Commemorations Flux

Demain, à Puteaux, souvenons-nous des victimes du 13 novembre et faisons flotter nos couleurs

5654108014_c427b0380d_z

François Hollande invite les Français à «pavoiser» de drapeaux tricolores leur domicile lors de l'hommage solennel qui sera rendu vendredi aux Invalides aux victimes des attentats de Paris et du stade de France. Je vous invite à participer à cette action symbolique.

L'objectif est de «permettre à chacun de participer d'une manière ou d'une autre à cet événement», a expliqué le porte-parole du gouvernement. 

La mairie de Puteaux, habituée à nous faire des cadeaux toute l'année, aurait pu avoir l'initiative de distribuer des drapeaux à toute la population. Cela aurait été une belle action.

Porter le drapeau bleu-blanc-rouge, afficher notre devise "Liberté, Egalité, Fraternité", chanter "La Marseillaise" sont les signes de notre attachement à la démocratie et à notre République. 

Le patriotisme français est porteur de valeurs humanistes dont nous pouvons être fiers. Il n'est pas le nationalisme rétrograde et excluant revendiqué par les extrémistes. Ceux là n'ont rien compris à ce qu'est la France depuis la Révolution.

Unis, debout, français, patriotes, démocrates, demain souvenons-nous des victimes du 13 novembre et affichons nos couleurs.

Christophe Grébert

(photo : façade mairie de Puteaux, Flickr)


2 cérémonies du 11 novembre organisées à Puteaux, le maire LR et le député UDI ne pouvant pas se voir

2Cette année encore, il y a eu 2 cérémonies du 11 novembre au monument aux morts de Puteaux. Une première cérémonie a eu lieu le matin présidée par le maire et une seconde l'après-midi organisée par le député.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire LR de Puteaux, refuse en effet la présence sur son territoire de Jean-Christophe Fromantin, député UDI de la circonscription de Puteaux-Neuilly-Courbevoie.

Elle ne l'invite pas aux cérémonies. Une année, Fromantin a insisté pour venir déposer une gerbe devant le monument aux morts. Ceccaldi lui avait alors donné un mauvais horaire ! Le député-maire de Neuilly était arrivé alors que la cérémonie s'achevait. Humiliation publique.
Une autre année, le fils du maire et conseiller général, Vincent Franchi, avait ostensiblement tourné le dos au député lorsque celui-ci se recueillait devant le monument aux morts. Irrespect.

Pour éviter de trop exposer leur haine mutuelle, Joëlle Ceccaldi et Jean-Christophe Fromantin ont donc décidé depuis plusieurs années d'organiser leur propre cérémonie. Les associations d'anciens combattants, attachées à leurs subventions municipales et aux cocktails réguliers, n'assistent qu'à celle du maire.

Cette année, j'ai préféré m'abstenir tout court. Je suis trop respectueux de la mémoire des hommes et des femmes morts pour notre pays pour participer à ce semblant d'hommage républicain.


Cérémonie du 11 novembre au cimetière de Puteaux

1980657025_05644e2f4d_zLa traditionnelle cérémonie en souvenir de l'armistice du 11 novembre 1918 aura lieu demain matin à partir de 10h au cimetière nouveau de Puteaux, derrière la Grande Arche.

Il y a un siècle, en 1914, la France entrait en guerre contre l'Allemagne. Le conflit serait court, croyait-on alors. Il dura 4 ans et fit des millions de morts. Cette année, nous nous souvenons de cette tragédie. Comme partout en France, Puteaux organise des expositions dans différents lieux de la commune.

La cérémonie du 11 novembre prendra donc demain un caractère exceptionnel, avec une exposition de photographies en hommage aux poilus, les combattants de la "grande guerre".

(photo : Flickr)


11 novembre à Puteaux : le maire et le député font cérémonie à part

IMG_0124La célébration de l'armistice du 11 novembre 18 est un moment de rassemblement républicain : la France, unie dans le souvenir, rend hommage aux millions de victimes de la Grande Guerre et des autres conflits.

La politique partisane ne devrait donc pas y avoir sa place. Ce n'était pas le cas hier à Puteaux, où cette année encore - encore plus cette année à la veille des élections municipales - le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud et son fils Vincent Franchi ont voulu s'accaparer pour eux seuls ce rendez-vous national de mémoire et de recueillement.

Le maire a en effet refusé d'associer à la cérémonie les élus de l'opposition. Lundi matin, ces derniers ont été tenus à l'écart des dépôts de gerbe.

Le maire UMP de Puteaux a aussi refusé d'inviter le député de Puteaux/Neuilly. L'UDI Jean-Christophe Fromantin a été obligé de venir lundi après-midi pour pouvoir déposer une gerbe de fleurs devant le monuments aux morts de Puteaux, en l'absence du maire ou de l'un de ses représentants !

Personnellement, je me suis rendu aux 2 cérémonies, regrettant le comportement du maire de Puteaux. J'ai salué républicainement la présence de notre député.
Ici encore, Joëlle Ceccaldi s'est montrée indigne de son mandat.
Christophe Grébert

10805465715_c6a8b19f3c_z

10805474225_24c638c076_z

10805610704_33ac0bdb9b_z
Christophe Grébert avec l'équipe Puteaux pour vous à la cérémonie du 11 novembre

(photos : ED, Flickr)


Cérémonie du 11 novembre au cimetière de Puteaux

1980657025_1fd7371233_o

La commémoration du 95e anniversaire de l'armistice signé à Rethondes mettant fin à la 1ère guerre mondiale sera marquée comme chaque année à Puteaux par une cérémonie au cimetière nouveau (derrière la Grande Arche de la Défense).

RDV devant le monument aux morts, lundi 11 novembre à 10h15, avec les associations d'anciens combattants et les élus du conseil municipal.

(photo : Flickr, Christophe Grébert)


Les élus de l'opposition à la cérémonie du 8 mai à Puteaux

Publié sur le site de Christophe Grébert :

20130508_105955

Avec Nicole Berlemont, l'une de mes collègues de l'opposition au conseil municipal de Puteaux, nous avons participé mercredi à la cérémonie du 8 mai, marquant le 68e anniversaire de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie.

Dans son message, lu devant chaque monument aux morts de France, le ministre de la défense chargé des anciens combattants Kader Arif a cité Joseph Kessel dans  « L'armée des ombres » :

"Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celle des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de tortures où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres".

"La résistance. Tu entends ? Endors-toi avec ce mot dans la tête. Il est le plus beau, en ce temps, de toute la langue française" faisait aussi dire Joseph Kessel à son personnage Philippe Gerbier.