Conseil 2011 Flux

Conseil municipal de Puteaux : sans micro, j'essaye de me faire entendre

Le dernier conseil municipal de Puteaux de l'année, vendredi 16 décembre 2011, a été marqué par plusieurs incidents graves. Dans un courrier, j'ai alerté le préfet des Hauts-de-Seine. J'attends sa réponse. Je la publierai.

Au cours de cette séance, j'ai essayé à plusieurs reprises de prendre la parole, mais avec un micro sous-modulé ou carrément coupé, interrompu systématiquement par le maire, et sous les hués de ses supporters et de ses élus, c'était mission quasi impossible.

Voici les 20 premières minutes de ce conseil, au cours desquelles le maire - comme on nous l'avait dit - nous joue un numéro de grande tragédienne, victime de son opposition. Vous aurez compris qu'il s'agit de créer un rideau de fumée sur les affaires du moment : l'enquête judiciaire en cours sur ses comptes dans des paradis fiscaux et les scandales des logements des élus UMP.


Conseil municipal de Puteaux : sans micro... par grebert

On s'étonnera que la mairie ne diffuse plus sur son site l'enregistrement du conseil. Je vais donc le faire à sa place. Je publierai les autres séquences de cette séance tristement mémorable au cours des prochaines semaines, en même temps que des notes sur les sujets traités. Il sera notamment question du conservatoire qui va être construit dans la Zac Pressensé dans des conditions étranges.


Conseil municipal de Puteaux : les dossiers de la séance du vendredi 16 décembre 2011

5552433083_6762b4d40d Comme chaque mois, je mets à votre disposition les dossiers que la mairie de Puteaux envoie aux élus avant chaque séance du conseil municipal. Je fais ce que la municipalité ne fait pas, puisque vous ne trouverez pas ces éléments sur le site officiel de la ville.

Voici les dossiers de la séance du vendredi 16 décembre 2011.

Ordre du jour : Téléchargement Odj.pdf

Dossiers :

partie 1/ Téléchargement 01.pdf
partie 2/ Téléchargement 02.pdf
partie 3/ Téléchargement 03.pdf

Ce dernier conseil municipal de l'année 2011 a été marqué par de graves incidents. J'ai alerté le préfet des Hauts-de-Seine. L'UMP a par ailleurs voté contre un voeu de l'opposition pour un gestion transparente des logements HLM.

via www.grebert.net


Logement à Puteaux : une vieille dame relogée dans un studio HLM complètement dégradé

Pieceprincipale

Cuisine

Sdb

Voici les photos d'un studio de la résidence Bellini que l'Office HLM de la ville vient d'attribuer - en l'état - à une vieille dame vivant seule depuis la mort de son mari. Cette dame a été expropriée du quartier des Bergères, où son époux possédait un modeste appartement au 11 rue du Moulin.

Après le rachat de ce bien par la ville et une fois retirés les frais de succession et de justice, il ne reste à cette dame que 20.000 euros. 2 choix se présentent alors à elle : soit trouver à se reloger dans le privé, soit solliciter un logement social, la commune se devant de reloger les expropriés de la ZAC.

Se loger dans le privé, avec sa petite pension, c'est impossible. Elle demande donc à la ville un relogement dans le parc HLM. La ville accepte moyennant une "minoration de l'indemnité de dépossession". Sur les 20.000 euros, on lui en retire encore 12.000 ! Il ne reste donc à la vieille dame qu'un modeste capital de 8.000 euros pour ses derniers jours.

Fin octobre, l'Office HLM lui attribue un logement "de type F2", a annoncé le maire lors du conseil municipal du vendredi 16 décembre 2011. Les photos publiées ci-dessus montrent qu'il s'agit plutôt d'un studio. Ce logement a de plus été attribué dans un état lamentable : rien n'a été refait, même pas un coup de peinture. "Il n'y a plus de budget", assurent les services. Quand il s'agit d'un élu UMP ou d'un ami, cette question ne se pose jamais : le logement - souvent un 5 pièces - est refait du sol au plafond.

Voici comment on traite une dame âgée à Puteaux, "la ville où il fait bon vivre" (sic).

Vendredi, au conseil municipal, Sylvie Cancelloni a demandé que la ville renonce aux 12.000 euros de minoration. Demande soutenue par Nadine Jeanne, qui suit la situation de cette dame depuis le début. Le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a catégoriquement rejeté ce geste de solidarité.


L'opposition de Puteaux alerte le préfet sur les incidents au conseil municipal (Le Parisien)

Parisien191211

Le Parisien des Hauts-de-Seine publie un nouvel article sur le conseil municipal de Puteaux du vendredi 16 décembre 2011. Cette séance a été marquée par de graves incidents : nos micros coupés, huées des partisans du maire à chaque fois qu'un élu de l'opposition s'exprimait, menaces physiques d'élus de la majorité... Mon collègue Bruno Lelièvre, d'Europe Ecologie Les Verts, a été sorti de la salle par la police municipale, sur ordre du maire. Pour tous ces faits, rapportés dans le journal, nous allons alerter le préfet des Hauts-de-Seine. Nous lui demanderons notamment de rappeller au maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud le sens du mot démocratie.

MISE À JOUR : VOICI MA LETTRE AU PRÉFET DES HAUTS-DE-SEINE


Transparence de la gestion du parc HLM de Puteaux : l'UMP vote CONTRE (video)

Lors du conseil municipal de Puteaux du vendredi 16 décembre 2011, la majorité UMP a voté contre une proposition de l'opposition pour une gestion transparente du parc HLM de la ville.
Le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a prétexté des dispositions légales pour justifier son refus de désigner un représentant de l'opposition au sein de la commission d'attribution des logements. Mais rien n'empêche un élu de la majorité de démissionner du conseil d'administration de l'office public de l'habitat pour être remplacé par un élu de l'opposition. Les arguments de la majorité ne sont donc pas recevables.
L'appel aux élus UMP pour qu'ils renoncent à leur logement HLM au profit de familles plus prioritaires (7.000 demandes sont en attente à l'office de Puteaux !) n'a même pas été discuté par le maire.
L'attribution des logements HLM est au coeur de sa politique clientéliste. Elle n'y renoncera donc pas, puique c'est, en réalité, son unique politique.

Voici l'enregistrement de cette partie du conseil municipal effectué depuis la tribune du public. Vous constaterez qu'on ne peut y voir que le maire et pas les élus de l'opposition :


Transparence de la gestion du parc HLM de... par grebert


Un conseil municipal de Puteaux placé sous le contrôle de militants UMP vociférants

Le parisien des Hauts-de-Seine a publié ce matin un assez triste compte rendu de l'ambiance au conseil municipal de vendredi soir à Puteaux. Cela a été particulièrement difficile : la tribune avait été remplie, bien avant l'heure, par des supporters du maire UMP. Plusieurs citoyens venus assister à la séance ont été refoulés par les policiers municipaux et d'autres hommes, appelons-les des "gardes du corps en civil".

Leparisien171211

Durant le conseil, mon micro était systématiquement coupé. J'étais obligé de parler sous les huées d'un public sélectionné. Il était impossible de me faire entendre sans crier. Le maire se réjouissant du cirque ambiant. Plusieurs élus UMP sont en permanence retournés vers la rangée de l'opposition et nous provoquent : "Je vais te mettre mon poing dans la gueule", me lance l'un d'eux.

A un moment, mon collègue d'EELV Bruno Lelièvre a sorti un appareil photo de son sac et l'a mis sur son bureau. Il n'en fallait pas plus pour déclencher la fureur du maire : elle a fait appeler la police pour nous faire sortir ! "C'est interdit par le règlement intérieur", a-t-elle hurlé. Nous sommes rapidement entourés de policiers prêts à nous sortir de force. Je refuse de quitter la salle, mais mon collègue écolo doit suivre les policiers pour expliquer un simple geste sans conséquence ! Je n'ai jamais vu cela en 10 ans de conseil. Il n'y a qu'à Puteaux où la simple vue d'un appareil photo déclenche une telle réaction d'un maire !

Malgré tout, nous avons poursuivi notre travail et fait différentes interventions que je mettrai en ligne dans les prochains jours. Comme c'était à prévoir, Joëlle Ceccaldi-Raynaud n'a répondu à aucune de nos interrogations sur les affaires des dernières semaines : ses comptes au Luxembourg, les attributions opaques des logements HLM, etc.

La majorité a refusé de voter notre voeu pour une meilleure gestion des logements sociaux.

Nous sommes sortis à minuit, après 5 heures d'un véritable affrontement permanent pour pouvoir nous exprimer.

A la fin, le maire a voulu punir l'opposition : nous n'avons pas eu droit aux traditionnels cadeaux de Noël offerts aux conseillers. Seuls les élus de la majorité sont repartis avec leurs petits paquets remplis de plus de 200 euros de présents payés sur le budget de la commune. Du clientélisme jusque dans l'enceinte de l'assemblée communale...

Joyeuses fêtes !

A LIRE SUR LE MEME SUJET :

- le compte-rendu de Nadine Jeanne,
- une note de Sylvie Cancelloni,
- ...