Culture Flux

La ville de Puteaux va créer un musée sur son histoire. Ce sera le 3e...

Bert1

Elle ne sait pas trop encore ce qu'on y trouvera et quelles périodes ou quels thèmes y seront traités, mais la maire de Puteaux veut un nouveau musée sur l'histoire de la ville. Ce 3e musée sera réalisé "probablement" au 5 rue Paul Bert, dans une maison rachetée par la municipalité et dans laquelle des travaux de démolition vont commencer.

Lors du conseil municipal du 8 avril, il a en effet été décidé d'engager la démolition d'une partie des bâtiments annexes de cette propriété située dans le bas de Puteaux (question 10 de l'ordre du jour) :

Bert2

Ce sera la 3e "musée" ouvert par Joëlle Ceccaldi, après la maison de Camille consacrée aux artistes de Puteaux et le musée de Dion Bouton, rue Parmentier. Mais ces 2 structures, qui coûtent des millions d'euros à la ville, sont le plus souvent fermées au public. Quelques visites seulement y sont organisées de temps en temps. Qui peut dire qu'il a déjà visité ces 2 musées de Puteaux ? Moi, oui. Mais vous ?
Ce 3e "musée" sera-t-il aussi l'occasion des dépenser des millions d'euros pour rester portes closes la plupart du temps ? Je le crains.

6a00d8341c339153ef01bb08eef463970d-800wi6a00d8341c339153ef01b8d1d52386970c-800wi

J'avais suggéré en 2004 la création d'un musée sur l'histoire industrielle de Puteaux. Il aurait pu être installé dans un ancien atelier d'usine, mais ces vieux bâtiments, ultimes traces du passé industriel de Puteaux, ont quasiment tous été démolis par les promoteurs avec l'aval de la ville. Il manque de la logique dans les décisions de l'actuelle majorité de Puteaux. Peut-être une pensée, tout simplement. Or, un musée n'est pas qu'un lieu de mémoire. Il doit être aussi un lieu de réflexion pour le présent et le futur. C'est justement ce qui manque à Puteaux.
Christophe Grébert


13e édition du Festival BD de Puteaux, du 27 au 29 mai 2016

IMG_1196La 13e édition du Festival BD de Puteaux aura lieu les 27, 28 et 29 mai 2016 au palais de la médiathèque. La ville de Puteaux est dirigée depuis 47 ans (sic) par la même famille. Les Ceccaldi-Raynaud règnent ici en maîtres absolus. Leurs histoires ressemblent parfois à un manga : guerre, traitrise, épouvante... Un jour, peut-être, une édition du Festival leur sera entièrement consacrée. En attendant, cette année, c'est le japonais Yōichi Takahashi, créateur d’Olive et Tom, qui en sera l'invité d'honneur.

Une exposition lui sera consacrée et il donnera une conférence le dimanche 29 mai.

De nombreux autres auteurs ont confirmé leur présence et se prêteront au jeu des dédicaces  : Yoann (Spirou et Fantasio), Florence Cestac (Un Amour exemplaire, Le Démon de midi), Patrice Pellerin (L‘Epervier), Julié (Les Vélos maniacs), Patrice Le Sourd (Tennis Kids), Boris Duvigan (Rugby en rouge et noir), Régis Donsimoni (Ovalon), etc...

Des animations seront aussi organisées : avec les caricaturistes Doumé et Gibo, démonstration des tablettes graphique Wacom, création de badges « Spirou », ateliers de maquillage et sculptures de ballon, ateliers MagicMakers, initiation à certaines activités sportives:  minigolf, tir à l’arc, basket, combat de Sumo, etc...

Enfin, la présence de nombreux stands de vente de BD neuves et d’occasion et de fanzines permettront à chacun de compléter sa collection.

Les Ceccaldi-Raynaud ont souvent inspiré les dessinateurs, comme Charb dans Charlie Hebdo, qui leur a consacré plusieurs pages :

6a00d8341c339153ef01b7c7342714970b-500wi

4020303371
Joelle_ceccaldi_raynaud_fric_dans_des_paradis_fiscaux
6a00d8341c339153ef00e54f4d78788833-640wi

Ke4mstNcq4vihu9D0OPnN5la7Gg Tumblr_inline_mn9tl1vWTW1qz4rgp Tumblr_inline_mn9t4eLBxw1qz4rgp


PETITION : Soutenons la création d'une SCÈNE DÉDIÉE AUX MUSIQUES ACTUELLES à Puteaux

Le Rassemblement - MusiquePuteaux, ville riche, consacre beaucoup d'argent à la culture : des milliers de Putéoliens participent aux activités du conservatoire, du palais de la jeunesse et du palais de la culture. Mais malgré les efforts des enseignants, et parce qu'il n'y a aucune volonté politique, ces activités dépassent rarement le stade du loisir. Disposant d'importants moyens, le THS, notre théâtre, n'est pourtant lui aussi qu'un simple lieu de diffusion d'anciens spectacles parisiens à succès et ne produit rien, se contentant de distraire. Or, le loisir et la distraction ne peuvent constituer une politique culturelle. La création, la découverte et le soutien aux jeunes talents sont indispensables. C'est pourquoi, dans notre projet municipal, nous proposons la création d'un lieu dédié à la création et à la diffusion des musiques actuelles, et plus largement aux arts de la scène.

Ce lieu pourrait être réalisé dans des locaux municipaux qui seraient réaménagés. Nous pensons à l'ex- "palais de la danse", au 10 rue Cartault, dont les activités ont été transférées dans le nouveau conservatoire :

Lecartault

Jazz, musiques du monde, chanson, électro, rock, pop, R’n’B, funk, fusion, hip hop... les musiques actuelles disposeraient d'un lieu entièrement dédié, avec une petite salle modulable de 100/200 places.

9020980534_c25b1cb635_zLes jeunes putéoliens y disposeraient de salles de répétition
, de production et de stockage pour leurs instruments, ainsi que d’une scène ouverte pour enregistrer et diffuser leur création. Le lieu pourrait aussi accueillir des artistes en résidence qui seraient associés aux missions d’éducation artistique des écoles et du conservatoire.

Avec un café-restaurant et une terrasse dominant la ville et tout Paris, cette salle deviendrait également un nouveau pôle d’animation, d’échanges, de convivialité et de rencontres pour tous les habitants de toutes les générations. Cet équipement redonnerait de la vie dans ce quartier délaissé de Puteaux et apporterait une clientèle nouvelle pour les petits commerçants de la rue Cartault.

Idéalement située à 200 mètres de la gare de Puteaux et en face d'un vaste parking souterrain, la salle "Le Cartault" pourrait à terme devenir une adresse reconnue et accueillir les tournées de groupes nationaux et internationaux. La programmation serait à la fois pointue et populaire, et surtout largement ouverte aux jeunes artistes en voie de professionnalisation.

Cartault

En réutilisant une partie de la structure de l'ex-"palais de la danse", l'investissement de départ pour construire cet équipement culturel représenterait moins de 2% du budget investissement de la commune sur un mandat. Son fonctionnement, également intérieur à 2% du budget consacré à la culture dans notre commune, serait financé sans hausse de charges, notamment par des transfert de personnel et d'activités, ainsi que par des subventions du département, de la région et du ministère de la culture, dans le cadre des réseaux de musiques actuelles, comme celui des Hauts-de-Seine.

SIGNEZ LA PETITION : SOUTENONS LA CRÉATION D'UNE SCÈNE DÉDIÉE AUX MUSIQUES ACTUELLES A PUTEAUX

(photo : LE RASSEMBLEMENT)


L'artothèque de Puteaux désormais fermée au public

21810804422_1bd0fcd29f_zC'était un beau projet culturel : la ville de Puteaux a investi plusieurs millions d'euros pour créer un musée-artothèque dédié au mécène putéolien Camille Renault. Une maison ancienne a été rachetée, rue Benoît Malon, et réaménagée entièrement pour en faire un espace d'expositions et de prêts de peintures et de sculptures contemporaines. Hélas, faute d'activité, le lieu a été fermé au public.

Il n'est plus possible en effet d'aller visiter librement la "Maison de Camille" pour y découvrir les dizaines d'oeuvres acquises année après année par la municipalité et pouvant être louées par les habitants afin de les exposer chez eux. Une affiche sur la porte de l'artothèque nous signale qu'il faut désormais prendre rendez-vous au "palais" de la culture pour accéder à la collection. Un simple numéro de téléphone est donné. Ce qui montre que les Putéoliens amateurs d'art ne se sont jamais en réalité accaparés ce lieu.

On se dit qu'investir autant d'argent, pour un espace de culture restant fermé et pour des oeuvres d'art qui ne profitent finalement à personne, est bien triste.

Comme toujours, la municipalité s'est saisie d'une belle idée et à construit pour cela un décor beau et cher mais n'a pas su faire vivre réellement ce lieu. La même chose se déroule actuellement au conservatoire. C'est une accumulation de boites vides de sens.

Nous soutenions pour notre part ce projet et avons souvent exprimé notre volonté de faire vivre la culture à Puteaux.

21822612165_c0912a9f85_z

Participer à la cagnotte en ligne

Les tarifs du conservatoire de Puteaux multipliés par 4 pour les "non résidents"

9439346066_ec73f35cf0_zA force de gaspillages, la mairie de Puteaux est-elle à court d'argent ? En cette rentrée, tous les tarifs municipaux sont en effet augmentés. Dernier exemple : les tarifs du conservatoire explosent pour les non Putéoliens.

Fin septembre, alors que les inscriptions pour l'année 2015-2016 étaient déjà faites, la maire a signé un arrêté modifiant les tarifs pour les "non résidents". Ainsi, le "parcours de perfectionnement", qui coûtait 300 euros à la rentrée 2014, est passé à 1.200 euros cette année. Le quadruple !

"Les effets sont dévastateurs. Les élèves du Conservatoire se voient obligés d’abandonner leur activité, alors qu’ils sont parfois engagés dans des cursus de plusieurs années. Certaines disciplines sont touchées de plein fouet : comment continuer à faire tourner un orchestre s’il manque la moitié des instrumentistes ?", explique l'élu PS Francis Poézévara.

Depuis plusieurs années, les Putéoliens constatent eux aussi une hausse des tarifs municipaux. Une 1ère inscription au conservatoire de musique ou de danse coûtait 138 euros en 2009, 184 euros en 2013 et 200 euros en 2015, soit une augmentation de 45% sur la durée d'un mandat.

Puteaux est riche. Ces augmentations folles sont donc injustifiables. Elles n'auraient pas lieu d'être si notre commune était bien gérée. C'était notre projet en 2014. Nous avions été les seuls à publier un budget prévisionnel sur la durée de la mandature qui garantissait des impôts et des tarifs stables.
Christophe Grébert

A LIRE : Conservatoire : Joëlle Ceccaldi se paie les non-Putéoliens, par Francis POEZEVARA


Des lingots d'or exposés à la mairie de Puteaux !

IMG_0225Coïncidence, alors que le site Mediapart révèle que Joëlle Ceccaldi, le maire de Puteaux, a sorti 102 kilos d'or d'une banque au Luxembourg, l'Hôtel-de-ville accueille actuellement une exposition de sculptures en métal doré de l'artiste BRUCE.

L'une de ses oeuvres ressemble bien à des lingots d'or, non ? Lorsque l'on sait que les expositions en mairie sont choisies par Joëlle Ceccaldi ou son fils en personne...