Argent public Flux

Marchés publics : A Puteaux, les bonnes affaires d'une petite entreprise de BTP

30374063622_5038e27fe8_kLes travaux vont bon train sur le haut de Puteaux. A la limite de Suresnes et de Nanterre, la ville réalise un tout nouveau quartier. La ZAC des Bergères représente des centaines de millions d'euros d'investissement pour la ville et les promoteurs : 2.000 logements vont être construits, ainsi que 10.000 m2 de commerces, des milliers de m2 de bureaux et plusieurs grands équipements publics. Une petite entreprise de BTP, la CERP, déjà bien connue à Puteaux, et sa nouvelle maison mère NCN, y ont obtenu plusieurs marchés : un vaste groupe scolaire et un immeuble de 73 logements, en attendant plus.

Un très heureux hasard a voulu que ces 2 premiers chantiers se trouvent sur des parcelles voisines séparées par une simple palissade, comme on peut le voir sur cette photo :

Ncn-cerp-bergeres

A gauche, le terrain de la future école, chantier confié à NCN ; Et à droite, un immeuble du promoteur Nexity dont le gros oeuvre a été confié à la CERP.

Appréciée par la municipalité comme aucune autre entreprise de BTP, la CERP a réalisé ces dernières années de nombreux équipements publics pour notre commune, comme la synagogue de la rue Roque de Fillol, le parking souterrain de la résidence HLM Lorilleux (celui qui a valu 1 million d'euros d'amende à l'office HLM), le palais de la piscine sur l'ile, ou bien encore la rénovation du parking de l'Hôtel-de-Ville où une sortie handicapés a été oubliée, entre autres marchés publics.

Cerp-logoMais c'est la première fois que cette société de 15 millions d'euros de CA annuel, installée à Cormeilles en Parisis dans le Val d'Oise, obtient à Puteaux un marché important d'un promoteur privé, dans le cadre d'une ZAC dont les terrains appartiennent (et son revendus aux promoteurs) par la ville.

Avec son programme "Parc Allure", Nexity promet des "appartements d'exception et des maisons sur le toit, avec balcons, terrasses et solariums" :

Nexity-puteaux

A côté de cet immeuble, NCN, qui a eu la bonne idée de racheter la CERP en décembre 2015, obtient son premier contrat public avec la commune de Puteaux :

Ecole

Il s'agit de la construction d'un groupe scolaire. L'Ecole des Bergères est un immense chantier de 27 millions d'euros !

 Les 2 chantiers confiés à la CERP et à NCN signalés dans le magazine municipal "Puteaux infos" de mai 2016 : 

Bergeres-plan


La CERP et maintenant sa maison mère NCN obtiennent de nombreux marchés à Puteaux. Cela représente des dizaines de millions d'euros d'argent public. Nos impôts. Et, par rapport à toutes les autres entreprises de BTP (Spie Batignolles, Bouygues, Eiffage...), cette modeste société d'une cinquantaine d'employés est certainement celle qui réalise les meilleurs travaux pour le prix le plus raisonnable, dans les délais fixés, avec les techniques les plus fiables et sans pépins. Oui, vraiment, il n'y a pas à douter de cela, puisque la maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi, connue pour sa parfaite honnêteté, nous l'assure.

Affaire(s) à  suivre...


Pas de tatoueur à Puteaux ! La maire empêche l'ouverture d'une boutique de tatouage

Collin

Au mois d'août, la municipalité de Puteaux a préempté le bail commercial d'une boutique au 6 rue Collin. Selon le site votreputeaux, il s'agissait d'empêcher l'ouverture à cette adresse d'une activité de tatouage.

La maire ne voulant pas en centre ville de salon de tatouage, activité trop vulgaire selon elle sans doute, la municipalité a dépensé 20.000 euros pour racheter ce bail et paye un loyer mensuel de 1.200 euros en attendant de trouver un repreneur "sélectionné" et "approuvé". La question sera abordée lors du prochain conseil municipal, vendredi 14 octobre (question 23 de l'ordre du jour).

"Un tatoueur s'est installé près de chez nous il y a 2 ans. Nous avons survécu", s'en amuse un habitant de la tour France.

Afin de balayer toute critique sur cette interdiction d'installation d'un commerce dans le vieux Puteaux, la majorité municipale s'engage à sélectionner à la place une activité liée à la "petite enfance".  C'est un grand classique de la manipulation communale : dès que vous menez une opération injuste, dite que c'est au profit des enfants, ça passe plus facilement.

Dépenser 20.000 euros d'argent public dans le rachat d'un bail commercial, parce que la maire ne veut pas de tatoueur dans le centre ville... Il faudrait faire comprendre à Joëlle Ceccaldi qu'elle n'est pas la reine de Puteaux et qu'elle ne peut pas tout faire avec notre argent. Mais au fait qu'a-t-elle contre les tatoueurs ?
Christophe Grébert 

(photo : google)


Des cartables roses et bleus pour les écoliers : attention, ce n'est pas gratuit. L'école est payante à Puteaux

Sacrose

Tous les parents des enfants scolarisés à Puteaux ont reçu dans la semaine un carton signé par la maire LR de Puteaux, Joëlle Ceccaldi, et par son fils et maire adjoint à l'éducation, Vincent Franchi. Ils étaient invités à venir chercher ce matin en mairie des cadeaux pour la rentrée des classes, dont un cartable : rose pour les filles et bleu pour les garçons.

Sur twitter, la mairie de Puteaux suggère que cette distribution de cartables genrés et de fournitures scolaires se fait au nom de l'"égalité des chances".  En réalité, c'est une simple opération clientéliste. Car ces cartables et les cadeaux qui les accompagnent (des chocolats notamment) ont été financés sur le budget des écoles. C'est donc autant d'argent en moins pour le fonctionnement des activités scolaires. Résultat : tout au long de l'année, pour payer tel ou tel matériel nécessaire en classe, les enseignants doivent réclamer de l'argent aux parents... Ces derniers se retrouveront donc à payer après coup le "cadeau" offert ce matin à leurs enfants, et parfois au double !

L'égalité des chances, ce serait d'assurer l'école gratuite. Ce qui est donc loin d'être le cas à Puteaux. Ici, les activités scolaires et périscolaires sont payantes. En 2015, pour le périscolaire et la garderie, nous avons calculé que cela pouvait coûter jusqu'à 58 euros par mois et par enfant !

Une partie du matériel distribué en mairie n'arrive jamais dans les classes, parce qu'inutile ou doublé et même triplé d'année en année. C'est autant d'argent de moins pour le budget de l'éducation. "Ca fait plaisir" mais en fait c'est une mauvaise utilisation de l'argent. Ce que je propose depuis des années : que cet argent dépensé pour ces grandes distributions en mairie avec chocolats, clowns, etc, soit intégralement versé aux caisses des écoles : aux enseignants ensuite de commander et de distribuer le matériel nécessaire à tous les enfants et tout au long de l'année scolaire. c'est simple, logique, efficace, économe... même si ça fait moins "plaisir" qu'une fête en mairie.

20160826_192748

Rentree

(photo : instagram)


Couteuse mégalomanie : 50.000 euros de banderoles pour faire la promo du maire de Puteaux

50.000 euros pour des banderoles qui servent à étaler le nom de notre maire mégalomane dans tout Puteaux. Vous savez maintenant où passent vos impôts !

IMG_2086 IMG_2114

IMG_2197

Puteaux possède une imprimante à banderole. Comme le dernier l'appel d'offres l'indique, ses consommables coûtent entre 40.000 euros HT et 100.000 euros HT par an. 


Le bassin extérieur de la piscine de Puteaux va enfin être couvert

Piscine1

Il était temps ! 10 ans après l'ouverture du palais des sports sur l'île, la mairie de Puteaux vient de lancer un appel d'offres pour la réalisation d'une couverture thermique sur le bassin extérieur de sa piscine

L'installation prendra la forme de transats mobiles dans la longueur du bassin, installés sur rails (voir photo ci-contre). Lors des horaires d’ouverture, ces transats seront repliés contre le mur et serviront d’assise aux baigneurs. Lors de la fermeture, les transats s’avanceront et la couverture se déroulera sur l’eau, assurant une protection thermique.

A l'origine, ce bassin extérieur devait être couvrable, mais le système de couverture, installé dans des niches situées à chaque extrémité du bassin, n'a jamais pu être utilisé suite "à un problème de conception", indique la mairie. 

Le "palais des sports" de Puteaux cumule en fait de nombreux défauts de conception.

S'improvisant architecte, Charles Ceccaldi s'était vanté d'en avoir dessiné les plans. Sa fille, Joëlle Ceccaldi, a elle aussi affirmé "y avoir mis sa touche".

Résultat : un restaurant qui n'a jamais pu ouvrir... faute d'issues de secours, un revêtement autour des bassins extrêmement glissant qui provoque de nombreuses chutes, une salle d'escrime où les tribunes du public ont été installées à l'extrémité des pistes et pas sur les côtés. Ce qui n'est pas vraiment pratique pour observer les touches des escrimeurs...

Dans un rapport, la Chambre régionale des comptes a pour sa part relevé des anomalies sur le coût et la réalisation de cet équipement : "(..) La commune n’a pu communiquer à la Chambre divers documents prévus par la loi MOP : le programme, les études d’esquisse et les études d’avant-projet sommaire et définitif (..) Les estimations (sur le coût d'exploitation du palais) n’ont pas été communiquées au conseil municipal (..)".

La couverture du bassin extérieur n'est qu'une petite correction pour un "palais" qui a déjà coûté 100 millions d'euros à la commune en ajoutant prix de construction et frais de fonctionnement. Pour chaque famille putéolienne, cela représente 4.000 euros d'impôts dépensés rien que dans cet équipement !


Gaspillage d'argent public : Puteaux passe commande de 30.000 cartes de voeux pour 140.000 euros

6a00d8341c339153ef01b8d187dc3f970c-500wiLa ville de Puteaux vient de lancer un appel d'offres pour la fourniture de ses cartes de voeux 2017. Comme chaque année, la mairie ne regarde pas à la dépense et se moque de l'environnement, en commandant 30.000 cartes lumineuses.

Celle-ci devra avoir pour thème « Rêve de Noël » et reprendre les couleurs de Noël (rouge, vert sapin, doré, blanc, etc.). Elle devra aussi intégrer "des éléments lumineux comme des leds ou de la fibre optique", indique l'annonce, et donc contenir des piles qui se vont rapidement s'éparpiller dans la nature.

La mairie LR compte acheter jusqu'à 30.000 cartes sous enveloppe, pour un montant maximum de 120.000 euros HT, soit 144.000 euros TTC, ce qui fait une dépense de 6,50 euros par famille putéolienne !

En 2016, la ville a dépensé 115.000 euros pour sa carte, et 120.000 euros en 2015. Avons-nous tant d'argent (nos impôts) à gaspiller ? Nous devrions prendre exemple sur le maire de Neuilly-sur-Seine qui dépense 50 fois moins que sa collègue de Puteaux pour envoyer ses voeux. Et pourtant, la communication de Jean Christophe Fromantin ne semble pas moins bonne que celle de Joëlle Ceccaldi ! :)