Bien Etre Flux

Diffuseurs de parfum dans les HLM et bâtiments publics de Puteaux. La municipalité reconnait quelques allergies

Des4-lKXUAAHcii

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 juin, j'alerte une nouvelle fois la municipalité sur la toxicité des diffuseurs de parfum installés dans les entrées des résidences HLM et des bâtiments publics de la commune. La maire reconnait "qu'il peut effectivement y avoir quelques allergies", mais elle n'entend pas renoncer à ce système pour lequel la ville a déjà dépensé 45.000 euros.

Voici le texte de mon intervention en séance : 

"Après les résidences HLM, la municipalité de Puteaux avez décidé d’installer des diffuseurs de parfum dans les bâtiments communaux. Combien d’argent allez vous dépenser pour cela ? 
En février, l'office HLM de Puteaux a installé des diffuseurs de parfum "pour ambiancer olfactivement les halls d'immeubles".
Si vous ne le saviez pas, Madame le maire, sachez que 4 mois plus tard, les diffuseurs installés sont arrêtés : les habitants se plaignant d'asthme et d'irritation, eux­-mêmes ou les gardiens à leur demande ont stoppé ces systèmes de diffusion de produits chimiques. Des produits qui provoquent des allergies et peut­-être pire encore, puisque selon une enquête de Que Choisir ces désodorisants et autres parfums ambianceurs sont suspectés de perturber le système hormonal.

Plutôt que de diffuser des parfums artificiels pour cacher les mauvaises odeurs dans les bâtiments municipaux et les résidences HLM, la ville a-t-­elle plutôt prévu d’améliorer le nettoyage de ces bâtiments et de les rénover quand c’est nécessaire ?"

Dans sa réponse, Joëlle Ceccaldi-Raynaud explique que la commune a dépensé 45.000 euros pour ce système de parfum. Elle affirme ensuite que ces sont les locataires qui les ont réclamé et qu'il y a "peut-être effectivement quelques allergies", mais qu'elle n'est pas au courant. Comment mentir 3 fois en seulement quelques secondes : quel locataire a demandé un système que tout le monde décrie  (ou comment reporter la faute sur les autres) ? Ce n'est pas "peut-être", les locataires avec qui j'ai discuté au cours de mes visites des résidences HLM se plaignent de ces diffuseurs. La maire n'est pas au courant ? Mon 1er article date du mois de février. Aussitôt des locataires me signalent que les appareils sont éteints. Enfin, à aucun moment, la maire dit qu'elle va renoncer à ce système et nettoyer/rénover les halls d'immeubles.
Les boitiers sont neutralisés, on dépense 45.000 euros pour rien, mais la maire continue à een installer, en semblant prendre mes alertes et celles des habitants à la légère.


Puteaux Futur : protégeons les arbres de notre ville

Arbres

En mai dernier, dans le quartier Petitot, en haut de Puteaux, la mairie a fait tronçonner 11 beaux arbres. Vous avez été nombreux à être choqués. Et nous aussi. C'est pourquoi nous présenterons un voeu le 21 juin 2018, lors du conseil municipal de Puteaux, pour protéger les arbres de notre ville.

Ce voeu présenté par notre groupe Puteaux Futur dit que : "la ville de Puteaux s'oppose à l'abattage des arbres sur son territoire et affirme que si un arbre doit être coupé par nécessité, alors, pour compenser, au moins 2 nouveaux arbres seront plantés".

La protection des arbres est un impératif citoyen et moral, compte tenu de la bétonisation et de la pollution de l'air croissantes.

Les arbres en ville apportent de très nombreux avantages.
Quelques exemples :

- Les arbres produisent l’oxygène et réduisent la présence des gaz polluants dans l’air,
- Ils filtrent les petites poussières fines et les aérosols en suspension dans l’air,
- Ils créent un environnement plus tempéré, en diminuant la température ambiante des villes. Pendant les canicules, les arbres contribuent donc à réduire les problèmes de santé liés à la chaleur excessive, 
- Ils régulent l’eau dans le sol, diminuant les risques d’inondation, de débordement des égouts pluviaux et d’érosion,
- Ils diminuent la vitesse des vents en offrant une résistance aux déplacements de l’air,
- Ils favorisent aussi l’équilibre psychique des citadins, en leur fournissant un endroit à l’abri du stress de la ville, leur permettant le ressourcement, la détente, le retour à leur espace vital. Ils facilitent les relations humaines entre les personnes fréquentant ou habitant le même quartier, en constituant des lieux de rencontre et de récréation,
- Les arbres ont aussi un intérêt économique : ils diminuent les coûts de climatisation et de chauffage, ils réduisent aussi la quantité d'infrastructures de drainage...

Et vous, pourquoi aimez-vous les arbres en ville ?


Puteaux, 18e au palmarès des villes où il fait bon être parent. Cela vous surprend ?

PalmaresLe Parisien des Hauts-de-Seine vient de publier un “palmarès des villes où il fait bon être parent”. Puteaux arrive 18e dans le top 20 des villes du 92. Puteaux ne serait donc pas une ville si idéale pour élever ses enfants ? Le résultat de cette enquête vous surprend ? Malheureusement, ce n’est pas une surprise pour nous qui suivons au quotidien et depuis des années la gestion municipale.

A quelques pas du plus grand quartier d’affaires d’Europe, de nombreux parents se précipitent pour venir s’installer dans notre belle ville. Qui ne serait pas tenté d’élever son enfant dans “la ville la plus riche de France” ?

Mais une fois installés, ces parents sont confrontés à une réalité qui les déstabilisent. Il faut batailler pour une place en crèche ou courir à la recherche d’un autre mode de garde adéquate pour son enfant. Car il faut se maintenir dans l’emploi, payer ses charges et un loyer ou un crédit toujours plus élevé dans le parc privé.

Certes, les activités culturelles sont présentées ici comme diverses et variées. Puteaux a construit beaucoup de “Palais”, mais pour qui et pour quoi ? Que produisent ces infrastructures lourdes à maintenir en fonctionnement ? Jusqu’à présent, on ne peut pas dire que notre ville soit un vivier de talents. Parce qu’elle se ne donne pas pour objectif de promouvoir les potentiels humains.

Et pour l’école ? Notre ville ne pense pas. C’est l’affaire de l’Education nationale, nous répond la mairie. En quelques années, Puteaux a modifié à deux reprises les temps scolaires pour les maternelles et les primaires. Car fixer les rythmes scolaires en corrélation avec les rythmes de l’enfant, c’est compliqué. Le “bien-être” est une notion bien trop complexe pour la municipalité !

Dans un souci d’offrir à chaque enfant un espace de bien-être, de liberté et de sécurité, où il pourrait développer ses potentialités à son rythme, nous avons proposé : 



• Un aménagement des rythmes scolaires mieux réparti en semaine pour favoriser les apprentissages et la mise en place d’activités sportives et culturelles qui donnent la chance à tous les enfants de pratiquer des disciplines sans contrainte sociale ou financière ; 


• La mise en place des temps de yoga et de méditation pour lutter contre le stress à l’école et développer des compétences en toute sérénité ; 


Des cantines scolaires qui s’engagent à être 100% bio pour offrir aux enfants une nourriture naturelle, simple, équilibrée et sans pesticides, tout en privilégiant les circuits courts… et du pain artisanal ! 


• Une baisse des tarifs des cantines pour soutenir toutes les familles.


Bouchra-sirsalaneMais toutes ces propositions ont été rejetées... “Puteaux fait mieux”. Voilà la réponse que l’on nous oppose systématiquement. Tellement mieux que notre ville ne se classe que 18e dans les Hauts-de-Seine. 

Donnons une âme à notre ville ! #PuteauxVilleHumaine
Bouchra Sirsalane 
Conseillère municipale Puteaux Futur


Pas de méditation et de yoga dans les écoles de Puteaux, la maire refuse

Bouchra copieLors du conseil municipal de Puteaux du 5 mars 2018, Bouchra Sirsalane, conseillère municipale Modem, a proposé que des cours de méditation et de yoga soient proposées dans les classes des écoles communales de la ville, afin d'améliorer le bien être des enfants.

Cette proposition a malheureusement été rejetée par la maire et les élus de la majorité. Selon la maire, c'est l'éducation nationale qui refuse. Pourtant, des cours de ce type sont donnés dans des écoles d'autres communes.

Pourquoi donc l'éducation nationale accepterait ailleurs et refuserait à Puteaux ?

Quand Bouchra Sirsalane demande à obtenir les explications écrites de l'inspecteur d'académie, Joëlle Ceccaldi affirme que ce n'est pas possible parce que l'inspecteur lui a donné ces explications "à l'oral".

A mon humble avis, la maire nous ment... encore une fois... C'est dommage pour les enfants. La maire aime leur faire des cadeaux, mais leur véritable bien être ne l'intéresse pas. 

VIDEO version courte :