Clientelisme Flux

La carte de voeux 2017 du maire de Puteaux est arrivée. Mais il manque quelque chose...

IMG_3078

Chaque année, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire Les Républicains de Puteaux, fait distribuer dans toutes les boites aux lettes de la ville une luxueuse carte de voeux payée avec les impôts des habitants. L'édition 2017 est arrivée ce matin dans nos boites ! Il s'agit d'un photophore en carton. Mais il manque quelque chose à l'intérieur...

ATTENTION DANGER, un papier précise en effet qu'on ne peut pas placer de bougie à mèche dans ce photophore... Et oui, au départ, la mairie avait prévu d'y ajouter une bougie à LED. Cette idée LUMINEUSE aurait coûté 144.000 euros, SOIT 4 EUROS 80 par carte ! Mais la ville, à force de gaspillage, n'a plus d'argent et a dû renoncer... Pas de bougie LED et un avertissement à la place. En espérant que personne n'y placera de vraie bougie et qu'aucun incendie ne sera déclenché à cause de ce cadeau inutile.

Cette carte lumineuse sans lumière marque le début de la fin du clientélisme ceccaldiste... 


Les dépenses de la mairie de Puteaux pour les fêtes de Noël : juste ou pas juste ?

Parisien

Comme chaque année, Le Parisien des Hauts-de-Seine a publié samedi un article sur les dépenses de la ville de Puteaux pour les fêtes de Noël. 840.000 euros cette années pour les illuminations et la patinoire de l'Hôtel-de-Ville.

C'est moins que les précédentes années, affirme le cabinet du maire. Les appels de l'opposition à la réduction de la dépense publique sur le superflu sont au moins un peu entendus. Mais c'est encore bien plus que ce que dépensent les autres communes des Hauts-de-Seine pour les fêtes de fin d'année.

Samedi, parents et enfants étaient convoqués en mairie pour recevoir les traditionnels cadeaux : des poussettes roses pour les filles et des hélicoptères télécommandés pour les garçons.
Dans la soirée, une méga fête étaient organisée sur le parvis de l'Hôtel-de-Ville pour le lancement des illuminations. Un faste démesuré, alors que dans le même temps Puteaux ne fait rien pour des dizaines de Putéoliens victimes de marchands de sommeil.

"Les enfants sont heureux, c'est l'essentiel" disent les fans de Joëlle Ceccaldi impressionnés par ses cadeaux à gogo. Mais quels enfants ? Pas ceux en tout cas que nous avons visité dans des logements insalubres de la rue Jean Jaurès ou du vieux Puteaux.

"Vous ne serez jamais élu en critiquant les cadeaux", me dit-on. Mais cela ne m'intéresse pas d'être le représentant de personnes qui préfèrent l'égoïsme à la fraternité. Finalement, on a les élus qu'on mérite. Le clientélisme n'est pas nouveau. Et il ne fonctionne que parce qu'il y a des gens à acheter.

 

C'était magnifique ! Merci Puteaux pour ce jolie spectacle ⛄🎆🎄#villedePuteaux #christmasparty

Une vidéo publiée par MissKiki (@kikilycious) le


Des cartables roses et bleus pour les écoliers : attention, ce n'est pas gratuit. L'école est payante à Puteaux

Sacrose

Tous les parents des enfants scolarisés à Puteaux ont reçu dans la semaine un carton signé par la maire LR de Puteaux, Joëlle Ceccaldi, et par son fils et maire adjoint à l'éducation, Vincent Franchi. Ils étaient invités à venir chercher ce matin en mairie des cadeaux pour la rentrée des classes, dont un cartable : rose pour les filles et bleu pour les garçons.

Sur twitter, la mairie de Puteaux suggère que cette distribution de cartables genrés et de fournitures scolaires se fait au nom de l'"égalité des chances".  En réalité, c'est une simple opération clientéliste. Car ces cartables et les cadeaux qui les accompagnent (des chocolats notamment) ont été financés sur le budget des écoles. C'est donc autant d'argent en moins pour le fonctionnement des activités scolaires. Résultat : tout au long de l'année, pour payer tel ou tel matériel nécessaire en classe, les enseignants doivent réclamer de l'argent aux parents... Ces derniers se retrouveront donc à payer après coup le "cadeau" offert ce matin à leurs enfants, et parfois au double !

L'égalité des chances, ce serait d'assurer l'école gratuite. Ce qui est donc loin d'être le cas à Puteaux. Ici, les activités scolaires et périscolaires sont payantes. En 2015, pour le périscolaire et la garderie, nous avons calculé que cela pouvait coûter jusqu'à 58 euros par mois et par enfant !

Une partie du matériel distribué en mairie n'arrive jamais dans les classes, parce qu'inutile ou doublé et même triplé d'année en année. C'est autant d'argent de moins pour le budget de l'éducation. "Ca fait plaisir" mais en fait c'est une mauvaise utilisation de l'argent. Ce que je propose depuis des années : que cet argent dépensé pour ces grandes distributions en mairie avec chocolats, clowns, etc, soit intégralement versé aux caisses des écoles : aux enseignants ensuite de commander et de distribuer le matériel nécessaire à tous les enfants et tout au long de l'année scolaire. c'est simple, logique, efficace, économe... même si ça fait moins "plaisir" qu'une fête en mairie.

20160826_192748

Rentree

(photo : instagram)


Propriétaire de 10 appartements, 190.600 euros de revenus annuels... et un logement HLM à Puteaux

Prefet-gardere-lemonde-fm

Alain Gardère est un ex-grand flic proche de Nicolas Sarkozy. Il a été mis en examen en janvier dernier  pour « prise illégale d’intérêt », « corruption passive »,« recel d’abus de biens sociaux » et « détournement de fonds publics ».

Selon un article publié jeudi par Mediapart - "De nouveaux soupçons de corruption pèsent sur le préfet Alain Gardère" -, celui-ci bénéficierait d'un logement de l'OPH (office HLM) de Puteaux, malgré des revenus élevés : propriétaire de 10 logements, il en tire 55.000 euros de revenus foncier par an. Fait préfet par Nicolas Sarkozy, son salaire mensuel net est de 9.800 euros. Il bénéficie également d'une prime annuelle de 18.000 euros. Ce qui fait un total de 190.600 euros de revenus par an.

MediapartToujours selon Mediapart, il a également déclaré détenir 180.000 euros d'assurance-vie et il ne serait pas imposable !

Une situation très confortable qui n'aurait donc pas empêché Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire LR de Puteaux et présidente de l'office HLM communal, de lui accorder un logement social de 3 pièces récemment acheté par l'OPH dans une résidence neuve du centre de Puteaux.

Dans quelles conditions ce logement a été attribué par l'OPH de Puteaux ? Je poserai la question au maire lors du prochain conseil municipal, mardi 5 juillet.
Christophe Grébert

MISE A JOUR : dans Le Parisien, l'OPH de Puteaux affirme que "tous les indicateurs sont au vert". Après ces nouvelles révélations de Mediapart, cette affirmation est une plaisanterie. CG

A LIRE AUSSI : L'ENQUETE DE L'ENCOLS SUR L'OFFICE HLM DE PUTEAUX

(images : extraits Le Monde 24/2/16 et Médiapart 30/6/16)


Clientélisme : Les fours de la mairie de Puteaux sont déjà en vente sur Le Bon Coin

Chaque année c'est la même chose. Les fours micro-ondes de la mairie de Puteaux récupérés mardi sont revendus mercredi sur Le Bon Coin (voir la capture écran ci-dessous). La mairie a utilisé le budget du CCAS, normalement destiné à l'aide sociale, pour offrir ce "cadeau" que des gens revendent ensuite parce qu'ils n'en ont pas l'utilité. C'est autant d'argent de moins pour aider des personnes vraiment dans le besoin. Quand la mairie de Puteaux arrêtera de gaspiller l'argent public ?

Four-boncoin


La mairie de Puteaux distribue des cadeaux : four à micro-ondes et épluche-pommes (sic)

ClientelismeGrande distribution de "cadeaux" aujourd'hui à‪ ‎Puteaux‬ : la mairie avait convoqué des milliers de personnes âgées au marché couvert de la rue Eichenberger. Venus avec leur caddie, les seniors sont repartis chacun avec le four à micro-ondes promis à Noël dernier, plus un épluche pommes en bonus !

Les 2.260 fours et les "pèles-pommes" ont ainsi été distribués, au cours d'une gigantesque opération clientéliste comme les Ceccaldi-Raynaud savent faire. Plusieurs centaines de milliers d'euros, normalement destinés à l'action sociale (CCAS), ont ainsi été encore dépensés pour faire plaisir aux électeurs.

Où comment acheter individuellement les citoyens... plutôt que d'agir en faveur de l'intérêt général.

Interrogée par Le Parisien, la mairie - pour justifier cette dépense - ose affirmer que les séniors ne seraient pas équipés de four et que certains mangeraient "leurs plats froids". Clientélisme et mensonge vont de pair, semble-t-il. Qui n'est pas équipé d'un four chez lui ? Une très faible minorité, heureusement. Cette justification n'a aucun sens. Il suffirait d'aider ceux qui sont vraiment dans le besoin. C'est l'objectif du budget du CCAS.

Olivier Kalousdian, élu d'opposition EELV, a assisté à cette distribution. Il témoigne sur son site : Une générosité bien ordonnée…

(photos : ED & Olivier Kalousdian)