baker-a-La-Courneuve.htm?fiche_id=2159

- 5 millions HT à Limeil-Brévannes, pour l’accueil de 330 enfants. Caractéristique du Groupe scolaire Jean-Louis Marquèze : il est zéro énergie. Une pompe à chaleur (COP=3,5) puise son énergie dans la chaleur des nappes phréatiques : on pompe l'eau chaude des nappes phréatiques en profondeur afin de chauffer à moindre coût les salles de classes. 800 m2 de cellules photovoltaïques sont installées en toiture et en façade pour subvenir aux besoins énergétiques de fonctionnement. Des capteurs solaires sur la toiture permettront le chauffage d'une partie de l'eau chaude sanitaire :  http://www.constructiondurable.com/pages/batimentdurable.php?id=64

- 12 millions HT pour le groupe scolaire Louise Michel à Issy-les-Moulineaux comprenant 14 classes, avec chaufferie géothermique et chaufferie gaz de secours, pompes à chaleur, puits canadien, ventilations double-flux pour en faire une école écologique : http://www.ekopolis.fr/realisations/groupe-scolaire-louise-michel-ecole-maternelle-et-primaire

Il est par ailleurs à craindre que comme d'habitude, Puteaux explosera le coût programmé de 27 millions, et qu'au final cet établissement scolaire, construit sur un modèle dépassé, reviendra à 40 ou 50 millions d'euros.

(photo : projet Zac des Bergères, mairie de Puteaux)


Le Modem de Puteaux propose de chauffer la ZAC des Bergères aux énergies renouvelables

Publié sur le site de Christophe Grébert :

ZAC_des_bergeres_hd_referenceLors du conseil municipal du mardi 30 septembre 2014, j'ai présenté au nom du Modem de Puteaux un voeu pour réclamer qu'une part non négligeable du chauffage des immeubles du nouveau quartier des Bergères, sur le haut de Puteaux, soit assurée aux énergies renouvelables.

En effet, le projet de la municipalité est de chauffer le quartier au gaz et au fioul malgré le qualificatif d'"éco-quartier" attaché à cette ZAC. Notre voeu a malheureusement été rejeté par la majorité UMP, alors que nous propositions un taux très raisonnable de 25% d'énergies renouvelables. Ce quartier ne sera donc même pas aux normes européennes !

Voci le texte du voeu présenté en séance :

“La ZAC des Bergères, sur le haut de Puteaux, est présenté comme un “éco-quartier”. L’une des caractéristiques notables des écoquartiers est qu’ils recourent aux énergies renouvelables. Nous nous engageons par conséquent, en tant qu’aménageur, à ce que le chauffage centralisé du nouveau quartier des Bergères fonctionne dans une proportion notable aux énergies renouvelables, c’est à dire dans une proportion d’au moins 25%”.

LE DEBAT SUR CE VOEU EST VISIONNABLE ICI.

Nous regrettons l'opposition systématique de la majorité à nos propositions toutes soucieuses de l'intérêt général.

Un article publié dans le Nouvel Observateur confirme nos interrogations sur ce projet présenté comme un "éco-quartier" par la municipalité. Il n'en serait rien :

“Le quartier (des Bergères) présenté comme un "éco-quartier", sur son site de présentation, ne semble pourtant pas être éligible auprès des ministères chargés de distribuer le label EcoQuartier. Aucune mention concernant ce projet n’a pu être trouvée sur le site du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie ou sur celui du Logement et de l’égalité des territoires. Une homonymie qui ne doit pas devenir une excuse permettant de gonfler les prix des logements”.

QU'EST CE QU'UN ECO-QUARTIER ? (SOURCE : MINISTÈRE DU LOGEMENT)


Une seule journée dédiée au développement durable à Puteaux

Journee-du-Developpement-Durable_imageagendaLa ville de Puteaux organise une "journée du développement durable", dimanche 1er juin 2014 de 10h à 18h sur l'île. Une seule journée dans l'année ?

"À travers de nombreuses animations proposées par le service Environnement Développement Durable, venez vous informer sur les moyens de participer, au quotidien et à votre échelle, à la préservation de la planète" annonce la mairie sur son site.

Dimanche, combien de Putéoliens prendront leur voiture pour aller sur l'île visiter le salon de l'environnement ?

Cette manifestation du service environnement est intéressante, mais le problème est que la ville de Puteaux est plutôt un contre-modèle. En effet ici on dépense sans compter et on gaspille à longueur d'année : un sapin de 50 mètres, des cartes de voeux en plastique, des illuminations énergivores, etc, etc, etc. Il ne suffit pas de dédier une "journée" au développement durable, il faut avoir des actes en cohérence avec son discours !

Puisque cette manifestation se déroule sur l'île de Puteaux, rappelons que lors de l'élection municipale de mars 2014 nous avons fait plusieurs propositions pour en faire un espace plus accessible aux piétons et aux 2 roues. Permettre à la population d'utiliser les circulations douces plutôt que la voiture devrait être la première action d'une municipalité. Voilà une manière concrète de faire du développement durable. Or au contraire, ces dernières années sur l'île de Puteaux, la municipalité UMP a surtout bétonnisé et construit des parkings. Tout ce qu'il ne fallait pas faire.
Christophe Grébert


Puteaux pour vous : une ville nature

7184034708-bf373a2d56-bL'équipe Puteaux pour vous poursuit la publication de son programme pour l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014. Elle a dévoilé aujourd'hui la 2e partie de son projet sur l'urbanisme consacrée aux mobilités et aux espaces publics.

Puteaux pour vous prône la promotion des transports en commun et les déplacements doux. La ville sera dynamisée par la création d’espaces publics conviviaux et un retour de la nature. Nous travaillerons sur les grands projets urbains de notre ville dans un esprit d’ouverture et de concertation.

Des mobilités douces

Un meilleur partage de la voirie permettra de réduire la vitesse, le bruit, la pollution, assurer la sécurité, apaiser les ambiances et pour que Puteaux devienne une ville marchable et cyclable.

Un plan de stationnement automobile sera mis en place : recensement de l’offre, gratuité du stationnement pour les véhicules non polluants, rationalisation des tarifications, information en temps réel sur les places disponibles.

 

Nous souhaitons développer les alternatives à la voiture particulière en augmentant le nombre de stations Autolib’ et en favorisant le covoiturage et l’autopartage.

 

Nous développerons des zones 30 et des zones de rencontre. Après des phases d’expérimentation et de concertation, nous mettrons en place des zones piétonnes qui animeront les quartiers.

Nous mettrons en place un plan de déplacement vélo, qui programmera la transformation des voiries avec la création de voies réservées aux vélos connectées aux communes voisines et en lien avec la Défense et l’Île de Puteaux.

Nous développerons les espaces de stationnement pour les vélos et les deux roues sur l’espace public.

 

Nous souhaitons une organisation plus régulière de l’opération Quais Libres durant les beaux jours.

 

Nous créerons un itinéraire doux, continu et cohérent entre la ville, l’île et le Bois de Boulogne réservé aux piétons et aux mobilités douces. Plusieurs options sont possibles et seront débattues : requalification du pont actuel, extension du pont actuel, nouvelle passerelle entre Puteaux et son île. De sa conception à sa réalisation, en passant par ses coûts d’entretien, ce projet visera l’excellence environnementale.

Le Buséolien sera renforcé. Nous souhaitons faire évoluer ce service pour le rendre plus attractif tout en maintenant sa gratuité. Nous proposerons une simplification de la desserte des lignes. A terme, les lignes pourraient se croiser près de la mairie et desservir la Défense. Nous étudierons la faisabilité d’une extension du réseau aux communes limitrophes. Nous augmenterons sa fréquence et mettrons en place des passages à heures fixes, y compris le soir et le week-end.

 

Développer de nouveaux lieux de convivialité

 

Pour une ville plus animée, nous développerons de nouveaux lieux de convivialité. Les nouvelles places et rues piétonnes accueilleront de nouvelles activités et commerces, des bars et des restaurants avec terrasses...

 

Nous réaménagerons le parvis de l’hôtel de ville et ses abords pour en faire une place facilement traversable entre les rues Chantecoq, Anatole France et la place Stalingrad. Sur cet espace où les différences de niveaux seront atténuées, nous réduirons l’emprise de l’automobile. Nous laisserons place aux déambulations, aux plantations et à une grande esplanade centrale plus vaste qu’aujourd’hui qui sera le lieu des grands événements. Le parking souterrain sera rénové et rendu accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

Nous consacrerons le Vieux Puteaux aux différentes formes d’art par le développement de galeries, d’ateliers d’artistes et d’une offre de restauration. Débarrassée de ses grilles, la place de la vieille Église pourra accueillir des événements populaires.

 

 

La nature en ville

 

Introduire la nature en ville, en plantant davantage dans nos rues, en créant de nouveaux squares, en utilisant les parcelles non construites comme terrains d’aventures, améliorera le cadre de vie. La biodiversité sera augmentée et la ville rafraîchie en été. Les plantes, plus présentes, atténueront la pollution et les bruits.

 

Nous ouvrirons au public les espaces verts fermés aujourd'hui inaccessibles comme le jardin des Vignes et le jardin du Théâtre. Nous retravaillerons les limites des parcs communaux pour en finir avec l’implantation systématique de grilles. Certains parcs pourront rester ouverts plus tard l’été.

 

Les espaces publics seront traités de manière moins minérale. Ils seront densément plantés. Certains bâtiments pourraient être végétalisés, notamment des toitures et des murs donnant sur l’espace public

 

Nous renforcerons le caractère naturel de l’île de Puteaux. Afin que la nature reprenne ses droits dans l’île, nous étudierons la possibilité de réduire la place de la voiture et de repenser le stationnement, notamment pendant les périodes de forte affluence comme les vacances scolaires. Nous faciliterons son accès pour les piétons et les cycles. 

 

 

Une nouvelle ambition pour la ZAC des Bergères

 

Nous ferons un état des lieux de la ZAC dès notre élection. Sans remettre en cause l’ensemble du projet, nous souhaitons l’amender dans la mesure du possible pour faire des Bergères plus qu’un village renfermé sur lui-même.

 

Nous voulons faire des Bergères un écoquartier ambitieux et exemplaire au niveau environnemental. Il pourrait devenir un laboratoire d'innovations dans les domaines de l’énergie, de la gestion des déchets, de la domotique, de la ville numérique, de l’espace public, de la place de la nature en ville, etc.

 

Nous porterons une inflexion du style architectural pour en faire un quartier moderne. Comme dans tous les grands projets urbains, nous lancerons des concours d’architectes pour donner leur chance à de jeunes agences et promouvoir des projets innovants.

 

Nous réinterrogerons la pertinence de la couverture de la RD 913.

 

 

Anticiper la création de la Métropole du Grand Paris

 

La Métropole du Grand Paris sera créée le 1er janvier 2016. Le délai est désormais trop court pour créer une nouvelle structure intercommunale pertinente qui serait dissoute quelques mois plus tard par la loi.

 

Nous anticiperons la création de la Métropole du Grand Paris en entamant, dès avril 2014, des discussions avec les communes qui nous entourent. Ces échanges nous permettront de nous présenter unis, avec un projet de territoire cohérent, en vue de former l’un des ensembles de 300 à 400.000 habitants, appelés “conseil de territoire”.

 

La Métropole du Grand Paris mettra en place un système de péréquation à l’échelle métropolitaine qui aura des incidences sur notre budget. Nous anticiperons ces changements par un meilleur contrôle des dépenses publiques locales.

 

 

Faire de Puteaux une ville exemplaire pour l’entretien des espaces publics et la gestion de ses équipements

 

Nous nous engageons à assurer une veille renforcée sur les espaces publics : tournées plus fréquentes des agents municipaux et amélioration de la réactivité des services techniques.

 

Nous créerons une application pour smartphone permettant aux habitants de signaler aux services municipaux tout dysfonctionnement ou dégradation.

Nous poursuivrons une politique d’investissement, mais ne créerons pas de grands équipements municipaux surdimensionnés et coûteux. Si une nouvelle structure est nécessaire, nous privilégierons la reconversion de bâtiments existants. Nous nous attacherons à mieux définir les besoins avec les futurs utilisateurs pour que les structures y répondent parfaitement et nous les développerons dans l’intercommunalité.

Nous nous engageons à respecter les normes régissant la commande publique pour faire des économies et sélectionner les entreprises qui nous apporteront les meilleures prestations au meilleur coût. Une baisse des dépenses de 10 à 20 % est envisageable pour des prestations équivalentes ou meilleures.

LIRE L'INTÉGRALITÉ DU PROGRAMME "URBANISME ET HABITAT" SUR LE SITE DE PUTEAUX POUR VOUS


David Mbanza, conseiller régional EELV d'Ile-de-France, vient soutenir l'équipe "Puteaux pour vous"

Publié sur le site de Christophe Grébert :

IMG_0108

Samedi 2 novembre 2013, David Mbanza, conseiller régional EELV d'Ile-de-France, est venu à Puteaux, rue Jean Jaurès, pour nous apporter son soutien dans la campagne municipale. Il a tracté avec nous et discuté avec les Putéoliens. Nous le remercions chaleureusement de sa présence.

Au conseil régional, David Mbanza travaille plus particulièrement sur l'action sociale, le handicap et la formation professionnelle. Nous avons évoqué avec lui les projets que nous avons à Puteaux dans ces domaines, notamment pour l'intégration professionnelle des personnes souffrant de handicaps.
Il faut savoir que le conseil régional est un partenaire important des communes : Il peut financer une partie de leurs projets. Cela peut aller de 10 à 30 % du coût, et même parfois plus, selon la qualité et l'intérêt du projet, en fonction des priorités définies par l'assemblée régionale. Ces contacts directs avec des élus en place nous sont très utiles. Ils nous permettent d'évaluer notre capacité à agir dans un cadre qui n'est plus seulement communal. L'équipe Puteaux pour vous tisse des liens et se prépare ainsi à gérer la ville.

Durant cette campagne municipale, d'autres élus viendront nous voir.

(photo : Flickr - Eric D.)