Creche Flux

Crèches privées à Puteaux : "Tout va très bien Mme la Marquise" !

5086247356_b2e70ba220_z

Lors du conseil municipal de Puteaux du 19 décembre 2014, le maire a présenté un rapport sur les 3 crèches privatisées de la commune : les Oursons, les Roses et l'Oasis (Question 37 de l'ordre du jour). Selon ce rapport, il n'y a aucun problème dans ces crèches. Ce que l'opposition conteste, puisque de nombreux incidents s'y sont produits.

Voici le texte de l'intervention en séance de Bouchra Sirsalane, élue Modem, du groupe Puteaux pour vous :

"Dans ce rapport, vous jugez les exploitations des crèches privées satisfaisantes, voire excellentes. En termes de taux d’occupation et de revenus, ils sont effectivement satisfaisants pour ces sociétés. Ce sont des entreprises qui sont là pour faire des bénéfices. En septembre dernier, nous vous avons alerté sur l’importance de réaliser une évaluation de la qualité du service dans les crèches déléguées au privé. Malgré les alertes lancées depuis 2010, rien n’a encore été fait.

Encore une fois, vous démontrez un désinvestissement de votre part sur la question du bien-être de l’enfant.

Une crèche est un établissement où les enfants de 2 mois à 3 ans sont accueillis par un personnel qualifié, : puéricultrices et assistantes maternelles. La collectivité a pour obligation de veiller à la santé, à la sécurité, au bien-être et au développement des enfants qui fréquentent ces établissements.

Un enfant n’est pas un contrat. Nous vous demandons de cesser de penser qu’à l’argent, qu’à la rentabilité. Il s’agit de bébés, c'est-à-dire de personnes en devenir. Les parents qui confient leurs enfants à ces structures, participent aux financements de ces entreprises et donc à leurs profits. Vous devez leur garantir que leurs enfants bénéficient d’un accueil de qualité.

Nous renouvelons notre demande de réalisation - et de publication - d'une évaluation réelle et sérieuse avant de nous prononcer sur le renouvellement de l'exploitation de certaines crèches de Puteaux par des groupes privés. 

 Si nous ne sommes pas contre le principe de gestion des crèches par des prestataires privés, il nous semble indispensable de réévaluer les conditions des contrats passés avec ces sociétés, pour que le bien-être et la sécurité des enfants passent avant des critères financiers. Ce qui n’est actuellement pas le cas à Puteaux".

EN LIRE PLUS SUR LES CRÈCHES À PUTEAUX


Crèches privées : la mairie UMP de Puteaux cache des incidents dans un rapport présenté au conseil municipal

Publié sur le site de Christophe Grébert :

IMG_8170


Après 4 ans d’exploitation de la crèche des Oursons, rue Charles Lorilleux à Puteaux, par la société “People & baby”, la municipalité "juge satisfaisante la gestion de cette crèche” et assure que “les parents sont totalement satisfaits des prestations proposées”. Lors du conseil municipal, samedi 20 septembre 2014, la majorité UMP votera le renouvellement d'une exploitation par le privé de cette crèche de 60 berceaux (question 5 de l'ordre du jour), niant tout problème et refusant toute évaluation du privé par rapport à un service communal.

La gestion de la crèche des Oursons est "satisfaisante", affirme la municipalité. Ce n’est pourtant pas ce qui ressort des témoignages recueillis - au cours de ces 4 années - auprès des parents. En juin 2012, un collectifs de parents s’est constitué pour dénoncer une série d’incidents survenus au sein de cet établissement : Réfectoire pas nettoyé durant plusieurs jours, restauration assurée par le personnel de ménage, insuffisance de jeux pour les enfants et activités réduites… La municipalité avait alors expliqué qu'elle ne pouvait s'impliquer dans la gestion interne d'une structure privée. Elle  assurait n'être pas être au courant de ces problèmes.

En octobre 2012, le magazine "Envoyé Spécial" de France 2 diffuse un reportage sur les crèches privées. Une partie de l'enquête est consacrée aux problèmes rencontrés à la crèche des Oursons à Puteaux. Parents et ex-employés témoignent anonymement, notamment sur le manque récurrent de personnel et la distribution de nourriture périmée.

La mobilisation des parents des Oursons, et celle des parents des autres crèches privées de Puteaux, a obligé la mairie à réagir : fin 2012 la municipalité a décidé la création de conseils consultatifs dans chaque structure petite enfance de la ville. Mais comme d’habitude à Puteaux, la création de ces conseils n’a été qu’un effet d’annonce. Une manière de contrôler la grogne, sans véritablement avoir la volonté d’y répondre.

On l’a vu lors des discussions que nous avons eu en séance, lors de l’attribution de ces délégations de services publics, la motivation de la majorité municipale pour confier des crèches communale à des entreprises privées était avant tout financière. Or, dans le domaine de la petite enfance, le coût ne doit pas être le principal critère ; c'est la qualité du service qui doit toujours primer.

Les incidents survenus à la crèche des Oursons s’expliquent par les clauses de moindre coût fixées par contrat entre l'entreprise et la collectivité.

Nous aurions aimé qu'à la suite de nos alertes, lancées dès 2010 et de ces incidents répétés, une évaluation de la qualité du service dans les crèches déléguées au privé soit réalisée. Rien n’a été fait. La municipalité refuse toute discussion. Pire, dans le rapport présenté à ce conseil municipal, la majorité UMP affirme que durant 4 ans, l'exploitation de la crèche des Oursons a été "satisfaisante", ce qui constitue un travestissement de la réalité.

Par conséquent, nous ne pouvons que nous abstenir sur ce rapport. Nous renouvelons notre demande de réalisation - et de publication - d'une évaluation réelle et sérieuse, avant de nous prononcer sur le renouvellement de l'exploitation de certaines crèches de Puteaux par des groupes privés. Si nous ne sommes pas contre le principe de gestion des crèches par des prestataires privés, il nous semble indispensable de réévaluer les conditions des contrats passés avec ces sociétés, pour que le bien être et la sécurité des enfants passent avant des critères financiers. Ce qui n’est actuellement pas le cas à Puteaux.

Christophe Grébert

LIRE MON DOSSIER SUR LES CRÈCHES DE PUTEAUX


Dossiers : budget 2013 de Puteaux, rapport 2011 de l'intercommunalité avec Courbevoie & contrat de DSP pour une crèche privée

5552433083_6762b4d40d Comme après chaque conseil municipal, je mets à votre disposition les rapports que la mairie de Puteaux transmet aux élus. Je fais ce que la municipalité ne fait pas, puisque vous ne trouverez pas ces documents sur le site de la ville.

Voici les dossiers de la séance du mercredi 3 avril 2013. Cette séance a notamment été marquée par le vote du budget 2013, la présentation du rapport d'activité 2011 de l'intercommunalité Seine Arche & le vote d'attribution du marché d'une crèche privée, rue Voilin.

LA SUITE SUR GREBERT.NET

Puteaux confie l'exploitation d'une nouvelle crèche au privée. Le moindre coût préféré à la qualité ?

Publié sur le site de Christophe Grébert :

6a00e5500cd8a08834015436b7e211970c-800wiLors du prochain conseil municipal de Puteaux, le mercredi 3 avril 2013, les élus sont appelés à se prononcer sur l'ouverture en 2014 d'une nouvelle crèche privée, rue Lucien Voilin, près de la mairie. La privatisation des crèches communales a été décidée par la majorité municipale sur des critères financiers, alors que des incidents ont remis en cause la qualité de service de ces établissements. Qu'en sera-t-il pour cette nouvelle crèche ?

Elle sera construire au 28/30 rue Lucien Voilin à Puteaux. Sur ce terrain, la ville hébergeait jusqu'à l'an dernier une association de la franc-maçonnerie.

Une concession de 20 ans (jusqu'en 2034) doit être accordée à une société pour construire et exploiter cet établissement de 60 berceaux, destinée à l'accueil d'enfants âgés de 3 mois à 4 ans.

La décision de la majorité municipale de confier la gestion d'une nouvelle crèche à une entreprise privée a pour premier motif des raisons financières. Or, dans le domaine de la petite enfance, le coût ne doit pas être le principal critère ; c'est la qualité du service qui doit toujours primer. D'ailleurs, depuis l'ouverture des crèches privées à Puteaux, nous avons signalé plusieurs incidents qui sont la conséquence des clauses de moindre coût fixées par contrat entre l'entreprise et la collectivité.

Nous aurions aimé qu'à la suite de nos alertes, lancées dès 2010, une évaluation de la qualité du service dans les crèches soit réalisée et que la décision de confier la gestion d'une nouvelle crèche au privée puisse être prise sur la base de cette étude.

Le 3 avril, en conseil municipal, nous devrons être assurés que c'est bien le bien-être des enfants qui est la priorité de la municipalité et pas la facilité d'une gestion privatisée d'un service aussi important. La ville de Puteaux, qui gaspille tant d'argent inutilement, n'a pas le droit de faire des économies sur le dos de nos enfants.

POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTER MON DOSSIER SUR LES CRECHES DE PUTEAUX

MISE A JOUR DU 19 MARS : DANS UN ARRÊT PUBLIÉ AUJOURD'HUI LA COUR DE CASSATION INDIQUE QUE LES CRÈCHES PRIVÉES NE SONT PAS UN SERVICE PUBLIC !

(photo : google maps)


Incidents dans une crèche privée de Puteaux : People and Baby s'en prend à des employés

134566L'entreprise "People and Baby", qui gère la crèche communale des Oursons, rue Charles Lorilleux à Puteaux, a déposé plainte contre des anciens employés. "People and Baby" reproche à ces personnes d'avoir exposé différents incidents survenus dans cette crèche, à l'occasion d'une enquête d'"Envoyé Spécial" sur France 2. La chaîne est également attaquée.

Quels sont ces faits ? J'en ai plusieurs fois parlé sur MonPuteaux dans ma rubrique consacrée aux crèches.

- Depuis 2009, et la décision prise par la municipalité UMP de confier au privé les crèches communales, nous, l'opposition, alertons sur le risque d'une baisse de qualité des crèches communales : "La logique du prestataire privé et son intérêt sera d’accentuer la rotation des enfants et de diminuer les frais de personnel ! De reproduire, en quelque sorte, ce que l’on voit dans toutes les crèches privées : de la tension, du bruit et une extrême frustration", écrivions-nous dans une tribune publiée en juillet 2010 dans le magazine municipal "Puteaux infos". Suite à l'inquiétude exprimée déjà par des parents, nous avons lancé un appel à la concertation. Cet appel n'a pas été entendu par la majorité municipale.

La crèche des Oursons ouvre ses portes en septembre 2010. 2 ans plus tard, en juillet 2012, la municipalité affirme dans un rapport présenté en conseil municipal que "les parents sont totalement satisfaits des prestations proposées" : 84% des parents seraient très satisfaits et 16% simplement satisfaits. Autrement dit, il y a 0% d'insatisfaction. Du jamais vu dans aucune entreprise ou administration ! Ce rapport sème le doute. D'autant que cela fait plusieurs semaines que des parents nous contactent pour nous signaler des problèmes.

- Un collectif de 18 parents s'est en effet formé à l'été 2012.

En juin, ce collectif obtient qu'une réunion soit organisée avec des représentants de People and Baby et de la municipalité. Les parents émettent plusieurs critiques : personnel insuffisant, absences non remplacées, mutations fréquentes, avec pour résultat, par exemple, un réfectoire pas nettoyé durant plusieurs jours ou bien encore la restauration assurée par le personnel de ménage ! Lors de cette réunion, la municipalité a affirmé ne pas avoir été mis au courant de ces problèmes et la direction de People and Baby a nié être en sous-effectif.

Refectoirenonentretenu"Selon les parents, il y aurait un problème récurrent d'entretien des locaux lié à un manque d'effectif lui-même chronique.
Là, une image du réfectoire de la crèche des oursons prise un soir par un parent. Les tables du déjeuner et du goûter sont restées sales" (MonPuteaux- juin 2012).

 


En juillet 2012, le maire de Puteaux convoque les parents à la mairie. Dans le courrier de convocation, Joëlle Cecaldi semble d'emblée prendre la défense du prestataire : la société People and Baby apporte des "réponses sérieuses", écrit-elle. Alors que pour qualifier les critiques des parents, Joëlle Ceccaldi parle de "situation délétère" et de "malentendu". Les parents comprennent sans doute dès lors qu'il n'obtiendront aucune écoute réelle, ni soutien du maire.

- C'est pourquoi, ils décident d'alerter la presse. En juillet, un article est publié dans Le Parisien des Hauts-de-Seine. Les parents révèlent que des fromages périmés depuis 1 mois ont été donnés à des enfants de 2 ans ! Le maire minimise et People and Baby ne répond pas aux mails que je lui envoie et aux coups de fil que je passe à son service communication pour obtenir sa version des faits.

Toujours en juillet 2012, dans un rapport, la chambre régionale des comptes alerte la commune sur la gestion de ses crèches : leur développement s’est effectué "sans diagnostic préalable sur l’offre existante et les besoins" et sans "aucune évaluation de ce secteur d’activité". La chambre recommande à la commune d'être "vigilante quant au suivi du délégataire chargé de la gestion d’une structure privée d’accueil de jeunes enfants".

- Lors du conseil municipal du 6 juillet 2012, l'opposition interpelle le maire sur les incidents à la crèche des Oursons. Et surprise, niant les alertes du collectif des parents, Joëlle Ceccaldi affirme qu'"aucun dysfonctionnement n’a été signalé depuis l’ouverture de la crèche". "Les parents sont très satisfaits et le personnel aussi", affirme-t-elle. Elle sous-entend que les parents sont manipulés politiquement par l'opposition (sic). Sur le scandale des fromages périmés donnés aux enfants, le maire  annonce que "People and Baby" reconnaît bien que "4 morceaux de camembert ont été donnés à 4 enfants" de la section des grands. Mais selon elle, "le pédiatre a été alerté et aucun enfant n’est tombé malade". En gros, rien de grave !!! Pourtant, Joëlle Ceccaldi annonce en séance qu'elle a demandé à "People and Baby" de "sanctionner l’agent responsable de cette erreur". Les parents sont surpris de ces explications, car lors de la réunion avec eux et le prestataire, le maire a bien demandé des sanctions... mais contre l'employé qui a informé sa hiérarchie de cet incident.

- En octobre 2012, le magazine "Envoyé Spécial" de France 2 diffuse un reportage sur les crèches privées. Une partie de l'enquête est consacrée aux problèmes rencontrés à la crèche des Oursons à Puteaux. Parents et ex-employés témoignent anonymement, notamment sur le manque récurrent de personnel et la distribution de nourriture périmée. Mais le journaliste de France 2 a aussi obtenu le témoignage d'un père dont l'enfant a été oublié un soir à l'intérieur de la crèche après la fermeture. En juillet, lors du conseil municipal, le maire, interrogé par l'opposition, avait affirmé qu'il s'agissait d'une "rumeur" et que ce fait était "faux".

- Finalement, la mobilisation des parents des Oursons, et celle des autres crèches privées de Puteaux, a obligé la mairie à réagir : la municipalité a décidé la création de conseils consultatifs dans chaque structure petite enfance de la ville. Le 22 novembre 2012, les parents étaient appelés à désigner leurs représentants au sein de ces conseils.

- Pour avoir rapporter tous ces faits sur MonPuteaux, la société People and Baby m'a menacé à plusieurs reprise de procès. J'ai reçu pas moins de 4 lettres recommandée et droits de réponse aux termes à chaque fois agressifs. L'avocat de Peole and Baby m'a demandé de supprimer des passages de mes articles, ainsi que des commentaires publiés par des lecteurs de Monputeaux.

En tapant PEOPLE AND BABY sur Google, j'ai remarqué que cette société pratiquait une surveillance du net, afin que soit effacée toute critique à son égard. J'ai lancé un appel à témoignage sur mon site : j'ai reçu 3 mails de personnes qui, ayant émis sur internet des critiques, avaient reçu une lettre de l'avocat de People and Baby les menaçant d'un procès s'ils ne retiraient pas leurs contenus. Cette méthode est assez efficace : les gens ont peur et préfèrent s'autocensurer plutôt que de risquer d'être mis en examen, de payer des frais d'avocat pour se défendre, etc... même s'ils n'ont en réalité rien à se reprocher légalement.

En regardant le reportage d'Envoyé spécial, on remarquera que les ex-employés et les parents de la crèche témoignent anonymement. Par conséquent, comment People and Baby sait qui ils sont ? Les plaintes sont-elles lancées au hasard, histoire de faire peur et d'empêcher tout nouveau témoignage. Les parents que j'ai rencontré me demandaient de garantir leur anonymat, car ils avaient peur de représailles. Une maman me disait espérer trouver une place en crèche pour son second enfant. Les crèches People and Baby ne sont peut-être pas parfaites, mais les parents n'ont pas toujours d'autres solutions.

Il n'en reste pas moins que je trouve scandaleux l'attitude de People and Baby qui dépense sans aucun doute un argent fou en avocat pour attaquer tous ceux qui mettent en doute, le plus souvent avec raison, la qualité de son service, au lieu de porter tous ses efforts sur l'amélioration de ce service. Si je suis amené un jour à participer à l'exécutif municipal à Puteaux, il est clair que j'aurai du mal à travailler avec des entreprises qui ont de telles méthodes.

Christophe Grébert

A COURBEVOIE, les parents de la crèche People and Baby "Les Galopins" rencontrent les mêmes problèmes. Ils témoignent sur un blog.


Les parents auront désormais leur mot à dire dans les crèches de Puteaux

7173361547_80e52f9035MonPuteaux a révélé cette année de nombreux problèmes dans les crèches privatisées de Puteaux. Face aux interpellations des parents et des élus de l'opposition en conseil municipal, la municipalité a décidé la création de conseils consultatifs dans chaque structure petite enfance de la ville. Le 22 novembre, les parents seront appelés à désigner leurs représentants au sein de ces conseils.

"Afin de favoriser une plus grande participation des parents à la vie institutionnelle des crèches", explique la mairie, 2 parents seront élus par section dans chaque crèche pour un mandat d’un an.
Les conseils de structure se réuniront deux fois par an avec pour vocation "d’encourager le dialogue entre les différents acteurs". Ils émettront des avis sur les besoins et l’organisation de la vie quotidienne de la crèche. Leur rôle est consultatif.
Ces conseils seront composés du maire ou de l’adjoint délégué à la petite enfance, du directeur général adjoint en charge de ce secteur, de la coordinatrice, de la directrice de l’établissement, d’un membre du personnel de crèche par section et de deux représentants des parents élus par section.

L’élection aura lieu jeudi 22 novembre au sein de chaque crèche. L’acte de candidature transmis aux parents concernés doit être déposé auprès de la directrice au plus tard le 16 novembre 2012 (Pour toute information complémentaire : Service Petite enfance 01 46 92 94 26 ou 27).

La création de ces conseils consultatifs est une bonne chose. C'est l'action conjuguée des parents et des élus de l'opposition qui a permis cette avancée. Il s'agit maintenant de faire vivre réellement ces structures. Pour cela, les parents qui seront désignés devront travailler en toute indépendance de la majorité municipale. On sait combien tout cela est difficile avec l'équipe actuelle. De toute façon, l'opposition veillera au bon fonctionnement des crèches et continuera de relayer les doléances des parents.
Christophe Grébert