Agenda 21 Flux

Tribune Puteaux au futur : la nature en ville

Saulnier3

Voici la tribune de l'opposition à paraître dans le journal "Puteaux infos" d'octobre 2017. Elle est consacrée à la nature en ville : 

La municipalité n’arrête pas de faire, défaire et refaire un morceau de la rue Saulnier dans le vieux Puteaux (photo ci-contre). Pourquoi ces travaux inutiles ? Les explications du maire ne sont pas convaincantes. Si au moins ces réaménagements étaient ce qu’il fallait faire… 

Minéralisées, bétonnées et goudronnées, nos villes sont de véritables puits de chaleurs, aux surfaces imperméables et à l’air non renouvelé. Elles deviendront de moins en moins vivables avec le changement climatique. 

Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, l’Etat ne peut pas tout faire. Les communes ont aussi une responsabilité et les moyens d’agir.

Nous devons reverdir les espaces publics de Puteaux, recréer un maximum de surfaces en pleine terre, y faire pousser des arbres et des plantes. En reconstituant des continuités vertes, la biodiversité sera augmentée et la ville rafraîchie en été. La végétation, plus présente, atténuera la pollution et les bruits. 
Nous devons également gérer l’eau de manière écologique, notamment en récupérant les eaux de pluie pour l’arrosage.
Il nous faut aussi encourager la création de toits végétalisés.
La nature en ville n’est pas un concept théorique, c’est la condition de notre bien être futur.

11913017156_1b4520c924_oPensons Puteaux au futur !  
Rejoignez-nous : 
Christophe Grebert (grebert@gmail.com)
Bouchra Sirsalane (bouchra_sirsalane@hotmail.com)


Elagage des arbres sur le boulevard Richard Wallace à Puteaux

IMG_4218

L'élagage des arbres est en cours sur le boulevard Richard Wallace à Puteaux. Est-ce bon d'élaguer des arbres en juillet ?

La plupart des livres sur le jardinage le disent : il  faut éviter d'élaguer les arbres entre avril et juillet. Et cela pour différentes raisons : les arbres mobilisent alors leurs réserves pour développer leurs feuilles et leurs fleurs, la chaleur augmente le stress hydrique, l'absence de feuilles en hiver permet de mieux apprécier les structures....

UN NON SENS ENVIRONNEMENTAL 

Pourtant, Puteaux réalise ces travaux durant cette période : ignorance ? problème de disponibilité ? conditions atmosphériques plus favorables pour les entreprises ?

Ces coupes d'été constituent aussi une menace pour les oiseaux qui sont alors en pleine période de reproduction : exposition des oeufs et des poussins à la chaleur, aux intempéries et aux prédateurs, risques de chute des petits...  

Extrait de Ornithomedia.com

IMG_4221


Lutte contre la pollution à Puteaux : 3 propositions présentées par l'opposition au conseil municipal

Information-pollution-air-paris+3202003Dans le prolongement de notre tribune Pour que Puteaux soit moins polluée (et moins embouteillée), nous ferons plusieurs propositions lors du conseil municipal de vendredi.

Pour lutter contre la pollution, il faut d'abord sensibiliser la population à ce problème. Cela passe par l'information. Voici 3 propositions/demandes. Nous espérons que la mairie y répondra favorablement :  

- Les 170 panneaux d'information de la ville de Paris reprennent chaque jour l'indice de pollution de l'air calculé par Airparif pour l'ensemble de l'agglomération. Afin de sensibiliser la population de Puteaux à l'évolution de la qualité de l'air, nous souhaiterions que cette information soit également donnée sur les panneaux de notre ville, éventuellement accompagnée de conseils simples en cas de dégradation de la situation.

- Nous nous félicitons de l'achat de matériel de mesure de la qualité de l'air à Puteaux. Nous souhaiterions connaître l'usage qui en est fait. Serait-il possible avec ces appareils d'évaluer le niveau de pollution (particules fines, ozone...) le long des axes les plus fréquentés de la ville (rue Richard Wallace- rue Jean Jaurès...) afin de préparer des mesures tendant à le faire baisser ?

- Cicéo, filiale de Dalkia, exploite une chaufferie au 80 rue Roque de Fillol. Sa cheminée est implantée dans une zone d'habitations qu'elle dessert en chaleur et en froid. Selon son règlement de services, l'entreprise délégataire de la ville de Puteaux s'engage "... dans une démarche environnementale, notamment en matière de lutte contre la pollution de l'air et contre les nuisances sonores" (art. 16). Nous aimerions savoir quels sont les rejets du panache hivernal. Est-ce que nous avons des informations sur le respect effectif de l'arrêté préfectoral d'autorisation d'exploitation ?


108.000 euros pour des vidéoprojections sur la façade de la mairie de Puteaux

23400488589_820276290a_k

Alors que la mairie de Puteaux lance une campagne pour appeler les familles putéoliennes à faire des économies d'énergie (par exemple en ne laissant par couler l'eau pendant qu'on se brosse les dents), celle-ci envisage de dépenser 108.000 euros TTC (90.000 euros HT) pour des projections vidéos sonores sur la façade de l'Hôtel-de-Ville.

Cette nouvelle dépense s'ajoute aux 840.000 euros pour les illuminations de Noël et aux 500.000 euros pour une patinoire et d'autres jeux sur le parvis de la mairie en décembre, soit un total d'un million et demi d'euros. Ces 3 seules dépenses de la mairie représentent la consommation en énergie électrique de 300 familles pendant toute une année.

La formule "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais" semble avoir été créée pour la maire de Puteaux !

Marche-projections

Puteauxenergie


La ville de Puteaux renonce à ses projets de panneaux solaires : les 93.500 euros déjà investis sont perdus

Proposition_ecran_2

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 9 mars 2016, la majorité a voté l'abandon des 3 projets en cours d'installation de panneaux photovoltaïques sur des bâtiments de la commune. 

En partenariat avec le Sipperec, la ville devait installer des panneaux solaires pour produire de l'électricité verte sur l'école République, sur le hall des sports de l'île et sur les toits du club de tennis.
Tous ces projets sont stoppés. Les 93.500 euros qui avaient déjà été investis,  notamment en études, sont perdus !
Mais la maire a une  autre idée désormais : faire de la géothermie pour chauffer le palais des sports et sa piscine. Un autre projet qui sera abandonné ?

LA TRANSITION ENERGÉTIQUE NE PASSERA PAS PAR PUTEAUX

Interrogée par l'élu EELV Olivier Kalousdian,  Joëlle Ceccaldi est en effet incapable de justifier l'abandon des projets de panneaux solaires : "je sais pas...", et reste très floue sur celui de faire de la géothermie sur l'île de Puteaux : "On se dit que ce sera peut-être intéressant (..) Mais attendons de voir le résultat des études pour voir si ce sera intéressant", déclare-t-elle !

C'est clair qu'il manque à Puteaux une volonté politique forte pour engager la commune vers la transition énergétique... 

TELECHARGER LE DOSSIER DU CONSEIL MUNICIPAL SUR CETTE QUESTION 12 DE L'ORDRE DU JOUR :  Téléchargement Question12-9mars16.Pdf

6a00d8341c339153ef01b8d1acae88970c-800wi

SOLAIRE - copie

(photo d'illustration : une école à Stains, en Seine-St-Denis équipée en panneaux solaires)


Une école à 27 millions d'euros à Puteaux... sans énergie renouvelable

Zac_bergere_vuearchi_referenceLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité municipale de Puteaux a voté la construction sur la ZAC des Bergères d’un double établissement scolaire -maternelle et élémentaire - pouvant accueillir 600 élèves, auquel sera adjoint un gymnase (Délibération 8 de l'ordre du jour).

Cette nouvelle école sera intégralement chauffée aux énergies fossiles : gaz et fioul lourd !

Le démarrage des travaux est envisagé en 2016, pour une ouverture de l’établissement promise en septembre 2017, soit dans 3 ans. Le montant programmé des travaux est énorme : 27 millions d’euros. Pour ce prix là, rien n'est prévu pour assurer au moins partiellement l'autonomie énergétique des bâtiments. C'est pourtant la règle désormais pour ce type de construction.

En séance, le groupe d'opposition "Puteaux pour vous", par la voix de Bouchra Sirsalane, a déposé l'amendement suivant : 

“Ce nouveau groupe scolaire sera énergiquement auto-suffisant. Et son coût prévisionnel envisagé de 27 milllions d’euros sera réduit à 20 millions d’euros, ce qui correspond aux coûts constatés dans les autres communes de la région parisienne. L’argent ainsi non dépensés permettra de réduire les impôts des Putéoliens”.

Cet amendement a été rejeté par les élus de la majorité (UMP et ceccaldistes). Nous nous sommes donc abstenus sur cette délibération : le projet présenté est mauvais, il ne correspondant pas à ce qui se fait aujourd'hui en matière d'établissement scolaire. 

Nous sommes en effet allés voir les réalisations d'autres communes de la région :

- 8 millions HT à la Courneuve pour 16 classes + cantine + accueil de loisirs de 6 classes + 5 bureaux pour l’inspection académique. Le groupe scolaire Joséphine-Baker est remarquable par son architecture contemporaine : http://www.archicontemporaine.org/RMA/p-8-lg0-Construction-du-groupe-scolaire-Josephine-Baker-a-La-Courneuve.htm?fiche_id=2159

- 5 millions HT à Limeil-Brévannes, pour l’accueil de 330 enfants. Caractéristique du Groupe scolaire Jean-Louis Marquèze : il est zéro énergie. Une pompe à chaleur (COP=3,5) puise son énergie dans la chaleur des nappes phréatiques : on pompe l'eau chaude des nappes phréatiques en profondeur afin de chauffer à moindre coût les salles de classes. 800 m2 de cellules photovoltaïques sont installées en toiture et en façade pour subvenir aux besoins énergétiques de fonctionnement. Des capteurs solaires sur la toiture permettront le chauffage d'une partie de l'eau chaude sanitaire :  http://www.constructiondurable.com/pages/batimentdurable.php?id=64

- 12 millions HT pour le groupe scolaire Louise Michel à Issy-les-Moulineaux comprenant 14 classes, avec chaufferie géothermique et chaufferie gaz de secours, pompes à chaleur, puits canadien, ventilations double-flux pour en faire une école écologique : http://www.ekopolis.fr/realisations/groupe-scolaire-louise-michel-ecole-maternelle-et-primaire

Il est par ailleurs à craindre que comme d'habitude, Puteaux explosera le coût programmé de 27 millions, et qu'au final cet établissement scolaire, construit sur un modèle dépassé, reviendra à 40 ou 50 millions d'euros.

(photo : projet Zac des Bergères, mairie de Puteaux)