Ceccaldi-Franchi Flux

VIDEO Les 2 enfants de la maire Les Républicains de Puteaux ont été assistants parlementaires

6a00d8341c339153ef01bb09838855970d-350wi

Vincent Franchi et Emilie Franchi-Laviec, les 2 enfants de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire Les Républicains de Puteaux, ont été assistants parlementaires.

Sans BAC, ni aucune expérience professionnelle, Vincent Franchi est devenu en 2005 assistant du sénateur des Hauts-de-Seine Jean-Pierre Fourcade. Celui-ci avait été réélu au Sénat grâce notamment aux voix de grands électeurs de Puteaux. Joëlle Ceccaldi était 2e sur sa liste. "C'est un jeune qui a de la méthode", m'avait à l'époque expliqué Jean-Pierre Fourcade aujourd'hui retraité. Vincent Franchi était officiellement chargé de "trier le courrier" du sénateur. Un fidèle collaborateur de Jean-Pierre Fourcade m'a assuré n'avoir jamais vu ce jeune homme au Sénat.

Mise à jour : Vincent Franchi aurait également été salarié par son grand-père au Sénat, m'indique un ancien assistant de ce dernier. Charles Ceccaldi-Raynaud a été sénateur de 1995 à 2004. Son petit-fils avait entre 16 et 25 ans.

Emilie Franchi-Laviec, également sans aucun diplôme, ni aucune expérience professionnelle, a été employée par sa mère lorsque celle-ci était députée de Puteaux-Neuilly à la place de Nicolas Sarkozy, entre 2005 et 2012. Là encore la discrétion d'Emile Franchi a été totale, comme d'ailleurs sa mère qui a été une députée fantôme avec 86% d'absentéisme.

Lors du conseil municipal de Puteaux du 8 mars 2017, j'ai posé la question suivante à Joëlle Ceccaldi-Raynaud : "Vos enfants Vincent et Emilie ont été assistants parlementaires. Pour quel montant total et pour quel travail réalisé ?"

La maire Les Républicains de Puteaux a refusé de répondre, se contentant de déclarer "c'est légal" (comme Fillon), avant de me menacer d'un procès pour diffamation : 


Joëlle Ceccaldi fait de l'opposition systématique au conseil municipal de Puteaux

IMG_3443

Lors du conseil municipal de Puteaux, mercredi 8 mars 2017, le groupe Le Rassemblement a fait plusieurs propositions pour améliorer l'efficacité de l'action municipale, notamment en direction des écoliers et des expropriés des Bergères. Mais la majorité municipale a systématiquement repoussé ces différents idées.

Ainsi, Joëlle Ceccaldi-Raynaud et ses élus ont REFUSÉ :

La création d'une mission s'assurant du relogement des expropriés de la ZAC des Bergères, comme la loi oblige la ville à le faire. 

D'accorder une aide à la fondation Abbé Pierre qui lutte contre le mal logement.

De soutenir la création à Puteaux d'un centre d'hébergement d'urgence pour les femmes victimes de violence.

De sauver de la destruction le vieux cinéma pour en faire une salle de spectacles dédiée aux activités culturelles et artistiques des écoliers de la ville.

Ainsi donc, aurions-nous un débat pour nous accorder sur le fait que la Terre est ronde, que Joëlle Ceccaldi-Raynaud et sa majorité affirmeraient que notre planète est plate ! Malgré tout, nous continuerons à PROPOSER, car c'est notre conception de l'action politique.
Christophe Grébert


Quand la maire LR de Puteaux menaçait la police

Joellepolice

Les rapports entre la maire LR de Puteaux et la police nationale n'ont pas toujours été au beau fixe. Joëlle Ceccaldi-Raynaud a du mal avec le respect des règles républicaines.

En 2003, parce qu'un agent de police avait mis un PV à son fils Vincent Franchi, l'élue, alors députée, suppléante de Nicolas Sarkozy, avait fait un scandale au commissariat de police. Les syndicats de police Alliance et CGP-FO avaient alors vivement protesté.

Voir la Revue de Presse de l'époque

(photo : Le Parisien des Hauts-de-Seine)


Les arrangements du maire de Puteaux avec l'Impôt sur la fortune (médiapart)

MediapartAprès avoir révélé que le maire de Puteaux avait faire sortir 102 kilos d'or d'une banque au Luxembourg, le site Médiapart publie de nouvelles informations sur la fortune immobilière de Joëlle Ceccaldi-Raynaud : celle-ci aurait durant des années sous-évalué la valeur de sa maison à Puteaux pour payer moins d'ISF.

extrait : 

"(..) Joëlle Ceccaldi habite une belle maison de deux étages avec jardin, qui compte cinq pièces et 268 m2, idéalement située dans le quartier de la Colline, une paisible zone pavillonnaire qui s’étend juste derrière la mairie. Dans sa déclaration d’ISF de 2010, la maire la déclarait pour 416 000 euros. Si l’on tient compte de l’abattement de 30 % applicable à la résidence principale, cela signifie que l’édile évalue son bien à environ 595 000 euros. Alors qu’il vaut environ deux fois plus (..) Selon nos calculs, et si l’on retient une valeur de 1,2 million, la sous-déclaration de la valeur de sa maison a permis à Joëlle Ceccaldi-Raynaud de réduire son ISF d’environ 2 000 euros par an (..)". 

A lire sur le site Médiapart.

Le maire s'est par ailleurs accordé un permis de construire pour ajouter 1 étage à sa maison, sur les hauteurs de la ville, lui permettant d'avoir une vue imprenable sur tout Paris. C'est bête, elle va payer encore plus d'impôts ! ou pas...

Maison2


Quand la maire de Puteaux tente de modifier sa fiche sur Wikipédia

TraceIPLa maire Les Républicains de Puteaux a discrètement tenté, durant l'été, de modifier sa biographie sur l'encyclopédie en ligne Wikipédia

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a notamment voulu supprimer des références au blog MonPuteaux.com et sur son compte caché au Luxembourg.

Ce nouveau cas de censure du maire aux 102 lingots d'or est raconté par le conseiller municipal d'opposition Francis Poézévara sur son blog.

 

CE N'EST PAS LA PREMIÈRE FOIS QUE LE MAIRE DE PUTEAUX TENTE DE CONTRÔLER LA LIBRE CIRCULATION DE L'INFORMATION. DÉJÀ EN 2013 :