Conseil 2017 Flux

VIDEO La municipalité de Puteaux refuse de soutenir la fondation Abbé Pierre

6a00d8341c339153ef01b7c8de13ff970b-350wi

Lors du conseil municipal de Puteaux, mercredi 8 mars 2017, le groupe d'opposition Le Rassemblement a proposé d'accorder une subvention à la fondation Abbé Pierre qui lutte pour que chacun puisse avoir un toit où vivre dignement. Nous avons demandé le déblocage d'une aide de 100.000 euros. "Nous n'avons jamais autant dépensé pour çà", nous a répondu la maire LR. Mais Joëlle Ceccaldi-Raynaud a au cours de la même séance du conseil municipal décidé de consacrer 200.000 euros pour un voyage à New York !!!

Voici l'intervention de la conseillère municipale Bouchra Sirsalane en séance : 

"Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, né le 5 août 1912 à Lyon et mort le 22 janvier 2007 à Paris. Fondateur du mouvement Emmaüs dont la fondation Abbé-Pierre et de nombreuses associations pour le logement des défavorisés, il consacra sa vie aux plus démunis.

La ville lui a rendu un hommage dans le puteaux infos du mois de février : « Jusqu'à sa mort, le 22 janvier 2007 il n’a cessé de se battre pour les malheureux. La France pleure son petit frère disparu. Rappelez-vous le 1er février 54… Saviez-vous que le film Hiver 54 fut tourné dans les salons de l’hôtel de ville en 1989 ? Dans un petit coin de la salle des mariages de l’hôtel de ville de Puteaux, l’Abbé Pierre regarde Lambert Wilson jouer son propre rôle. Non par vanité mais pour s’assurer que l’on parle bien des malheureux et de la misère. Le temps d’un tournage, l’hôtel de ville de Puteaux fait renaître l’hôtel Royal, rue de La Boétie, qui accueillit des centaines de sans abris après l’appel d’urgence de l’Abbé Pierre, durant l’hiver 54. »

La fondation Abbé Pierre lutte contre le mal logement depuis des années et pour que chacun puisse avoir un toit où vivre dignement. Elle accueille et oriente les personnes en difficulté de manière inconditionnelle, et lutte contre toutes les formes d’injustice et de discrimination dans le logement. Les missions de la fondation sont nombreuses, elle s'engage dans :

  • La construction et la réhabilitation de logements : Par exemple en 2012, la Fondation a lancé son 3e programme de construction de logements très sociaux intitulé « Toits d’abord », qui permet de produire des logements à loyer très social dont l’ensemble du coût d’usage, notamment les dépenses énergétiques, est maîtrisé. Et depuis 2005, la Fondation a construit plus de 9 000 logements accessibles aux personnes en difficulté et permis à des milliers de personnes de vivre dignement dans leur logement.
  • L'amélioration de l'habitat : Rendre l'habitat est une mission centrale de la Fondation. Depuis 2007, la Fondation finance un programme national d'éradication de l'habitat indigne, « SOS Taudis ». Rappelons qu'aujourd'hui, près de 4 millions de personnes vivent dans des conditions insupportables.
  • L'accompagnement et le conseil des familles, dans l'accès aux droits liés au logement : la Fondation Abbé Pierre soutient les associations qui accompagnent les ménages dans leurs démarches administratives et juridiques.
  • Dans l'accueil et le soutien des personnes en grande difficulté : En effet, La Fondation possède un réseau de 30 Boutiques Solidarité et 35 Pensions de famille réparties sur tout le territoire. Ces structures s'adaptent sans cesse aux besoins des personnes en grande difficulté qu'elles accueillent et soutiennent. 213 personnes sont salariées dans les Boutiques Solidarité et 245 bénévoles contribuent régulièrement à l'accueil. Elles sont ouvertes en moyenne 274 jours au cours de l'année.
  • A interpeller les pouvoirs publics : Tout au long de l'année et plus particulièrement chaque 1er février, la Fondation analyse les problématiques du mal-logement et interpelle les pouvoirs publics afin que le droit au logement pour tous soit effectif.
  • A sensibiliser sur le mal logement : Pour que la lutte contre le mal-logement soit une priorité nationale, une prise de conscience doit s'opérer et chacun doit comprendre la dimension de ce problème de société.

Nous demandons au conseil municipal de Puteaux décide d’accorder 100.000 euros à la Fondation Abbé-Pierre pour son combat en faveur de l’accès au logement des plus défavorisés".  


VIDEO La majorité municipale de Puteaux rejette la création d'un centre d'hébergement pour les femmes victimes de violences

IMG_3436

Lors du conseil municipal de Puteaux, mercredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le groupe d'opposition Le Rassemblement a proposé la création d’un centre d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences. Notre proposition a malheureusement été REJETÉE par la majorité municipale de Puteaux.

Que l’Etat le fasse” a répliqué sèchement la maire à l'intervention de ma collègue Bouchra Sirsalane.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a préféré faire distribuer aux conseillères municipales des boites de chocolats en forme de rouge à lèvres (sic!) "pour le 8 mars, la journée de la femme", a-t-elle précisé (en réalité il s'agit bien de la journée internationale des droits des femmes).

Nous regrettons, même si elle ne nous étonne pas, cette réaction du maire Les Républicains, car si une ville a les moyens financiers de réaliser ce centre d’hébergement et de répondre à cet appel à l’aide des femmes violentées, c’est bien la nôtre !

"Nous continuerons malgré tout à nous battre pour défendre ce projet, car il nous semble indispensable", a réagit la conseillère municipale Bouchra Sirsalane.


VIDEO La municipalité de Puteaux rejette la création d'une mission de relogement pour les expropriés de la ZAC des Bergères

6a00d8341c339153ef01b8d26812b0970c-350wi

Lors du conseil municipal de Puteaux, mercredi 8 mars, le groupe d'opposition Le Rassemblement a proposé la création d'une mission de relogement pour les expropriés de la ZAC des Bergères, sur le haut de la ville. Mais la majorité municipale a REJETÉ cette proposition défendue en séance par la conseillère municipale Bouchra Sirsalane.

Plusieurs familles habitent toujours aux Bergères dans les quelques bâtiments encore debout. Ils occupent des logement insalubres et impropres à l'habitation. Ces habitants devraient être relogés depuis longtemps. Mais la municipalité, qui en a l'obligation, fait traîner les choses, espérant peut-être que ces habitants, par découragement, s'en aillent d'eux-mêmes.

La proposition de l'opposition d'une mission de relogement aurait permis de mobiliser tous les services sociaux, les bailleurs sociaux, pour reloger ces Putéoliens dans la transparence. Mais la maire préfère traîtrer au cas par cas dans le secret de son cabinet, pour le plus grand malheur de beaucoup d'habitants abandonnés à leur sort. 


Logement, culture, éducation : les propositions de l'opposition au conseil municipal de Puteaux

DSC_0109Lors de la séance du conseil municipal de Puteaux, mercredi 8 mars 2017, l'opposition présentera 3 voeux sous forme de propositions sur le logement, l'éducation et la culture.

Mesure d'accompagnement relogement prioritaire Zac des Bergères :

La ville de Puteaux a pris l'initiative de réaliser une zone d’aménagement concerté (ZAC) autour de la place des Bergères, sans mettre en place en amont un accompagnement social pour chaque famille délogée par l’effet de cette opération. Des familles occupent encore actuellement des logements insalubres et impropres à l'habitation. Elles sont en attente d'un logement HLM depuis de nombreuses années. Or, la ville de Puteaux envisage de les déloger sans leur garantir ce relogement, alors qu'elle est dans l'obligation de le faire.

Considérant l’obligation de relogement encadrée et définie par les articles L314-1 et suivants du code de l’urbanisme, nous proposons la création d'une mission relogement spécifique pour ces familles des Bergères, en collaboration avec les partenaires locaux concernés (centre communal d’action sociale, autres services sociaux, service logement de la ville, bailleurs sociaux, etc).

Cette obligation de relogement respectera les normes minimales d’habitabilité. Les logements proposés devront être en bon état d’habitation, remplir les conditions normales d’hygiène et de sécurité, et satisfaire aux besoins personnels et familiaux, ainsi qu'aux possibilités financières des occupants.

Fondation-Abbe-pierre-logoDon à la Fondation Abbé Pierre :

Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, né le 5 août 1912 à Lyon et mort le 22 janvier 2007 à Paris. Fondateur du mouvement Emmaüs dont la fondation Abbé-Pierre et de nombreuses associations pour le logement des défavorisés, il consacra sa vie aux plus démunis.

La ville lui a rendu un hommage dans le puteaux infos du mois de février : « Jusqu'à sa mort, le 22 janvier 2007 il n’a cessé de se battre pour les malheureux. La France pleure son petit frère disparu. Rappelez-vous le 1er février 54… Saviez-vous que le film Hiver 54 fut tourné dans les salons de l’hôtel de ville en 1989 ? Dans un petit coin de la salle des mariages de l’hôtel de ville de Puteaux, l’Abbé Pierre regarde Lambert Wilson jouer son propre rôle. Non par vanité mais pour s’assurer que l’on parle bien des malheureux et de la misère. Le temps d’un tournage, l’hôtel de ville de Puteaux fait renaître l’hôtel Royal, rue de La Boétie, qui accueillit des centaines de sans abris après l’appel d’urgence de l’Abbé Pierre, durant l’hiver 54. »

Le conseil municipal de Puteaux décide d’accorder 100.000 euros à la Fondation Abbé-Pierre pour son combat en faveur de l’accès au logement des plus défavorisés.


6a00d8341c339153ef01b8d262ed23970c-350wi
Développement de la culture dans les écoles de Puteaux et sauvegarde du vieux cinéma :

Parce que la culture et l’éducation doivent faire partie des priorités de la commune de Puteaux, nous proposons de transformer le vieux cinéma du 3 rue Gerhard en lieu culturel et artistique dédié aux enfants des écoles.

Nous demandons à la municipalité de modifier son projet d’agrandissement de l’école Parmentier afin de préserver l’intégrité de ce bâtiment historique.

Conserver les volumes de cette ancienne salle de spectacles, et la dédier aux activités culturelles, permettra d’approfondir le développement des classes CHAM / CHAD (à horaires aménagés musique et danse), ainsi que des classes à PAC (projet artistique et culturel), comme que nous le proposions dès 2014. Ou encore, de faire enfin participer les écoles de Puteaux à l’initiative Traverses 92, qui permet aux classes du département de présenter des projets artistiques et culturels. 
Plus globalement, le Projet Educatif Territorial (PEDT) de Puteaux doit être totalement revu pour lui donner de l’envergure.

A l’heure où les innovations dans les écoles de France se multiplient (par exemple en appliquant l’approche Montessori au sein d’écoles publiques), Puteaux devrait être en pointe sur ce combat, si important pour l’avenir de nos enfants.


Logements HLM et "frais de bouche" : les questions au maire de Puteaux pour le conseil de mercredi

6a00d8341c339153ef01b7c8bab39b970b-350wiVoici les questions que nous poserons au maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud lors du conseil municipal du mercredi 8 mars :

Questions de Christophe Grébert :

- Alors que la moitié de vos élus profitent de logements HLM de grandes surfaces, bien situés et pas chers, et considérant que ces mêmes élus sont pour certains propriétaires, voire multi-propriétaires, ressentez-vous de la honte lorsque vous lisez ces 5 témoignages de mères de famille qui attendent d’urgence un logement social dans notre commune :

  • Je demande un HLM depuis 11 ans. Je suis une mère célibataire d’une fille de 11ans. En ce moment, je vie dans 20m2 à 700 euros. Pas de pension pour ma fille et avec 650 euro de salaire + 360 euros d’aide de la caf pour payer le loyer. Alors..... où est la justice ?
  • Je viens de faire le renouvellement de ma demande de logement social...cela fait 4 ans que j'attends. Je perçois 800€ par mois avec 2 jeunes encore étudiants. Mon loyer actuel est de 650€. Une fois payées toutes les charges, il nous reste 2,98€ chacun par jour pour l’alimentation, le non alimentaire, la pharmacie non remboursable, les transports, les vêtements, les loisirs. Et sans couvertures complémentaire santé.
  • Ma demande de Hlm est renouvelée depuis 2011. Hébergée, je dors sur un matelas que je range tous les matins, avec mes 2 enfants. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de logement disponible pour ma famille.
  • Nous vivons dans un studio de 20m2 envahi par les champignons. J'ai accouché il y a deux mois. J’ai été obligée d'aller chez mes beaux parents, car pas de logement vacant.
  • Nous demandons un HLM depuis plusieurs années. Nous vivons dans un 38m2 avec un loyer exorbitant de 950€. Nous avons dû vendre certains de nos meubles, afin que notre enfant de 6 mois puisse évoluer sans danger. Avec nos 2 salaires, après toutes les dépenses et factures de la crèche, il ne nous reste plus que 22€/mois pour les imprévus.

- Vos enfants Vincent et Emilie ont été assistants parlementaires et chargés de mission à la mairie. Pour quel montant total et pour quel travail réalisé ?

- Le nouveau directeur de l’OPH de Puteaux occupe un logement de la ville de Puteaux rénové à grands frais. Compte-t-il le rendre ?

- Le journal de 20h de France 2 a révélé le mercredi 1er mars qu’un élu de votre majorité, rémunéré 7.500 euros nets par mois, occupait un logement HLM. Compte-t-il le rendre ?

- Qui occupe actuellement le grand logement duplex situé en haut de la résidence des étudiants, 45 rue des Pavillons ?

- A partir de témoignages d’anciens membres de votre cabinet, nous évaluons à au moins 10.000 euros par mois le montant de vos “frais de bouche” personnels. Comprenez-vous que cette somme soit choquante et comptez-vous la réduire à l’avenir ?


Eloïse :
Avez-vous déjà signé des contrats pour les futurs commerces de l'éco-quartier ? Ce serait vraiment essentiel d'avoir une boulangerie, un médecin ou surtout un dentiste. Ça manque dans le haut de Puteaux. Et vu les grands travaux pour l'éco-quartier, la taxe d'habitation risque-t-elle d'augmenter ?

Jean-Pierre : Comment les finances de Puteaux vont-elles ? L’augmentation des cotisations des activités sportives et autres et la chasse au stationnement irrégulier font penser que les caisses sont vides et que tous les moyens sont bons pour rentrer de l’argent. De plus, la gratuité du stationnement a été supprimée entre 12h et 14h.

Georges : Revoir la propreté des trottoirs (rue Jean Jaurès à partir de la rue des Pavillons) et escaliers d’accès terrasse Bellini qui sont très sales (mégots, chiens, canettes, papiers divers et encombrants mal ramassés…).

SI VOUS AVEZ DES QUESTIONS A POSER AU MAIRE DE PUTEAUX, ENVOYEZ MOI VOTRE TEXTE : GREBERT@GMAIL.COM


1er Conseil municipal de l'année à Puteaux le mercredi 8 mars 2017

Cm8mars

J'ai reçu jeudi soir, un peu avant minuit, un mail de la mairie de Puteaux m'informant de la tenue d'un conseil municipal le mercredi 8 mars à 19h30. Comme d'habitude, la maire LR, montrant là son grand esprit démocratique (je rigole), nous prévient au tout dernier moment de la tenue d'une séance afin que nous ayons le minimum de temps pour la préparer !

L'ordre du jour de ce conseil contient pourtant une question très importante et qui demande du temps de préparation : le débat sur les orientations budgétaires pour l'année 2017, avant le vote du budget lui-même d'ici fin avril.

Par ailleurs, et comme elle le fait régulièrement par clientélisme communautariste, la majorité ceccaldiste présentera à la fin du conseil un voeu pro-Israël.

L'opposition, pour sa part, présentera un voeu sur la transformation de l'ancien cinéma en lieu culturel et artistique dédié aux enfants des écoles de la ville.

Et puis, comme nous le faisons à chaque fois à la fin du conseil, nous poserons au maire VOS questions. Envoyez-moi vos questions : grebert@gmail.com. J'en ai déjà reçu plusieurs, notamment sur les critères d'attribution des logements HLM, alors que France 2 vient de révéler qu'un maire-adjoint de Puteaux, rémunéré 7.500 euros nets par mois, profite d'un logement social. On interrogera donc la maire sur tout cela.

Voici l'ordre du jour du conseil : 

1 Désignation d'un secrétaire de séance
2 Appel nominal
3 Adoption du procès-verbal du Conseil Municipal du 14 décembre 2016
4 Communications

5 Modification de la délégation de pouvoir au Maire en application de l'article L.2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales
6 EcoQuartier des Bergères - ZAC des Bergères - Lot n°4 - Cession amiable d'un tréfonds supplémentaire à la société SEGER
7 Acquisition amiable par la Ville de la parcelle V n°19p sise 1 rue Rouget de l'Isle/rue des Bas Rogers
8 Acquisition amiable par la Ville du lot de copropriété n° 136 - Bâtiment D - sis 111-115 rue Jean Jaurès et 17-19 rue Collin

9 Rapport de situation d'égalité femmes - hommes
10 Autorisation au Maire de signer l'avenant n°1 au Contrat Enfance Jeunesse
11 Adhésion à l'association Conseil national des Villes et Villages Fleuris
12 Prise en charge des frais liés aux déplacements des Conseils communaux des Jeunes et du Conseil de la Jeunesse
13 Approbation du projet bilatéral d'échange franco-américain de deux classes de l'école élémentaire République et d'un déplacement à New-York
14 Prise en charge de l'activité "Portage de repas" par le Centre Communal d'Action Sociale

15 Rapport d'orientations budgétaires

16 Vœu relatif à la condamnation du boycott d'Israël et à la promotion de la paix entre les Israéliens et les Palestiniens.