A vous la parole Flux

Fermeture de la grille d'accès à l'île de Puteaux côté Pont de Neuilly (Pierre)

15648005981_335dda49aa_zDepuis plusieurs jours, l'accès à l'île de Puteaux par le pont de Neuilly est encore fermé. Résultat : les promeneurs et sportifs qui veulent accéder au parc doivent faire un détour de 2 km sur les quais et passer par le pont de Puteaux, ou bien - pour les plus aventuriers - grimper au-dessus des grilles, au risque de se blesser.

Pierre, un habitant de Puteaux, témoigne :

Travaillant au Pont de Neuilly, je prends régulièrement cet accès à l’île de Puteaux pour faire du sport ou regagner mon domicile.

Hier, j’ai trouvé la griffe fermée sans information ou communication de quelque nature que ce soit qui en justifie la fermeture.

J'ai contacté la mairie et il m’a été répondu que c’était par mesure de sécurité, sans plus d’information !

S’agit-il de mesure anti-terroriste, anti-fièvre Ebola ? Impossible d’avoir des renseignements…

Il vous faut savoir qu’un grand nombre de joggers et de sportifs travaillant à la Défense ou à Neuilly empruntent quotidiennement cet accès pour se rendre sur les terrains de sports de l’île ou comme passage pour accéder au bois de Boulogne.

J’ai vu bon nombre de sportifs en découdre avec les grilles plutôt que de rebrousser chemin. Dès lors je pense qu’il faudrait au plus vite, de part et d’autre de l’île, informer les passants de la cause de cette fermeture et la durée, sans quoi vous risquez de constater rapidement des dégradations du mobilier urbain et peut être des blessés.

Pierre


J'ai écrit au maire pour avoir des explications sur cette fermeture. Pas de réponse.
Christophe Grébert

(photo : cet après-midi, des habitants de Puteaux se retrouvent coincés, la grille est fermée Flickr)


La chasse aux scooters stationnés sur les trottoirs a repris à Puteaux

IMG_20140528_100528Toute l'année 2013 et jusqu'à l'élection municipale de mars dernier, la police municipale avait pour instruction de lever le pied sur les PV : il ne fallait pas contrarier les conducteurs-électeurs. La municipalité de Puteaux n'avait même pas renouvelé de contrat avec un service de fourrière ! D'où la surprise de certains automobilistes et motards : depuis le mois d'avril, les amendes tombent à nouveau.

Voici le témoignage d'Eric :

Mon scooter a été mis en fourrière cette semaine, bien que garé au même endroit depuis 2 ans. Il s'avère qu'une politique de répression est mise en oeuvre : un véhicule de la fourrière sillonne la Ville derrière les policiers municipaux pour enlever tous les scooters garés sur des trottoirs, qu'ils gênent ou non, sans discernement, sur "instruction de la mairie", selon les dires de la police municipale.

Ceci conduit à 2 scandales :

1. il n'y a pas assez de place pour les scooters dans la Ville. Réponse de la police municipale : garez-vous sur les places de stationnement des voitures. OK, mais si tous les scooters font ainsi, où vont se garer les voitures ? Avant de mettre en fourrière à tour de bras, ne faudrait-il pas construire de nouvelles places pour les 2 roues ? On parvient à créer en quelques mois des places pour les autolib', que ne le fait-on massivement pour les scooters ? Ce n'est pas par plaisir que les scooters se garent sur les trottoirs (à des places non gênantes, dans l'immense majorité des cas) : c'est parce qu'il n'y a pas d'autre solution !

2. Le Topcase de mon scooter a été fracturé entre sa mise en fourrière et son retrait. Je suis en train de porter plainte auprès de la Police Nationale (particulièrement à l'écoute, il faut les saluer). La Police Nationale m'a indiqué avoir de multiples plaintes de même nature. Ce n'est pas surprenant : j'ai pu constater à la fourrière que 80% des topase étaient fracturés ! et ce n'est certainement pas parce que la police municipale ne fait enlever que les topcase ayant un topcase déjà fracturés !

Eric

Ce sont les mêmes témoignages après chaque élection locale : on a laissé faire pendant des mois pour ne pas déplaire, puis on recommence à réprimer une fois le scrutin passé. 1/ c'est une politique injuste et parfaitement clientéliste 2/ cela suscite logiquement l'incompréhension.
Je suis d'accord avec Eric : on ne peut pas se contenter de réprimer. Il faut aussi permettre aux conducteurs de 2 roues de se garer correctement, en créant des places de stationnement.
Assurer un meilleur partage de l'espace public, promouvoir des circulations plus douces, tout cela était au coeur de notre programme municipal.

Christophe Grébert


A vous la parole : porte à porte ou flicage de la majorité UMP de Puteaux ? (Pierre)

UmpPierre, un habitant de Puteaux, a reçu il y a quelques jours la visite dans son immeuble de représentants du maire. Pour la première fois, l'UMP locale fait du porte à porte ! Le maire réalise-t-il que sa réélection en mars prochain sera très difficile ? Comme plusieurs autres Putéoliens, Pierre a été surpris par les méthodes très "dérangeantes" et l'interrogatoire intrusif des supporters de la majorité sortante :

Je viens d'avoir la visite de 2 personnes de la "majorité municipale de Puteaux" me demandant si tout va bien vis à vis de la ville, si j'ai des remarques sur ce qui ne va pas ou va bien... Puis, ils me demandent mon nom, mes coordonnées, mon téléphone... et enfin ils me demandent si je soutiens Joëlle Ceccaldi ! Au fur à mesure de la discussion tout est noté sur un papier avec... à la fin... une petite croix inscrite sur "ma" fiche de renseignements  ! Que signifie cette croix ? Que je suis considéré par ces gens comme "douteux" ou comme "opposant" ? Une "enquête" en tout cas fort dérangeante.
Pierre

Vous aussi vous avez reçu la visite de ces personnes de la mairie ? Racontez-nous !


A vous la parole : Boieldieu, un quartier tranquille de Puteaux

ATTENTION : CET ARTICLE DATE DE 2013. LES PROBLÈMES SIGNALÉS CETTE ANNÉE-LÀ DANS LE QUARTIER BOIELDIEU ONT DEPUIS DISPARU. C'EST UN QUARTIER CALME COMME L'ENSEMBLE DE LA VILLE DE PUTEAUX PARMI LES PLUS SÉCURE D'ILE-DE-FRANCE (NOTE DE MAI 2015)

quartier boieldieu, puteaux, police municipale

Des habitants de la Terrasse Boieldieu m'alertent sur des faits d'incivilités et sur des agressions survenus au cours des 12 derniers mois. Plus d'un millier de familles - entre les résidences Boieldieu, Exprodef, Défense 2000 et Louis Pouey - vivent dans ce quartier de Puteaux situé sur le périmètre de la Défense et donc cogéré à la fois par la mairie, l'Epadesa et maintenant Defacto. Cette cogestion a des défaillances, notamment en matière de sécurité publique.

Dans un A vous la parole, un Défensien exprime l'inquiétude des habitants :

"Les habitants de Boieldieu viennent de vivre une année pénible : 2 personnes âgées ont été attaquées alors qu'elles retiraient de l'argent au distributeur automatique de la Société Générale ; une bande de jeunes voyous a harcelé et agressé des commerçants et des habitants durant plusieurs mois ; des cages d'escalier ont été dégradées... La justice a fait son travail : un homme a été arrêté et condamné à 6 ans de prison pour avoir agressé des femmes âgées. Il les suivait depuis le magasin Auchan, forçait leur porte, les frappait et les dépouillait.
Vendredi 1er novembre à 18h20, un homme masqué a braqué avec un pistolet 2 jeunes femmes juste en face du 8 Terrasse Boieldieu. Il leur a volé leur argent et leur téléphone, avant de s'enfuir en tirant deux coups de feu en l'air. Imaginez la peur de ces habitantes !

Oui effectivement,"Trop c'est trop !" Madame le maire ! Les habitants et commerçants sont excédés.

Surtout que nous constatons bien que malgré ces problèmes graves d'insécurité, il n'y a plus de rondes régulières de police dans le quartier. La présence épisodique de la camionnette de la police municipale ne sert pas à grande chose (voir photo) : la plupart du temps, les policiers municipaux restent à l'intérieur du camion et ne sortent pas !

La mairie laisse complètement se dégrader le quartier depuis des années, que ce soit au niveau des aménagements (espaces verts, jeux pour enfants, mobilier urbain, éclairage, escaliers mécaniques), des commerces (dont la plupart ont fermé) et maintenant de la sécurité.

Nous nous demandons si l'objectif de la mairie n'est pas finalement de faire partir les habitants, du fait de la chute du prix au mètre carré et de la hausse des impôts et des assurances sur l'ensemble du quartier, pour vendre un jour à des promoteurs et construire des tours de bureaux à la place des immeubles de logements !".

J'entends ce témoignage et je répondrai aux interrogations des habitants de Boieldieu au cours de la campagne municipale. Il n'est pas question de supprimer des logements à la Défense, ni là ni ailleurs. Il faut assurer une vie paisible dans ces quartiers situés sur le périmètre de l'Epadesa : créer des animations et assurer une présence physique permanente de la police, aider au maintien des petits commerces, s'assurer de l'entretien réguliers des espaces publics, assurer un accompagnement social et individuel dans ces résidences qui comptent beaucoup de personnes âgées isolées.
Si je suis élu maire, je ne me cacherai pas derrière l'Epadesa ou Defacto pour dire que je ne peux rien faire. Je m'engagerai et j'agirai.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)


A vous la parole : Réouverture du Tabac-Presse de Lorilleux... une belle manipulation (L.)

Vous avez peut-être remarqué, comme moi, que le dernier numéro du magazine municipal "Puteaux infos" (octobre 2013) annonce la réouverture de la maison de la Presse du quartier Lorilleux. L'occasion d'une belle manipulation qu'on peut démonter en 3 photos.

Sur la photo illustrant l'article, on voit une chose bizarre : un rayon occupé par le même magazine en présentation 9 fois de suite. soit près de 2 mètres linéaires.
Image1
Un rayon normal de maison de la Presse ressemble plutôt à cette photo ci-dessous, avec des rayons remplis à ras bord d'une multitude de titres (la presse magazine française est la plus large d'Europe) :

Image2

J'ai fait quelques photos de cette maison de la presse ce matin. Voici en fait la réalité des choses : des rayons à moitié vides et une offre de titres atteignant au mieux 15 à 20 % d'une maison de presse normale.

Image3
Image4

Mais pour la mairie, je pense que l'essentiel était d'ouvrir le lieu sans délai, coûte que coûte, même aux 3/4 vide.

L.

Merci L. pour ce reportage photographique. Je veux tout de suite préciser que le repreneur du tabac-presse de Lorilleux n'est pas en cause. Il est plutôt l'une des victimes de cette affaire qui cache effectivement une grosse manipulation. Elle est le fait du maire.
L'an dernier, l'ancien patron du tabac-presse de Lorilleux a annoncé son intention de vendre son commerce. Il avait trouvé un repreneur. Mais Joëlle Ceccaldi-Raynaud a refusé cette vente. La raison, tout le monde la connait : "le repreneur portait un nom qui déplaisait au maire" (sic). Un nom Auvergnat sans doute.
Joëlle Ceccaldi a donc fait racheter le commerce par la ville, utilisant la procédure de la préemption. Cela a coûté 800.000 euros à notre communauté. Par ailleurs, au lieu de permettre une continuité du commerce, cette procédure a provoqué la fermeture du tabac-presse. La maire en effet a racheté le commerce sans avoir de repreneur ! Elle a sollicité le patron du tabac de la Coupole, dont la fille a finalement accepté de se lancer dans l'aventure. Problème : elle a repris un espace vide. Il faut des mois pour relancer ce type de commerce. Les messageries de Presse livrent le magasin au fur et à mesure des nouvelles parutions. Pour vendre du tabac, il faut une autorisation des douanes qui peut mettre 6 mois à arriver ! D'où la situation actuelle : le magasin est ouvert... mais quasi vide.
Les nouveaux propriétaires encore une fois sont aussi victimes de cette situation, puisqu'ils doivent reprendre de zéro un commerce qui était pourtant l'un des plus importants de la ville en terme de chiffre d'affaires !
Ils ne sont pas là de se payer. Souhaitons leur donc bon courage. Et méditons sur la manière dont Joëlle Ceccaldi a salement géré cette affaire.

Christophe Grébert