Alternance Puteaux Flux

L'année 2010 au conseil municipal de Puteaux

3105559668_88cbd4456eEn 2008, j'ai été élu dans l'opposition à Puteaux. C'est mon tout premier mandat. La tâche n'est pas simple, mais je le savais. Depuis 3 ans, je maintiens le cap.

Pendant la campagne municipale, avec mes colistiers, je m'étais notamment engagé, par la signature d'une charte éthique, à rendre compte de mon travail de conseiller.
C'est ce que je fais à travers mon blog d'élu. Vous y trouverez l'ensemble des dossiers des conseils municipaux de cette année 2010, avec toutes mes interventions faites en séance.

LA SUITE SUR GREBERT.NET


Tribune d'Alternance Puteaux : "Nouveaux temps, autre moeurs"

41589_130858173633122_7585_n Le MoDem de Puteaux publie la tribune du groupe "Alternance Puteaux" à paraître dans le journal municipal "Puteaux infos" de décembre 2010. Elle est intitulée "Nouveaux temps, autres mœurs ?".

Extrait :

"Avec les fêtes de fin d'année, nous entamons une ère nouvelle pour Puteaux : réforme fiscale des communes, réforme territoriale, naissance d’un syndicat intercommunal (auquel seul le maire de Puteaux a refusé d'adhérer) ayant pour projet de rapprocher La Défense des intérêts de ses habitants… De nombreux changement s'annoncent.
L’équipe d’élus née en 2008 autour du projet "Puteaux Ensemble" compte bien peser dans tous les changements à venir pour renouveler l’offre politique et le mode de gouvernance de notre ville, et pour construire un projet local capable de relever ses nouveaux défis économiques, sociaux et territoriaux".

La suite sur le site du MoDem Puteaux


Aux 5.200 familles qui habitent les HLM de Puteaux (Tribune Alternance Puteaux de Novembre 2010)

34506499_0e5d5ae6bf_m Voici le texte de la tribune du groupe Alternance Puteaux qui sera publiée dans le numéro de novembre 2010 de "Puteaux infos", le magazine municipal. Elle s'adresse aux 5.200 familles qui habitent les HLM de Puteaux :

Le gouvernement UMP prévoit de créer une taxe d'un milliard d'euros sur 3 ans prélevés sur les loyers des HLM. Cela représente 240 euros par famille ! Cette nouvelle taxe entrainera une diminution de 60.000 logements sociaux et aura des conséquences sur l'emploi et le bâtiment. S'ajoute à cela un désengagement sur la politique du logement : l'Etat supprime des subventions en essayant de faire porter le chapeau aux OPH.
Qu'en est-il à Puteaux ? Pas de nouvelles taxes ? Pas de hausse des loyers ? Pas de hausse des charges ? Ne soyons pas naïfs ! Le gel des loyers n'empêche pas de voir courir les charges. Et la taxe UMP s'imposera ici comme ailleurs.
Les modes de calcul qui changent permettent au député-maire et président de l'Office de dire  « rassurez-vous, nous n'augmentons pas ». C'est de la malhonnêteté. Les familles voient bien leur budget fondre de mois en mois.
La majorité au niveau national cherche surtout à rassurer les marchés financiers et à l'échelon local à maintenir son train de vie pharaonique. Nous ne pouvons plus compter sur cette politique féodale.
Ce mois-ci, les locataires HLM de Puteaux sont appelés à élire leurs représentants au conseil d'administration de l'Office. Pour la première fois, la CNL (Confédération Nationale du Logement) présente une liste. Ses élus participeront activement aux décisions de l'OPH. Ils assureront autant le relais, que le soutien et la défense des locataires. Un avenir associatif s'installera alors au coeur des résidences HLM de Puteaux.


A Puteaux, l'opposition a des idées (Tribune Alternance Puteaux, septembre 2010)

3104722907_b4acf9d78d Voici le texte de la tribune du groupe Alternance Puteaux qui sera publiée dans le numéro de septembre 2010 de "Puteaux infos", le magazine municipal :

A PUTEAUX, L'OPPOSITION A DES IDÉES

Dans notre tribune du mois d'avril, nous rappelions à la majorité sa promesse d'ouvrir 2 maisons de retraite médicalisées d'ici 2013. 3 mois plus tard, en juillet, la construction d'un équipement d'une centaine de lits, rue Voltaire, a été annoncée en conseil municipal. Nous sommes heureux d'avoir pu jouer un rôle d'accélérateur dans le lancement de ce projet.

De même, nous nous réjouissons de l'ouverture d'une nouvelle crèche, rue Lorilleux, même si le prestataire finalement choisi n'offrait pas le dossier le plus qualitatif. Dans notre programme Puteaux Ensemble, nous nous engagions à augmenter les capacités d’accueil des tout-petits en diversifiant les formes : crèches municipales, parentales ou d’entreprises. Nous avions également promis d'assurer la transparence de l'attribution des places. Cela reste à faire à Puteaux !

Nous voulions aussi relever le défi de l'éducation. En cette rentrée, nous constatons avec satisfaction les efforts menés par la municipalité pour rattraper ses retards, notamment en ce qui concerne l'équipement informatique de nos écoles. Sur ce point aussi, nos interventions régulières en conseil municipal semblent être en partie entendues.

Il n'y a pas de honte pour une majorité à reprendre les propositions de l'opposition. A Puteaux, cela profite à tous. Cependant, lorsque l'opposition produit plus d'idées que la majorité, c'est qu'il est assurément temps de changer d'équipe municipale.

Bonne rentrée à tous !

Les élus du groupe Alternance Puteaux, Christophe Grébert, Sylvie Cancelloni et Bruno Lelièvre
Notre programme municipal sur www.puteauxensemble.com

Lettre aux Putéoliens, de Syvie Cancelloni, groupe "Alternance Puteaux"

Publié sur le site de Sylvie Cancelloni :

3581396814_5764151cf5Au début de cette 3ème année de mandat municipal à Puteaux, dans l’opposition, j’ai envie de faire le point et de partager avec vous l’expérience engrangée et les réflexions qu’elle suscite.

D’aucuns, ville de Puteaux en tête, nous font observer que les élus d’Alternance Puteaux sont toujours « contre ». Qu’ils mèneraient une campagne d’ »opposition systématique ».

Voyons cela ensemble ce qu’il y a derrière cette affirmation…

Les élus d’Alternance Puteaux se sont présentés sur un programme, tourné d’abord sur le postulat qu’il fallait faire de la politique « autrement » à Puteaux. Ce n’est un secret pour personne, et cela a été largement relayé par la presse nationale : les 40 années de ceccaldisme ont laissé un sillage d’argent facile, de populisme, d’autoritarisme et de pratiques clientélistes peu transparentes. Nous avions la conviction que Joëlle Ceccaldi n’était pas une rupture et que, dans un style plus moderne et coquet, elle se coulait dans le moule paternel. La place éminente laissée à la 3ème génération des Ceccaldi, en la personne de son fils Vincent, dont les qualités personnelles n’ont pas encore eu l’occasion de se manifester, est plutôt de nature à étayer cette conviction.

Etre conseiller d’opposition, c’est scruter les stratégies, les choix et les pratiques et nous le faisons en conscience. Nous votons favorablement environ 70% des délibérations. Quand nous nous abstenons ou que nous votons contre, c’est toujours à l’issue d’un travail de réflexion mené avec une équipe d’hommes et de femmes libres, animés d’une exigence pour leur ville, qui viennent amicalement contribuer à notre travail d’analyse (vous y êtes invité si vous le souhaitez). Nous avons créé un réseau de benchmarking et d’évaluation avec les élus des villes de La Défense (Nanterre et Courbevoie), ce qui nous ouvre aux enjeux de demain (La Défense, l’intercommunalité, le Grand Paris). Notre démarche n’est pas partisane, mais ouverte. Notre volonté n’est pas de nuire, mais de comprendre et d’anticiper. Notre groupe d’élus est uni, respectueux de ses diversités. Nous n’avons à rougir ni de nos méthodes, ni de nos convictions, ni de nos principes.

Cet engagement est mené à Puteaux dans des conditions difficiles :

-          L’opposition ne reçoit les dossiers qu’au dernier moment. Il faut savoir qu’un Conseil municipal traite en moyenne 40 à 80 questions, parmi lesquelles des sujets d’importance comme le budget pour lequel nous n’avons eu que 4 jours de préparation (185 Millions d’euros, un des plus importants d’Ile de France)

-          La plupart des commissions sont fermées aux élus d’opposition  (Finances, urbanisme, culture, jeunesse, écoles, HLM…): c’est une situation tout à fait unique dans les villes de la Défense. Cette culture locale d’opacité et d’affrontement a pour conséquence de créer le soupçon. Car pourquoi « cacher » ce qui est transparent ?

-          Une tension chronique, dramatisée à l’extrême, transformant toute question en agression caractérisée rendent  difficiles l’exercice d’un dialogue raisonné et la collecte d’informations objectives


Mais l’essentiel n’est pas là. Il ne s’agirait que d’ambiance, nous en prendrions notre parti…

Puteaux est une ville riche, à flots, à la démesure, voire à l’extravagance. Elle l’est avec peu de mérite, le hasard géographique étant pour beaucoup. Cette particularité a d’ailleurs depuis longtemps tourné la tête de notre dynastie d’élus : n’a-t-on pas été jusqu’à évoquer  les « monarques » de Puteaux ? N’a-t-on pas été jusqu’à entendre dire que même un âne insouciant aurait réussi à développer Puteaux au long de ces années d’abondance ?

Cette situation d’aubaine serait tant mieux pour les Putéoliens si elle n’avait pas plusieurs types de conséquences :

-          Un climat délétère de clientélisme qui a beaucoup appauvri la vie de la cité, l’initiative, l’audace, l’esprit de participation.

-          Une situation de dépendance excessive : logements sociaux, aides, cadeaux, voyages, invitations, fêtes, peopolisation de la vie locale… Un joyeux happening permanent, au prix du silence et de la critique

-          Un sentiment d’exception : rien n’est assez bon, rien n’est assez beau pour se défendre contre la laideur du monde.

-          Une gouvernance repliée sur la préservation de ses intérêts personnels et locaux, et peu taillée pour les nouveaux défis territoriaux. Notre sentiment est que Joëlle Ceccaldi ne doit ses postes de Députée et Présidente de l’EPAD qu’à sa discrétion et son insignifiance politiques.

Demain, ou bientôt, tous les socles de la prospérité insouciante de Puteaux vont bouger. La ville en a conscience : au lieu de diminuer l’impôt comme elle le prétend, elle thésaurise en constituant une cagnotte qui la conduira jusqu’aux prochaines élections, sans toucher encore au train de vie de la ville. La ville pourrait encore se permettre à la fois prodigalité et thésaurisation. Mais jusqu’à quand et à quel prix ?

Un peu comme au crépuscule, où jamais le soleil n’est plus beau que lorsqu’il va s’abîmer dans l’instant d’après…

C’est ici que le travail d’opposition s’inscrit et c’est ici que nous nous situons :

-          Défendre Puteaux et son identité dans la future intercommunalité que la loi nous impose pour 2014

-          Définir la place de cette intercommunalité dans la Grande Défense et dans le Grand Paris

-          Le faire dès aujourd’hui, par tous les moyens, sous peine de voir les futures péréquations entre communes favorisées et moins favorisées  pénaliser définitivement et durablement notre cité.

Nous n’avons jamais entendu notre Député Maire sur ces questions.

Les élus d’Alternance Puteaux y sont résolument déjà.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale "Alternance Puteaux"

(photo : Flickr)


Le maire UMP de Puteaux censure l'opposition : j'alerte le Préfet des Hauts-de-Seine

Publié sur le site de Christophe Grébert :

Puteauxinfos_avril10J'ai adressé le courrier suivant à Patrick STRZODA, Préfet des Hauts-de-Seine :

Monsieur le Préfet,

A plusieurs reprises, j’ai alerté vos prédécesseurs sur le refus obstiné du maire de Puteaux de respecter les lois, en particulier sur le droit d’expression des élus d’opposition.

L’article L 2121-27 du code général des collectivités territoriales indique que « dans les communes de 3.500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d'information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale ».

D’une part, à Puteaux, cette règle n’est pas appliquée sur le site de la ville www.puteaux.fr. Malgré mes demandes répétées, l’opposition ne dispose d’aucune tribune sur cet espace internet municipal.

D’autre part, cette règle est appliquée très irrégulièrement dans le bulletin municipal « Puteaux infos » distribué à chaque habitant de la commune. Régulièrement, les tribunes envoyées par l’opposition ne sont pas publiées sous les prétextes les plus divers. D’autres fois, des coupes dans le texte sont effectuées. C’est le cas dans le numéro d’avril 2010, à la page 61 du PDF envoyé en pièce jointe : les contacts mail, téléphone et site internet du groupe « Alternance Puteaux » ont été retirés du texte original transmis pour publication.

Dans ce document joint, vous constaterez d’autre part que les textes de l’opposition sont publiés dans une taille de police si petite qu’ils en sont illisibles ! Ce n’est pas le cas, bien entendu, du texte que la majorité s’accorde, pour répliquer, dans la demi-page située au-dessus de la tribune de l’opposition.

Face à cette absence de respect ou de contournement flagrant de l’article L 2121-27, je vous demande à nouveau de bien vouloir intervenir auprès du maire de Puteaux, pour lui rappeler les lois qui s’imposent à lui, comme à tous les maires des Hauts-de-Seine, et comme à tous les élus de France.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de ma haute considération.

Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux