VIDEO L'opposition à Puteaux fait des propositions pour le bien être des enfants à l'école
La paroisse catholique de Puteaux fête ses 300 ans

La ville de Puteaux réduit le nombre de ses stations Vélib

27968060499_a53f40083b_k

Lors du conseil municipal de Puteaux du 14 décembre 2017, la municipalité, profitant du renouvellement de sa convention avec le syndicat Vélib dans le cadre de la Métropole, a décidé de supprimer la station de la rue Jean Jaurès, l'axe le plus commerçant de la commune. Il n'y aura donc plus que 2 stations Vélib dans le bas de Puteaux.

Depuis le 1er janvier, le service parisien de vélo en libre-service est fourni par un autre opérateur : Smoovengo succède au groupe JCDecaux. Ce transfert nécessite le remplacement des bornes des 1.400 stations du réseau.

30% des nouveaux Vélib' seront électriques : bien pratique pour aller du bas vers le haut de Puteaux !

Pourtant, la mairie a décidé de passer de 3 stations à 2. La station près du Pont de Puteaux et celle avenue Soljenitsyne sont conservées. Les bornes y seront remplacées dans les semaines qui viennent. Mais la 3e station dans le quartier Jean Jaurès ne sera pas remplacée. Elle disparait.

EXTRAIT DE LA NOUVELLE CONVENTION ENTRE PUTEAUX ET LE SYNDICAT VÉLIB :  Velib-Puteaux-convention.pdf

Dans ce document, la municipalité affirme vouloir "poursuivre son engagement en faveur de développement des mobilités douces" :

Velib1
Quel développement des mobilités douces ? Au lieu de mettre plus de vélos à disposition des Putéoliens et des salariés des entreprises locales, la ville réduit le service !

Lorsque Vélib était géré par JCDecaux, la maire évoquait pourtant l'ouverture d'autres stations : près de la mairie, près de la Défense et sur le haut de la ville. A présent, Joëlle Ceccaldi explique que le Vélib' sera "peut-être bientôt dépassé" :

Sur le site de la ville, il est toujours indiqué qu'il y a 3 stations Vélib à Puteaux : 

Puteaux-velib

Ce n'est pas la première fois que la municipalité de Puteaux prend des mesures contre le vélo : en installant des attaches non adaptées ou en réalisant des pistes mal aménagées. Parfois, nous avons atteint l'absurde, avec la plus courte piste cyclable du monde aujourd'hui disparue.
Nous souhaitons pour notre part vraiment encourager les différentes formes de mobilités.
J'y reviendrai régulièrement, car c'est un sujet important pour l'amélioration de notre cadre de vie.

Christophe Grébert

VOIR MON DOSSIER VÉLO À PUTEAUX

(photo : Flickr)

Commentaires