Budget Flux

Comment la mairie de Puteaux manipule le budget pour ne pas baisser les impôts

30127514261_247759b194_z

Sur le site du groupe d'opposition Le Rassemblement, la conseillère municipale Evelyne Hardy explique comment la présentation du budget 2016 de la ville de Puteaux a été faussée pour justifier un niveau élevé d'impôts.

Extrait : 

"(..) Lors du dernier conseil municipal de Puteaux, vendredi 14 octobre, la maire a soumis au vote des élus une importante modification du budget de la commune. 25 millions d’euros font leur apparition, suite à la vente d’un terrain de la ZAC des Bergères à un promoteur immobilier.

25 millions d’euros – soit environ 10% du budget annuel de la ville – qui tombent ainsi dans nos caisses. On pourrait penser c’est une très bonne nouvelle ? Oui, mais…

Le budget prévisionnel doit refléter les prévisions de dépenses et de recettes de manière sincère, car c’est sur cette base que se décident les choix d’investissements, mais aussi et surtout le montant des impôts locaux.

La vente du terrain au promoteur a été décidé en… octobre 2015. Soit bien avant l’élaboration du budget, début 2016 ! Cette recette de 25 millions d’euros aurait donc dû être budgétée dès le début de cette année.

Au lieu de cela, la maire de Puteaux a sciemment choisi de prévoir le moins de recettes et le plus de dépenses possibles. Cette présentation a faussé le débat d’orientation budgétaire et a permis à la majorité municipale de justifier et de maintenir le niveau des impôts locaux. Alors que si cette vente avait été prise en compte, et malgré la baisse de la dotation de l’Etat, la taxe d’habitation aurait pu être réduite de 20% cette année… comme nous le proposions ! (..)"

Lire la suite sur le site Le Rassemblement

Voir la Décision modificative au budget 2016 (présentée au conseil municipal du vendredi 14 octobre) : modif-budget2016.pdf


108.000 euros pour des vidéoprojections sur la façade de la mairie de Puteaux

23400488589_820276290a_k

Alors que la mairie de Puteaux lance une campagne pour appeler les familles putéoliennes à faire des économies d'énergie (par exemple en ne laissant par couler l'eau pendant qu'on se brosse les dents), celle-ci envisage de dépenser 108.000 euros TTC (90.000 euros HT) pour des projections vidéos sonores sur la façade de l'Hôtel-de-Ville.

Cette nouvelle dépense s'ajoute aux 840.000 euros pour les illuminations de Noël et aux 500.000 euros pour une patinoire et d'autres jeux sur le parvis de la mairie en décembre, soit un total d'un million et demi d'euros. Ces 3 seules dépenses de la mairie représentent la consommation en énergie électrique de 300 familles pendant toute une année.

La formule "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais" semble avoir été créée pour la maire de Puteaux !

Marche-projections

Puteauxenergie


Gaspillage d'argent public : Puteaux passe commande de 30.000 cartes de voeux pour 140.000 euros

6a00d8341c339153ef01b8d187dc3f970c-500wiLa ville de Puteaux vient de lancer un appel d'offres pour la fourniture de ses cartes de voeux 2017. Comme chaque année, la mairie ne regarde pas à la dépense et se moque de l'environnement, en commandant 30.000 cartes lumineuses.

Celle-ci devra avoir pour thème « Rêve de Noël » et reprendre les couleurs de Noël (rouge, vert sapin, doré, blanc, etc.). Elle devra aussi intégrer "des éléments lumineux comme des leds ou de la fibre optique", indique l'annonce, et donc contenir des piles qui se vont rapidement s'éparpiller dans la nature.

La mairie LR compte acheter jusqu'à 30.000 cartes sous enveloppe, pour un montant maximum de 120.000 euros HT, soit 144.000 euros TTC, ce qui fait une dépense de 6,50 euros par famille putéolienne !

En 2016, la ville a dépensé 115.000 euros pour sa carte, et 120.000 euros en 2015. Avons-nous tant d'argent (nos impôts) à gaspiller ? Nous devrions prendre exemple sur le maire de Neuilly-sur-Seine qui dépense 50 fois moins que sa collègue de Puteaux pour envoyer ses voeux. Et pourtant, la communication de Jean Christophe Fromantin ne semble pas moins bonne que celle de Joëlle Ceccaldi ! :)


A Puteaux, moins d'argent pour le sport et les associations : les subventions en chute de 157.000 euros

IMG_1439

La maire Les Républicains de Puteaux avait fait beaucoup de promesses avant les scrutins municipaux de 2014 et 2015, mais certainement pas de diminuer les subventions des associations. C'est pourtant ce qui se passe : cette année, la ville va réduire d'au moins 157.000 euros son soutien financier au milieu associatif.

A l'occasion de la fête des associations qui a eu lieu ce week-end, Francis Poézévara, conseiller municipal du groupe Le Rassemblement, a publié sur son site un comparatif des subventions accordées aux associations sur les années 2014, 2015 et 2016. Il apparait que pour les clubs de sport, la baisse est à ce jour de 97.000 euros. Et pour les autres associations, c'est une chute encore plus impressionnante de 210.000 euros ! 

Ainsi, le club putéolien de hand touchait 83.750 euros de la mairie en 2015. En 2016, il ne touchera que 76.500 euros, soit une baisse de 9% sur 1 an. Même proportion de baisse pour le club de natation : sa subvention passe de 62.000 à 54.500 euros.

Or, les conventions signées entre la mairie et les clubs empêchent quasiment ces derniers de solliciter d'autres aides financières que celles de la ville. La volonté de la municipalité est clairement de "tenir" les clubs sportifs par l'argent, afin d'éviter toute tentative de dissidence.

Pour les associations non sportives, la baisse est parfois plus radicale. L'association Les chats libres par exemple, dont nous avons pris plusieurs fois la défense ici et soutenue par la Fondation Brigitte Bardot, passe de 1.000 euros de subvention à... 0, rien du tout !

Dans le budget communal 2016/2017, il reste potentiellement 150.000 euros à attribuer aux associations. Au minimum, la baisse des subventions sera donc de 157.000 euros (150.000 -210.000 -97.000).

Dans notre programme municipal "Puteaux pour vous", nous voulions au contraire investir davantage dans les associations "porteuses de citoyenneté" et "créatrices de culture et de richesses non matérielles", notamment en leur apportant une stabilité financière par la signature de conventions pluriannuelles :

"Nous mettrons en œuvre une convention pluriannuelle d’objectifs, assortie d’une charte d’engagements réciproques afin de reconnaître les associations comme des partenaires. Le conventionnement leur permettra de travailler sereinement, avec une trésorerie consolidée. Ce conventionnement permettra aux associations de justifier de l’utilisation de l’argent public qui leur est attribué et permettra à la commune d’avoir une vision plus claire du travail associatif et de l’inscrire dans le développement de ses politiques publiques".

La majorité municipale a promis de ne pas augmenter les impôts. Pour faire face aux dépenses qui augmentent, il fallait donc faire des économies. Il lui suffisait pour cela de renoncer à sa politique des "cadeaux" et à sa communication affolante qui nous coutent au moins 8 millions d'euros par an, soit l'intégralité de la taxe d'habitation ! Au lieu de cela, la maire frappe en plein coeur les associations... et aussi les familles en augmentant tous les tarifs municipaux ! 
Voilà ce qu'on récolte lorsqu'on vote pour une équipe qui pratique le clientélisme, au lieu de miser sur une politique basée sur la solidarité, la bonne gestion et l'intérêt général.

Christophe Grébert


Tribune : l'été sera chaud et cher à Puteaux (juillet-août 2016)

Bandeau_Rassemblement

Voici la tribune du groupe d’opposition Le Rassemblement qui sera publiée dans le magazine municipal « Puteaux infos » de juillet-août 2016 :

L'été sera chaud... et cher

Voici enfin l’été et les beaux jours ! Les vacances des enfants, les sorties à la piscine, les balades sur l’île, les stages de sport…

Clément, 8 ans, profite des vacances pour participer aux stages multi-sports organisés par la Mairie. Ses parents avaient payé l’an dernier 80€ pour 10 jours d’activités. Cette année, ce sera 100€.

Marc et Julie vont une fois à la piscine le week-end, avec leurs deux enfants. En 2015, les carnets d’entrée leur avaient coûté 160€ pour l’été. En 2016, ce sera 216€.

Christine, qui a un abonnement annuel à l’espace détente pour 370€/an, devra désormais payer 495€ pour le même service.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud essaie régulièrement de faire croire qu’elle n’augmente pas les impôts (voir la couverture du Puteaux Infos en mai). Mais notre porte-monnaie, lui, voit la différence.

Les élus du groupe Le Rassemblement espèrent que cela n’entamera pas trop votre budget, pour que vous puissiez passer un excellent été !

Francis Poézévara, Bouchra Sirsalane, Olivier Kalousdian, Evelyne Hardy, Christophe Grébert

13412928_799975750102641_6553578878037242034_n

13434894_799975763435973_6627483021560430694_n

13450795_799975716769311_7091647874639911080_n


Tribune de l'opposition à Puteaux : Pourquoi nous n’avons pas voté le budget 2016

Bandeau_Rassemblement

Voici la tribune du groupe d'opposition Le Rassemblement qui sera publiée dans le Puteaux Infos de mai 2016 :

Pourquoi nous n’avons pas voté le budget 2016

  • La cagnotte de 228 millions d’euros a été intégralement dépensée en frais de fonctionnement, fêtes, dépenses superflues et réalisations somptuaires,
  • Le fonctionnement de la ville coûte 2,5 fois plus cher que celui des autres communes de taille équivalente, avec 3.069€ par habitant en 2015,
  • La mairie n’arrive jamais à réaliser l’ensemble des investissements prévus chaque année,
  • Mme la maire continue d’affirmer (conseil municipal du 8 avril) que “l’Etat spolie Puteaux”, et ce alors que le budget de la ville atteindra cette année le montant record de 380 millions d’euros, permettant 130 millions d’euros d’investissements, soit des dépenses d’équipement de 2 800€ par habitant contre 350€ en moyenne ailleurs.

Toutes nos propositions ont par ailleurs été rejetées, en particulier la diminution de la taxe d’habitation de 20% et la réduction des tarifs municipaux, notamment ceux des cantines scolaires. A l’inverse, les budgets cadeaux, cocktails et voyages réservés à quelques uns ont eux été renouvelés.

La vérité est que la majorité municipale refuse toute solidarité et ne cherche qu’à continuer à alimenter son système clientéliste.

Vous comprendrez que nous ne pouvions pas approuver un tel budget.

Evelyne Hardy, Christophe Grébert, Francis Poézévara, Bouchra Sirsalane, Olivier Kalousdian