Corruption Flux

Quel est le coût de la corruption ? Rendez-vous jeudi 14 juin à Neuilly

Affiche 14 juin v1

Combien nous coûte la corruption, qui va de la pratique des pots-de-vin et de l'extorsion au népotisme ? Entre 1.500 et 2.000 milliards de dollars par an, selon le FMI, soit plus d'un point du PIB mondial. Entre 179 et 990 milliards d'euros pour l'UE, selon d'autres études du parlement européen. Pour la France, ce sont plusieurs dizaines de milliards. De quoi effacer les déficits publics...

L'association Anticor92 organise une réunion,  jeudi 14 juin à Neuilly-sur-Seine, pour échanger avec la députée européenne et spécialiste de la lutte anticorruption Eva Joly et l'historien spécialiste des questions politiques Jean Garrigues.

Entrée gratuite sur réservation à conferencecoutcorruption@gmail.com


Christophe Grébert : "J'intègre l'association Anticor et devient son co-référent pour les Hauts-de-Seine"

Publié sur www.grebert.net :

Sent-117-600x400ANTICOR m'a demandé d'être son co-référent pour les Hauts-de-Seine. N'étant membre d'aucun parti et ne visant aucun mandat politique, j'ai accepté cette mission.

L'association Anticor lutte contre la corruption et défend l'éthique dans la vie publique. Elle est actuellement plaignante ou partie civile dans une cinquantaine d'affaires judiciaires en France.

Dans les Hauts-de-Seine, Anticor est présente depuis sa création en 2002, avec Séverine Tessier de Clichy, ex-présidente fondatrice, et Philippe Petit d'Asnières, ex-référent du 92 et trésorier de l'association. C'est un honneur de pouvoir poursuivre leur combat dans notre département.

Merci à son président Jean-Christophe Picard et au bureau d'Anticor pour leur confiance.

Je compte consacrer du temps à cette tâche, pour relayer les propositions de l'association, notamment auprès des parlementaires du 92, et faire un travail de veille sur les "affaires" locales.

Christophe Grébert

Je ne peux que vous encourager à adhérer à cette association de saine utilité publique : https://anticor.espace-adherent.org/


Corruption à la Défense : 10e anniversaire de la mise en examen de l'ex-maire de Puteaux

Sans titre

Il y a tout juste 10 ans, en août 2007, Charles Ceccaldi-Raynaud était mis en examen pour "favoritisme, recel d'abus de biens sociaux et corruption passive" dans l'affaire de l'attribution du marché du chauffage du quartier d'affaires de la Défense. Depuis, la justice ne semble pas pressée de programmer un procès.

Entre-temps, la fille de Charles, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, est devenue maire de Puteaux à la place de son père. Elle a plusieurs fois été entendue par le juge d'instruction pour s'expliquer sur l'origine des 102 kilos d'or découverts sur un compte caché au Luxembourg et qui pourraient correspondre à une partie des dessous de table versés dans cette affaire de corruption.

Entre-temps également, le fils de Joëlle Ceccaldi, Vincent Franchi, est entré au syndicat intercommunal du chauffage de la Défense que présidait son grand-père ! Ainsi, les affaires peuvent malgré tout se poursuivre dans la discrétion familiale.

Verra-t-on un jour cette famille jugée ? Ne perdons pas espoir. Il a bien fallu 30 ans pour que les Balkany soient inquiétés.

Une nouvelle enquête pour fraude fiscale a d'ailleurs été ouverte... Elle vise la fille de Joëlle Ceccaldi.

LIRE MON DOSSIER SUR LE CHAUFFAGE DE LA DÉFENSE

(photo : Nouvel Obs 2003)


VIDEO Les 2 enfants de la maire Les Républicains de Puteaux ont été assistants parlementaires

6a00d8341c339153ef01bb09838855970d-350wi

Vincent Franchi et Emilie Franchi-Laviec, les 2 enfants de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire Les Républicains de Puteaux, ont été assistants parlementaires.

Sans BAC, ni aucune expérience professionnelle, Vincent Franchi est devenu en 2005 assistant du sénateur des Hauts-de-Seine Jean-Pierre Fourcade. Celui-ci avait été réélu au Sénat grâce notamment aux voix de grands électeurs de Puteaux. Joëlle Ceccaldi était 2e sur sa liste. "C'est un jeune qui a de la méthode", m'avait à l'époque expliqué Jean-Pierre Fourcade aujourd'hui retraité. Vincent Franchi était officiellement chargé de "trier le courrier" du sénateur. Un fidèle collaborateur de Jean-Pierre Fourcade m'a assuré n'avoir jamais vu ce jeune homme au Sénat.

Mise à jour : Vincent Franchi aurait également été salarié par son grand-père au Sénat, m'indique un ancien assistant de ce dernier. Charles Ceccaldi-Raynaud a été sénateur de 1995 à 2004. Son petit-fils avait entre 16 et 25 ans.

Emilie Franchi-Laviec, également sans aucun diplôme, ni aucune expérience professionnelle, a été employée par sa mère lorsque celle-ci était députée de Puteaux-Neuilly à la place de Nicolas Sarkozy, entre 2005 et 2012. Là encore la discrétion d'Emile Franchi a été totale, comme d'ailleurs sa mère qui a été une députée fantôme avec 86% d'absentéisme.

Lors du conseil municipal de Puteaux du 8 mars 2017, j'ai posé la question suivante à Joëlle Ceccaldi-Raynaud : "Vos enfants Vincent et Emilie ont été assistants parlementaires. Pour quel montant total et pour quel travail réalisé ?"

La maire Les Républicains de Puteaux a refusé de répondre, se contentant de déclarer "c'est légal" (comme Fillon), avant de me menacer d'un procès pour diffamation :